sensiblement

09 décembre 2016

Ralentir !

TOUT S'ACCÉLÈRE - Un film de Gilles Vernet - Bande-annonce

Hier soir, malgré ma forme non-olympique, nous sommes allés au cinéma voir un film-documentaire suivi d'un débat dans la ville d'à côté. "Tout s'accélère". Il y avait du monde. Le temps est le sujet. "on n'a pas le temps" "on est stressé parce qu'on manque de temps" "faut aller plus vite encore plus vite" bref. Un ancien trader est devenu instituteur et pose le sujet à ses élèves, ils philosophent sur le sujet, avec leurs mots à eux et nous les envoient en pleine figure. Il y a eu débat après le film avec le réalisateur, par skype. Comme d'habitude, je n'ose pas poser de question. J'écoute.

Et oui, le temps c'est de l'argent ! alors surtout ne pas en perdre. Et pourtant, hier soir on nous a encouragé à repenser cela, à ralentir.... Moi je n'ai jamais été à toute vitesse, quand je le fais je perds vite les pédales. Le cerveau semble ne pas suivre. Je me souviens d'une sortie avec quelqu'un dans ma vie de jeune adulte, une sortie à magasiner, elle marchait comme une folle à toute allure et j'avais du mal à suivre, et je ne voyais surtout pas pourquoi il fallait aller si vite. Lorsque j'allais acheter des vêtements avec ma mère ou ma soeur, c'est sur on n'entrait pas dans 50 magasins, le but était de trouver ce qui nous convenait et ensuite, stop on ne faisait pas les magasins par plaisir et surtout pas au pas de course.

C'est comme pour les enfants, il faudrait arrêter de les gaver d'activités, qu'ils aient le temps d'imaginer, de s'ennuyer... sentir le temps qui passe gentiment, doucement.

Ne pas vouloir tout tout de suite. Pour avoir tout tout de suite, il faut de l'argent tout de suite, donc travailler plus tout de suite, nous sommes des esclaves en fait.....

Je suis contente, ça tombe bien, mon week end s'annonce assez calme, juste une invitation pour dimanche. Cà me va.

Surtout arrêter de se comparer aux autres. Bien souvent encore, je me fais avoir à vouloir vivre la même vie que certains, pensant que ce sont eux qui ont le bon modèle. Chacun a son modèle de vie.

Arrêtons d'être pressés.

Cette soirée était organisée par un nouveau collectif "colibris" qui vient de naître par ici. Je m'intéresse un peu à ce qu'ils envisagent faire.

 

Posté par melancolie85 à 16:54 - Commentaires [6] - Permalien [#]


07 décembre 2016

Il faisait beau aujourd'hui ....

Pourtant mon moral était plus bas qu'à l'habitude. Je ne retrouve pas vite la forme, ma voix revient et repart. La gorge pique. J'use et j'abuse de tout ce qui est possible de prendre sans ordonnance. Je suis surement juste fatiguée.

Hier soir, nous étions en réunion. Préparer le prochain trimestre. Il n'y a plus qu'à cette occasion que je réunionne. J'ai tout plaqué déjà depuis longtemps les autres réunions d'association. Pourtant parfois on y riait joyeusement. Mais j'en revenais aussi parfois très attristée et en colère. Dans le fond, il y avait surement plus de négatif que de positif. A cette époque, ça alimentait beaucoup mon blog. Comme aussi la vie de ma mère en maison de retraite. Bientôt,je me demande ce que je pourrai dire. Juste parler de moi avec moi.

Aujourd'hui j'avais promis à une personne rencontrée en CNV (ça aussi c'est terminé) d'aller marcher avec elle. J'ai maintenu malgré mon état. Elle m'a emmenée sur un chemin que je ne connaissais pas. Nous avons autant parlé que marché. Nous sommes assez en accord. C'était bien.

Mais ce soir, je suis claquée.

Et Noël ne me dit rien, malgré toutes les lumières qui scintillaient dans la ville !

Posté par melancolie85 à 20:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 décembre 2016

Miel et citron

C'est un temps à tisane, une tisane pour retrouver la voix, et aussi la voie du travail.... car là c'est un peu raplapla !

Vendredi, l'homme commençait à se sentir mal. Nous avons reçu malgré tout les invités prévus autour d'un apéro, c'est bien plus vite fait qu'un repas, et on a tout son temps pour discuter.

Samedi, nous devions aller au restau. Il a abdiqué. J'y suis allée seule avec deux amies, c'était prévu depuis longtemps. J'ai eu mon quart d'heure de gloire aussi, avec une quinte de toux un peu forte au restau. Lui c'était côté digestif que ça n'allait pas, y avait sans doute un virus qui était passé par là. Moi, c'était la gorge qui défaillait depuis quelques jours.

Dimanche, il était guéri, et moi j'ai répondu à une amie qui tentait de nous voir : viens déjeuner. Puis, nous avons bricolé pour Noel. C'était bien. Mais de moins en moins de voix.

Ce matin, presque plus de voix et fatigue.

Aujourd'hui, je ne bouge pas. Pas du tout envie de bosser. Envie de rien. Juste dire ça à mon blog.

Eau chaude, citron, et miel.

Posté par melancolie85 à 17:58 - Commentaires [7] - Permalien [#]

02 décembre 2016

Cà fait longtemps qu'on n'a pas écrit ensemble

Allez, allez, on y va pour

D E C E M B R E

Je commence avec le D et vous continuez chacun avec la lettre suivante. Attention Rimes obligatoires.

D ehors il y a le vent qui souffle l'hiver et ses prémices

 

résultat :

D ehors il y a le vent qui souffle l'hiver et ses prémices
E t le soleil nous fait tout là-haut dans le ciel un gros caprice
C est l'heure, la journée peut commencer
E videmment, ce soir nous irons danser
M onter sur nos ergots pour chanter la ballade
B oire et trinquer à la fierté de nos gonades
R etrouver nos compagnes dans la niche de nos ébats
E t mélanger, démêler, qui est chasseur ou proie

 

Merci à tous.

Posté par melancolie85 à 14:15 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

30 novembre 2016

Parfois, j'ai envie de bondir ...

Coup de fil d'une amie sur le fixe. Je raccroche deux fois parce que je suis en ligne sur un portable pour un dossier important. Elle rappelle, elle est tenace. Je prends son appel et lui explique pourquoi j'ai raccroché.

Juste quelques nouvelles, ils n'ont pas pu venir à l'anniversaire. Et la voilà repartie comme d'habitude sur son "ras le bol" du travail. Cela fait des années que j'entends le même discours. Elle bosse un week end sur trois, environ. Le planning est fait à l'avance, il y a parfois quelques surprises ou changements. C'est comme ça depuis son début de carrière. Et elle continue de gémir parce que à cause de cela, ces week end sont parfois compromis.  Quand elle veut fixer une date, elle a un choix limité. Et parfois, elle doit renoncer à quelques invitations qui tombent le mauvais jour. Et elle prétend que tout le monde s'en fout, que chacun regarde son nombril, qu'elle n'est pas comprise. Toujours, toujours la même rengaine.

A plusieurs moments de sa vie, elle a pensé à changer d'emploi. Je l'ai même aidée en écrivant ses courriers. Hélas, elle n'y a pas mis toute l'énergie qu'il aurait fallu, je pense. Je lui soumets, ce matin, de prendre sa retraite. Et je l'entends sortir de ses gonds car elle prétend que c'est impossible, qu'elle ne va pas s'arrêter maintenant, qu'elle y perdrait beaucoup en argent, et qu'elle a besoin de son argent.

Puis après je lui dis que régulièrement personne ne comprend personne. Qui comprend les agriculteurs ? Qui les comprend quand en été, nous sommes obligés de rester chez nous, tandis que les autres sont en vacances ou font la fiesta, parce qu'il y a de nombreux travaux à effectuer. Qui m'a comprise moi alors que je ne partais pas en vacance ni en balade, que je restais là parce que j'avais un mari indisponible et que je n'osais pas partir seule avec les enfants ? Je n'ai jamais eu une seule proposition de ce genre, "viens on t'emmène". Elle a entendu sans trop savoir quoi dire, toujours en continuant de parler d'elle.

La conversation s'est vite terminée. Je pense que je l'ai sérieusement dérangée.

J'en ai marre de tous ces gens qui se plaignent de leur boulot. Ils devraient être heureux d'en avoir un, et accepter les soucis qui vont avec, depuis le temps.... Je connais une autre personne qui a le même travail que cette amie, et qui du coup doit assurer un week end sur deux, c'est encore pire.

Je trouve les gens bien insatisfaits. Comme quoi la fête serait plus importante que le travail en lui-même.

Si elle travaille le week end, bien sur elle compense en semaine, ce qui n'est pas le cas des agriculteurs.

Je ne suis pas sure qu'elle ait bien compris, il faudrait qu'elle vive chez nous pendant au moins un an pour cela.

L'autre jour, j'ai vu une jeune fille qui attendait impatiemment un emploi stable comme infirmière, elle n'a que des missions ponctuelles, et je crois que ça ne la gênerait pas de travailler le week end, sinon elle aurait choisi un autre métier.

Comme les gens sont exigeants et incompréhensifs ! A chaque métier ses désagréments.

 

Posté par melancolie85 à 11:27 - Commentaires [14] - Permalien [#]


29 novembre 2016

Puisqu'on en parle ....

Oserez vous me dire en quelques mots comment vous la vivez votre hypersensibilité si vous êtes concerné(e) ? En êtes vous fier(e) ? est ce un handicap ? ou au contraire un plus ? oserez vous ?

Posté par melancolie85 à 22:01 - Commentaires [14] - Permalien [#]

27 novembre 2016

L'hiver approche ....

Hier soir, j'avais promis que nous irions au concert dans la commune voisine. C'est une amie qui participait à son organisation. Il n'y avait pas foule. Et la cause était bonne, pour les enfants. Deux chorales que je ne connaissais pas se produisaient. A la fin de la première partie, il y avait un pot, nous devions quitter l'église pour une salle. Vite, les hommes d'un côté, les femmes de l'autre. Quelle horreur ! j'ai parlé avec quelques personnes de notre entourage, et d'un coup, elles me lâchent du genre "à bientôt" sans me proposer de prendre quelque chose avec elles. Du coup, je retrouve mon mari et reste près de lui et de nombreux hommes à cet endroit. Quelques femmes aussi ont fait comme moi. Puis une choriste de mon groupe était là aussi en spectatrice et est venue me retrouver, j'ai aimé ce moment là. Ensuite retour à l'église pour la deuxième partie. Difficile encore pour moi de voir les qualités et défauts de ces groupes, tandis que ma collègue les trouvait, elle. Nous nous sommes salués en partant.

Aujourd'hui, j'avais convié des neveux pour fêter l'anniversaire de leur oncle. Aucun n'était disponible. Finalement, je n'ai rien fait de spécial. J'ai reçu mon beau père pour le repas de midi. Et l'après midi, tandis que mon mari était parti aider notre fils, j'ai bricolé un peu pour Noel, j'ai envie de faire un peu de déco, mais c'est du facile, du genre : des pompons, ou des petits animaux en bouchons. C'est super pour se vider la tête. J'ai tenté quelques coups de fil, sans réponse, envoyé quelques sms, avec réponse. J'ai cru bon d'envoyer un sms à quelqu'un que j'ai senti en détresse vendredi soir. Nous avions longuement discuté à la fin de la soirée. Elle m'a répondu. J'ai senti du mieux. Ouf !

Moi qui ai si souvent attendu des autres, j'espère moins attendre et plus donner, car d'autres ont besoin de soutien. Ce même soutien que l'on espère tant parfois. Et voilà encore un dimanche de passé, calme et reposant !

Enfin ça n'a pas du être reposant pour tout le monde, vu l'effervescence des élections. Bref, je n'en dirai rien !

Posté par melancolie85 à 22:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]

26 novembre 2016

le sujet

Chaque mois, nous avons une réunion à thème dans notre association. Il est certain que depuis le nombre d'années qu'elle existe nous tournons essentiellement autour des thèmes sur les phobies, de toutes sortes, et de tout ce qui va avec. Certains sujets sont même repris chaque année, comme à la réunion d'accueil où parfois arrivent de nouvelles personnes, ou au cours de l'année parce que l'on pense qu'il est bon d'en reparler, étant donné que l'auditoire change.

Cela faisait longtemps que j'avais envie que l'on parle de l'hypersensibilité, parce que je suis concernée, et que je pense qu'une grande partie des anxieux est concernée. J'avais lancé l'idée, ils l'ont acceptée en réunion de bureau à laquelle j'étais absente. Comme je l'ai déjà écrit il y a quelque temps, cette réunion a été préparée par la psychologue et moi même, et déjà nous avions vraiment aimé toutes les deux ce moment partagé. Puis nous avons échangé quelques mails pour fournir le sujet. Puis j'ai écrit mon témoignage qu'au début je ne devais pas lire. Je devais juste lui donner et elle l'aurait lu comme un article retrouvé dans un magazine. Au dernier moment, je lui ai proposé d'assumer mon témoignage, de le lire et de prendre ma place dans cette réunion. Elle a beaucoup apprécié.

La soirée est passée. Nous étions une dizaine, comme nous le sommes régulièrement maintenant, des habitués avec quelques nouveaux. Elle a introduit le sujet. Puis j'ai lu mon texte, lentement pour que les paroles résonnent en eux. Aussitôt, la plupart ont dit combien ça leur faisait écho. Je ne rentrerai pas dans les détails, chacun exprimant sa plus ou moins grande sensiblité, et dans des domaines différents, jamais très loin de l'anxiété. L'une rêvait d'une île déserte, l'autre de partir au pays où cela est apprécié qu'on soit hypersensible... La discussion a été bon train. On ne s'est pas trop éloigné du sujet.

Et surtout, surtout, on a tenté de positiver. Est ce une tare d'être hypersensible ? Non bien sur. Nous ne sommes pas comme la plupart. Est ce grave ? Nous sommes plus créatifs, certains en ont pris conscience, d'autres non. Nous vivons à notre rythme. Nous sommes, le plus souvent, plus humains. Finalement, on se trouve des qualités et il faudrait en être beaucoup plus conscient. Surtout ne pas cacher notre sensibilité, en faire une force.

J'ai été ravie de ces discussions. J'espère que nous revendiquerons de plus en plus souvent notre hypersensibilité.

Je l'ai vue aussi longtemps comme un handicap, cela m'arrive encore, mais je sens une lente transformation. J'espère avoir su convaincre. 

 

Posté par melancolie85 à 11:32 - Commentaires [6] - Permalien [#]

23 novembre 2016

en vrac

J'ai été heureuse de lire des commentaires sur mon dernier post concernant ce besoin d'humanité que nous avons tous. Finalement, chacun pourrait, à sa façon, faire plus, il suffit de le vouloir, de mettre en pratique....ne serait que donner un sourire !

La fin de semaine dernière a été consacrée à la préparation de l'anniversaire de l'homme qui changeait de dizaine. Nous avions convié quelques proches : famille et amis, collègues très très proches. Je préférais savoir sur qui compter plutôt que laisser faire.... J'ai besoin de contrôler la situation. Les gens ayant vite donné leur réponse, j'ai pu préparer en sachant le nombre quasi exact.

Cakes faits maison, verrines faites maison, pain d'épice foie gras (yes, y a juste à tartiner), dernières tomates de la serre cueillies, quelques biscuits achetés, petits fonds de tartes achetés et remplis de compote maison et boudin noir. 8 litres de potage fait maison. Haricots secs maison. Fromage. Petits gâteaux de chez le patissier. Clémentines. Café. Infusion. Tout cela arrosé de punch et vins. C'est du boulot pour 30. Certains n'étaient pas disponibles. Je dirais presque heureusement car la maison n'est pas extensible. Je souhaitais une pièce pour manger, boire et discuter et une autre pour danser. La danse n'a pas eu un franc succès, cependant je suis contente d'avoir réussi mon pari. Je voulais qu'on danse. Pas facile à imposer. D'ailleurs on n'impose rien du tout. Certains ont joué le jeu, d'autres aucunement. Il y avait peu de place. C'était bien.

L'homme n'avait pas tant envie que ça de fêter l'évènement. Soudain, il s'est réveillé, c'est dans 15 jours,il faut quand même prévoir quelque chose. A cette saison, pas si facile. Louer une salle, pfff juste pour ça ? non. Plus tard, au beau temps, il pense prévoir autre chose en élargissant grandement les invitations.

Dimanche, j'étais k o. On a regardé le soir le résultat des élections. On en connait qui se réjouissent des résultats, étant proches de l'individu. Je suis nulle en politique. Je ne comprends jamais les stratégies. Je rêve d'un monde qui n'existe pas, où tout serait justice, où on aiderait les moins bien lotis, tandis que les mieux lotis accepteraient de participer à cela, sans embistrouille. Je rêve de travail pour tout le monde, de tolérance pour tout le monde, pas de racisme, pas d'homophobie.... Je rêve. Aucun d'eux ne me fait rêver !!!!!!!  Je ne suis pas allée voter !

Aujourd'hui, je vais aller signer la vente d'un bien de la succession de ma mère. Première étape. J'espère que tout va bien se passer. La décision a été longtemps mûrie. Nous aurions pu garder ce bien, mais il aurait fallu tant d'énergie pour soit le voir tomber, soit l'aider à se relever. Je n'avais pas cette énergie, lui prétendait que oui. Je ne l'ai pas cru. Hier nous sommes allés récupérer tout ce qui nous plaisait et pouvait s'emporter, le reste reste, ce sont des installations techniques, des vieux moteurs, des choses intransportables. J'ai refait des photos. Mes souvenirs seront désormais dans ma tête. Seul bémol, personne avec qui les partager. Mon enfance est là bas. Je l'abandonne.

Réflexion : pourquoi je continue ce blog ? toujours ça revient. Pourquoi s'épancher ici ? Parce que je ne trouve pas dans la vraie vie ces contacts là. Si peu de gens parlent d'eux-mêmes. Ils parlent de la pluie, du beau temps, de ce qu'ils ont fait le week end (et encore !), de ce qu'ils mangent, de politique, mais d'eux mêmes, si peu. Pour ne pas saouler mon entourage proche, je préfère confier à ce blog qui part dans l'univers mes mots, mes simples mots, mes émotions..... parce qu'ils ont besoin d'être écrits quelque part. J'espère que je ne vous ennuie pas, je parle quasiment toujours avec le "JE", j'espère ne pas être narcissique. 

Posté par melancolie85 à 10:46 - Commentaires [15] - Permalien [#]

17 novembre 2016

belle rencontre

Hier j'étais agacée par mon électricien qui n'arrivait pas à installer un variateur dans le salon, il passait son temps au téléphone, engueulait ceux qui lui répondaient. Puis je suis partie avec une amie pour un film "documentaire" sur les migrants. Il y avait du brouillard, j'étais stressée, elle conduisait trop vite à mon goût. Puis il y a eu ce film "la mécanique des flux", forcément ça ne détend pas.... Je le savais en ayant choisi d'y aller. Très chaud dans la voiture, très chaud dans la salle, puis froid plus tard, et me voilà avec un gros mal de tête qui n'était pas passé ce matin.

Alors j'ai appelé le "sauveur" l'ostéo, je pensais déjà l'appeler il y a quelques jours pour une révision de la mécanique.... Et là, je lui explique tout. Il trouve que le foie est encombré, la colère peut faire ça. Oui, j'étais en colère contre mon électricien. Et puis il y a eu ce stress en voiture, le film noir. Et là, il veut savoir pour le film, j'explique que ce ne sont que des témoignages de migrants en Europe, de beaux et forts témoignages auxquels on ne peut rester insensible.

Et là il m'explique ce qu'il a fait récemment : il a invité une famille au restaurant. Il a juste croisé cette famille au centre commercial le samedi dans la journée, il a parlé aux enfants qui commençaient à mendier, il est parti, puis est revenu sur ses pas avec sa femme pour inviter au restau la famille entière. Le soir, lui et sa femme sont venus au rendez vous et il y avait les 3 enfants mais pas les parents. Le grand des enfants a dit que ses parents étaient d'accord, qu'il n'y avait pas de problème. Ils ont hésité et puis les voilà entrés au restaurant. Et ce fut la joie pour tout le monde. Plus tard, le père est arrivé. Ils ont eu peur de la réaction. Il venait au devant des enfants et avait le sourire jusqu'aux oreilles. Ainsi mon ostéo a pu avoir un témoignage direct de cette famille qui venait juste d'arriver d'Erythrée. Ils sont à l'hotel en attendant un logement. Il veulent faire leur vie ici, ils ont tout plaqué là bas.

Je suis restée interloquée.

Jamais je n'ai eu cette idée.

Ils l'ont fait, ont échangé coordonnées. Le soir ils se sont couchés très contents de cette action.

Posté par melancolie85 à 20:02 - Commentaires [16] - Permalien [#]