sensiblement

07 décembre 2020

Merci

Deux fidèles m'ont répondu sur mon dernier message, l'une que je retrouve aussi sur un reseau connu, et l'autre que j ai continué à lire de temps à autre sur son blog. Cela fait chaud au coeur de les retrouver. Voilà donc ce petit merci pour elles.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Ce matin il fait gris, un gris foncé qui ne me donne pas beaucoup d'énergie. Dernièrement, quand il faisait soleil, je remarquais comme il jouait sur mes états d'âme, j avais envie de travailler dehors ou d'aller me balader, j'ai beaucoup balayé les feuilles, beaucoup plus que les autres années où je les laissais faire ce qu'elles voulaient, c'était glissant, dangereux. Là je me suis défoulée, j'en ai fait un gros tas. 

J'ai plein de choses à faire, du tri dans les vêtements, du ménage là où je le fais moins souvent. Mais aurais je l'énergie ? Je passe beaucoup de journées seule. L'homme a de nouvelles fonctions qui n'étaient pas vraiment prévues. Nous avons vécu il y a deux mois un drame. La personne qui était en charge d'une nouvelle entreprise, liée à notre activité, s'est donné la mort. Il en avait la gérance. Depuis il a fallu reprendre l'affaire et mon mari fait partie de ceux qui ont repris. Pas le choix. Trop d'enjeux. C'est bien compliqué et je n'ai pas envie de rentrer dans les détails. Il m'arrive de le rejoindre là bas, je peux y faire du ménage ou participer à quelques tâches administratives. Cela me sort de chez moi et finalement j'apprécie y rencontrer quelques personnes qui se donnent au projet aussi.

La vie n'est vraiment pas un long fleuve tranquille. On ne prévoit pas tout. On se fait happer par les évènements et on trouve la force pour faire face. 

J'ai comme d'habitude beaucoup de mal à me réjouir du Noël qui arrive, mais ce n'est pas nouveau, virus ou pas virus.

Finalement ce post est gris comme dehors.

 

Posté par melancolie85 à 11:44 - Commentaires [13] - Permalien [#]


02 décembre 2020

Coucou

Un an ! Que ça passe vite. Je suis bien passée de temps en temps, toute timide, j'avais envie d'écrire et puis je ne savais par où commencer. J'avais l'impression qu'il fallait combler le retard. Je ne pourrai jamais combler ce retard. C'est ainsi. Une pause. Une pause au moment où j'aurais logiquement du écrire davantage. A cause de cette fichue période. Mais non, je suis restée muette. Je ne me l'explique pas. Parfois je crains être lue par des proches c'est peut être une des raisons. Ce matin, je me décide à secouer ce blog un peu poussiéreux. Je ne sais si je vais retrouver mes lecteurs. J'ai continué à lire quelques blogs mais irrégulièrement, il fut une époque où je passais trop de temps à lire quantité de blogs. 

Un an. Un an bizarre. Oui différent. Peu de chorale, juste un petit début d'année. Et hop, c'est fermé. Ca a repris en septembre mais je n'y suis pas retournée. J'avais perdu la motivation et  je trouvais cela imprudent. On verra plus tard. La biodanza que j'avais découverte à l'automne 2019 je l'ai abandonnée aussi. J'ai conservé ma participation aux ateliers d'écriture que nous avons faits par mail quand c'était impossible de se voir. Sinon notre profession n'a pas été touchée. Nous avons forcément vu moins de monde, moins de démarchage, moins de réunions. Au premier confinement, nous avons trouvé que cela permettait de faire des choses qui trainaient, nous avons apprécié cette bulle. Le confinement actuel est différent, il paraît beaucoup moins strict.

Evidemment nous avons peu de vie sociale. Je n'ai plus d'inquiétude pour aller là ou là. Je n'ai plus cette pression. J'en parle peu. Comment pourrais je être comprise sur le fait d'être bien sans voir personne ? 

 

Posté par melancolie85 à 10:41 - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 décembre 2019

le retour

J'ai maintes fois tenté de reprendre le clavier, sans succès. Ce soir, je me décide car je pense à celles ou ceux qui me suivaient auparavant et je voudrais les rassurer. Certains se sont manifestés ici, cela m'a fait chaud au coeur.

Que s'est il passé ? je me suis rendu compte que je pouvais me passer d'écrire ici. C'est tout. C'est simple. C'est presque un test. Pourtant j'aimais bien vous faire les commentaires sur mes activités, sorties, évènements familiaux. Mais il n'y avait plus vraiment d'enthousiasme.

Je ne reviendrai guère en arrière sauf pour vous dire que j'ai été de nouveau mamy en novembre d'une petite fille (la deuxième cette année). Peut être que la famille grandissant je m'éloigne du virtuel pour être plus dans le réel.

En ce moment, je me remets de coliques néphrétiques la semaine dernière. Encore un petit tour aux urgences. Adorer la morphine qui vous soulage totalement. Maudire la morphine qui vous met complètement ko et vous fait vomir.

Ma vie ne change pas. Je suis toujours dans mes paperasses, je commence à en avoir marre. J'ai mes activités : écriture, chorale, et de neuf cette année, la biodanza. La biodanza, j'y vais quand j'ai envie, pas à chaque séance. J'aime bien la danse libre. J'aime moins les effusions et les mercis à n'en plus finir. Je ne sais pas si je continuerai. Il faut encore faire face à de nouvelles personnes, ce n'est pas si simple, ça me prend beaucoup d'énergie.

Parfois, j'aurais presque envie de tout arrêter et de vivre dans ma tanière, surtout l'hiver.

Et vous que devenez vous ? Je lis moins les blogs. Le temps me file toujours autant entre les doigts.

Posté par melancolie85 à 20:13 - Commentaires [12] - Permalien [#]

15 juillet 2019

ceux qui partent ....

Deux décès d'hommes d'ici, la soixantaine :

l'un malade depuis deux ans - retraité - il a beaucoup travaillé avec nous, même métier, de l'entraide... Mon mari l'a souvent encouragé, aidé, dépatouillé dans son exploitation. Quand il s'est arrêté de travailler, il a un peu tourné les talons. Pourquoi ? Allez savoir ce qu'il y a dans la tête des gens. C'était un bon vivant, aimant faire beaucoup la fête, flambeur, dragueur, etc. Puis la maladie. Mon mari l'a visité plusieurs fois à l'hopital. Une fois, je l'ai accompagné. Après deux ans d'hopital, il est enfin rentré chez lui pour quelques semaines, son épouse a tout fait pour cela. Il s'est éteint ce week end. Mon mari s'était arrêté chez eux il y a une semaine, bizarre, pressentiment peut être. Il l'a pris en photo avec son épouse, lui qui fait très peu de photo. Je crois bien que c'est leur dernière photo ensemble. Mon mari n'est pas rancunier, cet ami n'a jamais reconnu toute l'aide apportée. Il a fêté sa retraite sans nous. C'en est ainsi. Ce matin, nous l'avons vu pour la dernière fois. 

l'autre juste à la retraite malade depuis 10 mois, un bon vivant également, sans faire trop de bruit mais aimant la fête, la cigarette, et l'alcool. Il avait réussi malgré tout à bien mener son entreprise. La maladie a eu raison de lui. Il a souvent travailler pour nous. Un jour, venant à la maison, il m'avait fait une réflexion, c'était en journée, il avait sonné et comme je fermais à clé m'avait dit : "tu vis complètement renfermée, on ne te voit jamais"... Je crois que je n'avais rien répondu, j'étais restée stoïque. Je ne pensais pas qu'on pouvait dire cela aux gens. Ce n'était pas faux, mais ça m'avait blessée. A l'époque je ne savais pourquoi j'étais comme ça. J'aurais aimé lui dire un jour, tu sais je suis une "hypersensible". Au moins il aurait su pourquoi. A lui aussi nous avons dit aurevoir ce matin.

La vie tient à un fil. Dans quelques jours, cela fera 4 ans que ma mère est partie....

Mon Dieu, que c'est difficile de voir partir les gens.

Posté par melancolie85 à 17:18 - Commentaires [9] - Permalien [#]

13 juillet 2019

J'ai aimé

J'ai aimé ne rien attendre des jours précédents. J'ai eu envie de programmer une soirée spectacle et puis j'ai pensé que j'étais bien là tranquille le soir. Je dois boucler des exercices comptables ainsi mes journées sont au bureau ou chez la comptable. J'ai quand même pris le temps d'aller faire les courses avec lui que j'ai sollicité. Je l'ai embarqué s'acheter des chaussures. Faut ce qu'il faut quand même. Mes soirs ont été sans télé, juste moi seule (avec le chat) dehors à m'occuper du jardin et des fleurs. Rien d'autre que le silence du soir. Un après midi nous avions un rendez vous médical. Nous avons eu vite fait car pas le temps de prolonger la visite dans la grande belle ville que j'aime. Ce sera pour une autre fois.

Le soir quand j'ai terminé, je me couche et lis un peu plus que d'habitude, en l'attendant. Puis soudain je m'endors..... 

Le calme n'est pas forcément l'ennui.

 

Posté par melancolie85 à 16:08 - Commentaires [10] - Permalien [#]


10 juillet 2019

Il est où le bonheur, il est où ?

Il est là.

Quand tu appelles quelqu'un pour de l'administratif entre nous et que la personne conclut en te demandant si tu es libre tel soir, et que je réponds oui nous sommes libres, et que c'est pour nous offrir des places au grand spectacle de par chez nous connu dans le monde entier.... Elle a des places parce qu'elle y participe.

Ben là, toute émue .... je suis.

Dans la série des petits bonheurs, il y en a plus que l'on croit. Il faut les cueillir. Je ne suis pas toujours prête à les cueillir. Celui là, je l'ai vite attrapé.

Posté par melancolie85 à 16:39 - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 juillet 2019

Parler à quelqu'un .....

Ce week end était festif. Concerts samedi et dimanche au festival adoré. On est loin du temps où je prenais le pass pour en voir un maximum. Il en faudrait de peu pour que je le reprenne. Pour cela, il faut s'y prendre dès Noël, ça se vend comme des petits pains. Et quand on l'achète on ne connaît pas la programmation. Un peu de retenue. J'ai acheté trois dates pour nous deux, lui et moi. Fini le temps où j'y allais avec ma cousine et/ou une amie. Samedi soir, nous étions donc tous les deux pour voir Marc Lavoine et Zazie. Assis par terre, sandwich en main et bouteille d'eau, nous attendions. Au début, je ne prête pas attention à ma voisine de gauche. Elle réagit à un propos que l'on a. Et de fil en aiguille, je discute avec elle. Je la pense accompagnée. Je crois toujours que les gens sont accompagnés, je tente la question. Non, elle est seule, son ami n'aime pas ces concerts là. Elle y va souvent seule, elle me parle de ce qu'elle a déjà vu, et de ce qu'elle va voir. Je la félicite de faire seule, je lui dis que je n'ose pas. Le temps des concerts, nous ne parlons plus. Elle part avant nous, elle me salue.

Dimanche, nous étions avec un couple d'amis. Je n'ai pas eu l'occasion de parler aux inconnus.

Hier, dans un registre beaucoup moins joyeux, je vais à une sépulture (la mère d'une amie). Le monsieur à côté de moi tente la discussion vers la fin de la cérémonie, il me demande d'où je suis, parce qu'il aimerait savoir qui est le prêtre. Nous échangeons quelques autres mots au sujet de la famille.

Je me rends compte que ce n'est pas si simple d'aborder.  C'est simple pour moi quand il s'agit de demander un renseignement avec un "s'il vous plait".

Mais se mettre à parler à quelqu'un qui est juste à côté, qui est venu voir la même chose que vous....

J'ai beaucoup aimé l'échange avec la dame au concert, je ne sais rien d'elle, elle m'a donné la preuve qu'on peut faire des choses seule. 

Oserais je désormais ?

 

Et vous, parlez vous aux inconnus ?

Posté par melancolie85 à 15:34 - Commentaires [5] - Permalien [#]

30 juin 2019

Fin juin

Un dimanche sans programme.

Les jours caniculaires de cette semaine m'ont perturbée, j'avais mauvais caractère, j'étais énervée. Les hommes ont travaillé dur malgré la chaleur. Et moi je me plaignais alors que j'étais à l'intérieur. Une fois de plus, mon hypersensibilité me joue des tours. Mon cerveau ne savait plus gérer....

Nous avions prévu une sortie vendredi sur une proposition d'amis. Faire du vélo sur la côte. La veille, voyant le temps et la somme de travail, nous avons annulé, tandis que les autres couples l'ont fait. Nous les avons seulement rejoints le soir pour un diner. Hier soir, nous étions à l'anniversaire de la voisine, en petit comité, mais bien festif malgré tout.

 

Ce matin, mon homme m'a laissé dormir. Il est parti travailler pour la journée. Les champs n'attendent pas. Je devrais me réjouir d'un jour sans programme mais j'ai en moi tellement d'ambivalence que je ne sais même pas en profiter. Je tourne en rond depuis ce matin. Je me dis que j'ai connu cela toute notre vie ensemble et que ce n'est pas encore l'heure du changement.

C'est la fin des activités. Lundi dernier, j'ai hésité pour choisir entre deux soirées : celle de l'écriture et celle de la chorale. La plus festive évidemment c'est la soirée chorale où nous pique niquons et chantons. Habituellement c'est celle que je choisis. Mais là mon coeur me disait va donc à celle de l'écriture ça fait longtemps que tu n'as pas fait cette soirée. Alors j'ai suivi mon coeur, et sans regret, j'ai retrouvé le groupe de l'après midi, des gens charmants que je connais un peu. Nous avons écrit à partir de quelques consignes et partagé un repas qui d'ailleurs fut le support de l'atelier.

 

Tout s'arrête jusqu'en septembre, comme l'école. Belle coupure pour l'été. Mais cela m'angoisse toujours un peu. Car je n'ai plus de contacts réguliers. Je n'aime pas trop me sentir seule et pourtant parfois je revendique la solitude. Comprenne qui pourra.

 

Pas de vacance prévue. Quelques concerts au festival. Sinon ce ne serait pas un "vrai" été. Un repas prévu, deux pique niques. Sinon on improvisera s'il reste du temps disponible.

Si la chaleur persiste, nonchalance assurée.....

Aujourd'hui c'est mieux. Pourvu que ça dure.... Je ne supporte vraiment pas ces températures.

Portez vous bien.

 

 

 

Posté par melancolie85 à 17:43 - Commentaires [6] - Permalien [#]

02 juin 2019

fonctionnement du blog

Je ne vois pas mon dernier article ni les commentaires sur la droite du blog sur le côté accueil du blog. Qu est ce qui se passe ?

Posté par melancolie85 à 21:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 juin 2019

MAI qu est ce qui s'est passé ?

Et oui mon blog m a abandonnée ! Il m'a laissé vivre sans lui pendant un bon mois. Je suis quand même passée voir si tout allait bien, j'ai vu qu'il se reposait parfaitement. Je me suis dit que finalement on pouvait se passer l'un de l'autre.... Pour de bon ou pas ?

Un petit résumé de MAI :

un dîner d'abord, dans une grande ville où je ne connaissais pas les autres personnes. Mon mari m'a accompagnée. Une annonce facebook qui me convenait et m'interpelait, chaque mois. En mai j'ai osé. Concept : se retrouver autour d'un diner au restau entre hypersensibles. Ce fut assez difficile au début puis intéressant. Nous y retournerons sans doute. Aucun engagement. A l'initiative d'une seule personne.

Un concert de chorale pas très chouette : 2 ratages.... on fera mieux la prochaine fois

mon anniversaire : et oui changement de dizaine. J'ai trouvé l'organisation peu de temps avant l'évènement. 50 personnes invitées dans famille, voisins et amis. Tous à la maison. Un ami à la guitare et plein de chansons dans mon salon... une pause apéro puis un camion de pizza pour....  manger des pizzas bien sur, dans le garage, il faisait pas très beau. Un deuxième temps de chansons joyeuses puis des petits gâteaux et vin mousseux pour tous. Pour une fois, j'ai vraiment choisi de faire ce que je voulais. Et ce nouvel âge s'est passé en douceur et en joie.

Une opération pour mon homme, cela nous a inquiétés mais je pense qu'il n'y a plus rien à craindre. Il se remet bien et reprend déjà ses activités.

Une fête d'amie (anniversaire et retraie) où l'on a retrouvé des gens charmants que nous avons plaisir à revoir.

Du travail qui parfois commence à me peser car je ne suis plus toute jeune.

Un dimanche tranquille dans la ville adorée, un petit restau pour nous deux, des musiciens au coin des rues, des peintres partout, et une rencontre à l'heure de partir, une dame connue d'un commerce où l'on va, et elle nous fait des confidences, l'échange est intense.... et enrichissant. Nous partageons l'amour de cette ville, et plein d'autres choses encore. Rares instants qui font du bien.

Une naissance : me voilà mamie d'un deuxième petit enfant : une petite fille. C'est beau la vie ! Elle est du même mois que moi, et sa maman qui est ma fille. Tout s'est bien passé. Nous stressions beaucoup avant car le premier accouchement fut difficile.

Une cousinade qui fait bien plaisir une fois tous les deux ans. Je l'ai organisée avec ma soeur cette fois-ci. Restaurant puis balade ou jeux chez moi avec un goûter pour cloturer.

 

Je ne sais pas si je repasserai par là ou pas. De temps à autre sans doute. Ecrire, j'aime toujours ça, mais parfois je ne sais plus trop quoi écrire. Et puis ça prend du temps. Et puis quel intérêt ? Et puis, tout ça, tout ça.

 

 

Posté par melancolie85 à 18:35 - Commentaires [7] - Permalien [#]