21 août 2016

2 ème sujet : réponse à kakushiken

c'est quoi l'amour ?

 

 

Posté par melancolie85 à 19:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Agréable de clarté

Il y a des mots qui font plaisir. Ce sont ceux d'Alain écrits récemment sur son blog. Je n'ai pas trop l'habitude des compliments. Si mes mots sont agréables de clarté, c'est déjà ça. Agréable est un joli mot et clarté me plait bien. J'aime que les choses soient bien claires, pas par la couleur, mais par leur définition, que l'on ait bien compris. Pour cela, les consignes sont importantes pour moi. Elles l'ont toujours été. Je respectais au plus possible ce qu'on me demandait, à l'école, à la maison, avec les copines puis en famille et au travail. Et ça me colle encore à la peau ! j'aimerais aussi que les autres soient comme moi, hélas ça ne marche pas. Il y a bien souvent des embrouilles. Bon tout ça pour dire que les mots d'Alain m'ont touchée et il fallait que je l'écrive.

Je me sens fatiguée. Nous nous sommes couchés un peu tard ces deux soirs après avoir assisté à ce festival nouveau tout près de chez nous. On pouvait y aller à pieds. Pas mal. Bon, j'en ai déjà parlé, le premier soir pas super à l'aise dans un monde qui n'est pas le mien, avec du théatre intéressant et le deuxième moins guindé avec un chanteur. Cà n'a pas fait le plein. Il y a un fossé entre ces deux mondes et beaucoup n'osent pas encore le franchir. Le premier soir, nous y avons retrouvé un couple de personnes que nous connaissons vaguement par le travail, nous avons terminé la soirée ensemble à manger une barquette de frites et à refaire le monde, alors que la plupart s'était inscrit au grand dîner, nous n'avions pas osé. Et puis hier soir, nous avons retrouvé des amis par hasard, nous avons longuement papoté, ils sont venus parce que j'avais fait passer le mot sur le réseau bien connu.

Ce matin, malgré ma fatigue, mal de tête, j'ai décidé d'inviter non pas seulement à l'apéritif comme prévu mais à déjeuner des gens de la famille de ma petite belle fille. Tout simplement. Sans artifice. Et tout s'est bien passé. La dame était adorable, sincèrement. Nous avons échangé comme si nous nous connaissions depuis longtemps et je crois que nous avons pas mal de points communs. Elle m'a avoué avoir de moins en moins envie de recevoir à cause du boulot que ça représentait, je lui ai dit qu'il fallait faire simple, c'est ce que j'avais fait, et qu'on n'était pas obligé de recevoir tout le temps non plus.

Oser se parler de ce qu'on aime, ou pas, de nos vies, de nos choix. Parfois on ne sait trop quoi se dire, là c'était facile.

Finalement, je ne sais pas si c'est très clair, tout ça.

Posté par melancolie85 à 19:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2016

le gratin

Ce n'est pas de recette dont je vous parlerai. Hier soir j'ai vu le gratin. Je suis restée à côté. Je n'ai même pas eu envie de le humer. Et c'était réciproque. Je n'aime pas le gratin, sauf celui que je fais, qui sort du four, qui a envie de me faire plaisir.

Celui là n'a aucune envie de me faire plaisir. Il s'auto-congratule. Il sent l'orgueil et l'argent.

Je n'avais pas complètement pensé que ce serait ça, quoique j'ai déjà vécu quelques moments comme ça.

Du coup j'ai mangé une barquette de saumon-frites, c'était bon, celle qui fait ça était charmante, dommage, peu de monde ont fait comme nous, les autres sont allés manger tout là haut, avec le gratin.

Et dire que ce soir j'y retourne !

Posté par melancolie85 à 10:07 - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 août 2016

L'été qui s'éclipse ....

Ce matin, le ciel est devenu gris et la pluie menace, pour peu de temps soi disant. Mais les teintes changent autour de nous annonçant l'automne avec ces jaunes et rouges luisants. Cà sent la fin de l'été. Il y a les récoltes en cours et celles qui vont vite arriver. A chaque saison ses travaux.

Parfois le ciel gris est presque plus poétique que le bleu. Qu'est ce que la poésie ? Est ce seulement la beauté des choses traduite en mots ? est ce notre état d'esprit à un moment donné ? est ce une façon de vivre ? est ce la capacité à mettre en mots ? De ce temps, je vois de la poésie partout. Je rêve de poésie, je me parle en poésie dans ma tête.  Je prends des photos et y ajoute quelques brins de poésie.

Pourtant, petite et plus grande, je trouvais ça difficile à apprendre, à faire, les poésies. Cà m'énervait, je n'y comprenais rien. Cà ne voulait rien dire pour moi, ces mots compliqués, assemblés, il fallait les traduire.

Ne pas chercher à traduire, juste les dire, les respirer.

Et depuis, je sais que la poésie, ça peut être nos mots, sans chercher les règles, les rimes, les pieds et les vers.

Si je pouvais, je passerais mon temps à essayer d'en faire.

Posté par melancolie85 à 11:22 - Commentaires [14] - Permalien [#]

18 août 2016

Plus jamais

Plus jamais dans leurs yeux, je ne veux me revoir. Je me sauve à grands pas de leurs yeux suspendus à me rendre un peu folle, à ne plus me reconnaître. Je vis depuis quelques jours forte et ancrée. Je ne me cherche plus dans leurs regards déstabilisants. Ils ne le savent pas eux comme ça m'a rendu dingue. Ou même s'ils le savaient ils l'ont si mal compris. Une erreur du passé, ça ne fait pas de bruit, ça vous ronge petit à petit, ça vous détruit, vous humilie.

Non, je ne veux plus de ce temps là. C'est décidé, je veux gagner, je veux gagner la partie. Pour l'instant, je me sens épaulée, j'ai l'impression d'avoir tout appris.

Je ne veux plus rivaliser quiconque. A quoi ça servirait ?

Je suis ce que je suis. J'aime ce que j'aime et ceux que j'aime.

Cela suffit.

 

Posté par melancolie85 à 20:21 - Commentaires [6] - Permalien [#]


17 août 2016

Il serait temps

Il serait temps de dompter ce cerveau, finalement j'observe qu'avec la chaleur il se prête plus facilement au jeu. Il n'a envie de rien, ne convoite rien, se plait très bien à être presque vide, n'attend rien, et est plutôt de bon goût. Ma mère disait toujours au sujet de l'humeur, plutôt elle ne disait pas, en parlant de moi ou d'une autre, elle est de bonne humeur, mais : elle est d'un bon goût, ça m'est revenu récemment. Les expressions changent.

Je me demande toujours pourquoi je me mets une telle pression à vouloir ressembler à tout le monde. C'est fatiguant à vivre. S'il me faut ressembler à tous ces moutons, j'ai vraiment du boulot. J'ai été mouton pour ne pas me faire remarquer mais je ne suis pourtant pas un mouton. Je le sens quand je discute, il y a souvent des nuances. Et puis, des fois, je préfère ne pas discuter...

Cà me revient : je me cachais quand les copines-voisines débarquaient à l'improviste chez mes parents. Quelqu'un les avait aperçues et me prévenait, je décidais que ça ne me convenait pas à ce moment là où j'avais sans doute mes activités prévues ou alors mes rêveries, et hop je me cachais. Alors que d'autres fois, j'aurais volontiers réclamer de la compagnie. J'avais régulièrement la compagnie d'adultes puisque j'étais la petite pour les deux maisons jumelles.

J'ai senti le calme dans cette tête à ne plus penser à rien. Je n'ai reçu aucun SMS. Normal, je n'en reçois en général que lorsque j'en envoie. Peu de mail. J'aime ce blog où je couche mes sentiments. Cela me va ainsi. J'ai senti que le mari appréciait aussi que je sois moins tourmentée. Lui n'a pas ce cerveau bouillonnant. Il est bouillonnant pour autre chose : son métier. Nous apprécions ce calme, sans voir grand monde, à part ceux qui passent dans la journée pour le boulot.

Le calme c'est de la pure poésie en soi. On est plus attentif aux couleurs, aux odeurs, aux petits bruits.... La vie devient belle et gentille avec moi.

 

Posté par melancolie85 à 10:09 - Commentaires [10] - Permalien [#]

15 août 2016

Pause poésie - jouerez vous ?

M

I

A

O

U

T

Merci Bizak !

M ois du chaud ruisselant
I l m’alanguit ma peau
A oût le feu conquérant
O ublié vivement
U sé et finissant
T anné est mon derme

Merci Celestine !

M aintenant que l'on est installé dans l'été
I l va falloir penser, déjà, à la rentrée
A h cruelle saison qui passe à cent à l'heure
O h comme le temps passe et oppresse mon coeur 
U ne quinzaine à peine et tout sera fichu
T out ? mais non, suis-je bête...je ne travaille plus !

C'est mon tour !

M urmurent les oiseaux
I l fait si doux ce soir
A rêver de longs flots
O n embellit l'histoire
U ne étoile très haut
T isse des fils noirs

Merci Suzame !

M erveilleux et intenses
I nstants de danse
A mitié rencontrée
O uverture du coeur
U n week end inoubliable
T endresse et gratitude.

 

 

Posté par melancolie85 à 17:42 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

le week end libre

Et bien, comme je suis contente qu'il n'y ait eu aucune prévision pour ce week end ! Je m'en inquiétais dans le précédent post, le vide m'attire.

Je n'ai rien eu à gérer, ni invitation, ni réception.... et c'est tout simplement délicieux.

La chaleur, il faut la gérer celle là, et c'est bien suffisant. Hier, j'ai fait de la chaise longue tout l'après midi avec un livre. J'ai pris le risque de faire quelques conserves en fin de soirée. Puis une jolie ballade à deux au clair de lune sous un air encore très chaud à 23 h, ma ballade préférée, celle où je vous ai déja emmenés parfois au bord de l'eau et au bord de mon coucher de soleil adoré. Nous avons rencontré un couple de voisins qui prenait le frais comme nous, ce fut le seul moment de vie sociale de la journée.

Aujourd'hui, je suis tout aussi paresseuse qu'hier. J'ai fait un peu de ménage ce matin. Cet après midi j'ai continué mon livre, il se passe il y a longtemps mais par moment je crois me reconnaître et reconnaître lui aussi dans les caractères de ses héros, c'est tout à fait agréable, comme de lointains possibles arrières grand parents auquels on ressemblerait un peu. Il parle du monde paysan et celui des propriétaires, un monde que je connais, mais c'est un autre temps.

J'aurais pu aller au concert cet après midi, je n'en ai pas dit un mot... Avoir un toit, garder la fraîcheur sous celui ci, et ne presque rien faire, c'est un vrai luxe pour l'instant.

La chaleur écrase toutes mes mauvaises idées, elle m'amène à rêvasser et à me sentir bien moins malheureuse que d'habitude, et puis ne voir personne ne me pose aucun problème, c'est même un vrai régal..... Je me sens vivante, mollement, mais vivante, sans aucun besoin de compagnie, juste bien avec moi même, c'est ce qu'on appelle les moments de grâce. De temps à autre, ils sont là.

DSCN1021 (4)

 

 

Posté par melancolie85 à 17:31 - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 août 2016

Matin

Ce matin, je me suis levée assez tôt, j'ai pris le petit déjeuner dehors, en chemise de nuit, il faisait presque froid. Je ne m'inquiétais pas qu'il arrive quelqu'un et qu'il me voit toute ébouriffée et en cette tenue. C'est samedi. Nous n'attendons personne. La semaine, c'est différent, il y a l'ouvrier, l'apprenti, qui arrivent, je ne veux pas qu'ils me voient. Et puis, je suis venue sur l'ordi, j'ai lu beaucoup de blogs, de bons blogs, qui, eux, ont des choses à dire.

Et moi qu'ai je à dire ? Je ne vous parlerai ni d'auteur, ni d'histoire, ni de philosophie. Qu'est ce que je fous là dedans ? je me le demanderai tout le temps. Mais ça ne m'empêchera pas de coucher ma semaine en mots et ça me suffira.

Mercredi, c'était mon jour de sortie. Prévu avec A. Je lui ai demandé, je ne sais pas trop pourquoi, si je pouvais inviter une ou deux autres personnes. Elle a dit oui. J'ai convié C. et R. C. m'a appelé aussitôt, elle a un planning complètement plein, elle ne viendra pas. Tandis que R. accepte car elle s'ennuie pendant ses vacances, elle est toute heureuse qu'on lui propose quelque chose. Ainsi A. et R. font connaissance dans ce charmant village que nous visitons tranquillement après la pause déjeuner au petit restau du coin, où on se fait arnaquer question tarif. Mais personne sur le moment n'ose rien dire. Il ne fait pas très chaud ce jour là. Nous entrons et sortons des ateliers de peintres et aussi des petites boutiques. J'en ai vite marre de la position debout sur place à regarder, ça me joue toujours des tours, souvent je quitte le magasin avant elles pour m'asseoir dehors un peu. Je me demande toute la journée si j'ai bien fait d'inviter R. Après elles me diront toutes les deux que c'était bien, et que l'autre était sympa.

Finalement j'aime bien mettre les gens en contact. Elles vivent seules, elles pourraient peut être s'entendre pour quelques sorties. On verra bien. Ou pas. J'aimerais bien que ça m'arrive aussi, j'aimerais entrer en contact par le biais de relations, mais les gens restent souvent entre eux.

Jeudi, j'ai reçu le couple qui avait réservé depuis quelque temps sur leur chemin de Compostelle, puis s'est ajouté le même soir un cycliste qui cherchait au dernier moment, j'ai d'abord dit non, puis aussitôt dit oui. Une autre chambre est libre depuis peu. J'étais très fatiguée ce soir là, je me suis fait piquer par un insecte et j'ai une jambe toute gonflée, il ne me faut pas grand chose pour être patraque. J'ai pris sur moi, sur mes petites réserves. La soirée fut excellente avec ces convives, comme la plupart du temps.

Ce week end est libre comme l'air. Comment vais je vivre ça ? Moi qui aime être rassurée.

De ce pas je vais filer au jardin car il y a à faire.

Je m'interroge toujours autant sur la consistance de mon blog, après avoir lu les vôtres. Vais je persister ?

 

 

 

 

Posté par melancolie85 à 09:41 - Commentaires [26] - Permalien [#]

08 août 2016

cadeau

Hier il y avait une messe pour le premier anniversaire du décès de maman. Ma soeur l'avait décidé. Et je n'étais surtout pas contre. J'y avais même pensé bien avant mais n'avais pas fait la démarche d'aller à la maison paroissiale, pas l'habitude. Nous sommes allés à la messe, ma mère était très croyante. Il faisait très chaud dans l'église, j'ai eu du mal à me sentir à l'aise. J'ai du m'asseoir plusieurs fois alors que tout le monde était debout. Toujours quelques soucis de vertige. Après nous sommes allés au cimetière. J'ai arrosé le dipladenia qui semble se plaire.

Puis ma soeur nous avait invités à déjeuner. Dehors, tout simplement. Nous n'avons pas reparlé des sujets qui fâchent.

Plus tard, nous sommes allés en voiture là où ma mère est née. J'y étais allée récemment juste pour voir la maison. Ma soeur avait fait de même, je l'ai su hier. Nous nous sommes garés près de la maison, et une dame s'est montrée. Nous lui avons parlé, expliquant ce qu'on venait faire, elle est allée chercher son mari pour plus d'explications sur le lieu. Ils nous ont accueillis à bras ouverts, et nous ont offert à boire, avant de nous montrer exactement le chemin que l'on cherchait, celui par où ma mère rejoignait le bourg pour aller à l'école jusqu'à ses 9-10 ans. Après avoir bien discuté et les avoir remerciés, nous avons marché sur le sentier jusqu'au bourg, pas tout à fait jusqu'à l'école. Puis nous sommes revenus. C'est un très joli chemin à l'ancienne.

Ensuite, nous sommes allés voir quelques lieux de cette belle commune.

C'était vraiment magique de rencontrer ces gens si chaleureux, et de fouler le chemin d'enfance.

J'ai pensé que chaque année, pour cet anniversaire, ce serait bien de le refaire.

Posté par melancolie85 à 09:47 - Commentaires [7] - Permalien [#]