12 avril 2013

respirer

Prendre une bonne respiration et puis souffler, souffler, souffler.....

Même le kiné me l'a recommandé quand je lui ai dit que le week end s'annonçait difficile. C'est celui de chaque année où je me sens moins que rien. Moi qui ai choisi d'être bénévole ici pour exister un peu, je le paie cher. Hier soir c'était répétition générale, je suis allée juste au début porter des copies, et suis repartie, ça ne servait à rien, il y avait déjà des bénévoles, j'avais sophrologie après, et j'en avais grand besoin.

Demain soir, il y a un spectacle avec des professionnels. Où est ma place là dedans ? j'ai proposé un peu de cuisine, faut les nourrir ces gens là. Et puis après il y aura l'entracte : vendre des gâteaux, des boissons.... Dans ce cas là je ne sais même plus compter, je ne sais même plus ce que j'ai à vendre. Peut être disparaître. Oui c'est bien ça, à ce moment là, disparaître, et ne réapparaître que pour aller m'asseoir dans le siège à regarder ce que j'aime tant.

Pourquoi ce chaos dans mon cerveau dès que je suis mise à contribution ? J'en ai parlé à certains, ils ont eu l'air de comprendre un peu lors de la conversation, depuis ils ne m'embêttent pas mais ils ne m'aident pas non plus. Ils ignorent le sujet.

Dimanche, j'aurais du aussi être là puis une invitation où nous devons conduire une personne chère nous éloigne de la maison. Avec une vraie excuse, j'ai choisi de ne pas être présente, car oui, j'ai une bonne excuse. Et si je n'en avais pas eue : peut être j'y serais allée, gérant tout ça comme on peut, peut être pas si ça me travaille à un point qu'on n'imagine pas.

Comment expliquer ? Est ce parce que mes parents m'ont laissé souvent seule, c'est à dire que je montais sur la scène pour la fête des mères (rien d'extraordinaire, juste une chanson) et ils n'étaient pas dans la salle ? est ce parce que je n'ai jamais été valorisée étant enfant et je considère que je suis rien, ou si peu, même pas montrable ? est ce parce que justement une fois pour faire une danse sur scène, la soeur nous a fait faire un pas de danse : et je n'ai pas été prise. Est ce à cause de ces gestes déplacés qui m'ont abimée pour le reste de ma vie ? Putain, je voudrais trouver une raison.

Le kiné m'a trouvé très très tendue aujourd'hui alors je lui ai expliqué, il m'a dit que sans doute il me fallait trouver la clé, je ne l'ai encore pas trouvé, même si je pense que la honte que j'ai ressentie si jeune m'a pourrie pour toujours.

Je suis désolée, j'aimerais vous parler du printemps qui s'annonce, des choses légères et rigolotes et encore une fois, c'est de moi que je parle et de mon désarroi. Lundi prochain, tout sera passé, je reprendrai ma vie comme je l'aime, même si elle manque de fantaisie à cause de moi justement.

Si je suis spectatrice, si je n'ai rien à faire, alors je ne risque rien, je vais passer inaperçue mais là même si je ne fais pas grand chose je prends tout de même des risques, c'est là où ça coince. Et comment être bénévole sans ne rien faire à un moment pareil ?

Posté par melancolie85 à 18:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


09 avril 2013

les dernières nouvelles

J'ai eu très mal de tête en fin de semaine dernière, je pense que c'était lié à ma capsulite, j'en ai parlé au kiné, je compense beaucoup pour faire travailler mon bras gauche, ainsi mes vertèbres ont du fatiguer un peu plus. Le kiné a travaillé un peu sur mon dos et j'ai pris un antalgique, ça va mieux. J'ai eu peur que ça ne me gâche ma fin de semaine. A cause de cela, j'ai quand même refusé de recevoir deux marcheurs jeudi soir, ils ont appelé au dernier moment, c'était des américains, dommage, ça aurait pu être sympa. J'avais déjà accepté la demande pour vendredi soir d'un couple.

Ils venaient de l'est de la France. En train ils avaient rejoint la Normandie pour descendre ensuite à pieds vers le sud. Tout s'est bien passé, des gens simples, qui aimaient bavarder. Cà m'a pris du temps. Mais comme je n'étais pas en forme, je n'aurais sans doute rien fait de mieux. On s'est raconté nos vies, un peu de nos vies, c'est très facile avec les marcheurs. Puis ils s'en vont. Cà fait bizarre. Ils m'ont dit qu'ils marchent régulièrement sur les chemins (compostelle et autres chemins) au printemps et à l'automne. Je les envie.

Samedi matin, après avoir pensé la veille à annuler, la tête plus à l'aise, je suis allée à l'atelier d'écriture qui avait lieu ailleurs. Nous étions 8, et nous étions chez les compagnons. Il faisait très très froid, nous sommes allés d'une salle chauffée vers les hangars plein vent, à plusieurs reprises, suivant les consignes de notre animatrice. C'était très sympa. Pendant ces temps d'écriture, rien d'autre que les consignes et mes mots, les mots des autres, quelques échanges sur le sujet du jour, ou sur tout autre. On se connaît, sans se connaître trop. Nous avons pique niqué avec eux les compagnons, dans leur salle à manger. Cà faisait bizarre. Comment se retrouve t on compagnon ? Il y a des enfants, des femmes et des hommes, d'ici et étrangers également. Le directeur a pris un peu de temps pour nous expliquer tout ça. Ce n'est pas simple.

Samedi, j'étais contente de rentrer au chaud et de n'avoir rien de plus en soirée. J'étais nourrie pour la journée.

Dimanche, rien. Je suis partie faire un petit tour à pieds, et j'ai fait quelques photos. Le prochain post sera fait de ces photos.

Ce soir j'irai à mon cours d'anglais. Je dois maintenir absolument ma vie en groupe. Je me sens abandonnée par ma famille et ceux que je pensais mes amis. Il faut toujours que je relance. Sinon rien.

Hier, je suis allée voir ma mère, mais brièvement, car il y avait la gym et il est important qu'elle participe comme à l'habitude. J'en ai profité pour aller voir une amie, hélas elle partait. Ensuite, j'ai pris mon courage pour aller chez ma soeur. Elle me reçoit mais je ne perçois aucune joie chez elle à me recevoir. Peut être je l'ai dérangé, elle faisait du jardinage. Nous avons pris un café, mais ce n'est pas comme j'aimerais. J'avais pensé lui dire un peu mes états d'âme. J'ai renoncé, c'était autrefois tout ça, maintenant ce n'est plus pareil. A qui donc se confier, si ce n'est à ce blog ?

Depuis la petite altercation avec la belle famille, rien, silence, pas un coup de fil, pas un mail, pire que tout. Ils n'ont donc encore une fois rien compris. Que puis je attendre de ces relations ? J'ai peur. Peur de la suite. Comme il faut se démener pour rejoindre les groupes. Si un jour je ne peux plus ? si un jour j'en ai marre. Je me retrouverai toute seule. Oui j'ai des enfants mais ils ont leur vie. Oui j'ai un mari. Mais ces questions là ne le taraudent pas. Il est serait tout à fait capable de vivre seul. Disons que pour l'instant il est en activité et son cerveau est pris par ça. Et à la retraite, comment fera t il ?

 

 

Posté par melancolie85 à 10:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 avril 2013

quand le gris s'efface un peu !

vendredi, je recevrai mes deux premiers marcheurs de cette année, j'ai hésité, je leur ai dit que c'était le chantier chez nous, et qu'en plus on serait en réunion, ils ont dit que ça ne faisait rien. Ouh la la ça va pas être simple mais j'ai dit oui.

la maison se rhabille à ses nouvelles couleurs : le carrelage est fait, la cuisine installée, la cheminée juste commencée.......... Nouvel univers, vais je m'y sentir bien ? encore du travail avant de s'installer. Nous en avons encore pour quelque temps au sous sol.

J'apprends qu'une connaissance d'il y a quelques années a un blog que j'ai découvert ce soir, ça me fait plaisir.

J'ai deux grosses journées à venir, pourvu que je tienne : réunions importantes.

J'ai bien dit quand le gris s'efface un peu, il n'est pas encore bien effacé.

Alors qu'il y a quelque temps je pensais avoir trouvé la voie, une ornière et hop par terre, c'est ça la vie..............

Posté par melancolie85 à 21:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 avril 2013

parfois

J'ai envie de fermer les portes

ne plus répondre au téléphone

ne plus inviter

ne plus être invité

pour me protéger

pour me couper du monde

juste moi avec lui

et un peu avec eux

Ne plus souffrir

de leurs mots, de leurs non-mots, de mes maux,

de leurs façons de voir, de faire

qui ne me vont pas

Juste le ciel, la terre et moi

Juste les fleurs, les chemins, et mes pas...................

Posté par melancolie85 à 10:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 avril 2013

Paques, des fois ça cloche !

Cà commençait plutôt bien :

 

vendredi réunion mensuelle de mon asso : les anxieux étaient au rendez vous plus que la dernière fois. On est content d'échanger.

samedi : nous avons une sortie avec quelques amis, un spectacle local entre chansons et danses, et rires ......... c'est moi qui ai réuni ce petit monde, les places sont rares, il faut le filon et .........  je l'ai !

et puis dimanche, nous sommes tous les deux. Autrefois, il y avait forcément repas de famille. Même l'an dernier, il y avait eu. Cette année, personne n'avait parlé de ça. Quand le téléphone sonne, et une petite voix nous demande si on vient manger le gateau. Ainsi certains sont venus, nous ne sommes pas au courant. Cà nous jette un froid. Un temps après, il prend son téléphone, il appelle sa soeur et il lui dit qu'il, que nous n'apprécions pas, que si nous avions su.................. Elle pleure, elle dit qu'elle n'a jamais le temps, qu'elle ne peut pas prévoir. Il lui a dit ce qu'il pensait, lui qui n'aime pas intervenir, là c'en est trop. Ils s'expliquent. Puis nos enfants arrivent et nous avons prévu une petite sortie en carriole.

En fin d'après midi, on se retrouve, on ne reparle pas du heurt. On prend un verre, on discute de tout de rien, on parle des travaux.

Nous sommes bien d'accord tous les deux pour ne pas en supporter plus qu'on le peut. On ne peut pas continuer à être ignorés de la sorte. C'est dit.

Aujourd'hui, on ne les verra pas, on ne fera pas l'effort, il faut digérer.......... Nous sommes allés voir ma mère, tous les deux, c'est rare. Nous sommes sortis dans le parc avec elle, il faisait froid, mais il y avait le soleil pour nous accompagner. On a mangé ensemble des chocolats qu'elle avait reçus en cadeau.

Me voilà de retour. Tandis qu'il s'attaque à la pelouse, je vous raconte ma vie.

Posté par melancolie85 à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 mars 2013

deux en un

Ce matin, deux sujet me viennent :

 

le premier : mon week end. Je l'ai passé avec "Jean Jacques". Ah la la c'était bien, trop bien. "Jean Jacques" ? ben le chanteur. Enfin il n'est pas venu hélas, pourtant il était invité. Ma fille se donnait à fond depuis quelques mois à une comédie musicale avec uniquement des chansons de J J, et samedi et dimanche, c'étaient les grands jours. Un spectacle pour les restau du coeur. Elle, c'était pour les danses. Elle les a créées, puis elle a brieffé la troupe tous les dimanches ou presque. Echauffement pour tous, même les chanteurs.

Enfin c'était bien. Nous y sommes allés samedi soir avec famille et amis que j'avais conviés. Certains ont vite répondu oui, d'autres ont brillé par leur non-réponse (ça j'avoue que j'ai du mal) même par non c'est mieux de répondre me semble t il, d'autres étaient indisponibles. Ceux qui étaient là ont vraiment apprécié. Avant de partir, je leur avais fait un petit brunch. Cà nous a mis de l'ambiance. On est arrivé un peu tard, nous n'avons pas eu les meilleures places ! le spectacle durait 3 heures.

J'y suis retournée dimanche parce qu'il me semblait que je n'aurais pas tout vu en une fois. Mon fils aîné est venu, aussi une voisine, et deux amies. C'était encore mieux dimanche, mieux rôdé.

Depuis j'ai Jean Jacques dans la tête, tout le temps : "tu es de ma famille la la la la ..............." "j'irai au bout de mes rêves......." "là bas.............." "Je te donne .........."   ça me donne très envie de chanter. D'ailleurs, c'est dans un coin de ma tête. Créer un petit groupe, pas un truc trop carré, pour chanter des chansons qu'on aime ! comment lancer ça ?

 

le deuxième : des blogs se sont fermés, d'autres restés en l'état. Que sont elles devenues ? j'y pense souvent. TRACES,  PARISETTE, CELOR, et d'autres dont les noms m'échappent ce matin, qui me lisaient, que je lisais - elles ont peut être créé un nouveau blog ? passent elles encore par ici ? j'aimerais tant ................les retrouver !!!!!

Posté par melancolie85 à 10:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

21 mars 2013

J'ai quel âge dans ma tête

Petite fille à l'infini

ou vieille toute endolorie

rêveuse devant l'éternel

opprimée d'un monde cruel

la musique pour meilleure amie

le miroir comme grand ennemi

je ne sais plus l'âge que j'ai

je ne sais plus tous mes secrets

combien de temps me reste t il

pour devenir encore un peu

quelqu'un de mieux

quelqu'un de vieux

 

Posté par melancolie85 à 10:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 mars 2013

se donner du temps !

ah la semaine dernière, je n'ai pas chômé : j'avais atelier d'écriture le lundi, le mardi comme d'habitude le cours d'anglais (sauf que des fois je n'y vais pas), le jeudi réunion pour l'accueil compostelle + cours de sophrologie le soir, réunion des anxieux avec atelier d'écriture le vendredi soir, et le samedi après midi : visite à ma mère + théâtre le soir, le dimanche : matin, visite d'une expo photo à la commune voisine et repas cabaret le midi + après midi.

Mais pourquoi je vous raconte ça ? parce que ce sont des exploits. Il y a quelques années, je n'aurais rien fait du tout. J'aurais juste assumé ma vie de famille, tant bien que mal, avec une migraine au moins dans la semaine. Oui, je sais, je rabache....

C'est étonnant quand même l'évolution. Et si je n'avais jamais osé mettre les pieds à l'atelier d'écriture ? Et si je n'avais pas entendu la proposition de C. qui donne les cours d'anglais ? et si je n'avais pas répondu au petit article du journal de la commune à propos de Compostelle ? et si je ne supportais pas d'ouvrir la porte de la maison de retraite ? et si je n'étais pas très copine avec ma nièce qui jouait dans la pièce samedi ? Et si je n'avais pas répondu à l'invitation par mail à l'expo photo ? et si je n'avais pas saisi l'offre de mon amie pour le cabaret, elle qui peut avoir des places, qui s'arrachent, alors que tant de gens n'arrivent pas à en avoir ? J'ai de la chance.

La vie est faite de petits signes, de mains tendues, de propositions..... Il fut un temps où je fermais les yeux, je fermais le coeur. Heureusement, ce temps là est révolu, même si rien n'est facile, même si il y a encore des ratés, même si parfois j'échoue, même s'il y a des endroits qui restent difficiles à franchir. La conscience est là : personne ne peut faire ses pas à ma place.

Je suis récompensée, mon carnet d'adresses a évolué. Ah non, il n'est pas blindé comme certains, mais il y a un peu de vie, c'est le principal.

Il m'arrive de relire mon blog quelque temps après avoir écrit (mois, années). Je veux pouvoir relire ce post en espérant progresser encore, me dire que la route est longue mais que l'espoir est là. Vivre comme la plupart des gens ! c'est un défi quand on a baigné dans une toute autre atmosphère.

C'est mon sujet de prédilection : l'évolution des êtres, en particulier mon évolution.

 

Posté par melancolie85 à 15:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

12 mars 2013

anniversaire

Tandis qu'il se prélasse loin de nous, c'est son anniversaire aujourd'hui. C'est grâce à F.B. qu'on a le contact et qu'au milieu de messages de copines et copains, j'ai laissé mon petit mot à moi - j'espère qu'il le verra. Je me revois il y a 33 ans, je n'en menais pas large, j'étais complètement à l'ouest comme on dit, et d'ailleurs j'ai bien failli y rester cette fois là. Mon mari avait été prévenu.

Je suis plus forte que je ne crois, je m'en suis sortie et lui aussi. Un mois d'avance, plus de 3 kg, il est devenu aujourd'hui un homme encore un peu grand adolescent qui mise tout dans son travail mais qui sait aussi s'accorder du temps de grande liberté. Il ne s'encombre pas l'esprit avec tous les côtés "matériel" que nous avons ainsi que certains jeunes de son âge. Pas encore de maison, pas de voiture. Un esprit libre. Il n'est pas comme moi, il ne s'occupe pas du regard des autres. Comment a t il réussi avec ce que j'ai dû lui faire vivre ? il me reproche d'avoir été super chiante quand il était enfant parce que je lui imposais le plus grand ordre dans sa chambre, maintenant il est tout l'inverse, c'est le bazar derrière lui, c'est pas croyable. Il a eu des moments un peu flous dans sa vie mais s'est bien raccroché aux branches. Et puis il a des amis partout. Comment fait il ? là ce n'est pas moi qui lui ait servi de modèle. Il profite.

Me voilà maman depuis 33 ans.

Ils sont grands, c'est peut être pour ça que je m'ennuie un peu. Avant, j'étais toujours occupée avec eux : les soins, l'école, les devoirs, le sport, les loisirs. Ils n'ont plus besoin de moi pour tout ça. C'est la vie !

Posté par melancolie85 à 17:09 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

paix intérieure

Faudrait que je la trouve la paix intérieure !

Parfois, j'y arrive, je me dis je la tiens

Mais elle s'enfuit bien vite, balançant des horreurs !

Et si c'était demain ?

Je me réveillerais tout en douceur

Je serais de parfaite humeur

Je rirais de bon coeur

Ce serait le bonheur

 

Posté par melancolie85 à 16:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]