Les semaines d'avant le jour J, il fallait penser à tout. C'est surtout elle qui pensait à tout, mais parfois j'y participais également, et même plus qu'il ne le fallait. Ils avaient choisi bien à l'avance le traiteur, la photographe, l'orchestre, et le fameux chapiteau. Elle voulait que ça se passe là où elle avait grandi. Je ne pensais pas qu'elle y attachait autant d'importance. Dans ce pré que nous louons, il y avait tout à installer : les chapiteaux, mais aussi l'eau potable, l'électricité, les toilettes. Tout cela pour une journée (enfin deux car le lendemain était encore un peu fête). Je voyais ça grandiose en travail. Les dernières tempêtes avaient fait quelques dégâts, des branches au sol, et des arbres bien amochés. Il fallait faire un très grand ménage. Ils l'ont fait et rapidement. Il fallait commencer, c'est comme tous les chantiers. Une semaine avant, le chapiteau fut monté avec l'aide de nombreux bras. Puis deux autres petits chapiteaux se sont accolés au grand. Ensuite, tout le reste. Dans les derniers jours, installation des tables et chaises qui ont du etre nettoyées. Installation des décorations. Le vendredi, finalisation des tables et décos. Mon idée de vaisselle ancienne était chouette. Elle avait chiné de vieilles assiettes et le résultat était là sous nos yeux. Les bouquets de fleurs d'hortensia se posaient le soir sur les tables, on s'inquiétait un peu de la tête qu'ils feraient le lendemain. Les serviettes blanches étaient louées et ornées d'un petit cordon. Le vase d'hortensia était un simple bocal orné de dentelles. Quelques petits tronçons de bois par ci par là. Quelques napperons de dentelle en papier au centre. Une bouteille ornée de ficelle et remplie d'une petite guirlande ferait le reste. Le vendredi soir, tout semblait prêt. Il fallait finir par la tradition des houx, un chez nous, un chez les parents du marié et un chez les futurs mariés. Et on boit un coup à chaque endroit. On mange aussi au dernier endroit. On ne s'est pas couché trop trop tard.

Le lendemain matin : ça y est c'est le jour J. Quelques décos à poser pour la cérémonie, c'est fait par mes fils. Aussi au lieu du vin d'honneur. Tout semble à sa place. On en parlait depuis presque deux ans. Cette fois, c'est le jour.

Je vais d'abord chez la coiffeuse. Pas convaincue de mon choix, mais je ne peux plus reculer. Plus tard, on déjeune très vite. On s'habille comme il le faut. Lui le costume et le noeud pap, moi la robe, l'étole ou la veste ? la veste ou l'étole ? les deux dans la voiture. On part tous les deux mais je m'arrête chez l'esthéticienne, on est en retard, le stress monte monte monte. Je me fais maquiller, monsieur attend et se relaxe.

Nous arrivons un peu avant l'heure. Bientôt quelques invités arrivent aussi. Le mariage civil a lieu mais pas à la mairie qui est en réparation, dans une autre salle, et bien des invités vont se casser le nez là bas avant de trouver le bon endroit. Quelques retards donc pour certains qui étaient pourtant bien à l'heure mais pas au bon endroit. Les mariés et le petit arrivent dans leur vieille voiture. Là je crois que je commence à perdre pied.

A la fin, nous reprenons nos voitures pour nous rendre au lieu de la fête. Cà commence par une cérémonie laïque que j'ai beaucoup aimée, en plein air, avec pas mal de monde. Avec un duo pour chanter à la guitare. Avec des textes lus par les parents, les amis. Avec leurs échanges de voeux. Ensuite s'en suit le vin d'honneur avec encore plus de monde. Chez nous c'est la tradition d'inviter amis, voisins et collègues. Le duo anime aussi ce temps. Moi là dedans je me sens un peu perdue. Je fais ce que je peux, des "bonjour" à droite à gauche, l'inquiétude de ne pas voir circuler la brioche qui est restée à la cave. Du coup, je rate quelques animations, et je suis un peu verte. Puis je me dis que c'est le jeu. Je salue des gens de la famille qui ne resteront pas au repas.

C'est vite l'heure du cocktail qui remplacera l'entrée à table. Cà se passe dehors, face à l'étang. L'endroit est magnifique. Puis nous rentrons pour la suite du repas. Nous sommes à l'aise comme dans une vraie salle et la décoration est parfaite. Il y aura plat, fromage et dessert et quelques animations (nous la famille, puis les amis) auront lieu. Pas trop. Pas de video. C'était leur souhait. Après tout cela, ce sera l'heure de danser avec un orchestre de qualité. 

Vraiment c'était une belle journée.

Quelle impression ? Que ça a passé beaucoup trop vite avec le sentiment de ne pas avoir fait ce qu'il fallait, ni dit ce qu'il fallait, avec presque l'impression que ce n'était pas moi à ma place.