sensiblement

27 décembre 2022

Ce dont je me souviens

Les cadeaux de Noël, il parait que ce n'est pas très ancien. Années 1950. Mes parents me parlaient d'une orange qu'ils avaient pour cadeau. Cette fameuse orange que j'aime lire dans un beau texte de je ne sais plus qui.

Pour ma part, on me disait que c'était le petit Jésus qui apportait les cadeaux. Je ne sais plus à quel âge j'ai compris. Sans doute quand j'ai découvert en haut de l'armoire quelques paquets ou que j'ai vu ma mère aller et venir alors que j'étais couchée la veille au soir de Noël dans cette même chambre, pensant que je dormais.

De mes cadeaux d'enfant j'ai quelques souvenirs :

- un livre du manège enchanté

- un jeu d'allumettes colorédo

- une dinette

- une balance avec des poids pour jouer à la marchande

- une poussette

- une poupée

- un piano (jouet bien sur)

- un jeu de fléchettes

plus tard un parapluie, une robe de chambre .......

Un cadeau dans les chaussures, pas cinquante.

Où en est on maintenant ? Beaucoup trop. Et pas qu'à Noël, aussi aux anniversaires. 

J'ai la nostalgie du matin de Noël où je n'avais d'yeux que pour ce joli paquet dans ma chaussure. A peine si j'osais l'ouvrir, le trouvant si beau.

 

 

Posté par melancolie85 à 17:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]


25 décembre 2022

N O E L

Je vous souhaite un bon Noël !

Pourvu que vous soyez entourés, au chaud et que vous ayez envie de sourire.

Et si ce n'est pas le cas, j'espère pour vous des jours meilleurs.

 

Je pense bien à vous même si j'ai du mal à revenir sur ce blog.

Posté par melancolie85 à 12:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 novembre 2022

les poubelles

Hier après midi, bien m'en a pris d'aller enfin porter les poubelles 200 m plus loin, dans le molok qui leur est destiné. Il fait très beau, ça me fera prendre le soleil. Cà chassera peut être le gris de ma tête. Récemment, quelque chose s'est passé qui m'a tourmenté et qui me tourmente encore. Bref, je suis proche du molok, je pose ma carte sur l'écran et c'est à ce moment que surgissent deux vélos. Ils me surprennent et je suis contente de discuter non pas avec les vélos mais ceux qui sont dessus, un petit quart d'heure à échanger avec ce couple que je connais, juste à la retraite aussi. Quand ils partent, je termine donc mon opération "poubelles" et je repars. Aussitôt une voiture s'arrête, un couple de cousins, et c'est reparti pour le petit moment d'échange. Pendant ce même temps un salut d'un autre couple qui passe en voiture. Une fois ces échanges terminés, je suis remontée chez moi, reboostée. Et dire qu'à dix minutes près, j'aurais loupé cela. Je trouve toujours bizarre ces coïncidences du temps. Pourquoi j'ai choisi pile ce moment pour descendre ?

Posté par melancolie85 à 11:13 - Commentaires [5] - Permalien [#]

05 novembre 2022

Avec Francis

Mercredi c'était IRM. J'avais planqué l'ordonnance sous le paquet. Rien que de prononcer le mot, ça me donnait des sueurs. Pourtant il fallait le passer ce fameux examen et à l'approche d'un autre courant novembre, j'en avais besoin.

Il y avait des excuses possibles : impossible de trouver un rendez vous.... Mais finalement on m'indique un CHD qui depuis peu donne des rendez vous plus rapides. J'appelle (espérant presque qu'ils ne trouvent pas de créneaux) et on me donne le protocole. Un mail avec détails et ordonnance et on me rappellera. Les semaines passaient sans appel, je me disais que j'irai à l'examen sans l'IRM vu qu'il n'y a pas de place. Et la semaine dernière, le CHD m'appelle me proposant un rendez vous cette semaine. Je dis OUI et j'explique, hyperanxieuse, et patati, et patata. La dame me propose un petit comprimé à prendre avant, elle m'envoie l'ordonnance pour cela et aussi pour l'injection à l'IRM. Je vais chercher tout cela à la pharmacie, je n'en mène pas large. La pharmacienne discute de cela, elle dédramatise. Donc, je prends mon petit décontractant la veille au soir, et le matin de l'IRM. Ca a bien fonctionné, presque 30 minutes dans l'appareil un bandeau sur les yeux (que j'avais demandé). On me propose d'emblée de la musique, il y a une liste où on choisit. J'ai choisi Francis (Cabrel), avec lui tout devrait bien se passer.

Une fois rentrée, j'ai dormi tout l'après midi comme un bébé.

Merci Francis.

Posté par melancolie85 à 10:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 octobre 2022

Aujourd'hui la sophro

Un temps pour moi, une heure qui déborde souvent un peu. Du temps pour s'exprimer, du temps pour des exercices de respiration, pour apprendre à lâcher, du temps de visualisation, de relaxation, et puis du temps pour encore s'exprimer...

J'ai hésité à m'inscrire mais maintenant je suis sure de moi, cela me correspond.

Les échanges de ce matin étaient profonds, sur la relation à l'autre, aux autres, qu'en attend on ? La solitude vécue par les gens seuls dans la vie. L'amitié et la jalousie en amitié. Beaucoup de thèmes abordés par nous trois. Petit groupe. 

Dans ma semaine, hors vacances scolaires, il y a désormais ce temps là.

Posté par melancolie85 à 19:44 - Commentaires [6] - Permalien [#]


12 octobre 2022

Maintenant

Maintenant, j'ai plus de temps. Même si je rends encore quelques services au bureau mais c'est tellement différent d'avant. Tant de choses qui attendent et qui peut être attendront longtemps, il faut vraiment se décider pour faire tous ces rangements, ces tris.... Je procrastine facilement.

Lui aussi a plus de temps. Même si il rend encore quelques services....

Le métier, on ne s'en détache pas comme ça. Mais ce ne sont plus nos épaules qui portent les différentes entreprises.

A la rentrée, j'ai eu peur. La peur, ça me connait. Peur de ne pas savoir quoi faire. Pour l'instant, ça va. Je me suis réinscrite à l'atelier d'écriture. Ce n'est pas chaque semaine, plutôt tous les quinze jours. Il y a parfois des ateliers ponctuels. Je n'ai pas osé reprendre la chorale même si ça me manque de chanter. Réintégrer le groupe est compliqué, changer de chorale est compliqué. Je laisse de côté tout ce qui est compliqué.

Chaque jeudi matin, j'ai intégré un petit groupe de sophro. Sans le savoir à l'inscription, je connaissais vaguement l'animatrice. Nous sommes environ 5 participantes. Cà me convient. C'est la nouveauté de l'automne. Un pas en avant pour moi. Chaque fois que j'intègre un groupe, c'est une réussite pour moi. J'ai beau prendre de l'âge, cela reste une lutte.

Je marche le plus souvent possible, ça soulage ma névralgie. L'autre après midi, j'ai marché seule en forêt, avec un peu de crainte, mais je l'ai fait, 10 km seule. 

J'aimerais être plus active sur vos blogs mais sur beaucoup je n'arrive plus à laisser de message, je me demande bien pourquoi. Cela vient sans doute de mon PC mais hélas, je ne sais quoi y faire. Pardonnez moi.

Posté par melancolie85 à 16:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2022

Ils disent souvent

- Ah ? vous n'avez pas pris le chemin ? 

- Non, jamais.

- Et pourquoi faites vous l'accueil ?

- Parce qu'on est situé au bord du chemin et que j'ai senti que nous avions un rôle à y jouer.

 

Depuis 2009, nous accueillons des pèlerins. Comme j'avais hésité à prendre ce rôle ! Je ne me pensais pas à la hauteur. Il n'y a pas de hauteur pour préparer un lit, un repas, et un petit déjeuner, et quelques sourires. 

Hier soir, c'était encore une belle soirée, une soirée qui remue, car elle a décelé en moi quelques failles et a tenté de les explorer ou plutôt de me les faire explorer. Je ne suis pas rentrée dans tous les détails de ma vie, pourquoi cette anxiété, pourquoi cette dévalorisation. J'ai dit ce que j'avais envie de dire, tandis qu elle nous a parlé de la sienne. Elle a eu une vie trépidante, je dirais que pas moi. Mais elle m'a surtout dit que rien d'autre ne compte qu'aujourd'hui car hier n'existe plus, et demain pas encore. Le ICI et MAINTENANT, c'est cela qu'il faut vivre et au mieux possible.

Posté par melancolie85 à 11:06 - Commentaires [8] - Permalien [#]

17 août 2022

le départ

Avant hier je reçois un coup de fil m'annonçant le décès de quelqu'un. Ca faisait longtemps que je n'avais pas eu de nouvelles et voilà que j'apprenais sa mort. J'avais connu cette dame aux ateliers d'écriture. Après plusieurs dates, j'avais fini par apprendre qu'elle habitait ma commune d'enfance, elle en était partie pendant longtemps puis revenue au pays et mariée au pays. Elle ignorait mon existence. Nous n'étions pas du même monde, elle était d'une famille très bourgeoise et pas moi bien sur. Une amitié était née. En dehors des ateliers, nous nous voyions quelquefois pour des petits ateliers entre nous, avec aussi une autre personne devenue amie. Puis ces moments se sont espacés. Elle n'est plus venue aux ateliers prétextant moins d'aisance pour écrire. Elle me disait que souvent les relations qu'elles commençaient s'effilochaient dans le temps. Finalement avec moi c'était pareil. Elle était assez perdue dans sa tête, difficile à suivre, parfois rigolote, parfois s'inventant de droles d'histoires. Elle avait eu une drole d'histoire. On aurait dit qu'elle m'avait donné la marche à suivre, je ne l'ai plus beaucoup appelée. Elle m'a appelée la dernière fois l'hiver dernier je pense.

On ne s'appellera plus. Je suis allée avec mon mari faire une visite au funerarium comme ça se fait chez nous. Et ce matin, je suis allée seule à la sépulture. Je pensais y voir d'autres têtes puisqu'un mail a été envoyé à ceux qui l'avaient croisée aux ateliers. Hélas, j'étais seule. La tristesse m'a envahie depuis. J'étais seule parmi plein de gens de sa famille, ses amis, mais ceux que j'avais pensé voir n'étaient pas là.

En sortant j'ai salué deux personnes connues autrement, je me suis forcée sinon je revenais sans parler à personne. Puis une autre m'a interpelée mais elle se trompait, me prenait pour quelqu'un d'autre.

Je ne recevrai plus de coup de téléphone qui durait si longtemps. Elle ne me fera plus rire, ne m'agacera plus, elle est partie brutalement d'une rupture d'anevrisme semble t il. Il y a quelque temps, nous étions passés devant chez elle en voiture et je m'étais demandée ce qu'elle devenait.

Nous sommes de passage, ne l'oublions pas, et j'ai l'âme triste aujourd'hui. Pourquoi je ne l'appelais plus ? Pourquoi des relations s'arrêtent presque sans raison ? 

Pourquoi je me sens si seule aujourd'hui ?

Posté par melancolie85 à 16:47 - Commentaires [10] - Permalien [#]

16 août 2022

l'été qui se poursuit

A part une nuit à Fontevraud, nous n'avons pas pris de "vraies vacances". C'était super à l'abbaye. Le spectacle des lumières le soir et le lendemain la visite de jour, plus la pièce de théâtre qui se jouait là bas "l'avare" qui n'a pas pris une ride. Toute l'assemblée a ri de cette version un tout petit peu plus contemporaine, j'en redemande de ce théâtre là. Une nuit à l'hotel suffit à me sentir complètement déconnectée et ailleurs.

Il y a eu deux repas d'amis pour des anniversaires, un en famille avec les nôtres, un pique nique d'association, un théatre tout près de chez nous "l'importance d'être constant".

Il y a multitude de propositions le soir, mais je sens que l'homme fatigue. Je n'ai pas envie de toujours le relancer. Bientôt il a envie de se lancer seul dans un petit périple. A cause de mon souci de santé et également de mon manque d'entrainement, je ne l'accompagnerai pas. Je vais devoir me faire à l'idée de passer une dizaine de jours seule. Par moment, je me dis que c'est bien pour faire ce que je ne fais jamais, ranger, classer, trier, nettoyer. Puis à d'autre moment, je sens la tristesse arriver à grands pas. Il ne faut pas que je l'empêche de faire ce projet. C'est pour une fois un projet hors travail. 

Nous voilà en partie déchargés de beaucoup de travail, et pouvons penser maintenant à une vie de retraités.

Finalement, ça fait un peu peur. Qu'allons nous faire ?

Posté par melancolie85 à 16:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 juillet 2022

L'été qui divertit

Il y a foule de propositions. Exceptionnellement cette année, nous n'irons pas au festival habituel. Je n'ai tilté pour aucune soirée, peut être à cause de la foule que ça représente, peut être à cause du "mal assis". La névralgie pudendale est bien installée, je vis avec elle, elle me rappelle à l'ordre tout le temps, alors le derrière sur l'herbe c'est un peu plus difficile qu'à l'habitude.

Nous avons opté pour une soirée dans un autre festival à une heure de chez nous au sud du département . Un festival de musique dans les petites cités de caractère. C'était Julien. Clerc bien sur. Les autres soirées sont plus musique classique ou autre que l'on connait moins. Ah Julien, je ne m'en lasse pas, quel enthousiasme, quelle voix, quelle présence, quelle simplicité, quelle joie, quelle musique !!!!!!!!  C'était dimanche dernier.

Cette semaine, trois jours avec mon petit fils. Et il faisait si chaud. Nous avons joué aux cartes en début d'après midi dans le salon bien sombre.

Le 14 juillet, un pique nique de copains au bord de la rivière. Un jeu de cartes et une petite ballade en fin d'après midi. Puis le soir un feu d'artifice. Pourtant je suis contre. Il y en a plein d'interdits, pas celui là. On a suivi les autres. Et quand j'ai appris le drame du feu d'artifice pas très loin, j'ai été horrifiée. Je suis contre, car on brule de l'argent qui serait surement mieux placée ailleurs, dans les logements par exemple. Et ce n'est pas du tout écologique. Mais les gens veulent du plaisir à tout prix, de la fête à gogo. Et finalement je fais partie des gens...... qui pensent qu'il n'y a pas que les loisirs dans la vie, non. Ils sont intéressants que s'ils se distinguent du reste, c'est la rareté qui donne du goût aux choses.

 

Posté par melancolie85 à 12:10 - Commentaires [4] - Permalien [#]