12 octobre 2011

manque

J'ai l'impression qu'elle me manquera toujours cette partie de vie, où j'aurais vécu seule, où j'aurais appris à me gérer, moi, à décider moi, je ne l'ai pas eue, c'est ainsi.

Alain X parle de savoir décider.

Je ne sais rien décider. Avant c'était mes parents qui décidaient toujours pour moi. Puis il n'y a pas eu de transition. Je me suis mariée comme c'était à l'époque. Je ne me suis pas pour autant écraser, non. Mais je n'ai jamais quasiment décidé seule de quoi que ce soit. Enfin rien d'important. LUI, il sait décider pour notre travail. Il sait moins entreprendre pour notre vie privée. Et moi je n'ose pas décider toute seule. Je n'ai pas appris. J'envie nos jeunes qui ont des vies si différentes. Ils partent tôt. Ils mènent leur vie d'abord seul puis après ils décident de rester seul ou pas.

J'aimerais savoir mieux décider. D'ailleurs on m'y invite. Mais je ne sais pas bien. J'ai toujours besoin d'un autre avis.

Posté par melancolie85 à 10:37 - Commentaires [3] - Permalien [#]


11 octobre 2011

la patience

Voilà presque un an que nous l'avons commandé cette véranda (ben oui, comme Jeanne). C'est la solution d'agrandissement de notre maison. Depuis que nous avons mis la cuisine dans l'ancienne salle à manger, la cuisine est tout à fait convenable. Mais à l'inverse la salle à manger dans l'ancienne cuisine, c'est vraiment tout petit. Du coup, la cuisine avec plein de monde dedans, je n'arrive plus à cuisiner et recevoir en même temps et je ne peux pas entasser tout le monde dans la mini salle à manger. Donc après beaucoup d'hésitation, après plusieurs devis de plusieurs solutions, nous optons pour la veranda extension. A bas le mur de la petite salle à manger et hop, nous voici avec 18 m2 de plus, ce qui fera un séjour de 30 m2, ça devrait aller. Même nos enfants nous disent que c'est de la connerie, qu'on veut toujours plus grand, oui mais quand ils sont là ils prennent un peu de place, surtout s'ils ne viennent pas seuls.

Seulement voilà, nous avons versé un acompte et cela devait se faire en mars. Sauf qu'en mars, l'assainissement qui devait être refait avant ces travaux là n'était pas fait. Et on en est toujours au même point. C'est en cours. J'ai vécu l'été avec les fosses septiques bien dégagées, et l'odeur qui dégage bien aussi, la tranchée qui attend le tuyau, les bacs construits au jardin mais non terminés.

Cà avance très très doucement, le poseur de veranda ne nous appelle même plus. Le maçon doit faire les murettes dès que ce satané assainissement sera fait.

Il faut de la patience dans la vie et j'en ai si peu.

J'ai toujours beaucoup attendu pour des travaux chez nous, mais là j'ai pété un cable ce week end à cause de ce chantier. Bon ben ça n'a rien changé, il me faut encore attendre.

 

Posté par melancolie85 à 21:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 octobre 2011

phobie

J'ai tenté pendant quelque temps sur le net de moins parler de ma phobie sociale, évidemment c'est possible d'éviter le sujet, de parler d'autre chose, mais elle n'est pas disparue pour autant, ou du moins pas totalement. D'avoir vu Anouchka (je veux faire un lien hypertexte et ne sais toujours pas comment faire), elle est dans ma liste de blogs, à la télé samedi, j'ai quand même envie de reparler de ça un peu. Elle a fait fort en tournant cette émission, c'est bien de montrer les détresses qu'on ne peut soupçonner pour beaucoup. Son mari et sa fille partagent intensément ces problèmes.

Moi je n'ai pas voulu trop les mêler à ça. Pas de vraie discussion là dessus sauf avec mon homme. Pas avec mes enfants. Ils doivent percevoir une sensibilité, susceptibilité, faiblesse. J'ai beaucoup somatisé, donc ils ont vu des dégâts physiques. Ils m'ont vu aussi en crise de nerf mais le problème de fond, on a évité. Et je ne me sens surtout pas prête à aborder le sujet. Je l'ai fait avec les collègues de l'asso (surtout un) dernièrement et là ce soir, j'ai une réunion, et je stresse, alors que ça devrait être plus facile. Non, c'est peut être même pire qu'ils le sachent. Avant j'essayais toujours de cacher, maintenant j'ai l'impression d'être à poil quand j'arrive. Et puis comment peuvent ils comprendre ? Parfois je suis totalement comme les autres, la plupart du temps d'ailleurs car je prends tellement sur moi. Mais je ne vous dis pas à quel prix de grosse transpiration, respiration, exitation, mal de ventre, envie de partir, dégoût, envie de pleurer, et j'en passe et des meilleures. Souvent quand j'embrasse en arrivant, même en plein hiver, on me dit que j'ai les joues très chaudes, cette remarque est très désagréable, cela me prouve encore une fois à quel point cela bouillonne là haut pour sortir, et les mains elles sont glacées. Ce qui engendre des fatigues intenses, parfois des insomnies, des tracasseries, des jugements de moi sur moi totalement horribles, des envies de partir. Et puis je recommence encore, et encore. Rien n'est simple, RIEN.

Mais comme ANOUCHKA, je veux me battre, espérant qu'un jour tout sera derrière moi. Je ne veux pas que mes enfants sachent tout ça au détail. Je fais semblant ou je suis mal ou je suis bien car cela arrive aussi parfois.

La petite enfance est si importante et lorsque le modèle est défaillant, comment voulez vous ? Et puis d'autres faits et gestes, surtout gestes d'ailleurs, ont fini de m'anéantir.

Pourtant je suis toujours là..............................

Posté par melancolie85 à 16:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 octobre 2011

un anniversaire !

Un neveu a eu 30 ans récemment. On lui souhaite sur fb, il prévoit une date pour réunir tout le monde, aïe bcp ne peuvent pas, il en met une autre. Il communique surtout sur fb, moi je vois. D'autres de la famille n'y vont pas, ils n'ont pas bien l'info. Tout est vite décidé, pas de carton, vient qui peut, qui veut. Nous c'est vite décidé, on y va, on annule même un repas prévu au restau mais qui peut facilement se reporter. Ce neveu, ce n'est pas n'importe lequel, d'abord c'est le filleul de mon homme, et il n'a pas eu beaucoup de chance. Il est né avec un bec de lièvre. A l'époque, je n'avais jamais vu ça. Certains avaient une sorte de rejet dès qu'ils le voyaient. J'avoue que moi aussi cela m'impressionnait. On se voyait peu à l'époque et puis on avait les nôtres d'enfants, on avait assez à s'occuper. Alors il a grandi, il s'est fait opéré je ne sais combien de fois, on n'a pas trop suivi tout ça, on était concentré sur nous. Je n'aidais en rien à cela, car j'étais beaucoup moins ouverte qu'aujourd'hui. Je me concentrais sur les miens, je vivais ma souffrance à moi, et je ne voyais pas celle des autres. La dernière opération, il l'a eue il y a quelques années et j'ai très honte, nous ne sommes même pas allés le voir à l'hopital qui n'était pas très loin de chez nous, je fonctionnais vraiment mal. Il faut dire que je n'ai pas été apprise du tout à cela. J'ai appris à me regarder le nombril.

Alors bien sûr que oui, on est allé fêter ces 30 ans samedi soir. Et mes trois enfants aussi. D'autres n'ont pas voulu chambouler leurs prévisions. C'est comme ça. C'était tout simple : apéro, entrées et grillades sous une tente vu le beau temps qu'il a fait. Uniquement de la famille, et un couple d'amis. Des amis, il en a peu apparemment. Est ce que son problème a fait fuir ? Je ne sais pas. Jamais il ne se plaint, il parle très peu de lui, il parle très peu tout simplement. Je suis contente qu'on y soit allé. Un de ses frères travaille le samedi soir, sa femme n'est pas venue. Elle aurait pu venir, seule, mais non elle ne fait rien sans son mari, jeune couple fonctionnant à l'ancienne, dommage ! Ma fille est venue sans son ami qui n'avait pas envie, j'applaudis. Pourquoi dépendre de l'autre ? Elle est venue pour son cousin.

Je n'ai pas bien dormi là bas, d'abord, j'ai oublié mes gouttes, puis il faisait très chaud. Pas grave ! il y a quelques années, ça m'aurait donné la migraine, maintenant non, un peu de fatigue mais ça va. Certains étaient déjà partis dimanche matin, et d'autres sont venus. Nous avons cueilli  des haricots verts restés à l'abandon dans leur jardin. Puis nous les avons préparés en jouant à Il ou Elle comme je faisais autrefois avec mes enfants jeunes. Ils ont bien aimé. On s'amuse bien et ne voit pas du tout la corvée. Puis déjeuner champêtre. Puis ballade dans la nature. Et le retour !

Chez ma belle soeur, il y a toujours du monde qui passe, c'est un peu comme un hotel. Quand on partait hier soir, d'autres arrivaient de sa belle famille pour quelques jours.

Chez nous, ce n'est pas comme ça. Je ne pourrais pas assurer cela. Il me faut du répit. J'étais bien contente de rentrer et de retrouver le calme de ma maison.

Posté par melancolie85 à 12:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2011

Respect

Hier, je suis revenue aussi verte que mon blog de la maison de retraite. Il fait beau donc je propose à ma mère de l'emmener dehors comme nous le faisons régulièrement. Avant cela, je lui demande d'aller aux toilettes sachant que de ce côté là les soignants sont loin de faire ce qu'il faut. A ce moment là, une soignante que je connais bien me dit : c'est fait, ne t'inquiète pas, les filles viennent de passer. Ah bon, mais je veux vérifier quand même. La soignante me laisse faire et s'en va. Ma surprise est grande. C'était fait ? Rien du tout. La garniture était pleine, archi pleine. Je la prends et retrouve vite fait la soignante dans le couloir pour lui montrer. Aïe elle est obligée d'admettre. Une autre qui nous entend nous dit, oui elles sont bien passées, mais Mme G. a dit qu'elle n'avait pas besoin d'aller aux toilettes ainsi elles demandent et la personne disant non, elles s'en vont. Il parait qu'il ne faut pas infantiliser les personnes âgées. Alors, on obéit bien comme il faut. Tandis qu'ils sont trempés et brulés par l'urine, tout le monde est content. Ma mère ne sent plus rien. Quand vont ils comprendre ça ? Une fois je leur avais dit qu'ils n'avaient encore pas compris ce qu'elle avait. Et ils n'avaient pas apprécié : "bien sur que si, nous savons".

Qu'apprend on aux élèves aide soignants ? Qu'apprend on ?

Respecter les personnes âgées : c'est respecter leur parole, ou leur corps ?

Posté par melancolie85 à 09:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]


29 septembre 2011

des coings !

2011 08 080

 Y en a chez moi dans la haie !

 Cà y est, je les ai préparés pour faire de la gelée ! couverts d'eau et mijotés, maintenant au jus récupéré faut rajouter du sucre et hum ! ce sera bien bon. La chair, je vais la passer au presse purée et je la congèle pour des crumbles moitié pommes/moitié coings.

Voilà Jeanne, ce que moi je fais avec les coings !        D'autres font de l'apéro !!!!!

 

 

Posté par melancolie85 à 10:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]

27 septembre 2011

c'était dimanche !

2011 08 104                                               

 2011 08 105

 

 

 

 

 

 

  2011 08 111

 

                                                                  

  

2011 08 1202011 08 117

 

 

 

 

2011 08 126

2011 08 153

2011 08 1552011 08 1572011 08 154 

 2011 08 1582011 08 1602011 08 1612011 08 163

Posté par melancolie85 à 17:34 - Commentaires [6] - Permalien [#]

26 septembre 2011

J'ai un doute !

Et si ma mémoire déconnait ?

J'ai eu ce doute juste après avoir écrit le post précédent. Et si elle me l'avait dit et que je ne m'en souvenais pas ? Mon homme aussi avait un doute. C'est comme si il le savait. Non je n'en fais pas tout un plat qu'ils l'avaient dit ou pas. Juste que jusqu'à présent je fais très confiance à ma mémoire, mais je me suis fait déjà avoir quelquefois.

Souvent, je me rappelle de tas de trucs que mes proches ne se souviennent pas, ils sont bluffés. Les noms et les âges de mes camarades de classe, des détails, etc. Du coup, je ne me sens pas si bien que ça, car je ne peux partager.

Alors là, peut être que je me suis trompée.

Transparente, tu es vraiment toute excusée.

Et puis l'important, c'est de communiquer, à chacun sa façon.

Et, faudra aussi que je m'habitue à une mémoire qui vieillit et qui risque de régresser.

Le modèle de ma mère à laquelle je ressemble tant m'inquiète.

Posté par melancolie85 à 11:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 septembre 2011

les naissances

Un mail cette semaine : des copains nous apprennent qu'ils vont être papy mamy. Le message est très bref pourtant on ne s'est pas vu depuis longtemps. J'ai du mal à comprendre. Pas un mot de plus. Pas de demande de nouvelle. Plusieurs fois avec eux, on parlait de devenir grand parents. Ils nous disent qu'ils ne sont pas pressés, pas du tout. Que ça les vieillirait. Qu'ils ne voudraient pas être trop sollicités par les parents quand ils auraient un bébé. Ils sont surpris que nous, nous sommes pressés. J'avoue que depuis j'en parle beaucoup moins. A quoi bon ? Ce n'est pas notre vie. C'est celle de nos enfants. Ils ne sont pas pressés. C'est comme ça. Mais le message si court. Je leur ai répondu : félicitations. J'espère qu'ils en sont heureux, eux qui n'attendaient pas ça.

Tout à l'heure, un autre mail : cette fois, c'est une naissance. Surprise ! je ne savais pas qu'ils attendaient un enfant. Ce sont les grands parents qui nous font signe. Je leur dis super et que j'apprends tout d'un coup. Je suis tellement surprise que je rajoute rien. On s'est vu il n'y a pas longtemps, elle ne m'avait rien dit.

A chacun vraiment sa façon de communiquer.

Les uns l'annoncent presque à la conception, de manière courte et officielle,

Les autres l'annoncent à l'arrivée, de manière enjouée.

La communication : VASTE DEBAT. Je ne me reconnais là dans aucun des deux cas.

Quand je vous dis que je ne suis pas comme les autres.

Ils ont de la chance, j'attends moi, je ne réclame rien, j'espère vivre ça un jour ! je crois que je serais émue comme jamais, consciente, bien plus consciente qu'autrefois.

Posté par melancolie85 à 16:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]

manque

Je voudrais retrouver le goût de bricoler. J'avais pensé travailler la lavande, pas fait du tout. Eventuellement, je pourrais tenter avec les feuilles de maïs, je ne trouve pas le temps.

Mais c'est plutôt l'envie. J'ai partagé cela avec ma mère, il y a longtemps maintenant. J'avais commencé avec le canevas, quelques broderies, elle avait acheté du satin noir où il y avait un dessin de paysage, il suffisait de broder au point de tige sur les lignes et c'était beau même si ce tissu est resté tel quel, jamais utilisé, c'était prévu pour un coussin. Puis j'ai aimé aussi cela à l'école, les travaux manuels figuraient au programme, et ce qui nous rapprochait le plus, c'était le tricot. Ma mère était la REINE du tricot : elle en avait toujours en cours. Nous inventions des modèles, nous achetions des magazines. Et on passait du temps autour de ça. C'était toujours réussi. Maintenant tout cela n'existe plus et je n'ai jamais réussi à recréer ce lien avec quelqu'un d'autre. Ne me répondez pas que je peux m'y mettre par de petites choses, etc. etc. Je le sais.

C'est juste que ça aurait pu durer plus longtemps avec ELLE.

Posté par melancolie85 à 15:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]