20 décembre 2016

Soudain !

Soudain se dire : tout ce que je ne me permettais pas de faire avant, je le fais. Non pas tout. Pas tout à fait tout. Mais pas mal quand même. Etre parmi eux un soir, chez quelqu'un que je ne connais pas depuis longtemps, y être, commencer l'apprentissage de nouveaux chants, chanter quelques anciens, écouter le mini-cours de solfège en prenant cela légèrement, puis être autour de la table avec les autres, rire et chanter aussi. Aurais je vaincu la phobie sociale ? Vous avez sans doute remarqué que j'en parle beaucoup moins de cette sacrée phobie. Pour l'instant elle me fiche la paix. Dois je supprimer cette rubrique sur le côté droit, plus bas, là, vous voyez ? Non, pas encore. Surtout espérer moins s'en servir de cette catégorie. Surtout continuer le chemin ....

Posté par melancolie85 à 21:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


31 janvier 2016

Il y a des ratés

Je ne vous ai pas parlé de deux moments qui m'ont gênée récemment :

- un soir : une petite réception autour d'une ré-ouverture d'agence, nous y sommes conviés, je ne me suis pas trop posée la question d'y aller ou pas, ça me semble facile. Arrivés là bas, ce l'est un peu moins, il faut rejoindre un groupe de personnes autour d'un petit buffet, je commence à avoir chaud, et comme les locaux sont exigüs, il y fait vraiment trop chaud... Impossible de se découvrir et de poser ses vêtements quelque part. Devoir faire face à la chaleur, aux gens qui nous entourent, aux petits canapés servis et au verre dans la main, devient tout à coup un tour de force. Je me demande bien comment j'ai fait, nous sommes partis le plus vite possible rejoindre une autre réception plus facile pour moi, dans le voisinage, un endroit plus vaste et plus simple. Je suis déçue.

- un autre soir : j'avais accepté une invitation à un apéro lecture, dans un café, j'y vais avec une amie qui a très envie d'y aller aussi et surtout pas seule. L'endroit m'effraie un peu. Nous avançons dans une petite salle, où nous nous entassons le plus possible pour que ça tienne ici, et là encore j'ai très chaud. Je dois gérer, du coup j'entends mal les textes lus car je suis occupée à mon stress. A la fin, nous prenons un verre, nous rejoignons le bar et là j'aperçois à l'autre bout quelqu'un que je connais, et que je n'avais surtout pas pensé voir ici. Cà me met mal à l'aise. Cette soirée est aussi pour moi un raté car je suis loin de rester naturelle et sereine.

Il y a encore ces moments où dans un contexte social, j'ai du mal.

Posté par melancolie85 à 19:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 septembre 2015

Pas si sure !

J'ai dit récemment que je me débrouillais un peu mieux des situations. C'est sur qu'il fut un temps où j'étais presque renfermée toute la semaine. J'avais eu cette première expérience de bénévole au sein de l'école, ce n'était pas fameux, je faisais ce que j'avais à faire pour le mieux, mais je ne liais pas ou alors très mal de relation avec les autres bénévoles, je me sentais encore une fois si étrangère à leurs conversations, à leurs rires. 9 ans à cacher mes troubles plus ou moins bien, à me forcer pour aller à chacune des réunions, à en rater parfois pour avoir moins mal. Je ne sais pas pourquoi justement je me faisais si mal. Il y avait ce désir d'exister coute que coute. J'avais surement trop vu ma mère seule, elle ne s'en plaignait pas, c'est moi qui ne comprenait pas qu'elle soit si seule. Jamais je n'ai vu mes parents aider une association ou une fête quelconque, sauf en achetant un billet de tombola. Ils n'allaient à aucune réunion me concernant. J'ai voulu faire autrement.

J'ai mes occupations, un peu moins depuis que ma mère est partie. Mais lundi soir par exemple, il y avait des nouveaux à l'écriture, je n'étais pas très à l'aise. Il y avait deux femmes et un homme. Les deux femmes sont amies et elles n'ont pas arrêté de chuchoter ensemble, je me suis dit que c'était mieux d'arriver seule finalement. Au moins on essaie d'aller vers tous.

Devant d'autres projets, je recule. Le dessin, j'ai laissé tomber. Le chant, j'aimerais mais je ne sais comment m'y prendre.

Les portes, je ne vais pas y sonner, j'ai trop peur de déranger.

J'accepte ce que je suis, mais cela pourrait être bien plus fluide que ce ne l'est. Quand il faut décider, j'ai la tête qui bout.

Alors pour l'instant, je laisse couler la vie, je ne vois presque personne.

Demain j'ai une fête, je la crains, je verrai des personnes que je connais un peu, mais pas très bien. Trouverai je ma place ? A mon âge, encore cette question.

Posté par melancolie85 à 18:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 octobre 2013

on ne rattrappe rien

Depuis quelques années, j'ai envie de faire plein de choses, alors qu'avant je végètais, je n'avais pas encore reconnu cette phobie sociale, je crois qu'à partir du moment où j'en ai eu pleinement conscience, les choses ont avancé. Petite, je n'en avais pas du tout conscience, j'avais seulement honte de ma situation sociale. Ado, c'est pareil, j'ai composé avec ma vie. Une fois adulte, c'est là où j'ai commencé à galérer me rendant compte qu'il y avait des étapes que je n'avais pas bien passées. Il me manquait le modèle.

Alors, au lieu de faire, j'ai fui. Combien de migraines sans doute psychologiques (enfin je ne sais pas) m'ont mises de côté. Combien d'excuses bidon j'ai pu trouvé. Je me souviens : on était en vacances (de ce temps là on arrivait à en prendre plus facilement) et nous étions invités à une fête juste le jour du retour, il aurait fallu donc revenir un jour plus tôt. Ah quel alibi j'avais là ! on ne va pas raccourcir nos vacances quand même, et le tour était joué, on n'irait donc pas à la fête. Ils ne nous ont plus jamais invités ! Je composais toujours pour éviter, mais tout cela presque malgré moi..... c'est difficile à expliquer. La peur prenant tellement de place que le cerveau était guidé de façon à éviter, sans que je sois totalement consciente.

Ce que j'ai fait malgré tout : j'ai assisté aux réunions d'école parce qu'intérieurement je m'étais juré de faire mieux que mes parents. Au moins j'étais vue, j'existais pour les profs, mais ça n'allait pas bien loin. J'ai fait partie de l'asso des parents, mais là j'ai bien galéré, je m'arrangeais encore une fois de ne faire à peu près que ce qui me convenait, donc rien de naturel. Et pas réussi à me faire de vraies relations alors que c'est le moment où j'ai contacté des gens de mon âge et de mon secteur. Et puis j'avais l'impression de ne pas avoir d'avis sur les choses.

Depuis qu'on m'a aidé à y voir plus clair, je tente de faire des choses : j'ai fait du développement personnel et j'ai vu que je pouvais avoir ma place dans un groupe. J'ai fait de la gym. J'ai fait de l'écriture. J'ai fait de l'anglais. Je prends des cours de photo. Je suis dans une asso pour l'anxiété et une asso pour ma commune. Tout cela bien sur c'est un long chemin de difficultés, mais au moins je suis sortie de mon trou.

Mais toutes ces années gâchées ne peuvent se rattrapper. Tout ce qui aurait pu naître et être encore aujourd'hui n'est pas au rendez vous. Même si je noue des relations aujourd'hui, il y a un grand vide d'une époque passée où je n'ai pas semé. Et je le sens.

 

Posté par melancolie85 à 12:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 septembre 2013

tout ça pour ça

Dans l'après midi, j'ai eu comme un souffle qui m'a dit que ça allait être bien, alors j'y ai cru ; ce qui n'empêchait pas vraiment le stress, mais il y avait la confiance. Je n'ai pas été déçue par mon intuition. Déjà, le fait que tout le monde arrivait avant le "fêté" était amusant, il fallait donc être là pour l'arrivée, j'ai salué ceux que je connaissais. Nous restions dehors pour saisir l'instant. Ses amis proches lui avaient concocté un programme de journée jusqu'à l'emmener à la salle avec un motif bidon.

Et nous étions tous là : sa famille, ses amis d'univers différents.....

On a senti l'émotion qu'il a quand même maîtrisée. Puis un groupe de musiciens a joué pendant deux heures, avec des chansons revisitées, alors pas le temps de s'ennuyer, si certains on collé le bar, d'autres ont profité de cette prestation, tout en prenant l'apéritif. Puis, il y a eu le groupe des danseuses qui avait créé juste pour lui une très jolie chorégraphie (vu qu'il s'occupe de la danse), il a été vraiment très ému. Quel beau remerciement pour tout ce qu'il fait !

Ensuite, c'était plat unique et nous pouvions soit nous installer à une table très simplement, la part était dans une barquette, ou bien manger debout. Nous sommes allés nous asseoir avec quelques personnes, ça s'est fait tout seul......

Puis nous faisions une animation, on est parti se changer pour devenir un peu africains, et pouvoir danser sur un classique de J. Clegg (morceau adoré par le fêté), il ne s'est pas fait prier pour danser tout de suite avec nous, d'ailleurs lui connaissait la choré tandis que nous pas trop.

Une fois partie dans le groupe, je n'avais plus peur. Ce n'est pas l'alcool qui m'a déshinibée, j'ai carburé au jus de pomme.....

J'ai réussi à discuter avec pas mal de personnes, enfin discuter avec un tel brouhaha c'est un peu difficile, échanger quelques mots sans gros effort......

Nous avons dansé sur les succès habituels : JJG, Téléph., et j'en passe.

C'était bon enfant et il a aimé. Sous son air gêné et un peu bourru, c'est vraiment quelqu'un de bien qui a des connaissances extraordinaires dans tout ce qui est le monde du spectacle. Et puis un peu d'alcool, et il se déshinibe, il change de personnage........

J'ai trouvé que c'était beau tout ce monde rassemblé pour quelqu'un, je l'ai dit, j'ai dit aux gens que j'étais très contente d'être là.

J'ai fait des photos, je les ai envoyées.

C'était une belle soirée. J'adore ça quand ça se passe bien.

Cà ne marche pas à tous les coups, j'ai parfois des déceptions, cette fois c'était top.

Posté par melancolie85 à 19:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


28 septembre 2013

la peur !

Hier soir, j'étais à la première réunion de saison de notre association qui traite de l'anxiété. Nous nous connaissons bien maintenant pour quelques uns d'entre nous. Il y avait aussi de nouvelles personnes qui, après avoir vu sur le journal un article relatant l'action de notre association, sont venues découvrir. Ils arrivent sans trop savoir de quoi ça retourne pour certains, ils sentent qu'ils pourraient peut être trouver là quelques solutions. Le médecin nous a fait un petit temps de relaxation. Nous étions assez nombreux, il faisait chaud dans la salle, ça n'a pas été si simple de se décontracter. Puis il a parlé de l'accueil, que nous devions accueillir ce que nous étions sans jugement. La parole étant donnée à tous sur comment nous avions vécu le temps de relaxation, le sujet est parti surtout sur la dépression. Comment sortir d'une dépression ? comment stopper les médicaments, comment se faire aider ?

Moi même je n'ai pas fait une grosse dépression comme il est raconté par certains obligés d'être hospitalisés avec des soins draconniens. Je pense avoir un terrain anxieux depuis toujours, est ce génétique ? c'est possible, car dans les deux familles, surtout celle de mon père, il y a ce problème. Et puis mon père étant tellement atteint, j'ai baigné dans un climat de peur tout le début de ma vie.

Difficile à comprendre pour certains. Nous souffrons justement beaucoup de nous sentir incompris.

La dame assise à côté de moi découvrait qu'on pouvait être anxieux social. Elle n'avait jamais entendu parler de cela. Elle est anxieuse pour certaines choses : face à certains évènements, la maladie, la mort. Mais elle était totalement étonnée d'avoir peur d'être en société.

Je lui ai dit que j'avais peur pour le lendemain soir, c'est à dire ce soir, parce que j'allais être confrontée ..... et elle me répond : "mais vous allez l'air tellement bien, à l'aise, ............................ ????"

Oui, hier soir pour moi il était facile d'en parler.

Ce soir il faudra le vivre.

Comment expliquer : les groupes sont quasi composés, je fais partie de celui d'une asso, il y aura le groupe des copains A, le groupe des copains B, le groupe des copains C, le groupe d'une autre asso ....... bref différents groupes. Certains font même partie de plusieurs groupes à la fois. J'ai peur de ne pas m'y retrouver, j'ai peur qu'on ne s'adresse pas à moi, j'ai peur de ne pas savoir quoi faire de moi, j'ai peur de ne pas savoir où me placer, j'ai peur de ne pas savoir me mettre dans l'ambiance, j'ai peur.........................

La semaine dernière, il me fallait beaucoup moins d'effort pour aller à l'atelier d'écriture puisque ma place était définie : je serais une écrivante parmi tous, et puis c'est plus délicat un atelier..... Y a pas le bar qui peut délier des langues plus ou moins agréables .......

Dans une fête comme ce soir, il faut être prêt à tout entendre : les bonnes choses comme les moins bonnes, c'est parfois sur fond d'alcool ou même sans le lieu des critiques, je connais ça.

Si j'avais dit non, je ne me serais pas heurtée mais pas confrontée non plus.

Je me suis réveillée avec déjà un peu mal au ventre.

Posté par melancolie85 à 09:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 septembre 2013

l'amitié

D'abord, quand on voit ça, ça vous saute à la gueule ! ça vous prend le sang froid. Ils ont bien su y faire, est ce que c'est bien de la vraie ? puis quand vous observez, ça semble bien sincère, même si sans doute parfois, ça ne file pas droit. Mais à chaque instant, ils se retrouvent pour faire la fête. Bien sur qu'ils ont le droit, bien sur que c'est chouette !

Moi je n'ai pas le temps, pas le temps pour tout ça, pas le coeur non plus, mais comment ça marche ce moteur là ? ça fait des décennies qu'ils ont bien la recette.

Moi ? On m'a appris à me méfier de tous et de tout le monde. Pourtant j'essaie d'apprivoiser maintenant le monde autour de moi, j'y arrive doucement mais ça ne donne pas CA.

CA, ils le cultivent depuis longtemps.

Pour mon homme c'est pareil, mais il ne s'en plaint pas. Solitaire il accepte, il ne craint pas. Surement une histoire de tempérament.

Alors SAMEDI PROCHAIN, faudra que je prenne sur moi. Nous sommes invités à un anniv' surprise pour un membre de l'association où j'ai oeuvré quelques années et encore un tout petit peu.

Je suis invitée, je devrais me réjouir. Ce n'est pas vraiment ça. Je suis invitée parce que je fais partie de cette asso.

Cette personne là est un bénévole très apprécié, dans plusieurs assos, et tous veulent lui témoigner leur amitié, lui faire une belle fête......... Nous serons des leurs, mais sans doute personne ne saura à quel point il faut que je prenne sur moi pour supporter leurs regards parce qu'une fois de plus je ne me sentirai pas à ma place, parce que dans ces groupes là, beaucoup se connaissent fort.

Je devrais me réjouir d'être de la fête et de me sentir aimée, ou tout au moins appréciée.

Je devrais me réjouir d'être au beau milieu de tout ce beau monde.

J'aurais pu dire non.

J'ai dit OUI parce qu'il le mérite.

On verra bien.

Posté par melancolie85 à 19:35 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

24 août 2013

exploits de la semaine

Si, si je fais beaucoup d'efforts pour aller vers les autres.

Mardi, j'avais initié une rencontre - randonnée - écriture avec deux de mes amies d'atelier. Nous l'avions déjà fait, mais nous tardions à nous organiser une nouvelle journée. A. travaille en maison de retraite, il faut que ça tombe avec ces jours de repos. Nous sommes parties sac à dos pour 10 km de rando-forêt : pause déjeuner au bord de l'étang puis consigne d'écriture préparée par C., nous étions vraiment bien, profitant d'un silence et de la beauté du lieu, un peu sauvage ! J'avais apporté tout avant des chaises de camping en voiture pour nos modestes derrières, C. étant légèrement plus âgée et je ne l'imaginais pas vraiment déjeuner sur le sol, d'ailleurs je lui ai demandé et nous avons convenu des chaises de camping. Nous sommes reparties, nous avons visité une maison à l'abandon qui est à vendre et dont la porte n'est même pas fermée. On a imaginé ce que pourrait devenir cette maison..... Puis nous avons repris le chemin sous un soleil de plomb avant de ré-entrer dans la forêt où l'ombre nous a caressées. Nous avons fait une seconde pause écriture et retour vers chez moi, en visitant en dernier le site pittoresque. J'étais bien fatiguée, mais c'était une belle journée.

Jeudi, rebelote : j'avais encore initié une rencontre des adhérents de l'assocation des anxieux. Nous étions 4, les autres n'ayant pas répondu ou étant indisponibles. Nous sommes allées dans une petite commune "cité de caractère" à 25 km de chez moi. Pique nique sur une bonne vieille table en bois. M. avait bien emporté des jeux, mais c'est la discussion qui a primé. M., c'est celle que je connaissais le moins, puisque cela fait moins longtemps qu'elle vient à l'asso. Elle nous a raconté son parcours de vie, pas banal du tout, cela mériterait un livre. J'ai été surprise de sa force de vie, de combat, et encore aujourd'hui, veuve, elle veut vivre pleinement, elle va au bal le dimanche, nous a raconté comme ça se passait, et là franchement on a bien rigolé à savoir les méthodes de drague et de séduction des seniors. Nous avons visité la commune, sillonnée de petites ruelles, d'un petit lavoir, de fleurs. Nous avons visité l'église, je visite toujours les églises, même si à chaque fois, ça déclenche des débats !!!! je trouve qu'on est bien dans une église. Puis c'était l'heure de se quitter, après cette belle journée, là encore j'étais ko le soir.

Voilà, maintenant je n'ai plus rien de prévu pour l'instant.

J'aimerais aussi que parfois, cela vienne de l'extérieur, je sais, il ne faut rien attendre.

 

Posté par melancolie85 à 09:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 juillet 2013

quelques sorties !

un spectacle de fin de stage donné par ma fille et deux autres personnes dont un prof hip hop et un musicien : 12 stagiaires et un bon résultat, c'était son projet, elle est contente et moi aussi - un spectacle en cloture qui est super après 5 jours de travail seulement...........

un concert au festival avec voca people, ils sont vraiment bien, et de la danse rock the ballet par un "vrai" soir d'été, ce sera mon dernier concert pour ce festival, vraiment on n'a plus autant la pêche, avant on en faisait bien plus .............

une visite à ma mère qui finalement se rétablit assez bien à la grande surprise de tous ...................

un pique nique de famille élargie où deux oncle et tante (jumeaux) fêtent leurs 85 ans avec tous ceux qui ont bien voulu venir..... et mes enfants y sont venus aussi, comme quoi la famille prend tout son sens..................

un aller retour sur la côte pour déjeuner au restaurant où travaille notre neveu depuis peu, avec quelques personnes, pas déçus, super rapport qualité prix.................

une escapade entre filles pour un anniversaire, elle a 57 ans et deux cousines veulent la sortir pour l'occasion, elles me le proposent, et hop nous voilà à 4 parties sur la côte pour un repas au restau, c'est une première et promis, nous le referons...................

un soir à faire des roses pour le mariage de samedi, un mariage à chapeaux j'appelle ça, un autre monde, nos propriétaires marient leur 4ème enfant, les fermiers sont invités.................................... J'ai tout de même réussi à apprendre à quelques uns à faire des roses avec des serviettes, alors que les plus anciennes les faisaient en papier de soie, je préfère la méthode des serviettes, tout le monde y arrive, et tout le monde est ravi.

Aucun stress pour tout ça - une phobie sociale qui diminue vraiment alors que je ne prends plus du tout de chimie.

Est ce l'âge, la sagesse, l'aide de tant de gens autour de moi indirectement car ils ne savent pas qu'ils m'aident, mais c'est en vivant de plus en plus avec les autres que j'apprends à gérer et c'est bon, vraiment bon........................

Il y aura sans doute encore dans certains contextes des "bugs" mais j'avance........................... je prends confiance ..................

 

 

Posté par melancolie85 à 16:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 juin 2013

parfois

je me dis que j'ai la même vie que n'importe qui, j'ai des visites, mon téléphone sonne, je reçois des mails, parfois .......

et à d'autre moments, je pense que je suis la sauvage du coin. Pourquoi toujours cette ambivalence ?

Alors que je discutais en prenant le café avec le copain de mon mari l'autre jour, je parlais de mon gout pour les voyages où tout à coup je me sentais bien plus libre. Il m'a dit que c'était normal, que ça faisait ça à tout le monde, qu'on se débarassait de carcan. Puis il a voulu me dire que j'avais l'air d'être plutôt du genre très sociable au quotidien, et là je lui ai dit que ce n'était pas comme ça, sans révéler le fond du problème, bien au contraire, j'avais souvent du mal avec les gens, vous savez : ceux que je connais pas suffisamment. Et puis c'est récent que je parle de mes problèmes à des gens de mon entourage, et encore est ce que je dis bien tout, je pense que je modère. Alors je me suis dit une fois encore que sans doute ça ne se voyait pas trop.

Pourtant ce soir, je pourrais aller à la fête de la musique au bourg voisin, j'ai reçu des mails m'en informant. Je n'irai pas car je serai seule, la population sera plutôt jeune et je n'y trouverai aucune place.

Je pensais aller revoir ma fille danser hélas il ne reste plus de place.

Si quelques personnes m'entraînaient pour aller à la fête de la musique, peut être je me déciderais, mais je n'ai pas ces quelques personnes là autour de moi. Mon mari est occupé à fond dans les champs et si jamais il ne débauche pas trop tard, je pense qu'il sera très content de se reposer, il se fiche bien de la fête de la musique.

Ainsi donc, je vais moi aussi me reposer ce soir.

Chez le kiné, j'ai appris qu'une dame à la retraite faisait une grave dépression. C'est au cours d'une conversation qu'il m'a dit ça. Il n'aurait pas du, normalement c'est secret professionnel, mais bon. Je ne la connais pas bien. Mais je ne l'imaginais pas du tout pouvant être atteinte de dépression. On se fait toujours une idée des autres mais on ne sait rien du tout, finalement.

Posté par melancolie85 à 17:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]