Depuis le dernier orage, j'ai une fois de plus compris que je ne devais pas me comporter en victime. Ma vie est beaucoup plus belle que beaucoup d'autres vies. Je me laisse juste submerger par trop d'émotions. Elles ne me laissent jamais tranquilles. J'analyse tout. J'interprète tout. Il faut calmer ce cerveau bouillonnant.

Le week end dernier fut riche. D'abord il y eut l'anniversaire de mon beau père, un grand âge, toujours de la vigueur... et de la famille autour. Il est important de fêter ensemble. Juste du vin, du cidre, des galettes. J'ai loupé ce même soir un temps d'association basé sur les jeux mais je ne pouvais pas être à deux endroits à la fois. C'est la plupart du temps quelque chose de difficile pour moi. Choisir. Là ce fut assez doux. Je ne suis pas très "jeux" et j'ai vite pensé que l'anniversaire, c'était uniquement ce soir là. Et j'ai pu y voir quelques proches que je ne vois pas souvent.

Puis il y a eu le soir spectacle, celui où j'ai récupéré des billets par le biais d'une connaissance pour nos amis avec lesquels nous sortons le plus souvent. Oui j'ai des amis. Pourquoi j'ai pu penser que je n'en avais presque pas ? Lorsque j'étais assise à côté de R. et de M. soudain je me suis rendu compte de la chance que j'avais. Je ne partage pas tout avec elles. J'ai partagé cette soirée là. J'ai conscientisé cette chance. En plus, le spectacle était de qualité : sketches, danse, chant, j'adore !

Dès le dimanche matin, nous sommes allés voir une expo d'artisans, nous aurons encore quelques travaux à faire à la maison, alors histoire de voir ce qui se fait. Nous avons choisi le matin, pensant qu'il y aurait moins de monde. Nous faisions quelques pas, et paf ... nous avons rencontré régulièrement voisins, connaissances, amis ..... de quoi avancer tout doucement. Mais de quoi me rassurer une fois de plus. J'ai reçu des sourires. Nous avons déjeuné tard. Puis l'après midi, goûter chez fiston. Et au retour, il y avait un message d'invitation sur le répondeur pour l'apéro du soir, j'en étais toute étonnée. J'hésite et l'homme dit on y va. Ces gens là sont si charmants, on ne se connait pas depuis très longtemps mais tout se passe si simplement et joyeusement.

Je remercie l'univers qui je crois a compris ma détresse à un moment donné, il est train de me secouer et de me dire "mais regarde tout autour !"

Pour cela, il est indispensable de lâcher prise, j'en ai déjà eu plusieurs expériences, ça marche ! Mais on n'y est pas toujours disposé.