sensiblement

15 juillet 2019

ceux qui partent ....

Deux décès d'hommes d'ici, la soixantaine :

l'un malade depuis deux ans - retraité - il a beaucoup travaillé avec nous, même métier, de l'entraide... Mon mari l'a souvent encouragé, aidé, dépatouillé dans son exploitation. Quand il s'est arrêté de travailler, il a un peu tourné les talons. Pourquoi ? Allez savoir ce qu'il y a dans la tête des gens. C'était un bon vivant, aimant faire beaucoup la fête, flambeur, dragueur, etc. Puis la maladie. Mon mari l'a visité plusieurs fois à l'hopital. Une fois, je l'ai accompagné. Après deux ans d'hopital, il est enfin rentré chez lui pour quelques semaines, son épouse a tout fait pour cela. Il s'est éteint ce week end. Mon mari s'était arrêté chez eux il y a une semaine, bizarre, pressentiment peut être. Il l'a pris en photo avec son épouse, lui qui fait très peu de photo. Je crois bien que c'est leur dernière photo ensemble. Mon mari n'est pas rancunier, cet ami n'a jamais reconnu toute l'aide apportée. Il a fêté sa retraite sans nous. C'en est ainsi. Ce matin, nous l'avons vu pour la dernière fois. 

l'autre juste à la retraite malade depuis 10 mois, un bon vivant également, sans faire trop de bruit mais aimant la fête, la cigarette, et l'alcool. Il avait réussi malgré tout à bien mener son entreprise. La maladie a eu raison de lui. Il a souvent travailler pour nous. Un jour, venant à la maison, il m'avait fait une réflexion, c'était en journée, il avait sonné et comme je fermais à clé m'avait dit : "tu vis complètement renfermée, on ne te voit jamais"... Je crois que je n'avais rien répondu, j'étais restée stoïque. Je ne pensais pas qu'on pouvait dire cela aux gens. Ce n'était pas faux, mais ça m'avait blessée. A l'époque je ne savais pourquoi j'étais comme ça. J'aurais aimé lui dire un jour, tu sais je suis une "hypersensible". Au moins il aurait su pourquoi. A lui aussi nous avons dit aurevoir ce matin.

La vie tient à un fil. Dans quelques jours, cela fera 4 ans que ma mère est partie....

Mon Dieu, que c'est difficile de voir partir les gens.

Posté par melancolie85 à 17:18 - Commentaires [5] - Permalien [#]


13 juillet 2019

J'ai aimé

J'ai aimé ne rien attendre des jours précédents. J'ai eu envie de programmer une soirée spectacle et puis j'ai pensé que j'étais bien là tranquille le soir. Je dois boucler des exercices comptables ainsi mes journées sont au bureau ou chez la comptable. J'ai quand même pris le temps d'aller faire les courses avec lui que j'ai sollicité. Je l'ai embarqué s'acheter des chaussures. Faut ce qu'il faut quand même. Mes soirs ont été sans télé, juste moi seule (avec le chat) dehors à m'occuper du jardin et des fleurs. Rien d'autre que le silence du soir. Un après midi nous avions un rendez vous médical. Nous avons eu vite fait car pas le temps de prolonger la visite dans la grande belle ville que j'aime. Ce sera pour une autre fois.

Le soir quand j'ai terminé, je me couche et lis un peu plus que d'habitude, en l'attendant. Puis soudain je m'endors..... 

Le calme n'est pas forcément l'ennui.

 

Posté par melancolie85 à 16:08 - Commentaires [10] - Permalien [#]

10 juillet 2019

Il est où le bonheur, il est où ?

Il est là.

Quand tu appelles quelqu'un pour de l'administratif entre nous et que la personne conclut en te demandant si tu es libre tel soir, et que je réponds oui nous sommes libres, et que c'est pour nous offrir des places au grand spectacle de par chez nous connu dans le monde entier.... Elle a des places parce qu'elle y participe.

Ben là, toute émue .... je suis.

Dans la série des petits bonheurs, il y en a plus que l'on croit. Il faut les cueillir. Je ne suis pas toujours prête à les cueillir. Celui là, je l'ai vite attrapé.

Posté par melancolie85 à 16:39 - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 juillet 2019

Parler à quelqu'un .....

Ce week end était festif. Concerts samedi et dimanche au festival adoré. On est loin du temps où je prenais le pass pour en voir un maximum. Il en faudrait de peu pour que je le reprenne. Pour cela, il faut s'y prendre dès Noël, ça se vend comme des petits pains. Et quand on l'achète on ne connaît pas la programmation. Un peu de retenue. J'ai acheté trois dates pour nous deux, lui et moi. Fini le temps où j'y allais avec ma cousine et/ou une amie. Samedi soir, nous étions donc tous les deux pour voir Marc Lavoine et Zazie. Assis par terre, sandwich en main et bouteille d'eau, nous attendions. Au début, je ne prête pas attention à ma voisine de gauche. Elle réagit à un propos que l'on a. Et de fil en aiguille, je discute avec elle. Je la pense accompagnée. Je crois toujours que les gens sont accompagnés, je tente la question. Non, elle est seule, son ami n'aime pas ces concerts là. Elle y va souvent seule, elle me parle de ce qu'elle a déjà vu, et de ce qu'elle va voir. Je la félicite de faire seule, je lui dis que je n'ose pas. Le temps des concerts, nous ne parlons plus. Elle part avant nous, elle me salue.

Dimanche, nous étions avec un couple d'amis. Je n'ai pas eu l'occasion de parler aux inconnus.

Hier, dans un registre beaucoup moins joyeux, je vais à une sépulture (la mère d'une amie). Le monsieur à côté de moi tente la discussion vers la fin de la cérémonie, il me demande d'où je suis, parce qu'il aimerait savoir qui est le prêtre. Nous échangeons quelques autres mots au sujet de la famille.

Je me rends compte que ce n'est pas si simple d'aborder.  C'est simple pour moi quand il s'agit de demander un renseignement avec un "s'il vous plait".

Mais se mettre à parler à quelqu'un qui est juste à côté, qui est venu voir la même chose que vous....

J'ai beaucoup aimé l'échange avec la dame au concert, je ne sais rien d'elle, elle m'a donné la preuve qu'on peut faire des choses seule. 

Oserais je désormais ?

 

Et vous, parlez vous aux inconnus ?

Posté par melancolie85 à 15:34 - Commentaires [5] - Permalien [#]

30 juin 2019

Fin juin

Un dimanche sans programme.

Les jours caniculaires de cette semaine m'ont perturbée, j'avais mauvais caractère, j'étais énervée. Les hommes ont travaillé dur malgré la chaleur. Et moi je me plaignais alors que j'étais à l'intérieur. Une fois de plus, mon hypersensibilité me joue des tours. Mon cerveau ne savait plus gérer....

Nous avions prévu une sortie vendredi sur une proposition d'amis. Faire du vélo sur la côte. La veille, voyant le temps et la somme de travail, nous avons annulé, tandis que les autres couples l'ont fait. Nous les avons seulement rejoints le soir pour un diner. Hier soir, nous étions à l'anniversaire de la voisine, en petit comité, mais bien festif malgré tout.

 

Ce matin, mon homme m'a laissé dormir. Il est parti travailler pour la journée. Les champs n'attendent pas. Je devrais me réjouir d'un jour sans programme mais j'ai en moi tellement d'ambivalence que je ne sais même pas en profiter. Je tourne en rond depuis ce matin. Je me dis que j'ai connu cela toute notre vie ensemble et que ce n'est pas encore l'heure du changement.

C'est la fin des activités. Lundi dernier, j'ai hésité pour choisir entre deux soirées : celle de l'écriture et celle de la chorale. La plus festive évidemment c'est la soirée chorale où nous pique niquons et chantons. Habituellement c'est celle que je choisis. Mais là mon coeur me disait va donc à celle de l'écriture ça fait longtemps que tu n'as pas fait cette soirée. Alors j'ai suivi mon coeur, et sans regret, j'ai retrouvé le groupe de l'après midi, des gens charmants que je connais un peu. Nous avons écrit à partir de quelques consignes et partagé un repas qui d'ailleurs fut le support de l'atelier.

 

Tout s'arrête jusqu'en septembre, comme l'école. Belle coupure pour l'été. Mais cela m'angoisse toujours un peu. Car je n'ai plus de contacts réguliers. Je n'aime pas trop me sentir seule et pourtant parfois je revendique la solitude. Comprenne qui pourra.

 

Pas de vacance prévue. Quelques concerts au festival. Sinon ce ne serait pas un "vrai" été. Un repas prévu, deux pique niques. Sinon on improvisera s'il reste du temps disponible.

Si la chaleur persiste, nonchalance assurée.....

Aujourd'hui c'est mieux. Pourvu que ça dure.... Je ne supporte vraiment pas ces températures.

Portez vous bien.

 

 

 

Posté par melancolie85 à 17:43 - Commentaires [6] - Permalien [#]


02 juin 2019

fonctionnement du blog

Je ne vois pas mon dernier article ni les commentaires sur la droite du blog sur le côté accueil du blog. Qu est ce qui se passe ?

Posté par melancolie85 à 21:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 juin 2019

MAI qu est ce qui s'est passé ?

Et oui mon blog m a abandonnée ! Il m'a laissé vivre sans lui pendant un bon mois. Je suis quand même passée voir si tout allait bien, j'ai vu qu'il se reposait parfaitement. Je me suis dit que finalement on pouvait se passer l'un de l'autre.... Pour de bon ou pas ?

Un petit résumé de MAI :

un dîner d'abord, dans une grande ville où je ne connaissais pas les autres personnes. Mon mari m'a accompagnée. Une annonce facebook qui me convenait et m'interpelait, chaque mois. En mai j'ai osé. Concept : se retrouver autour d'un diner au restau entre hypersensibles. Ce fut assez difficile au début puis intéressant. Nous y retournerons sans doute. Aucun engagement. A l'initiative d'une seule personne.

Un concert de chorale pas très chouette : 2 ratages.... on fera mieux la prochaine fois

mon anniversaire : et oui changement de dizaine. J'ai trouvé l'organisation peu de temps avant l'évènement. 50 personnes invitées dans famille, voisins et amis. Tous à la maison. Un ami à la guitare et plein de chansons dans mon salon... une pause apéro puis un camion de pizza pour....  manger des pizzas bien sur, dans le garage, il faisait pas très beau. Un deuxième temps de chansons joyeuses puis des petits gâteaux et vin mousseux pour tous. Pour une fois, j'ai vraiment choisi de faire ce que je voulais. Et ce nouvel âge s'est passé en douceur et en joie.

Une opération pour mon homme, cela nous a inquiétés mais je pense qu'il n'y a plus rien à craindre. Il se remet bien et reprend déjà ses activités.

Une fête d'amie (anniversaire et retraie) où l'on a retrouvé des gens charmants que nous avons plaisir à revoir.

Du travail qui parfois commence à me peser car je ne suis plus toute jeune.

Un dimanche tranquille dans la ville adorée, un petit restau pour nous deux, des musiciens au coin des rues, des peintres partout, et une rencontre à l'heure de partir, une dame connue d'un commerce où l'on va, et elle nous fait des confidences, l'échange est intense.... et enrichissant. Nous partageons l'amour de cette ville, et plein d'autres choses encore. Rares instants qui font du bien.

Une naissance : me voilà mamie d'un deuxième petit enfant : une petite fille. C'est beau la vie ! Elle est du même mois que moi, et sa maman qui est ma fille. Tout s'est bien passé. Nous stressions beaucoup avant car le premier accouchement fut difficile.

Une cousinade qui fait bien plaisir une fois tous les deux ans. Je l'ai organisée avec ma soeur cette fois-ci. Restaurant puis balade ou jeux chez moi avec un goûter pour cloturer.

 

Je ne sais pas si je repasserai par là ou pas. De temps à autre sans doute. Ecrire, j'aime toujours ça, mais parfois je ne sais plus trop quoi écrire. Et puis ça prend du temps. Et puis quel intérêt ? Et puis, tout ça, tout ça.

 

 

Posté par melancolie85 à 18:35 - Commentaires [6] - Permalien [#]

10 avril 2019

A V R I L

Petite acrostiche ....  allez y .... par le biais des commentaires

 

 

 

 

 

Posté par melancolie85 à 16:46 - Commentaires [9] - Permalien [#]

02 avril 2019

printemps

56161710_10210661586855796_5962210447108079616_o

 

Toujours voir le beau. C'est lui qui me sauve. Je suis passée à côté, c'est comme s'ils m'avaient parlé "hé, tu ne nous vois pas ! nous sommes les coucous".

J'ai retourné la tête, sorti l'apn de ma poche, je me suis approchée. J'ai pris la photo. Le contraste du jaune et du bleu gris de l'eau.... ça m'a apaisée. Les coucous se sont tus. Ils savaient sans doute qu'ils étaient en train de m'aider. Heureusement qu'ils existent.

Reflet de vie : la beauté du vivant, le danger du vivant (l'eau) ... l'eau qui ondule... COMME LA VIE ONDULE

 

 

Posté par melancolie85 à 11:58 - Commentaires [8] - Permalien [#]

01 avril 2019

On me propose du bleu

La vie en rose ?

Difficile pour moi. Je n'arrête pas de le raconter ici.

Un peu de bleu ? peut être.

Le ciel est beau en ce moment, il fait doux, il fait soleil. Je me souviens qu'enfant sur mes dessins souvent il y avait seulement un quart de soleil dans le coin droit de la feuille. Savais je déjà qu'il me serait difficile de le voir briller en entier ?

Les jolies fleurs de printemps se montrent petit à petit, j'aime les violettes, timides. Je suis une violette.

L'étang est magnifique, il prend sa belle lumière.

Du bleu dans mes yeux, non ?

Des habits bleus ? jean .... ma tenue la plus utilisée.

Des mots bleus. J'ai longtemps détesté cette chanson parce qu'elle me rappelait quelque chose que je détestais.

 

Il essaie tant bien que mal de me faire voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide. Je lui explique que je ne choisis rien. La chimie du cerveau n'est pas qu'une question de volonté. Je ne veux pas de médicament. Si j'allais chez le médecin pour cela, il m'en donnerait justement pour réguler mes humeurs.

Vendredi, il avait un rendez vous médical important. Cà n'aide pas mon état du moment. Je stresse beaucoup pour lui. Le soir, nous avions un spectacle que je n'ai pas su apprécier, était ce un mauvais spectacle, était ce moi ? ou nous ?

Samedi, une autre sortie dans une petite commune avec quelques amis. C'était mieux. Cà m'a bien occupée.

Dimanche : d'abord une grosse contrariété - puis une bonne marche à pieds qui m'a fait le plus grand bien.

Vraiment la marche est une bouffée d'oxygène. Cà, c'est du bleu !

Et ce soir je suis allée chanter à la chorale.

Je me force chaque jour. Je ne veux pas sombrer.

 

 

Posté par melancolie85 à 22:02 - Commentaires [7] - Permalien [#]