13 mai 2014

un dimanche particulier !

C'était dit nous irions au restaurant mais le lendemain car le jour même tout le monde n'était pas dispo. Samedi après midi, deux amies sont passées, en principe elles passent tous les ans. On a pris le café, une tarte. J'ai dit que je n'étais surtout pas au top en ce moment. Puis un peu de famille est passé aussi, d'habitude ils ne sont pas là. D'ailleurs, on ne savait pas du tout qu'ils venaient ce week end. Mon mari les a rencontrés au magasin, à faire les courses. Puis le soir on est allé (je me suis botté les fesses) à un spectacle de danse, et c'était superbe. Je me suis dit que finalement il fallait plus souvent se botter les fesses.

Donc je reviens au dimanche, on se prépare. Nous emmènerons nos fils et nous passerons chez notre fille qui a réservé quelque part mais je ne sais pas où (j'ai un doute car elle connait quelqu'un qui travaille dans un bon restaurant). Et oh, faut s'affoler un peu, c'est l'heure. Nous partons tous les 4. Je suis contente, on va super bien manger. On n'a pas fait un kilomètre lorsque je vois un groupe au travers de la route, je vois des gilets jaunes, je vois pas trop bien, j'ai pas mes lunettes. Je me dis que vraiment ces randonneurs, c'est du n'importe quoi. Et puis je vois que ça a des allures de fête et comme à cet endroit que je connais bien, il y a toujours des petites fêtes dans une petite salle, je me dis que ça se prépare sans doute pour quelqu'un. Je me dis que ça va pas être facile de passer. Et puis plus on approche, plus je vois des sourires, des têtes qui me disent quelque chose, et une banderole où j'arrive à déchiffrer bon anniversaire + mon prénom. Ouh la la, c'est pas vrai ? mon cerveau ne sait  plus comment il faut gérer ça. Je me cache dans mes mains. Je prends le temps de descendre et je ne vous dis pas l'émotion...... Ils sont une petite quarantaine : famille et amis très proches. Mes enfants ont tout comploté dans mon dos. Chacun a apporté son pique nique. On leur offre l'apéro et le dessert (ma fille a fait deux super grands gateaux pour l'occasion). Cà se passe en toute simplicité, dans la bonne humeur. J'ai droit à une petite chanson, suivie d'un petit concert de djembé accompagné de ma danseuse.

Je n'avais jamais pensé vivre ça. J'adore le faire aux autres mais je ne pensais pas que ça m'arriverait et au moment où j'avais vraiment besoin de ça.

Récemment, je demandais au ciel  un petit coup de pouce.

Je l'ai eu.

Dans l'après midi, il y avait un jeu, un autre jeu dehors, une petite balade pour quelques unes de nous. Et ça s'est terminé avec de la brioche et de la crème et un diaporama avec une petite video speciale au début de ma mère (mon fils était allé la voir la veille pour la filmer). C'était extra.

Alors moi je veux bien vieillir avec des anniversaires comme ça.

J'ai été récompensée par les très grands sourires et les belles embrassades dont je ne me suis pas privée. J'ai touché l'amitié comme jamais.

Bien sur, certains n'étaient pas là, ils n'étaient pas libres.

Et certains autres n'ont pas été invités. Parce qu'à un moment, il faut faire un choix, la salle n'est pas très grande. J'aurais aimé que tous ceux qui comptent dans ma vie soient réunis.

C'était un beau dimanche, je n'en ai quasiment pas dormi la nuit suivante, et la dernière pas trop bien non plus, me repassant sans cesse les images.

 

 

Posté par melancolie85 à 11:17 - Commentaires [12] - Permalien [#]


09 mai 2014

encore tant à apprendre

Il parait que je me plains toujours et que ce n'est pas intéressant. Je le sais, je suis une larmoyante, toujours la plus malheureuse, j'ai refait à l'identique ce que faisait mon père. J'ai maintes et maintes fois chercher à changer, je sais les méthodes, je n'arrive pas à les appliquer, je les comprends c'est tout. Des fois je les préconise aux autres.

Une grosse contrariété vient encore me faire sombrer dans l'abîme. Il paraît que j'ai tort. Bien sur que j'ai tort de penser ce que je pense. J'ai déjà vécu le même épisode il y a quelques années, ça recommence. Je croyais être guérie. Pas du tout. Même symptôme. sensation de coeur qui pèse une tonne. Larmes qui montent. Ventre noué. Gorge serrée. Goût à rien. Dégoût de tout. L'impression de me noyer dans cette vie. Pourquoi ai je ça à re-vivre ?

Je dois faire preuve de tolérance et d'ouverture d'esprit. Finalement je ne suis ni tolérante ni ouverte d'esprit. Ce qui m'est fait peut me faire mal même si l'intention n'est pas là. Ils le savent, ils recommencent. L'humain n'a pas de pitié. De toute façon, l'humain a tous les droits, il s'en fiche bien parfois de blesser......

Hypersensible je me sens. Tous mes sens en éveil à la forme négative.

Pourtant demain j'aurai..... ans, faudrait que je sois un peu joyeuse. Cà va pas être facile !

Toutes ces années à essayer de changer, avec tout plein de techniques, et ce blog qui est là pour m'aider aussi.

Et toujours cette petite fille qui crie à l'intérieur !!!!!! comment peuvent ils comprendre ? d'ailleurs qu'y a t il à comprendre ?

Ces mots déposés là trouveront peut être réponse, et s'ils pouvaient me libérer un peu en partant vers les cieux ......

J'en arriverais à prier le Bon Dieu.

J'aurais aimé garder le ton léger de ces derniers jours, hélas, j'espère qu'il reviendra.... peut être grâce à vous un petit peu !

 

Posté par melancolie85 à 17:32 - Commentaires [24] - Permalien [#]

08 mai 2014

la parenthèse

D'abord le mot est joli. J'aime bien parenthèse, la sonorité est déjà poétique.

Mais alors l'émission, je l'aime beaucoup. J'essaie de ne pas la louper. Cà finit tard. Parfois je loupe la fin. J'aime la rencontre avec ces gens, ces trois personnes qui à priori ne se connaissent pas plus que ça. J'espère que c'est bien réel, qu'il n'y a pas rencontre avant. J'aime leurs histoires, souvent pas banales. On découvre beaucoup de blessures du temps. Je me dis que c'est rare de voir les gens se livrer à de telles confidences de vie. Je suis souvent émerveillée par leur ténacité, et leur façon de rebondir, alors que moi même j'ai plutôt tendance à baisser les bras. Et puis ils ne manquent pas d'humour la plupart du temps. Je suis incapable de dire quels personnages m'ont le plus marquée.

Je trouve qu'avec les gens qui nous entourent on devrait plus se parler, c'est un besoin que moi j'ai, mais je le ressens guère chez les miens. Les psys c'est bien, mais c'est très froid quand même. Je préfère les vrais gens, autour d'une table, pouvoir se dire des choses, ce qui va bien, ce qui ne va pas. Je voudrais que la vie soit une "parenthèse".

Aimez vous cette émission ? Bon j'avoue, je ne voudrais pas arriver toute seule en barque.

Posté par melancolie85 à 09:55 - Commentaires [11] - Permalien [#]

07 mai 2014

Une orchidée

Rêver d'une orchidée. J'en ai reçu deux pour mes 50 ans, n'ai pas réussi à les garder. Depuis, je ne m'y suis pas risquée.

Hier je rêvais d'une orchidée, peut être y penseront ils pour le jour spécial qui approche.... Je l'espèrais. Le monsieur commandé pour faire un joli bac à plantes arrive comme prévu. Je lui avais dit que j'aimerais bien que ce soit fait juste pour ce moment là, ça me ferait plaisir, ça tomberait à pic. Après avoir installé son bac et tout ce qui va dedans, et les plantes, il me dit qu'il m'a apporté une orchidée parce qu'il sait que c'est bientôt.

Je n'en reviens pas, j'ai mon orchidée, blanche et magnifique ! et en avance !

 

 

 

Posté par melancolie85 à 21:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]

faire part

Recevoir un faire part, dans la boite aux lettres quelqu'un l'a déposé, l'enveloppe n'est pas timbrée. Se demander quelques instants qui peut bien nous écrire, une carte carrée dans une enveloppe épaisse, blanche : une invitation à un anniversaire, à un mariage, un faire part de naissance ???? Je n'ai pas connaissance d'un mariage auquel je pourrais être invitée et de plus, c'est très rare.

L'ouvrir, lire deux prénoms, lire les noms des parents. C'est bien  un mariage. Ici on invite facilement à la messe et à la soirée dansante les relations, les voisins, les collègues. La famille et les amis proches sont plutôt de noces entières.

La maman de la mariée, j'étais au collège avec elle, nous n'étions pas amies. Puis je l'ai retrouvé dans une association, nous nous entendions assez bien. Elle a quitté l'asso depuis quelque temps, bien avant moi. Je ne la vois pas souvent. Son mari est de l'âge du mien, ils ont fréquenté la même école. Nous nous retrouvons autour d'un banquet tous les 5 ans. Ils nous ont invités. Je suis plutôt surprise dans le bon sens.

Je me dis que je ne suis peut être pas si transparente tout compte fait....... et ça fait du bien de penser ça.

Posté par melancolie85 à 21:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


en haut du jardin

Je ne sais pas trop l'âge que j'ai, sans doute 6 - 7 - 8 ans, j'accompagne ma mère au jardin, celui qui est à une centaine de mètres de chez nous, après le pont. Ce jardin est en pente, surement très difficile à travailler, ma mère y passe du temps. Je m'amuse dans les allées. La petite fille des voisins me voit et à chaque fois que je viens ici, elle se poste à la barrière tout en haut, me regarde. Un jour j'ai du oser m'approcher, elle d'un côté du grillage, moi de l'autre. Pendant assez longtemps, c'était comme ça. On devait se parler, se raconter des choses. Nos familles ne s'entendaient pas, c'était des vieilles histoires du passé qui empêchaient une communication normale. Elle était la petite dernière après trois grands. Moi j'étais aussi la dernière. Personne pour jouer. On aimait vraiment se voir. Puis petit à petit, j'ai eu le droit de passer la barrière, d'aller chez elle. Nous avons passé une partie de notre enfance ensemble. Pas trop à la maison. Surtout dehors. Je ne l'ai jamais oubliée. Elle, je ne sais pas. On ne s'est pas beaucoup revu. La dernière fois, c'était à l'enterrement de sa mère. J'ai été émue de la revoir.

Posté par melancolie85 à 11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 mai 2014

musique

Parfois, il sortait son accordéon qui était bien rangé au fond du buffet dans la chambre. Il avait envie de jouer, ce n'était pas forcément un dimanche. Il n'avait jamais appris le solfège. Avec ses copains de l'époque, ils s'entrainaient un peu. Je ne sais comment. Il disait qu'il avait appris à l'oreille. C'était loin d'être parfait, il y avait quelques canards, quelques arrêts, et ça repartait. A ce moment là, la maison souriait. Pour un temps, la maison semblait moins grise...... Ma soeur a appris un peu. Moi rien. L'accordéon existe toujours. Il l'avait acheté à un copain de l'époque. Parfois il pouvait donc être joyeux.

Posté par melancolie85 à 16:56 - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 mai 2014

la fermeture éclair

A quand la fermeture éclair pour le cerveau ? hop hop hop ça fonctionne pas bien là dedans, on ouvre, on jette un oeil, ouah toute cette poussière !!! on va chercher le plumeau, ou l'éponge, ou la brosse, on dépoussière, on frotte, on nettoie, on huile peut être un peu, on re-bricole tout ça, et hop hop hop, on ferme jusqu'à la prochaine fois. Et tout repart très très bien ! ni vu ni connu ! le cerveau est tout neuf et reprend tous ses droits. Ce serait bien comme ça.

J'ai remarqué quand même qu'il était plus facile de dire : j'ai mal au genou, ou à la vésicule biliaire, ou je me fais opérer des varices, etc etc. que de dire que ça ne tourne pas rond là haut.

J'ai toujours mes idées grises.

Et je rêve d'une fermeture éclair...... Qui sait un jour ?

Posté par melancolie85 à 16:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 avril 2014

un petit courrier

Aujourd'hui nous avons reçu un courrier de remerciement. Il y a quelques semaines, mon mari était demandé pour animer une rando de dimanche matin faite sur la commune et organisée par l'OT du coin. Le circuit passe chez nous et naturellement, il dit oui. Il aime parler de son métier, ça lui prendra un quart d'heure, vingt minutes. On avait pensé la faire cette rando, puis finalement non, il a du travail ce matin là et je ne veux pas la faire toute seule. Il me raconte le midi : le groupe était assez important, ils étaient à l'écoute. Tout s'est bien passé. En allant chercher le pain, j'ai vu le groupe arriver à bon port - fin de la randonnée. Je me suis dit que j'aurais du la faire quand même. Trop tard. Souvent trop tard la réflexion, la déception. Un peu d'amertume et ça passe.

Aujourd'hui, je disais donc, un petit courrier avec une photo. Une dame de la rando envoie une photo prise à cet instant, elle écrit des mots chaleureux, elle a traîné après le groupe, elle voulait encore et encore des mots, des explications, elle a parlé aussi de sa vie et puis elle s'est pressée pour rejoindre le groupe. Je ne l'ai pas vue mais j'imagine un peu le personnage....... Quelqu'un de singulier.

Aujourd'hui j'ai trouvé que c'était chouette de recevoir ce courrier. Qu'il y avait vraiment des gens charmants. Que j'espérais encore recevoir des courriers gentils. Euh il ne m'était pas adressé, il était pour mon mari, mais je l'ai pris un peu pour moi aussi. Je suis sure qu'elle m'aurait beaucoup plu cette dame.

Posté par melancolie85 à 18:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 avril 2014

j'aurais aimé .....

J'aurais aimé avoir une bande, une grande bande de copains, 10 à 12 couples, toujours quelques uns sous la main. Parmi eux, j'aurais eu ceux qui auraient apprécié l'écriture, d'autres le cinéma, d'autres je ne sais quoi. Ainsi ma vie aurait été réglée et simple. Les fêtes se seraient enchaînées sans souci, anniversaires, mariages, et re anniversaires, fêtes de ceci, fêtes de cela, l'agenda aurait été rempli, sans aucune complication. Pas besoin de chercher plus loin, on aurait pris les mêmes et on aurait recommencé. On aurait parlé des mêmes choses. Mais on n'aurait pas eu besoin de chercher avec qui. J'aurais eu pour ma part la copine pour aller au ciné, celle pour le théâtre, celle pour la fête de l'association.

J'aurais aimé, mais ce n'est pas comme ça. Nous avons 3 couples d'amis que nous voyons de temps en temps ensemble ou séparément. Après quelques uns à droite à gauche.

J'ai déjà parlé de ça ici. C'est difficile pour moi de faire mes sorties seule, je parle sorties festives ou culturelles. Récemment j'en ai loupé une parce que justement j'étais seule et je n'ai pas osé trop chercher qui. Entrer dans une grande salle où il y a déjà plein de gens, des gens que je connais mais pas assez pour copiner, payer ma place, trouver un siège. Et puis, le pire, ce serait l'entracte, je me vois bien aller au bar seule.... tiens, jamais de la vie, je serais restée scotchée à mon siège à regarder mes pieds. J'ai préféré renoncer.

Je n'ai pas su m'entourer dès le début, je n'ai pas su, sans doute à cause de ma phobie sociale. Je n'ai pas mesurer les enjeux. C'est ainsi. Et mon homme qui aime bien être avec les gens aime tout autant être avec personne. Ce sujet ne l'interpelle pas. Nous ne nous posons pas les mêmes questions. Il est très peu entouré, sauf pour le travail, mais il s'arrange de toute situation, sauf de mes idées grises.

J'aurais aimé......

Posté par melancolie85 à 16:53 - Commentaires [13] - Permalien [#]