10 juin 2012

un soir

Il y a des visites agréables, comme celle d'hier en fin d'après midi, beau frère fait visiter aux parents de sa belle fille notre petit coin de verdure. Gens charmants, agréables. Petite visite des batiments, du jardin, de la nouvelle veranda. Echange simple et chaleureux. Vite, ils partent au Puy de la folle (je me méfie des recherches dans google si je mets PDF) et nous, nous allons voir une fois de plus le gala de notre fille. Il faut manger en vitesse et se préparer.

A ce moment là, une autre visite, au départ sympathique mais qui semble avoir un but moins sympathique : critiquer la journée porte ouverte qui a lieu aujourd'hui. Je n'aime pas ça. Ne pas accepter l'évolution, vouloir continuer à tout prix. Ne pas accepter qu'on ait le soutien de quelques autorités. Cà, ça m'a fait mal. Quand on sait tout le travail, quand on sait à quel prix, on n'accepte pas ce genre de critique. Sous prétexte de ne pouvoir venir aujourd'hui, ils passaient donc hier soir, et il a eu ses quelques mots indésirables. Heureusement, nous étions pressés, nous partions voir du beau, du joyeux et ça nous a fait du bien. Ce monde est brut, trop brut pour moi. Qu'ils restent chez eux avec leur langue de vipère, c'est mieux pour tout le monde.

J'avais besoin de l'écrire pour me sortir ce moment de ma tête, il m'empoisonne depuis hier soir.

Comble de l'histoire, quand nous sommes rentrés, un message sur le répondeur : beau père était mal, réclamait de l'aide. Vite, nous accourons et le trouvons au lit mais le visage très masqué. Il était tombé, avait réussi à se remettre et s'était couché. Appel du 15, hospitalisation, émotion. Mais ce matin les nouvelles sont bonnes. Tout va pour le mieux.

Moralité : faire de son mieux en toute circonstance comme on aimerait qu'on nous le fasse.

Posté par melancolie85 à 10:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]


09 juin 2012

fatigue

Je me sens très fatiguée en ce moment. Je ne sais plus où donner de la tête entre l'extérieur où il y a tant à faire et l'intérieur (où c'est pareil), du coup j'essaie de m'organiser et je n'y arrive guère. J'ai loupé la gym parce que j'étais partie voir ma mère le soir même. Je dois m'occuper de son linge car ma soeur est partie en vacances et c'est elle qui le fait d'habitude, pas tout le linge, le délicat, celui qu'on ne veut pas voir disparaître ou revenir tout rétréci, car c'est déjà arrivé.

Je dois avancer beaucoup en compta car les comptes s'arrêtent au 30 juin et j'avais beaucoup de retard. J'ai même du faire venir quelqu'un pour m'expliquer une nouveauté dans le logiciel. Je me sens un peu perdue parfois dans tous ces chiffres. Et je ne parle pas de la pression autour de moi : des hommes qui bossent à fond, tirent sur les horaires jusqu'à pas d'heure pour que tout fonctionne, je ressens les tensions.

J'avais pensé dans la semaine aller à l'audition de la chorale d'ici hier soir. Puis le temps passant, je n'avais plus trop envie. C'était surtout d'y aller seule et avec cette fatigue.... J'ai donc changé d'avis et après être aller chez le coiffeur et chez l'esthéticienne hier après midi, je me suis mis à tondre, là au moins ça se voit le travail qu'on fait. Ce soir, nous irons au 2ème gala (elle est prof dans 3 communes différentes), je verrai donc une 2ème version puisque même si ce sont les mêmes danses, ce ne sont pas les mêmes élèves ni les mêmes lieux, ni les mêmes organisateurs, et ça donne quelque chose d'autre.

Et demain, nous avons ce qu'on pourrait appeler "portes ouvertes" dans la ferme, puisqu'en lien avec des organismes, nous montrons notre savoir faire dans le cadre du "printemps bio". Au départ, nous avions refusé parce que nous ne nous sentions pas prêts, parce que nous ne sommes pas le modèle que les gens aiment, parce qu'à chaque fois que mon mari a fait quelque chose de ce genre, les gens n'ont pas répondu. Mais aucune ferme ne répondait favorablement, parce qu'elle l'avait déjà fait, ou parce que tout simplement elle refusait, alors ils nous ont eu à l'usure. Mais nous avons fait évoluer la chose en ajoutant d'autres personnes pour la journée sur le même site : partie agricole exposée par mon homme, partie gestion forêt par les propriétaires et une association, partie abeilles par un apiculteur qui met ses ruches sur le site, partie jardinage par un maraîcher bio qui exploite le grand jardin et un peu de nos terres que nous lui avons laissé. Cela fait un panel d'activités sous forme de petite randonnée à thème. Viendront ils les gens ? On verra, bien sûr, ça me travaille, je n'aime pas l'exposition vous le savez bien. Dans toute la promotion de la journée, je ne suis pas mentionnée, voyez je n'ai rien dit, mais les organisateurs n'ont parlé que de mon mari, ça me frustre et ça m'arrange. Je suis toujours dans l'ambivalence. De toute façon techniquement je ne sais pas répondre aux questions sur les cultures, je n'ai jamais eu la formation, alors je vais me faire la plus anonyme possible.

Bon week end à vous.

Posté par melancolie85 à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2012

les rencontres

Cela fait maintenant 3 ans que je vais à l'atelier d'écriture, j'en ai fait des rencontres grâce à lui. Elle c'est la présidente de l'association qui gère l'atelier. C'est quelqu'un très en vue puisqu'elle est mariée avec un homme très important de la ville voisine. J'ai déjà dit ici que je ne pensais jamais l'approcher. Elle est venue chez moi cet après midi chercher des légumes secs, c'était prévu. Elle a emmené un ami, P. dont elle s'occupe de faire les courses, il est âgé, ne conduit pas, un homme très sympathique avec un accent du sud, il est arrivé vivre là depuis quelques années, je n'en sais pas plus. Elle est vraiment très active : entre sa famille, ses livres, son bénévolat, son amour des autres, sa générosité, sa simplicité. Ce qui est drôle, c'est que le courant passe vraiment bien entre nous. On se comprend facilement, ça deviendrait vite comme une grande soeur. C'est comme avec une cousine avec laquelle j'ai 20 ans d'écart. Je ne l'ai pas tellement connu, quand j'étais petite, elle était déjà adulte et pourtant aujourd'hui c'est comme si j'avais toujours été proche d'elle. L'autre jour, elle me téléphonait (la cousine) et mon mari, nous entendant, m'a dit, on dirait vraiment comme deux soeurs qui se parlent. Voilà ça me fait du bien de savoir quand même qu'avec quelques personnes, c'est facile, simple, et tellement inattendu. R. a une une vie exceptionnelle. D'un mileu modeste où on aimait les choses simples mais aussi l'écriture, la lecture, la nature, elle a connu l'ascension sociale grâce à son mari devenu industriel. Elle a connu le faste et l'argent. Elle a connu aussi les moments difficiles de son entreprise, licenciements et compagnie, les attaques. Mais cela reste une femme simple et naturelle avec qui on parle de tout et de rien. Je ne peux pas dire si elle a toujours été comme ça car je ne la connaissais pas plus jeune. Peut être est ce le temps qui l'a ramené à la simplicité. C'est une amoureuse des mots, elle publie, un vrai régal. Je suis heureuse de la connaître et de découvrir l'écriture grâce à elle en partie.

Posté par melancolie85 à 18:53 - Commentaires [2] - Permalien [#]

écrire encore ?

Alors que dans ma liste de liens, Louis arrête son blog, je me pose encore une fois la question : écrire encore ou pas. Si certains se demandent l'intérêt de leur blog ou s'ils en ont marre, moi je veux bien encore écrire un peu, mais sans aucune prétention puisque mon blog n'est pas du tout instructif. Il m'arrive parfois de le relire et d'être surprise de ce que j'ai pu écrire. Je l'ai fait récemment parce qu'une blogueuse m' a laissé des commentaires sur de vieux posts, quelqu'un qui souffre comme moi de phobie, je n'ai même pas su lui répondre, tout est déjà dit. Je lui ai mis un mail privé et depuis plus de nouvelle. J'espère qu'elle reviendra.

Quoi dire encore :

que dernièrement j'ai eu le passage d'un marcheur de Compostelle, un architecte, il a du trouver la conversation bien fade avec moi, mais bon, c'est moi qui y gagne. Mais bon sang, il avait des ampoules aux pieds, jamais vu ça, j'aimerais savoir comment il va.

que nous avons fêté les 60 ans d'un beau frère (surprise, il n'était au courant de rien), j'ai l'impression que ça lui a fait ni chaud ni froid de nous voir tous là, pas d'émotion, ça me surprend toujours ce genre d'attitude

que nous avons assisté au gala de notre fille (son premier cette année) et que encore une fois nous avons été sous le charme et de plus, nous avons eu des compliments pour elle par des parents d'élèves, c'est très bon à entendre

que dimanche mes enfants étaient là pour la fête des mères, ce n'était pas trop prévu, alors petit repas organisé en vitesse, et cadeau : un hamac, il est beau mais vais je trouver le temps de m'y reposer ?

que hier soir, j'ai retrouvé mon groupe d'écriture après quelques semaines d'arrêt et que c'était agréable même si je me trouve bien inférieure à la moyenne, mais ce n'est pas grave.

 

Posté par melancolie85 à 11:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 mai 2012

déception

Hier soir c'était l'AG de l'asso des anxieux. Seulement, elle a été annulée, faute de personnes. Je suis arrivée après le président et la secrétaire, nous ont rejoint le médecin qui nous accompagne puis une psychologue, ils font également partie du bureau. Et, comme public, nous avons eu 2 personnes. Alors ce n'était pas possible de la faire. Le président avait stressé depuis plusieurs jours par rapport à ça, c'était difficile pour lui d'animer sa première A.G., et là, il faut recommencer, nous l'avons repoussée, et nous envoyons une convocation à chaque adhérent. A la place de l'AG, nous avons pris le temps quand même de discuter et d'échanger sur nos peurs. Alors qu'à nos réunions habituelles nous avons toujours bon nombre de participants, là personne, est ce que c'est parce qu'il fait beau, est ce que c'est parce que c'est un long week end ? allez savoir. Je suis revenue avec une grosse part de brioche prévue pour la fin d'AG.

Aujourd'hui, je suis allée à la sépulture d'une tante, soeur de mon père, 96 ans, pas d'enfant, veuve. C'est triste de vieillir sans enfant. Mais la plupart de ses neveux et nièces étaient là. Je n'ai quasiment ressenti aucune émotion.

Puis nous avons fêté l'anniversaire de ma fille, chez elle, autour d'un goûter pour l'occasion. Je lui acheté une grosse potée de fleurs. Et là je suis fatiguée. Il fait froid, il fait très chaud, il fait chaud, il fait froid, faut vraiment s'adapter.

 

Posté par melancolie85 à 21:19 - Commentaires [6] - Permalien [#]


21 mai 2012

gris.

On se croirait en automne. Pourtant ce week end ne m'a pas déplu. Peut être que le gris me va bien.

Samedi soir, nous étions invités chez une cousine. Nous devions lui apporter du bois et restions diner. Lorsqu'elle m'a téléphoné, elle ne me parlait pas de mon beau père avec lequel elle s'entend très bien. J'ai osé lui suggérer "veux tu qu'on l'emmène" ? elle m'a dit qu'elle y avait pensé mais qu'elle craignait sa réponse car il n'aime pas sortir le soir. Elle m'a chargé de lui demander. Mon mari a proposé donc à son père qui ne s'est pas fait prier. Nous voilà partis tous les trois avec notre petit chargement de bois dans la voiture. Cette cousine est la deuxième femme d'un cousin de mon mari. Il est décédé maintenant. Il avait racheté la maison des grand parents (parents de ma belle mère) et l'a remis à son goût. Donc B. continue à venir ici à chaque vacance et ouvre facilement sa porte à la famille. Elle vient maintenant avec sa mère vieillissante qu'elle ne veut pas laisser seule en Normandie. Y séjourne également souvent sa belle soeur F. qui est célibataire. Je crois même qu'elle y vient quasiment chaque week end depuis qu'elle a déménagé de Paris. La semaine, elle vit chez une tante qui est seule, elle a son travail dans la ville où elle habite. Le feu dans la cheminée rendait l'atmosphère conviviale et nous avons eu du plaisir, après avoir rentré ensemble le bois, à prendre l'apéritif et à dîner simplement dans cette maison d'autrefois. J'ai senti que le moment était agréable, qu'il ne provoquait aucune mauvaise émotion, juste partager quelque chose ensemble, sans aucune prétention. Je me suis sentie soudain très vivante et requinquée.

Dimanche, je me suis levée tard. Il y avait quelqu'un dans la cuisine avec mon homme. Je n'osais avancer, dans ma vieille robe de chambre bleue. Il m'appelle en me disant c'est D. Alors si c'est D. je peux venir c'est sûr. Il ne fait pas attention. J'assume, je suis une dodo. Je n'ai pas quitté la maison de la journée. J'ai fait mon poulet/pommes de terre nouvelles dominical. Nous avons également allumé la cheminée, je me suis installée là à classer des papiers de l'asso qui traînaient depuis longtemps et que je devais renvoyer à la fédération. Puis j'ai regardé la télé : 7 à 8. Nous avons même dîné dans le salon, pas super confortable, mais un petit côté rigolo, et nous avons regardé "un prophète". Dur, dur à regarder. Et pas tout bien compris. Mais poignant.

Finalement, je me suis bien reposée, j'ai ressenti un bien être. De plus en plus, je pense comprendre qu'il ne faut pas chercher bien loin pour se sentir heureux. Etre conscient. Apprendre à le devenir.

 

Posté par melancolie85 à 11:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 mai 2012

il pleut !

encore aujourd'hui. Heureusement, il a fait suffisamment beau dernièrement pour que les travaux des champs urgents se fassent en bonnes conditions. Il en reste à faire mais c'est moins pressé. Le maïs est semé.

J'ai pris le temps de faire deux grandes balades, deux fois la même, celle habituelle dans la forêt, jeudi toute seule, j'ai apprécié les chants d'oiseaux, la nature, j'ai eu un peu peur en croisant un jogger une première fois, puis quelques minutes après,  entendant du bruit derrière moi, je me retourne, c'était encore lui. On me dit tellement que je ne devrais pas faire cette balade seule, mon coeur a battu plus fort le temps qu'il me dépasse en me faisant un grand sourire. Ouf. Pas un seul chevreuil. Rien. Que les oiseaux pour m'accompagner. J'avoue que marcher seule est totalement différent. Hier j'ai donc refait la balade en compagnie d'une amie, comme prévu : nous avons bavardé tout le long. Je n'ai rien vu du paysage, rien entendu. Elle ne s'est pas exprimé là-dessus. J'avais tout vu la veille alors ça ne me dérangeait pas. Mais elle ? 9 km deux jours de suite, j'ai tenu. Aujourd'hui il pleut donc je ne marche pas. Mais demain peut être. Je me teste et aussi je vise quelques kilos en moins, enfin peut être.

En ce moment, je suis spectatrice d'une histoire qui semble s'effilocher. Celle de mon jeune fils et de sa petite amie. J'ai juré ne pas me faire avoir une nouvelle fois par les ruptures de mes enfants. Il ne dit rien. Mais je pressens. Je le vois s'éloigner. Malgré tout, je sens que je suis sensible. Je voudrais que ça se passe loin de moi. Mais ils vont et viennent chez moi. Peut être je me fais des idées. Ils font leur sortie chacun de leur côté, surtout lui. Presque deux ans. Même chose qu'avec l'ex. Deux ans et je pense qu'il se lasse. Trop jeune bien sûr. Et elle tellement sérieuse. Trop sérieuse pour lui. J'aimerais vraiment ne pas assister à ça. J'ai le coeur trop sensible, ça me fait mal pour elle. Pourquoi j'ai cela à vivre ? mes 3 enfants ne m'ont pas épargnée sur ce plan là. Est ce pour m'endurcir ? Ce n'est pas calculé bien sûr mais il paraît que la vie nous envoie les situations à dépasser. Quel est donc le message pour moi ? Que rien n'est jamais acquis. J'ai souhaité étant enfant, quand ça allait trop mal, que mes parents se séparent. J'aurais vécu ça comment ? peut être pire. Je suis bien trop sentimentale. Et tout cela me perturbe.

Pourtant dernièrement, j'ai eu des moments de grande conscience de ma vie telle qu'elle était et de ses bienfaits. Avec ma fille, un soir, nous avons parlé des difficultés par rapport aux groupes parce qu'il était question encore une fois du gala et de l'attitude des gens. Elle me disait que c'était partout pareil et que finalement on pouvait voir ça autrement : c'était les groupes qui étaient fermés puisqu'ils se complaisaient entre eux et n'avaient aucune ouverture vers le monde extérieur. Ainsi les gens comme moi, on sortait du lot, on avait cette conscience des autres. C'est beaucoup plus intéressant vu comme ça. De toute façon, je ne pense vraiment pas que tout va changer pour moi désormais. Je dois faire avec.

Posté par melancolie85 à 16:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 mai 2012

les derniers jours

Un peu de baume au coeur pour mon anniversaire : quelques visites spécial anniversaire m'ont fait le plus grand plaisir, quelques messages aussi, juste comprendre que je ne suis pas totalement anonyme.

C'était le week end gala : j'ai tenu parole - je ne me sentais pas vraiment à l'aise avec ça- vendredi je suis allée chercher la monnaie et la porter à une personne bénévole. C'est ma seule action. Rien que ça faisait monter l'angoisse, c'est bien suffisant.  Hier soir, je suis allée en spectatrice avec ma fille, un peu dans mes petits souliers quand même, car je fais toujours partie des bénévoles, mais à ma sauce. J'ai forcément croisé d'autres personnes, pas de problème avec certains, plus de mal avec d'autres. Toujours cette sensation de clan. Mais j'observe aussi des gens seuls dans la salle. Cà me fascine. Comment vivent ils cette solitude d'un soir ? Cà leur pèse ou pas ? sont ils gênés ou pas ? J'ai plutôt l'impression que non, mais je n'ai pas fait de sondage alors je ne le saurai jamais. Le président cite les bénévoles à la fin du gala, deux  sont présentes sur scène, il me cite aussi, ça me fait un peu plaisir quand même puisque je travaille encore un petit peu pour eux : c'est moi qui tient les comptes. Je regrette. Si je n'avais pas ces fouttues angoisses, cette peur des regards, je ferai bien entendu autrement. Je vivrais plus à fond. Mais à quoi bon rêver ? les choses sont ainsi. Déjà pas si mal. Je sors de chez moi. J'ai quelques relations. Tout n'est pas noir. Mais je reste persuadée que je me prive d'une vie plus intense.

Aujourd'hui, c'est calme pour moi. Je vais aller visiter ma maman tandis que mon homme a bien des occupations aux champs.

J'ai oublié de dire que le spectacle était beau, le style évolue plutôt vers le contemporain, la deuxième partie était donnée par un groupe professionnel. Cà en met plein les yeux. Tout le monde avait vraiment l'air content.

 

Posté par melancolie85 à 14:53 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 mai 2012

c'était mon anniv'

hier alors je vous offre un petit morceau pour fêter ça !

2012 04 mariage et divers

Posté par melancolie85 à 11:11 - Commentaires [7] - Permalien [#]

09 mai 2012

cerveau en vrac

période de vide total ! laisser passer, laisser passer ! c'est douloureux le vide. Anniversaire demain. Qui ? personne. eux peut être. Temps gris. Idées grises. Pas d'idée du tout. Gateau. Je sais pas. Pour qui. Lequel. Prévoir. Israel. Pas mal. Besoin de prévoir. Boulot à faire. Oui. Gala. J'irai, j'irai pas ? Pas besoin de moi. Se débrouillent bien. Douleur. Dormir. Rester dormir. Pont raté. Pas de pont. Apprendre à méditer. Accepter le rien. Arrêter les plaintes. Seule à ressentir ça. Jamais contente. Pourvu que. STOP.

Posté par melancolie85 à 11:16 - Commentaires [6] - Permalien [#]