26 juillet 2012

des nouvelles de juillet

Maintes fois je me suis dit qu'il me fallait écrire ici et puis je repoussais le moment. Je ne savais trop quoi raconter. C'est aujourd'hui que je me décide. Le temps est trop chaud maintenant après avoir été médiocre. C'est toujours trop ou pas assez, le temps me ressemble. C'est donc le temps de l'été. Plus d'activité à l'extérieur, ça aussi c'est bien et pas bien, je suis un peu coupée du monde mais ça me repose également. Maintenant je vais y aller par rubrique :

chantier : le gars est revenu, ma fille était là, ça tombait bien. Elle l'a trouvé super. Les idées sont maintenant de réaménager toute la partie jour en gardant l'escalier à sa place mais en aménageant : casse des murs qui entourent l'escalier pour que la lumière passe. Le salon déménagerait dans le nouvel espace. Et la salle à manger s'implanterait dans le salon d'avant. Nous referons aussi la cuisine c'était prévu. Ce sera dur à vivre mais j'aurai enfin un bel espace. Il va me falloir de la patience.

festival : je suis allée 4 fois au festival : voir Juju, c'est "clerc", il est encore plein de charme, il chantait avec un orchestre symphonique. J'y étais avec ma cousine et nous avons aimé. Puis ce fut le grand "Charles", pour 88 ans, il est en forme, la foule a bien chanté avec lui, et j'ai redécouvert certains titres un peu oubliés. Lui il chante qu'il n'a rien oublié. Moment très fort. J'étais avec mon mari et notre couple d'amis de voyage. Puis j'ai bien pensé à Jeanne quand j'ai vu Miossec et surtout Hubert Félix, découverte car je ne connaissais pas bien, pas mal, mais classé après les deux autres dans mon classement de l'été, j'étais avec ma cousine et une amie d'écriture que nous avons rejoint là bas. Et pour finir, Laurent Voulzy précédé par Irma, découverte aussi de ces derniers titres que je connaissais peu. Belle soirée vraiment d'été cette fois là, pas besoin des deux polaires comme les autres fois. Fatiguant bien sur, parce qu'il y a beaucoup de monde et qu'il faut rester debout la plupart du temps, sauf pour Charles, il y avait des pliants pour presque tout le monde, j'ai entendu dire qu'il ne voulait pas qu'on soit debout. Et puis comme je ne suis pas bien grande, il suffit qu'un grand s'installe devant moi et c'est le désastre. Alors on gigote dans tous les sens pour trouver l'endroit pour voir, c'est du sport. Donc c'est fini pour cet été pour moi. Il y a d'autres spectacles mais je deviens raisonnable.

Le travail : 2 clôtures comptables récemment avec tout ce que ça comporte. Mais la satisfaction de savoir un peu où on va. Et l'espoir d'avancer dans le rangement et classement, ma fille m'y aide quand elle peut et elle est beaucoup plus organisée que moi pour ça. Les moissons de blé sont en retard, ça tourne à l'heure qu'il est. Le début a été difficile : panne de machine, aller en chercher une autre, et la menace de la pluie électrise tout le monde.

La famille : J'ai eu un mauvais week end où je me suis prise la tête avec un peu tout le monde chez moi. Plusieurs petites contrariétés m'ont contraintes à partir seule en forêt pour évacuer, c'était un dimanche. De ce fait, j'ai raté l'anniversaire de ma petite nièce qui n'y était pour rien. Mais j'avais tellement envie de pleurer que je ne pouvais faire autrement. Mon mari non plus n'y est pas allé, il est venu me retrouver. J'avais très envie de rester seule le plus longtemps possible dans un endroit calme et paisible. Mais les moustiques ne m'ont pas ratée, j'ai rapporté un lot de piqures qui m'ont bien punie.

La vie sociale : le festival m'a permis de voir un peu de monde. Sinon, c'est calme à part les gens que je fréquente dans le contexte de notre activité. Hier j'ai décidé d'appeler S. qui m'avait dit qu'elle n'avait aucun projet de vacance. Cela faisait quelques jours que je pensais organiser deux trois jours ailleurs. Ce n'est pas encore ficelé mais ça pourrait se faire. Je suis aussi passée voir M. qui n'habite pas loin de chez moi, ça m'a pris, je revenais de chez l'esthéticienne, et hop j'arrête, c'est rare pour moi de procéder comme ça, mais 3/4 d'heure à discuter avec elle de tout, de rien, ça m'a fait le plus grand bien. Je crois qu'elle était contente, elle vit seule depuis le décès de son frère mais elle est bien entourée, beaucoup de famille. Et elle est d'un naturel joyeux. Ma fille quant à elle recevait quelques amis et je les ai vus deux fois. Je suis contente pour elle, moi même je n'ai jamais connu ça de cette façon.

La maison de ma mère : pas de locataire en vue, l'autre part ce week end.

Projets : d'autres projets pro se profilent à l'horizon, un voisin qui arrête et ne trouve pas de repreneurs, peut être que mon fils va tenter sa chance, il y a une maison sur la petite ferme, en location, ce sont les conditions : ce sont les terres et la maison. Il pourrait alors peut être habiter là bas, pas tout de suite, mais dans l'avenir.

Chemin : j'ai reçu récemment 3 femmes faisant un bout de chemin de Compostelle pour voir comment c'est, elles veulent le faire en entier l'année prochaine. Elles ont appelé l'après midi même et j'ai dit oui pour le soir, à la bonne franquette, nous avons beaucoup échangé, et j'ai aimé cette soirée. J'ai eu des nouvelles depuis par mail. J'ai eu aussi des nouvelles de l'architecte qui était passé chez nous également, il a fait son chemin en 57 jours et me remercie et me dit que plus rien ne sera comme avant.

J'ai fait le tour de ma petite vie, je crois, et je vous dis à bientôt. Portez vous bien.

 

 

Posté par melancolie85 à 16:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]


10 juillet 2012

je me suis pris une avoinée !

c'est le mot qui me vient ! je sais pas trop ce que ça veut dire, mais ça se dit chez nous. Une sorte d'engueulade quoi. Bon, je sais que ce n'est pas ce qu'elle voulait faire. Mais moi ça m'a remuée de la tête aux pieds. C'est ma fille. Elle aborde aujourd'hui le sujet du chantier intérieur (oui, parce que l'extérieur est en route, lui !). Et elle dit que je dois savoir ce que je veux, je dois savoir ce que j'aime, ça ne peut pas rester comme ça. En deux mots, elle dit que je ne me comporte pas raisonnablement. Ouh la, c'est dur à avaler. Pourquoi je ne sais pas choisir ? je n'ai jamais vu ma mère choisir (enfin sauf de petites choses : mes fringues, mes chaussures) mais jamais rien d'important. C'était le rôle de mon père et comme il ne voulait rien changer, il n'y avait jamais grand chose de nouveau. Sauf ce qu'il décidait. Une fois c'était un WC chimique car nous n'avions pas de wc. Le WC est toujours resté dans son carton et n'a jamais servi. Il avait prétexté qu'il en faudrait un un jour et que c'était simple à poser n'importe où. Pas de travaux à faire. Bref, peut être que je copie ma mère encore une fois et que je veux que ce soit les autres qui prennent les décisions. La journée s'est passée, tout à l'heure, j'ai rappelé le gars qui nous fait le projet. J'ai dit que j'aimerais qu'il retravaille l'idée de ne pas changer l'escalier de place mais avec quelques idées supplémentaires. Il revient nous voir la semaine prochaine. J'en ai marre, faut que ça bouge.

Posté par melancolie85 à 18:05 - Commentaires [10] - Permalien [#]

09 juillet 2012

v'là la réponse

NON, il prend pas, trop de bruit de route. Voilà un après midi fichu. Il a visité, le logement, ça va, mais la circulation ça va pas. C'est vrai que je me demande comment j'ai pu vivre là mais c'était une autre époque. Le flux a sacrément augmenté depuis ce temps là mais ma mère y a vécu quand même jusqu'en 2004. Allez, ne désespérons pas. Peut être un autre osera se risquer, un qui dort bien, un qui n'est pas souvent là, un qui n'a pas beaucoup de sous, un qui est très pressé, un que je ne connais point encore. L'autre part à la fin du mois.

J'ai eu l'occasion de prendre un café chez ma soeur et de voir ma nièce, et ses garçons. Pas si mal. Je regrette le temps d'avant, où nous étions beaucoup plus proches. Ainsi va la vie. C'est déjà bien, les liens se sont refaits.

Y a Jeanne qui m'a taggée, je comprends pas bien : faut donner ses tubes de l'été ou faut dire ce que je faisais en 1987 ?

 

Posté par melancolie85 à 20:36 - Commentaires [3] - Permalien [#]

loué soit l'après midi

Cet après midi, je vais voir ma soeur. Ou plutôt je vais pour relouer la maison de ma mère et je verrai donc ma soeur. Le locataire a tenu à peine un an et il part avec sa soit-disant copine. Il venait là pour chercher du travail, apparemment n'en a pas trouvé, a passé la plupart de son temps renfermé, volets fermés dans la maison, n'a pas cherché à communiquer, a fumé comme un pompier dans la chambre, se plaint que ça sent mauvais dans la salle d'eau, a eu quelques soucis de fosse septique réglés au plus vite par mon beau frère ou mon homme. Enfin il a donné son préavis. J'ai remis la maison en annonce location. Peu de demande. Un qui visite cet après midi. Il pense que c'est la campagne. Au téléphone, j'ai précisé que c'est la campagne au bord de la route. J'espère qu'il a compris et que je ne me déplace pas pour rien. Notre seul atout : le prix, très bas. On est bien conscient que ce logement n'est pas le top. Nous avons besoin du loyer pour notre mère. Il faut que ça marche ! Il le faut !

Cà va me changer d'air, me booster, j'ai passé un week end avec les idées plus que grises. Samedi, mon grand fils passait avec son harem : ses 2 co-locataires, son amie, une amie de son amie. J'avais préparé pour le couchage, ils sont arrivés tard vendredi soir. Puis un bon petit repas samedi midi pour tout ce petit monde, avec aussi ma fille, son ami, et mon autre fils. Autant dire que j'étais crevée le soir. Soirée télé bof bof.

Hier rien. Un homme qui a très très mal aux dents. Je deviens désagréable parce qu'il a toujours quelque chose. Je sais, c'est moche. Je n'arrive pas à me contrôler. Je suis odieuse. Je peux être odieuse. Je suis en colère après tout et surtout après moi.

Posté par melancolie85 à 10:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 juillet 2012

savoir choisir !

Le temps passe, nous n'arrivons toujours pas à nous décider sur l'aménagement de la maison. Il ne s'est pas renseigné sur la faisabilité de changer l'escalier de place (= gros travaux car nous avons un chauffage au sol). Des amis sont passés l'autre jour et on dit clairement qu'ils ne se lanceraient pas dans un chantier pareil. Sinon concernant le sol de notre veranda/salle à manger/salon, je sais pas trop, les avis sont tellement divers. Entre les fans du carrelage pour l'entretien facile et ceux du parquet pour le confort et la chaleur de l'endroit, hier soir j'ai eu droit à la "pierre naturelle" qui est pas mal aussi, on va en mettre sur la petite terrasse qui borde la veranda, le chantier commence lundi. On peut mettre de la pierre naturelle à l'intérieur, demande-je l'air innocent ? oui, on peut, c'est même très joli, qu'il m'a dit. Ainsi l'extérieur va être fait avant l'intérieur, une bonne chose, au moins quelque chose qui va se faire. A un moment, il va bien falloir choisir, restructuration de l'intérieur ou pas, mais voilà, je me rends compte que je ne sais plus choisir. Plus jeune, je ne sais pas, ça se faisait, bien plus vite. C'est qu'après parfois on a eu l'impression de s'être bien gourré. Alors c'est pour ça que maintenant on est méfiant. Du coup, on ne fait rien et c'est un chantier pas terminé. Va bien falloir se décider. Les professionnels ? tous les avis sont différents. C'est bien pour ça que ça ne m'aide pas. Comment faites vous pour vous décider vous ?

Posté par melancolie85 à 10:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]


03 juillet 2012

l'été

L'été, tout s'arrête. Non, pas chez nous. L'été, c'est le plein des travaux. Par chance, j'ose dire, nous n'avons pas eu besoin d'irriguer pour l'instant, le ciel le faisant pour nous. Bientôt, il y aura récolte de pois secs et de blé. Il faut que tout soit prêt avant : le matériel, les cellules de stockage qui ont besoin d'un très grand nettoyage. En ce moment, il faut assurer les binages dans les maïs et les haricots. Y a pas de quoi s'ennuyer. Je ne me colle pas à ces travaux là. J'en ai d'autres. Pas de vacances de prévues. Et pas d'activité : gym, écriture, c'est stoppé. Alors je vais sans doute vivre un peu renfermée  dans mon univers familial. J'ai 3 concerts de prévu pour bientôt, ça me sortira un peu. Sinon rien d'extraordinaire. L'été, c'est une saison comme une autre, ça passe.

Posté par melancolie85 à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2012

déception

Il a loupé son BTS, il est vexé. Je n'ai pas besoin d'en dire plus. J'avoue que je m'y attendais. Si peu de motivation. Depuis 2 ans, on le pousse au moins à finir ces années. Le diplôme je n'y croyais guère. Et puis je me dis que ça fait plaisir mais qu'il n'y a pas que ça qui compte. Mais c'est son premier échec, il a eu tous ses autres examens. Et là, il flippe. De toute façon, il arrête les études. Il veut bosser. Il bossera chez nous, normalement c'est lui la relève. J'ai vu son honneur atteint. Et oui, dans la vie, il y a des échecs. Il faut faire face. Mais pour un gamin qui n'a jamais aimé l'école, qui n'a jamais redoublé mais toujours ras les paquerettes, je trouve qu'il a fait un beau chemin. Il dit qu'il se représentera l'année prochaine en candidat libre. Cà m'a scotché. On verra bien.

Posté par melancolie85 à 18:15 - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 juin 2012

non je n'y vais pas

Ce soir c'est le repas de fin de saison de l'asso où je donne encore un peu de moi pour la trésorerie. Les autres années, j'y allais. Là, je ne suis pas motivée et je suis surtout très fatiguée. Alors sans scrupule, je dis non. Je devais faire un plat, je l'ai fait et appelé S. pour qu'elle vienne le chercher. Non, ce soir, je suis incapable de supporter le froid, le barbecue, les gamins qui braillent, non, je veux rester là, au calme. Demain nous partons pour la journée voir nos petits neveu/nièce à la kermesse, c'est au bord de la mer, l'endroit est charmant, ça fera un jour de vacance, je préfère me préserver pour ça. Désormais, savoir dire non quand le besoin s'en fait sentir.

 

Posté par melancolie85 à 20:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 juin 2012

petit coup de mou

Tout devrait bien aller, j'aurais du être à la gym, mais tout s'est entortillé et hop je suis restée.

Avant : mariage très classe samedi, nous étions à la messe dans une abbaye et puis au cocktail dans un chateau au beau parc en Charente - c'était le fils d'une de nos propriétaires terriens qui se mariait. Moment un peu décalé car nous ne faisons pas partie de la même société. Enfin le buffet était superbe. J'y ai fait honneur. J'ai aussi vu un véritable défilé de chapeaux.

Dimanche, nous avions convié un petit groupe à faire une balade forestière dans le cadre du sel dont je fais partie. Je l'ai écrit en minuscule pour minimiser les recherches google. Vous connaissez cela, le sel ? pas celui qui va avec le poivre.  Moment bien agréable avec quelque retrouvaille. Nous avons terminé avec café gâteau. Il y en a quand même une qui m'a déçue, elle n'avait pas vraiment l'air content d'être là. Cà se voyait sur sa figure.

Début de semaine avec plein de travaux divers. Ce matin rendez vous pour la maison. On va peut être faire d'autres travaux, la veranda est faite mais rien n'est aménagé à l'intérieur, c'est du béton au sol. Nous attendons d'y voir plus clair. Il y a dans notre maison un escalier qui nous emm.... quiquine depuis le début. Alors, oserons nous le changer de place ?

Et tout à l'heure, mon homme arrive, et il vient d'avoir une prise de bec avec le salarié qui se plaint de faire trop d'heures. Et là, ça s'embrouille dans ma tête. Quoi, quoi, quoi ! qu'est ce qui va pas ? Ma fille était là aussi. Disons que mon départ à la gym était prévu et tout à coup le cerveau n'arrive plus à faire face à tout ce tas d'informations. Il démissionne. Je reste là. Je vais aller faire la pelouse. Cà va me faire du bien. Je reprendrai la paperasse demain. Si vous voyiez l'état de mon bureau, c'est la cata.

 

Posté par melancolie85 à 19:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 juin 2012

depuis hier

Je suis allée hier soir à la réunion. J'étais un peu en retard, il y avait deux nouvelles personnes qui rejoignent le groupe tandis que deux souhaitent partir. Je me suis sentie bien, je me suis facilement exprimée pour ce que je maîtrise. Et parfois je questionne pour les autres services car j'aime comprendre.

Je me dis : me comprennent ils ? je leur annonce que je suis phobique sociale, il est certain que je viens moins régulièrement aux réunions, je me suis eclipsée vite fait après le gala. Mais hier soir, franchement, j'étais, je pense, comme tout le monde. Je crains qu'ils ne me croient pas. Ce n'est pas bien grave mais c'est si difficile à expliquer, à vivre, à comprendre. Ils n'ont plus jamais abordé le sujet, ils n'ont pas beaucoup changé leur attitude envers moi. Est ce que moi à leur place je comprendrais l'autre ? 

Aujourd'hui, je suis allée voir ma mère : à 17 h, elle s'était mise en chemise de nuit. J'ai du la rhabiller, ce n'est pas la première fois qu'elle fait ça. Elle n'a plus la notion du temps. J'ai loupé la gym car impossible d'y être à l'heure. Et j'ai fait des courses avant de rentrer.

Et là, je suis seule à la maison à raconter ma vie sur ce putain d'ordi. A quoi ça sert ? oui je sais que je me pose la question tout le temps. Toujours les mêmes questions, toujours, toujours, toujours.

J'ai eu un moment totalement à vide dans l'après midi. L'impression d'une grande tristesse. Surtout après avoir vu ma soeur, ah oui j'oubliais que j'étais allée chez ma soeur avant d'aller voir ma mère. Parce que je n'ai pas la relation souhaitée avec elle, en tout cas plus comme avant. Je préfère ne pas m'en rendre compte. Mais là, même si elle me reçoit correctement, qu'on a pris un café ensemble, je sens nos chemins tellement écartés......... et ça me rend triste. J'idéalise les relations frères-soeurs dans les autres familles que dans les nôtres. Sans doute ai je tort mais je ne peux m'en empêcher.

 

 

Posté par melancolie85 à 22:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]