Il travaille trop, il le sait, il n'en finit pas de ne plus travailler. Il est retraité, mais juste sur les papiers. Il est maintenant bénévole et fait tout comme avant, en attendant que les choses se mettent en place. Il me promet la lune. Je n'espère pas la lune, je voudrais qu'il ralentisse. J'ai toujours pesté pour ça. On s'était dit qu'on prendrait 3 Jours pour aller marcher, après les gros travaux. Il n'en parlait plus, et moi bêtement j'attendais. Et à force d'attendre, la température monte. Je suis allée marcher avec une amie l'autre jour qui est à la retraite depuis peu, et son homme aussi, même métier que le mien. Lui a sérieusement ralentit et est presque passé à autre chose. Cà m'a mise en boule.

Et les autres, ceux que je cotoie à la chorale, à l'écriture, qui ne parlent que de leurs sorties, de leurs voyages, de leurs escapades, de leurs week end à venir. On se demande si un jour ils ont travaillé ceux là. Pourtant si. Mais jamais de question sur le travail, toujours on parle loisir. Cà m'a mise en boule.

Vous voyez, on le dit... on s'exprime fort,  ça ne change pas grand chose,   ensuite on se met en boule,  et on attend que ça passe.

Ouf j'ai fait ma séance de yoga, aucune conversation, juste des postures, des chants, ça me va.

Et j'ai reçu une carte postale d'une pèlerine qui est arrivée au bout de son périple. Partie de la région de Cherbourg, et arrivée à Santiago, seule. Cà, c'est du baume au coeur. Bravo Madame.