21 octobre 2016

cholesterol

Avez vous regardé mardi sur Arte l'émission "le grand bluff" ? OUI ! alors qu'en avez vous pensé ? NON ? vous pouvez encore la regarder sur le site d'Arte. Sommes nous donc manipulés ? J'ai bien peur que oui, hélas.

Récemment, je suis allée chez mon cardiologue pour faire un bilan, la tension toujours haute, un traitement en cours donné par le généraliste, les vertiges. Bref, j'ai trouvé un cardio nouvellement installé dans la clinique. Effectivement, la tension était haute, il a pris le temps, c'était sérieux. J'ai parlé aussi et il a deviné mon côté très anxieux qui sans doute influence. J'avais apporté mes analyses de sang, qui révèlaient un peu de cholestérol au dessus de la norme. Pourtant il a baissé. Mais selon lui, pas assez. Alors il me parle de statines et là, méfiante que je suis, je ne suis pas en accord. Ainsi il concède que je peux me reprendre, faire régime et sport. On est d'accord, mais il me dit que si ça ne diminue pas, il faudra passer aux statines. Il change mon médicament pour l'hyper tension qui ne me semble plus adapté. Certes, comment se passer de celui ci ?

Et depuis, j'ai vu cette émission.

Et là je me dis que j'ai bien fait de ne pas prendre le traitement anti cholestérol qu'il me préconisait. J'ai fait de la résistance.

Et là je me dis que ces laboratoires ont besoin de vendre, de vendre, et de vendre encore. Alors il leur faut des consommateurs.

Les barêmes ont baissé, il y a dix ans on tolérait jusqu'à 3 g/l sang. Puis après, on a décidé que c'était 2 g.

Et puis ils ont dit que le bon et le mauvais c'était le même cholestérol, là j'avoue que je n'ai pas trop bien compris.

Il parait que c'est le sucre qui fait son beurre sur le gras. En condamnant le cholestérol, on parle moins du sucre qui empoisonne la santé. Et toute l'industrie alimentaire s'en réjouit car du sucre, y en a beaucoup à caser. Et puis y a ceux qui fabriquent des trucs contre le cholestérol, des trucs infammes vendus aux soi-disant malades.

Bref, on nous prend pour des pigeons.

Lorsque j'ai commencé à prendre des anti dépresseurs, je n'ai pas pu m'en débarrasser avant 20 ans, et aujourd'hui je pense sincèrement que si à cette époque j'avais rencontré une personne avec une bonne oreille, et du temps à m'accorder, je n'en aurais peut être pas eu besoin. J'avais ce parcours de vie à digérer, il le fallait et ç'aurait pu se passer autrement.

Alors aujourd'hui, je vais tout faire pour me passer de statines. Et je suis bien contente d'avoir vu cette émission, il n'empêche qu'au débat après le documentaire, l'un des médecins prônait les médicaments, et l'autre non. Cela veut dire que selon le médecin qu'on peut avoir en face nous, et bien on n'aura pas du tout le même diagnostic.

C'est la jungle.

Posté par melancolie85 à 18:28 - Commentaires [12] - Permalien [#]


19 octobre 2016

C'est râpé !

Sujet pratique :

le robot magique ne fait pas de bonnes carottes râpées hélas ! Au début, j'ai fait comme si. Les carottes se retrouvaient en mini morceaux, on disait que c'était bon. Mais finalement, au fil du temps, ce n'est pas si bon, c'est sur. J'ai tout connu pour râper les carottes, autrefois j'avais sur le gros mixeur un râpe carottes, je ne l'ai plus. Puis le mini râpeur électrique qui avait du mal avec les grosses carottes du jardin. Puis la râpe toute simple, mais il faut beaucoup d'huile de coude et de temps pour en faire 1 kg. Et en prime, on se râpe le bout des doigts.

Y a t il un appareil simple manuel ou électrique dont vous êtes pleinement satisfait pour râper plein de carottes et rapidement sans difficulté ?

Je vous attends. Et surtout, ne me dites pas de les acheter toutes prêtes ! c'est dégueu !

Posté par melancolie85 à 11:10 - Commentaires [12] - Permalien [#]

18 octobre 2016

Il y avait aujourd'hui

Dans ma tête, il y avait hier, il y aurait demain. Comme j'aurais aimé sauter par dessus aujourd'hui. Aujourd'hui, c'était dimanche, le grand jour. J'avais raté dans la semaine la répétition générale parce qu'un ennui de santé soudain s'était déclaré. Est ce que mon corps tentait de fuir ? Il n'a pas réussi, j'ai soigné vite fait. J'ai réussi à choper l'autre répétition de dernière minute chez des participants. Ce fut un moment magique comme j'aime dans une maison de rêve.

Il y avait aujourd'hui. La veille, nous sommes allés vite fait prendre un verre dans une soirée. J'avais le petit en garde. Il vaut mieux être occupé dans ces cas là, ça évite de se fixer sur une seule pensée.

Le matin même, je me sentais fébrile, mais il n'était pas question de faillir. Nous avons co-voituré pour aller à l'évènement de la ville d'à côté.

Nous sommes arrivées tôt. Quelques répétitions avec l'autre groupe. Puis nous nous sommes retrouvés pour quelques conseils et répétitions entre nous. J'avais chaud, un vrai radiateur ! Et puis, il a fallu y aller, entrer .... Je ne sais comment j'ai fait ! L'impression d'être dans un rêve. Heureusement, j'avais une chaise prévue, et je m'en suis servie, un chaise haute et discrète. Sans elle, je ne pense pas que j'y serais arrivée. Surtout que j'étais en première ligne, peut être que derrière ? ça l'aurait fait. La voix était beaucoup moins sure qu'à l'entrainement. Elle m'a fait quelques frayeurs. Mais ce n'est pas si grave au sein d'un groupe.

J'ai beaucoup (trop) lu mes partitions. Peur de ne pas savoir mes paroles. Mais ce n'est pas très chouette à voir je pense. Je n'ai jamais trop observé comment se comportent les choristes. D'ailleurs, je n'allais pas souvent en voir.

L'autre groupe a fait la deuxième partie.

Puis à la fin nous sommes revenus pour trois morceaux avec eux.

C'était une première, c'était pour une bonne cause. Heureusement que ce n'est pas souvent. Tous ces yeux braqués sur nous, il faut gérer.

Quelques amis et famille étaient là, c'est d'autant plus stressant.

Nous avons continué avec un verre de l'amitié et un anniversaire d'une des nôtres. Et même après, un petit repas s'est improvisé au restaurant avec les derniers.

Je commence à mieux les connaître et je les trouve agréables et ouverts. J'en suis très heureuse.

Posté par melancolie85 à 09:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 octobre 2016

Pour les impromptus

Je ne savais plus trop quoi écrire et quand le thème des Impromptus est tombé, j'ai pensé à ces chemins de vie immédiatement, plutôt qu'aux chemins réels, mais souvent la comparaison est bonne. Je me suis dit que ça ne ferait pas l'affaire des impromptus. Et puis ce matin, les mots se sont mis en place, les voici :

A la croisée des chemins

Tant de chemins s'offrent à nous, depuis toujours. Pourquoi en choisir un plus que l'autre ? Celui où on nous a entraîné nous va si bien, on y reconnait toujours ses noirceurs, ses odeurs, ses couleurs, on y a fait ses premiers pas, on y a dit ses premiers mots, même s'il n'est pas le plus beau. C'était celui de nos parents, où ils se sont perdus eux mêmes souvent. Un jour, on a compris qu'ils n'avaient pas forcément trouvé le bon et qu'il y en avait tant d'autres... mais fallait il oser en changer.

Certains osent, d'autres non. Certains s'enfoncent dans d'autres chemins encore plus noirs que ceux qu'ils avaient connus jadis jusqu'à trouver un jour un peu de lumière au bout, ou pas. Certains, plus curieux, vont explorer de nombreux chemins, toujours avides de nouvelles sensations, de nouvelles
couleurs. Ils ne se sentiront jamais enfermés, jamais moutons.

D'autres non car ils ont peur du changement, alors ils feront avec ces chemins d'habitude, même s'ils s'y ennuient profondément, même s'ils y sont fatigués ou malades.

C'est la vie qui les conduit.

Parfois on se retrouve encore une fois à la croisée des chemins, et là, libre à nous d'en emprunter un nouveau, juste pour voir.

L'autre soir, j'avais envie de partir sur le chemin de Pierre Rahbi, ou sur ceux de Sylvain TESSON, qui nous disent que d'autres chemins existent, peut être qu'il faudra défricher pour passer, mais ça en vaut surement la peine.

Alors, à la prochaine croisée des chemins, lequel prendrez vous ?

Posté par melancolie85 à 14:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 octobre 2016

les plaintes sont ouvertes

J'essayais d'y échapper, de ne pas sombrer dans les pensées tristes, de ne pas vous gaver de mes turpitudes.

Hier j'ai parlé belle famille.

Et hier aussi, on a parlé amitié avec elle. Elle était au mariage d'une amie il y a quelques jours, avec une place privilégiée. Elle s'est beaucoup donnée, a beaucoup travaillé, a beaucoup organisé. Le mariage était très religieux avec à la base la conversion de la jeune fille pour cette religion. J'y étais pour la cérémonie. J'ai donc entendu parler de Dieu pendant une heure, de respect, de bonté, et j'en passe. Le soir venu, elle avait préparé une danse spéciale pour les mariés. Elle a apporté tous les accessoires. Ils ont montré direct que ça ne leur plaisait pas, ont à peine joué le jeu... Pourtant les gens autour s'amusaient.

Elle a été très contrariée, pensant avoir joué son rôle, pensant aussi que dans un tel cas même s'ils n'étaient pas fans, c'est un classique des mariages et que par respect, ils pouvaient le faire sans broncher.

Elle s'est tant donnée depuis des mois. Je crois que là elle se pose des questions sur l'amitié, la vraie.

Si seulement Dieu leur avait dit d'être gentils toute la journée jusqu'à tard dans la nuit !

Elle sait que cette amie est capable du pire comme du meilleur, mais là c'en était trop !

 

 

Posté par melancolie85 à 11:18 - Commentaires [5] - Permalien [#]


09 octobre 2016

Supporter

Combien de fois je me suis dit que ça n'avait pas d'importance, que ma belle famille était comme ci comme ça, quand ce n'était pas la mienne.... Oui je sais, je critique, je critique et ce n'est vraiment pas top.

Une fois de plus, je suis tombée dans le piège. Ils sont arrivés sans nous avertir à la maison mère en début de semaine. Nous n'en avons eu aucun écho jusqu'à ce qu'ils se pointent chez nous en plein après midi, comme ça, l'air de rien. Et c'était vendredi, et vendredi chez nous, ça bosse encore. Donc l'homme n'était pas là. Et ils viennent sans s'inquiéter si on est disponible ou pas. Je les ai reçus mais je crois bien que c'était sans sourire. J'avais le petit, la conversation s'est faite seulement autour de lui ou presque, ils lisaient aussi le journal de la commune et se faisaient des commentaires l'un l'autre. C'est intéressant de voir qu'ils s'intéressent à ma commune plus qu'à moi. Je n'ai pas entendu l'ombre d'un : Comment vas tu ? Non, surement que je vais bien, ça doit se voir..... Ils sont repartis. Ils m'ont dit avant qu'une autre belle soeur venait aussi dans le week end. Toujours pas au courant. Elle a envoyé un sms cet après midi pour demander à passer, je n'y ai pas répondu. Voilà ma vengeance.

Et dire qu'on est à l'heure d'internet et des sms et que la communication ne se fait pas.

Cà m'a fait mal. De plus, si elles veulent le voir leur frère, ce serait mieux de prévenir, comme ça elles ne l'ont pas vu.

Alors on s'est disputé pour ça, car lui s'en fout ou tout au moins il essaie. Je lui demande de remettre les pendules à l'heure, il n'est pas décidé. Cà met de l'ambiance chez nous, c'est au moins ça.

Que diriez vous ?

Posté par melancolie85 à 17:43 - Commentaires [23] - Permalien [#]

07 octobre 2016

Le bel arbre

Bientôt, je ne l'emmenerai plus sous l'arbre magique. C'est un charme planté depuis de nombreuses années. Je me souviens lui avoir coupé les branchettes au ras du tronc car elles me gênaient pour tondre, et puis j'avais cette impression qu'il n'arrivait pas à grandir, que tout poussait d'en bas et qu'il avait du mal à s'élancer. C'est bizarre, c'est cet été que j'ai re-découvert cet arbre. C'est mon grand fils qui un jour s'est installé dessous avec le petit qui y a bien joué. J'ai copié. J'ai mis le transat au dessous et j'y ai passé quelques bons instants à me relaxer, et souvent avec le petit. Il a réussi à prendre de la hauteur et forme comme un grand parasol (non, pas le petit, l'arbre, vous me suivez ?). Et puis il a vite perdu des feuilles qui ont fait le jeu du petit bonhomme, car elles font du bruit, craquent. Il y a aussi des pommes de pin pas loin. Cà aussi c'est un jeu. Comme quoi, c'est souvent dans la nature qu'on joue le mieux.

Bientôt il fera trop froid pour passer du temps là bas. Lorsqu'il vient chez nous, il a toujours envie d'aller par là. C'est un arbre magique, son tronc se divise en deux assez bas. Alors il s'installe entre les deux branches troncs, ce n'est pas dangereux car pas bien haut. Vite je pense qu'il pourra grimper un peu plus haut.

J'aime cet arbre, je me demande pourquoi avant je ne le remarquais pas. C'est vrai que moi dessous, on ne me remarque pas non plus car un peu éloigné de la maison. Ce doit être l'arbre de la discrétion et de l'amusement, et de la relaxation.

Je commence à penser que bientôt il fera froid, et malgré que toutes les saisons soient belles, je regrette déjà la plus belle.

Que vais je faire de mon hiver ? pas très envie de tricot cette année. La cheminée est prête à fonctionner. Je ne boierai pas de chocolat bien chaud pour cause de régime. La télé ? oui j'ai un peu repris à la regarder, comme la Grande Librairie hier soir, avec un Jean d'O. toujours aussi éblouissant, et qui dit tant de choses qui me plaisent. Mais ce n'est pas tous les soirs ce programme.

L'hiver, comme une latence inquiétante.

L'hiver, où y trouvera t on la joie de vivre ?

Toujours des interrogations mais Jean d'O. m'a confortée car il semble que c'est le sens de sa vie : s'interroger, se demander, se poser mille questions, partir dans un sens, revenir dans l'autre, alors que chez moi ça les énerve.

Pour l'instant, je garde mon petit fils pour le week end et c'est de la joie de vivre.

DSCN1476 (2)

 

Posté par melancolie85 à 15:40 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

05 octobre 2016

O C T O B R E

On s'y remet ?

 

O sier prêt à couper pour tresser le panier

 

 

Résultat à 6 mains :

O sier prêt à couper pour tresser le panier
C ourberas tu sous ma seule volonté ?
T rembleras tu à la vue de mes doigts endiablés ?
O u bien te laisseras tu aller ?
B âillements de la rivière qui s'étire de son mieux
R ires des oiseaux cachés dans l'arbre bleu
E t toujours le soleil qui brille dans les yeux

Posté par melancolie85 à 15:38 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

04 octobre 2016

Pour les impromptus littéraires

En un soir chaud d'automne

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne
On cherche quelques mots qui ne seraient pas monotones
Fidèle à l'atelier, on les écrirait bien
Rouge, jaune, doré, en voilà des petits grains

En un soir chaud d'automne, tant se laisser bercer
Par la brise légère et la feuille envolée
Les mots s'enfuient déjà, c'est la morte saison
On regarde l'hiver qui pointe à l'horizon

Tant se laisser bercer pourvu que l'on s'en sorte
A force de marcher, on est déjà si loin
Un jour il faudra bien pourtant fermer la porte
Mais nous ne savons rien du fabuleux destin

Pourvu que l'on s'en sorte et qu'on dévore encore
De nos yeux ré-ouverts le ciel couleur de feu
Le visage s'éclaire devant un tel décor
On a un peu de temps avant de devenir vieux

Posté par melancolie85 à 15:38 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

03 octobre 2016

octobre

La saison aux mille couleurs commence. Hélas me voilà avec un mal de gorge. Cà ne me réjouit pas. Cà entame beaucoup mon énergie qui n'est déjà pas extraordinaire.

Samedi, j'ai fait les courses, seule. Je ne devrais pas choisir ce jour là où il y a plus de monde mais je procrastine toujours pour les courses et au bout d'un moment, il faut se rendre à l'évidence, il n'y a plus grand chose dans les placards et dans le frigo. J'ai rencontré quelques personnes connues. Je n'aime pas trop ça car la station "debout" me gêne et je n'ose pas trop le dire. Dernièrement, mon traitement pour l'hypertension a été changé suite à une visite chez le cardiologue. Il me semble que c'est mieux. Ma tension était beaucoup trop forte. Il m'a conseillé le régime et le sport. Faut vraiment que je me prenne en main.

Le soir nous étions invités à faire un bowling et à dîner chez des amis. Je n'ai pas joué à cause de mes épaules trop fragiles encore. Je ne veux pas revivre les douleurs. Elles sont encore fragiles mais elles ont retrouvé leur ampleur. Je les ai regardés, une autre amie a fait de même. Puis nous avons dîné et discuté et là encore, ce fut difficile. Il y en a un parmi qui est beaucoup trop borné. J'ai entendu des propos homophobes et racistes. Que c'est dur ! Comment réagir ? J'ai réagi mais cette impression que mes mots n'arrivent pas jusqu'à eux...... Décevant ! fatiguant ! Se rendent ils compte ? En même temps, puis je exiger que tout le monde pense comme moi ?

Hier, nous avons passé notre dimanche tranquillement avec une sortie nature l'après midi et une visite au cimetière pour l'anniversaire de ma maman. J'en avais besoin. Je pense à elle qui n'a jamais milité nulle part mais qui n'avait aucun propos haineux. Elle se contentait d'une vie assez austère, n'était pas ennemie de la joie, aimait la musique et les chants.

Et le soir, je n'avais même pas  envie de regarder la télé une fois de plus. On en a parlé samedi soir, ils nous ont pris pour des OVNI.

J'ai peur de m'éloigner de ces gens là car je ne suis pas sure de supporter longtemps ces intolérances.

Lui disait qu'il n'irait jamais à un mariage gay. Qu'il n'en avait pas dans sa famille et que pour lui ça n'existait même pas. Quand on a des neveux et des cousins concernés, on a du mal à entendre cela.

Et puis les femmes voilées, toujours ce même refrain. Ici, ça dérange tout le monde alors qu'on en voit très peu, dans nos campagnes. Je ne sais pas pourquoi mais ça ne me dérange aucunement. Après bien sur, il y a un grand débat sans doute. Mais je répète : ça ne ME dérange pas personnellement. Eux oui. Il faudrait vraiment trouver d'autres sujets de discussion.

 

Posté par melancolie85 à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]