05 août 2014

Tais toi

O tais toi ma douleur,

A m'en fendre le coeur, à noyer l'intérieur,

A cacher tant de larmes,

O tais toi ma douleur,

Laisse entrer la lumière, qu'elle vienne soulever

ce tas de désespoir,

O tais toi ma douleur,

N'as tu jamais assez crié en ma demeure,

Ton lit est bien trop beau, il faut que tu t'y couches

Sur mon coeur en morceaux

Va t en, mais va t en donc, on se connaît bien trop

Et tu n'es pas farouche,

Pourtant il serait temps que tu me laisses vivre

Tous mes autres printemps

Loin de toi, loin de toi

truc 

photo trouvée sur le net

 

 

 

 

Posté par melancolie85 à 15:20 - Commentaires [5] - Permalien [#]


04 août 2014

l'été passe .....

Nous voilà en aout. Comme ça file. Je quitte les prunes un instant, j'en ai préparées pour de la confiture, et je viens écrire ici quelques dernières nouvelles. Vendredi soir, mon jeune fils fêtait son anniversaire dans sa nouvelle demeure. J'ai stressé sans le dire car j'avais peur qu'il n'ait pas trop prévu pour ses invités. J'ai fait une grande salade, c'était ma contribution. Je n'avais pas vraiment l'idée à la fête, je ne sais pas pourquoi, peut être parce qu'il m'échappe vraiment, il est vraiment installé et j'ai l'impression de n'avoir rien vu venir, même si parfois c'est plus confortable de vivre à deux quand ils sont très grands, à cause de leurs horaires et occupations bizarres. Mais je me souviens de notre complicité il fut un temps. Maintenant j'ai l'impression de l'agacer tout le temps. D'ailleurs pour les deux autres c'est pareil, je les agace. Il avait convié ses copains de toujours, ceux de la première école, quelques autres, et quelques voisins. Finalement c'était bien sympathique, la soirée s'est fini fort tard mais je les avais quittés bien avant la fin.

Samedi et dimanche, rien n'était prévu, et je ne vous étonnerai pas en disant que ça n'a dérangé personne semble t il. Samedi, j'ai fait la cuisine pour grand fils avec deux invités à lui (une nièce, et le cousin australien de la nièce). Puis j'ai visité ma mère l'après midi et fait les courses. Dimanche, re-belote, déjeuner à 4 avec un petit extra : une tarte à la rhubarbe (première fois que j'en faisais une et c'était bien bon). Et puis ranger, et puis souffler, et puis surfer, et puis sudoker. A vous ne savez pas ce que ça veut dire SUDOKER ? c'est faire des sudoku. J'y ai pris goût et j'y passe du temps, ça me vide la tête complètement.

Samedi à la maison de retraite, il y avait une requête sur le carnet. J'ai donc envoyé un SMS à ma soeur pour lui proposer de m'en occuper. Il me fallait un alibi pour reprendre contact. Ce n'était pas de gaieté de coeur mais ça devait arriver. Aussitôt elle m'a répondu. Nous avons échangé quelques SMS sans rien ajouter de plus. Puis ce matin elle m'a appelée, encore pour parler de la requête. J'avais du monde à la maison, j'ai été plus que brève. D'ailleurs je n'avais pas envie de plus. Elle n'avait aucun mot de plus pour moi. Juste : ça va ? auquel j'ai répondu : OUI (ouh la menteuse). Vous savez bien, on répond toujours OUI à cette question si bête. Puis elle a enrayé sur l'achat des serviettes, la requête. Là, j'ai coupé court. Pas un mot sur mon silence. Pas un mot de compassion. Tant pis je ferai avec. Je sais maintenant que je n'ai pas d'autre choix que d'accepter la situation. Lorsque je marierai mes enfants (si cela arrive un jour) et bien j'inviterai tout le monde (enfin s'ils me le permettent, mais ils ont plus le sens de la famille que ceux de ma soeur, je pense sincèrement que je pourrai).

C'est la mise à l'écart qui est difficile, je l'ai si souvent vécue, à cause de la vie de mes parents.

Ces jeunes là ne savent ils pas ? Ont ils le coeur si sec ?

Moi je clame trop mon histoire, ça les agace, ma sensibilité les agace, mais en tout cas ils savent. Quoiqu'ils ne savent pas tout non plus. Il y a des choses inracontables.

Posté par melancolie85 à 16:50 - Commentaires [4] - Permalien [#]

30 juillet 2014

à la maison de retraite

Hier, la retrouver dans la salle à manger, un peu perdue dans un coin , dans son fauteuil où désormais elle passe tout son temps, voir un petit groupe qui discute sans avoir l'air de se soucier d'elle,  ce sont des bénévoles, on dirait qu'elles l'ont oubliée dans ce coin.

Je pousse le fauteuil pour retourner dans la chambre, quand quelqu'un derrière moi dit quelques mots, je réagis qu'ils s'adressent à ma mère, ou à moi peut être. Une dame, souriante et agréable, me fait comprendre qu'elle est surprise de voir maman comme ça, elle vient régulièrement voir sa mère et elle avait l'habitude de parler un peu avec la mienne. Elle ne la voyait plus, elle me questionne. Nous parlons de nos mères. Je ne connais pas du tout cette personne, elle habite une commune pas très loin mais depuis peu de temps. Je lui dis comment tout cela a évolué. Elle me parle de sa mère qui semble avoir un peu le même cheminement, mais qui a 10 ans de moins.

Je suis contente, je croise si souvent des gens qui disent à peine bonjour, cette personne est humaine. Peut être je ne la reverrai pas mais ça me rassure ce genre de situation. Elle a pris son temps, pourtant elle avait un enfant avec elle qui avait peu de patience. J'ai fait cette démarche si souvent moi même, tant mieux si d'autres aussi le font.

Je me suis baladée dans les couloirs en poussant le fauteuil, et à mon tour, j'ai pris le temps d'adresser quelques mots à une résidente qui semble bien seule, je ne vois jamais personne avec elle. Elle m'a remerciée. Il ne faut pas grand chose parfois pour faire du bien.

Posté par melancolie85 à 17:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]

29 juillet 2014

le frigo.....

Pff... jamais assez de place dans le frigo, il y a les restes, il y a ce dont on a besoin chaque jour : le pot de mayonnaise, le fromage, les fruits, le beurre, quelques charcuteries... quelques bouteilles... quelques légumes, yaourts, crèmes..... j'oublie le lait, le citron. Bref, c'est plein. Et quand on veut y caser autre chose, faut commencer par re-ranger tout ça bien pour trouver une petite place.

Mais au fait, jusqu'en 1977, nous n'avions pas de frigo chez mes parents. Le premier qui est arrivé, c'est avec mon premier salaire d'été qu'il a été acheté, la première paie de ma vie : 1 300 F et des poussières à l'époque. Cà ne m'avait pas choqué de donner l'argent à mes parents, ce que j'ai fait jusqu'à l'âge de me marier (enfin presque). De toute façon, je n'avais aucun mot à dire (sauf éventuellement de foutre le camp, ce que je n'ai pas fait), c'est mon père qui commandait.

Où est ce que ma mère rangeait donc la nourriture ? je me souviens d'un vieux buffet. Je me souviens d'un autre placard. Et à part ça ? je ne sais plus très bien. Ce que je sais, c'est qu'on mangeait quand même. Sans doute différemment.

Ce que j'avais surtout aimé en achetant le frigo, c'est d'avoir des "glaçons" des vrais.........

Sans le frigo, c'était totalement impossible.

Je ne vous parle pas de congélateur, bien sur mes parents n'en ont jamais eu.

Posté par melancolie85 à 14:48 - Commentaires [5] - Permalien [#]

27 juillet 2014

fait chaud

Fait trop chaud pour moi. Je n'aime pas les excès et surtout pas celui de la chaleur, c'est sur. Depuis mardi soir, j'avais deux enfants en garde, des neveux. Ouh la la .... je n'ai plus l'habitude des enfants, surtout ceux d'aujourd'hui : il y a le côté agréable : leur spontanéité, les rires et les jeux, les mots délicieux, les regards complices, mais il y a aussi les "je m'ennuie"  et tout le temps qu'il faut pour s'occuper d'eux et  ne plus pouvoir faire ce qu'on a l'habitude de faire. J'ai donné avec mes trois enfants. Il est déjà loin ce temps là. Ce soir, ils ont rejoint une autre maison qui les accueille pour quelques jours. Je ne regrette pas, il faut savoir s'adapter, c'est toujours un peu difficile mais c'est à moi de faire les efforts, et puis si j'ai des petits enfants un jour, faut pas trop perdre la main. Mais j'avoue que ça me fait un peu peur, je manque d'énergie.

Je n'ai pas donné de nouvelle, elle non plus ne m'en donne pas. Que pensent ils ? bien sur, ils vont vite deviner, ils me connaissent. J'ai tort, je sais. Mais je me sens incapable de lui téléphoner. Cela reste trop dur. Certains doivent penser que c'est du grand n'importe quoi, qu'il n'y a pas mort d'homme à ne pas être invités à un mariage. Pourtant pour moi, c'est un échec total. Celui de tout ce qu'on a vécu avec eux, nos joies, nos peines. Finalement je me rends compte que c'est surtout moi qui court après elle, qui la cherche depuis toujours, qui cherche des bras, des bisous, des "je t'aime ma petite soeur" qui ne viendront jamais de toute façon. Et là j'ai presque une preuve que je ne suis plus rien, plus rien du tout dans leur coeur. Alors ma gorge se serre et je suis incapable d'appeler.

Je vais voir ma mère plus souvent, trois fois la semaine, je cherche dans ses yeux encore de la vie, de l'amour qu'elle n'a pas toujours su bien donner non plus, je n'ai plus qu'elle en ce moment. Son état stagne, elle est bien prise en charge, cela peut durer surement plus longtemps que je ne pensais. Je ne sais pas bien si elle me reconnait. J'ai besoin d'elle, pourvu qu'elle ne me lâche pas tout de suite.

Hier, dans la grande surface, quelqu'un s'est approché et je l'ai vite reconnu : une amie que je n'avais pas vu depuis plus de vingt ans. Nous étions en BEP ensemble et puis nous sortions ensemble le week end. Nous nous sommes vues au début de nos mariages respectifs puis tout à coup, un vrai déclin. Plus rien. J'avais quelques nouvelles par sa soeur que je rencontrais de temps en temps. Nous n'osions plus ni l'une ni l'autre reprendre contact. On s'est retrouvé presque comme quand on avais 16 ans, même mieux, les larmes étaient là, surtout moi, et on s'est serré. J'ai osé la question : pourquoi ? et nous nous sommes dits que nos vies avaient pris le dessus, et qu'après on n'a pas osé. Je dois lui rendre visite cette semaine et on s'est promis de ne plus se perdre. Je suis heureuse de cela car j'ai besoin de liens forts en ce moment, pour affronter mes déboires.

Et puis pour terminer, je suis allée au festival pour la dernière date. J'avais longuement hésité, la soirée s'annonçait déjantée. Comme un couple d'amis avait réservé, on s'est décidé et on a pris nos places. Aucun regret même si je ne ferai pas ça tous les jours. Pour commencer il y avait F. Vincent (Alice.... Vas y F......) il ne chante que le sexe, il ne parle que de sexe, jamais vu ça...... quel cas !, pas top..... puis la Compagnie Créo.... là bien sur, ça chante, ça danse bien, c'est beau à voir et bon à écouter, même s'ils ont bien veilli, tout comme moi d'ailleurs, mais leurs mélodies vont bien avec la fête, et ne vieillissent pas, elles, et puis on a terminé avec P. Sebast..... Et bien, il a assuré, formidablement. Il sait faire la fête. Et il y avait tous ces gens déguisés, et tous les artifices. Du vrai déjanté qui vous vide bien la tête de ses peines et vous la remplit de joie, le temps d'une soirée. Franchement, là c'était une très belle grand-messe.

Posté par melancolie85 à 22:47 - Commentaires [5] - Permalien [#]


22 juillet 2014

le tout début

Je cherchais ce matin à quelle date j'avais commencé ce blog, j'ai trouvé, j'ai lu le 1er message et j'ai eu envie de le remettre. Je me rends compte qu'il est encore d'actualité.......... sauf que j'ai 6 ans de plus

 

1er message sur ce blog le 22/04/2008

 

J'avais un autre blog que j'avais mis dans inclassable et j'étais partie sur la déco, le jardin mais le pire c'est que je déguisais mon besoin de communiquer sur moi même et mes relations aux autres. Sans doute, je reparlerai jardin et déco si le coeur m'en dit, mais avant toute chose, je voudrais parler de moi et de vous aussi si cela vous interpelle. La relation aux autres ......     la comparaison avec les autres ........     Je cherche le mode d'emploi.  Pourtant j'ai bientôt 50 ans et c'est pas le top.    Trop entière, trop timide, trop audacieuse, trop grande gueule, trop fragile, trop demandeuse, trop   trop    trop    ............

 

Quand vais je trouver la paix ???????

 

Ce que j'espère de ce blog :    des rencontres (non non pas amoureuses)    de vraies rencontres amicales si possible       des échanges         des conseils        des débats         des encouragements      du soutien      de l'humour     de la dérision      etc etc etc

Posté par melancolie85 à 10:07 - Commentaires [11] - Permalien [#]

21 juillet 2014

le vide ....

Soudain, rien.

Rien dans la tête. Pas le moindre projet. Pas la moindre envie. Pas de stimulation. Derrière moi un week end agréable. Une mini partie de pêche samedi, en après midi, parce que c'est dur de trouver du temps libre pour les hommes concernés. Pourtant, ça, c'était bien. Nous avons terminé dans un petit restau au bord de l'eau et régnait la bonne humeur. Hier, c'était l'anniv' un peu trop arrosé à mon goût. Mais c'est comme ça. J'ai malgré tout rencontré du monde.

Et puis ce matin, je me suis vue trainer du pied. Et cet après midi, toujours ce même pas lourd et sans engagement.

Combien de temps ?

Il faut que je me reprenne.

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire d'un neveu. J'hésite à lui souhaiter. Parce qu'à la seule pensée de cette famille, je me sens mal. Pourtant avant, ce n'était pas comme ça. Il ne faut pas que je pense à eux tout le temps comme ça, c'est dévastateur alors qu'eux sont en train de m'oublier. J'hésite, un mot sur F.B. ou pas ? c'est pourtant facile. Mais ça me demande un sacré effort cette année.

J'attends, peut être ce soir.

Posté par melancolie85 à 16:58 - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 juillet 2014

Je n'aime pas l'alcool, je l'ai déjà dit ....

Je l'ai déjà dit, et redit. Pourquoi ne peut on pas faire la fête sans s'alcooliser ? Encore une différence avec beaucoup de gens. Aujourd'hui un anniversaire, beaucoup de jeunes, et nous les parents, les autres parents..... et ça avale plus liquide, que solide..... Je ne dirai rien, je ne suis pas chez moi. Ce sont maintenant des adultes. Mais pourquoi ? que cherchent ils ? est ce obligatoire ?    Je ne m'inquiète pas trop, ils sont chez eux, ils n'auront pas à prendre la voiture. Mais d'autres devront prendre leur voiture. L'autre maman se fâche, elle comprend qu'un voudra rentrer malgré tout en voiture, pour une fois ce n'est pas moi qui peste......

J'ai pesté bien des fois à cause de l'alcool, parce que moi ça ne m'a jamais amusé. Et lui, parfois il s'en est amusé, mais ça ne le rendait pas drôle pour autant. Nous avons perdu des contacts à cause de ça, je ne supportais pas, et cela devait être réciproque, parce que je réagissais autrement.

Je l'ai déjà dit, je n'aime pas l'alcool, et de toute façon, l'alcool ne m'aime pas, alors !!!!!!

Posté par melancolie85 à 21:10 - Commentaires [5] - Permalien [#]

19 juillet 2014

Si vous saviez

Comme j'aime vous lire, tous, les anciens, les nouveaux ...... quel bonheur, quelle grâce !

Comme vos histoires, ou vos petits riens, votre délicatesse me touchent !

Comme j'apprends avec vous !

Comme j'avance avec vous !

Comme de tous les loisirs, vous lire est celui que je préfère même si ça me bouffe du temps !

Comme je me surprends à écrire à des gens que je ne connais pas !

Comme je savoure vos textes !

Comme vous comblez ma curiosité !

Comme vous m'aidez .............................................................

Posté par melancolie85 à 12:02 - Commentaires [6] - Permalien [#]

18 juillet 2014

Travailler chez soi

Travailler chez soi n'est pas sans difficulté. Aurait on idée d'aller voir son frère ou sa soeur, ou son copain à son poste dans son usine, ou bien dans son cabinet d'infirmière ? Peut être si vraiment y a urgence. Notre travail à nous se passe chez nous, le bureau est dans la maison. Il se peut que nous soyons à la maison ou dans les champs ou en réunion à l'extérieur ou à faire une course. Et bien souvent n'importe qui débarque chez nous, sans imaginer une seconde qu'on travaille. C'est arrivé cette semaine. De la famille en vacances dans le coin. Ils ne s'annoncent pas. Ils arrivent avec leur short de vacances, leur sourire de vacances, leurs mots ironiques de vacances. Et nous ? On fait comment. Monsieur les reçoit malgré tout alors qu'il est débordé.

Et rebelote ce midi : c'est moi qui les ai reçus et vite.... J'arrivais de conduire mon fils chercher un matériel, je repasse à la maison pour cuisiner, ça urgeait, ils ont du voir à ma tête que c'était pas le bon jour. Cà a été vite expédié.

Ce n'est pas bien ? peut être. Moi je ne dérange personne sur son lieu de travail, à part le médecin, le kiné, l'infirmière, mais là je paie.

Ces vacanciers se croient tout permis, ils n'ont plus le sens du travail.

Cà me gonfle.

Posté par melancolie85 à 23:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]