26 septembre 2018

J'aime, j'aime pas....

Je crois que j'aime cette saison. Est ce si sur ? Je regrette déjà le bon soleil de l'été, pas le brûlant, non celui qui est juste pour moi. Et comme l'été, nous sommes bousculés, je n'ai pas le temps d'en profiter. L'automne nous dit que l'on vieillit, que le temps court.... L'automne nous dit qu'on peut tomber, les feuilles tombent, le vent bouscule, les jours raccourcissent. L'automne nous dit qu'il faut nous reposer. Les volets se ferment tôt.

J'aime cette saison pour le soleil qui veut bien encore nous chauffer un peu. J'aime parce que je me sens moins pressée. J'aime parce que les paysages roussissent et c'est beau. J'aime parce que je suis moins stressée. J'aime car je peux enfin prendre plus le temps. 

J'aime qu'elle m'ait envoyé un message pour me demander si je suis libre pour une rando en forêt jeudi. On se l'était promis depuis plus d'un an. Je l'avais relancée, ce n'était pas possible. Là c'est elle qui m'a relancée. Je vais donc pouvoir faire ma rando préférée car nous serons deux.

J'ai aimé notre dernier week end où nous sommes allés visiter l'Ile d'Oléron. Bon, je n'ai pas aimé l'hotel. Mais j'ai aimé me ballader sur la plage et me laisser surprendre par une cérémonie de mariage qui se passait là bas, j'ai repensé au mariage de ma fille. J'ai aimé manger nos sandwichs sur la plage presque déserte. L'impression que tout nous appartient. J'ai aimé rencontrer des gens avec lesquels la discussion se fait facilement. J'ai moins aimé d'autres gens peu avenants. J'ai aimé qu'on soit loin de notre quotidien.

Je n'ai pas aimé être seule lundi à l'atelier d'écriture. Que se passe t il ? L'une était en vacances, l'autre avait oublié la reprise, et tous les autres y vont l'après midi. Mais moi je ne peux pas pour l'instant. Et l'animatrice me fait part de ses doutes à continuer. Je lui ai fait part de mes doutes à re-écrire. J'ai si peu écrit cet été. Et finalement même seule, l'atelier est intéressant.

Je n'ai pas aimé qu'elle ne me parle pas du tout du mariage alors que je l'avais invitée, qu'elle m'avait remerciée, et qu'elle n'est pas venue sans donner de raison, ni avant, ni après. Je l'ai revue, elle savait combien j'étais stressée. Elle n'en a pas dit un mot.

J'aime la soupe que je fais le soir. Hier soir, c'était la première de la saison. Butternut, oignon. Quelle belle couleur ! quelle belle texture ! Cà va en faire des litres de soupe d'ici l'année prochaine.

J'ai aimé la voir ouvrir un cadeau reçu bien après le mariage, offert par des gens qui sont venus et qui ont donné leur cadeau bien après. Elle a ouvert, et c'était un joli saladier en poterie.

J'ai aimé rêvé d'elle, je la voyais et je disais à ceux autour de moi qu'hélas je ne pourrais pas la toucher, que c'était juste une vision, et finalement c'était faux, dans mon rêve, je pouvais la toucher réellement. D'ailleurs, j'en ai eu toutes les sensations. C'était ma mère.

J'aime vous raconter tout ça.

Posté par melancolie85 à 12:03 - Commentaires [6] - Permalien [#]


17 septembre 2018

Après.....

Après un évènement de taille, c'est toujours un peu compliqué pour moi. J'en suis consciente. Pour l'instant, je fais face. Il y a eu cette longue fatigue que je ressens encore un peu. Le soir, je suis pressée de rejoindre mon lit. C'est comme après des vacances importantes, des voyages, ou les périodes de cure de 3 semaines. Il faut revenir à la réalité. J'ai mis toute mon énergie à préparer cet évènement, en l'occurence le mariage, et soudain plus rien.... comme un abîme devant moi. Tomber ou ne pas tomber ?

Surtout ne pas tomber. Mais ce n'est pas si simple. Il y a aussi les feuilles qui commencent à tomber. Ce qui annonce la froidure. Je vais devoir me réchauffer à autre chose. La chorale reprend ce soir. Je suis sans grand enthousiasme. J'ai reçu la liste des chants. Pas de grande nouveauté. Peut on se lasser ? Semaine prochaine, l'écriture. Pas de sport pour l'instant. Pas de yoga. L'ambiance était trop froide. Et trop peu d'explications. Envie de marcher davantage mais avec qui ? Seule pour les petits trajets, mais je sais bien que je n'oserai pas seule les plus grands. Mercredi dernier, j'ai cherché du monde pour m'accompagner sur un petit parcours de 3 km. Je n'ai trouvé personne et l'ai fait seule. Pas de danger. Ce sentier est dans la ville d'à côté et très emprunté. J'y ai d'ailleurs rencontré trois personnes que je connaissais. Marcher, c'est simple et ça me convient. 

Posté par melancolie85 à 15:14 - Commentaires [5] - Permalien [#]

12 septembre 2018

Un évènement particulier

Les semaines d'avant le jour J, il fallait penser à tout. C'est surtout elle qui pensait à tout, mais parfois j'y participais également, et même plus qu'il ne le fallait. Ils avaient choisi bien à l'avance le traiteur, la photographe, l'orchestre, et le fameux chapiteau. Elle voulait que ça se passe là où elle avait grandi. Je ne pensais pas qu'elle y attachait autant d'importance. Dans ce pré que nous louons, il y avait tout à installer : les chapiteaux, mais aussi l'eau potable, l'électricité, les toilettes. Tout cela pour une journée (enfin deux car le lendemain était encore un peu fête). Je voyais ça grandiose en travail. Les dernières tempêtes avaient fait quelques dégâts, des branches au sol, et des arbres bien amochés. Il fallait faire un très grand ménage. Ils l'ont fait et rapidement. Il fallait commencer, c'est comme tous les chantiers. Une semaine avant, le chapiteau fut monté avec l'aide de nombreux bras. Puis deux autres petits chapiteaux se sont accolés au grand. Ensuite, tout le reste. Dans les derniers jours, installation des tables et chaises qui ont du etre nettoyées. Installation des décorations. Le vendredi, finalisation des tables et décos. Mon idée de vaisselle ancienne était chouette. Elle avait chiné de vieilles assiettes et le résultat était là sous nos yeux. Les bouquets de fleurs d'hortensia se posaient le soir sur les tables, on s'inquiétait un peu de la tête qu'ils feraient le lendemain. Les serviettes blanches étaient louées et ornées d'un petit cordon. Le vase d'hortensia était un simple bocal orné de dentelles. Quelques petits tronçons de bois par ci par là. Quelques napperons de dentelle en papier au centre. Une bouteille ornée de ficelle et remplie d'une petite guirlande ferait le reste. Le vendredi soir, tout semblait prêt. Il fallait finir par la tradition des houx, un chez nous, un chez les parents du marié et un chez les futurs mariés. Et on boit un coup à chaque endroit. On mange aussi au dernier endroit. On ne s'est pas couché trop trop tard.

Le lendemain matin : ça y est c'est le jour J. Quelques décos à poser pour la cérémonie, c'est fait par mes fils. Aussi au lieu du vin d'honneur. Tout semble à sa place. On en parlait depuis presque deux ans. Cette fois, c'est le jour.

Je vais d'abord chez la coiffeuse. Pas convaincue de mon choix, mais je ne peux plus reculer. Plus tard, on déjeune très vite. On s'habille comme il le faut. Lui le costume et le noeud pap, moi la robe, l'étole ou la veste ? la veste ou l'étole ? les deux dans la voiture. On part tous les deux mais je m'arrête chez l'esthéticienne, on est en retard, le stress monte monte monte. Je me fais maquiller, monsieur attend et se relaxe.

Nous arrivons un peu avant l'heure. Bientôt quelques invités arrivent aussi. Le mariage civil a lieu mais pas à la mairie qui est en réparation, dans une autre salle, et bien des invités vont se casser le nez là bas avant de trouver le bon endroit. Quelques retards donc pour certains qui étaient pourtant bien à l'heure mais pas au bon endroit. Les mariés et le petit arrivent dans leur vieille voiture. Là je crois que je commence à perdre pied.

A la fin, nous reprenons nos voitures pour nous rendre au lieu de la fête. Cà commence par une cérémonie laïque que j'ai beaucoup aimée, en plein air, avec pas mal de monde. Avec un duo pour chanter à la guitare. Avec des textes lus par les parents, les amis. Avec leurs échanges de voeux. Ensuite s'en suit le vin d'honneur avec encore plus de monde. Chez nous c'est la tradition d'inviter amis, voisins et collègues. Le duo anime aussi ce temps. Moi là dedans je me sens un peu perdue. Je fais ce que je peux, des "bonjour" à droite à gauche, l'inquiétude de ne pas voir circuler la brioche qui est restée à la cave. Du coup, je rate quelques animations, et je suis un peu verte. Puis je me dis que c'est le jeu. Je salue des gens de la famille qui ne resteront pas au repas.

C'est vite l'heure du cocktail qui remplacera l'entrée à table. Cà se passe dehors, face à l'étang. L'endroit est magnifique. Puis nous rentrons pour la suite du repas. Nous sommes à l'aise comme dans une vraie salle et la décoration est parfaite. Il y aura plat, fromage et dessert et quelques animations (nous la famille, puis les amis) auront lieu. Pas trop. Pas de video. C'était leur souhait. Après tout cela, ce sera l'heure de danser avec un orchestre de qualité. 

Vraiment c'était une belle journée.

Quelle impression ? Que ça a passé beaucoup trop vite avec le sentiment de ne pas avoir fait ce qu'il fallait, ni dit ce qu'il fallait, avec presque l'impression que ce n'était pas moi à ma place. 

 

 

Posté par melancolie85 à 14:59 - Commentaires [3] - Permalien [#]