26 janvier 2015

la sensibilité

J'ai plus souvent parlé de mon anxiété, de ma phobie sociale..... je me déclare hypersensible, trop sensible. Il n'y a pas de docteur, ni d'association pour cela, enfin je ne crois pas. Je ne l'ai pas mesuré quand j'étais enfant. J'étais souvent malade, certes, mais de ces petites maladies insignifiantes, un vomi par ci, un mal de ventre par là, et les maladies que tout le monde a. Mais la maladie était assez vénérée chez nous, et lorsque ça arrivait, on était (enfin surtout moi) très protégé, on voyait le docteur qui donnait toutes sortes d'ampoules, de sirops qui allaient nous sortir de là. Il faut dire que mon père avait perdu sa mère tout jeune, et je suppose qu'il avait très peur des maladies. Ayant vécu dans cet atmosphère où le buffet était plein de médicaments, j'ai inscrit qu'on était très vulnérable, enfin je ne sais pas.

J'ai très vite remarqué que j'avais peur de beaucoup de choses. Je me suis fabriquée une petite vie sans risque.

Aujourd'hui ce qui me fait le plus souffrir, c'est ma sensibilité. Finalement c'est surement ce qui me conditionne depuis si longtemps. Ressentir tout beaucoup plus fort que tout le monde, et ressasser.

La lumière, le bruit, tout y passe.

Et puis les mots entendus, ou pas entendus d'ailleurs, ceux qu'on attend et qui ne viennent pas, les situations..... je m'embarasse de tout cela.

Peut être que ça me fait être assez seule.

Seule, finalement, je suis moins atteinte, il y a moins de flèches.

Hier encore, j'ai souffert. Nous visitons mon beau père. Celui ci évoque qu'il n'a pas pu se rendre à la cérémonie prévue pour une occasion bien précise (messe d'anniversaire) parce qu'il était malade à l'heure de partir. Mon cerveau aussitôt est en ébullition. Nous n'étions pas au courant. Comment aurions pu nous rendre à l'église sans savoir ? Comment se fait il qu'on ne soit pas prévenu nous aussi ? Comment dans une famille catholique, on ne communique pas à ce sujet ? Si nous allions régulièrement à la messe, bien sur nous aurions été présents. Mais nous ne sommes pas pratiquants. Si on l'avait su, on aurait pu décider d'y aller ou pas. Je le vois à côté de moi qui ne réagit même pas, mon mari s'en fout. Il entend. Il ne répond pas. C'est pourtant lui que ça concerne, les mots glissent. Je choisis de ne rien dire car surement que les mots auraient fusé, et auraient été peut être blessants.

Autrefois, ma mère nous signalait la messe d'anniversaire pour le décès de mon père, et nous nous y rendions. Maintenant plus rien parce que personne ne s'en occupe.

Là, le deuil est récent, celui de ma belle mère. J'aurais fait l'effort peut être, si j'avais su mais personne ne dit rien. Nous n'avons marqué que le premier anniversaire. Depuis, on n'est pas prévenu.

Mon cerveau ne veut pas comprendre qu'on puisse agir de la sorte, il se révolte, il est tout embrouillé......

Et là, c'est nous qui sommes brouillés. Parce qu'il n'a pas réagi. Parce que je voudrais qu'il se fasse entendre de temps en temps. Parce qu'il en marre que je sois si sensible.

Faudrait il encore quelques comprimés pour calmer ce cerveau qui s'affole ? A l'époque où j'en prenais, j'avais du le calmer un peu. Je n'en prends plus, et il fonctionne trop. Il me complique tellement la vie.

Posté par melancolie85 à 11:02 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


19 janvier 2015

quelques news !

Un rhume qui s'éternise et qui fait que je suis loin d'être efficace ! j'ai voulu la jouer sans le médecin, j'ai traîné, je me suis beaucoup mouchée, j'ai mal dormi, j'ai avalé des antalgiques, j'ai fait des fumigations, j'ai transpiré, j'ai eu froid, j'ai perdu ma voix,     vous connaissez ça vous aussi n'est ce pas. Faut au moins avoir vécu ça une fois en hiver, pour savoir que c'était bien l'hiver.

Une épaule qui ne veut plus faire grand chose... Je vais chez le kiné tout à l'heure. Rythme de 2 séances par semaine.

J'imagine encore une fois ceux qui ont des problèmes bien pires que ça, comment font ils pour tenir le coup ? Moi, je me dis que la période sera plus ou moins longue, mais ça passera. Le temps que ça dure, c'est éprouvant. Je peux encore venir ici, l'épaule est quasi immobile quand j'écris, c'est seulement la main qui s'agite. Mais pour beaucoup d'autres gestes, balayer, serpiller, cuisiner, c'est bien différent.

Nous sommes allés voir Mommy au cinéma hier. Grand moment de cinéma. Le jeu des acteurs est grandiose, et les plans, les images, l'humour, la violence, l'humanité, tout ça s'entremêle et on ne trouve pas le film long. Mon mari l'a trouvé très dur. En effet, le sujet est difficile. Peut être que pour ma part, je l'ai autrement. Mon père faisait des crises qui pouvaient être assez fortes à la maison. Mais quand même loin de ce que fait le jeune homme dans le film. Et là c'est l'histoire de la mère avec le fils.....  Sans doute existe t il de nombreux cas qui ressemblent à celui là et qui sont plus ou moins cachés dans les familles. Cette mère est très courageuse, dans le film, et a un grand sens de la dérision, et une force de vie, et pourtant à la fin, elle n'en peut plus et décide finalement de placer son fils. On sort du cinéma bien remué.

Je vis comme d'habitude au fil de mon agenda, ma petite vie à moi. Rien d'extraordinaire, et je m'en contente.

J'ai fait du tri dans mes photos, j'ai envoyé celles de l'été, d'un mariage, je n'avais pas pris le temps.

Je me remettrais bien à la généalogie, mais ça prend beaucoup de temps et d'énergie, je n'en ai pas assez en ce moment.

Finalement, je ne trouve pas le manque de bénévolat pour l'instant. J'arrive malgré tout à avoir du contact. Ce ne sont pas les mêmes qu'avant mais ce n'est pas grave. L'important est de ne pas rester prostrée au fond de sa maison. Il ne faudrait pas revivre ça. C'est arrivé autrefois. Je ne suis donc plus la même ?

Je regrette de ne pas avoir répondu aux commentaires sur l'article "c'est quoi ce monde". Impossible de les lire au dessous, et donc de répondre. Je les ai lus uniquement en passant par canalblog et tous les paramètres. J'ai tenté quelques trucs sans résultat. Je vous l'ai dit : je suis une bille en informatique, je me croyais à un moment pas si mal, et non, je suis une bille.

 

Posté par melancolie85 à 15:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 janvier 2015

lire mes commentaires

Si quelqu'un peut m'aider : quand je clique sur mes commentaires pour mon dernier article, ils n'apparaissent pas. Dans la liste à droite, je vois qu'il y en a. La seule solution pour les lire c'est d'aller dans Canalblog et mes paramètres. Je ne sais comment procéder.

Cà vous est déjà arrivé ?

J'ai tenté CTRL F 5, j'ai tenté "PUBLIER",   hélas toujours rien.... ça devient enquiquinant.

Posté par melancolie85 à 09:26 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

14 janvier 2015

c'est quoi ce monde ?

Je reviens mais les mots sont difficiles à trouver.

Il y a eu cette déception un dimanche, de faire l'effort d'aller retrouver la belle famille, sans qu'elle s'intéresse à nous du tout, on était venu pour la galette, il y avait la télé, le foot qui prenait toute la place, aucune cohésion.... on est vite parti, on était d'accord tous les deux, ce n'était pas agréable, ils pourraient faire quelque effort, mais ce n'était pas la première fois que ça se produisait, on s'est dit que nous, nous n'avions plus très envie de faire des efforts.

Puis il y a eu l'attentat, les prises d'otages, tout ce que vous savez, et là, on s'est dit que vraiment le monde n'était pas beau. On a été scotché à la télé, aux infos. On est allé samedi à un rassemblement, dans la petite ville d'à côté. Dimanche, on n'a pas bougé, toujours devant la télé.

J'ai pensé à toutes ces religions qui prônent l'amour et le respect, et j'ai pensé que le monde devrait tourner sans religion.  On devrait croire en l'homme, seulement en l'homme....

J'ai lu, entendu, à la télé, autour de moi, de tout.

Je ne sais plus trop où j'en suis. Je rêve d'autres choses.

J'ai attrapé un bon rhume qui me fatigue tellement, et puis j'ai mon épaule qui déconne vraiment.

Alors pour l'instant, je m'occupe de moi et rien que de moi.

Il y a si longtemps que ce monde ne me va pas.

Seul bon moment récent, samedi après le rassemblement, un film : la famille Bélier. Super film. Et j'y ai rencontré deux cousines en plus, ça fait du bien. 

Comme je suis malade, je ne visite pas ma mère de peur de lui filer le virus. J'attends d'aller mieux. Je stoppe aussi la gym, trop dur pour mon bras droit. 

Je commence à espérer la naissance de mon petit-fils ou fille, espérer que le monde soit meilleur dans l'avenir.

Il parait que les gens sont en train de prendre conscience, il paraît ......

 

 

 

Posté par melancolie85 à 21:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

06 janvier 2015

Nouvelle année !

La nouvelle année a commencé par un réveillon auquel je n'aspirais pas du tout. Et comme par enchantement, celui ci s'est bien passé. Nous sommes arrivés à 6 dans une salle, et nous avons été accueilli par l'organisateur. Ce réveillon était pour une association, avec le bénéfice pour un pays d'Afrique. Il n'était pas très heureux car il y avait beaucoup moins de monde que d'habitude, mais 80 personnes, ça m'allait très bien. Nous devions avoir une table pour nous, nous avons du inclure 4 personnes que nous ne connaissions pas, ah les promesses non tenues !

Et puis la musique a commencé, et je ne sais pas ce qui m'a pris, mais j'ai entrainé mes amis vers la piste de danse, et nous ne l'avons guère quitté que pour manger parfois tiède parce que c'était servi pendant. Le repas n'avait rien d'extraordinaire. Mais l'animation était bien et cela suffisait. C'était bon enfant, les gens étaient courtois et voulaient s'amuser, et tout s'est bien passé. Nous nous sommes couchés très tard. Mais je me suis défoulée. Nous ne dansons pas assez souvent.

Depuis, nous n'avons pas fait de repas conséquent, c'était plutôt carottes - bouillon - pâtes. Toute cette nourriture, je ne peux plus trop la voir.

Et puis le travail a repris, un peu dur, il faut se remettre dans le rythme.

Mon épaule droite m'embêtte, je retourne chez le kiné deux fois par semaine, pourvu qu'elle ne bloque pas.

Le temps est gris et morne, je voudrais un grand soleil et chausser mes godillots.

J'ai envoyé mes voeux et j'en ai reçu, aucune carte papier, que des sms et des mails,   pourtant j'avais acheté des cartes papier. Je n'en ai rien fait.

 

 

Posté par melancolie85 à 17:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


31 décembre 2014

la main tendue

Tandis que ces derniers jours étaient des plus maussades, avec un coeur à l'envers, ressentant très fort ce temps de fête qui me parle des humains en général, je galère, je galère..... Je me perds dans mes idées de repas qui me tourneboulent et c'est le chaos. Aucun des mots qui me sortent de la bouche n'est bon et généreux, je suis la colère, toute entière, puissante et dévastatrice. Je le reconnais mais c'est comme si quelqu'un d'autre m'habitait. Tout le monde en prend pour son grade, enfin quand je dis tout le monde, c'est mon homme et mon grand fils qui sont présents. Parce que sinon c'est très vide. Aucun appel, aucun sms, aucun mail,  sauf les réponses à ceux que je fais de moi même. Je me méfie vraiment de la bonté de l'humain dont on parle si bien,

jusqu'à ce moment là ......    Je suis au plus mal, je ressens le désordre, je pleure.... Un appel, un, j'hésite à décrocher, c'est elle.... l'amie, celle qui a été ma voisine pendant longtemps. A t elle senti de loin ?  Elle me propose une petite rando.   J'hésite, je lui dis que je ne suis pas fréquentable en ce moment, qu'elle va y perdre, mais elle me rassure, elle connait ce genre de moment, elle s'en fout, elle veut marcher. Elle passe me prendre. Nous ferons 8 kilomètres en pleine nature, au soleil, les gros godillots aux pieds, l'épaisse polaire, le mouchoir dans la poche, et nos mots.

Elle est la main tendue, celle dont on a besoin, si souvent. Elle me ramène, ce n'était pas joyeux, joyeux mais c'était la parenthèse, l'oxygène.

Depuis, nous avons pu rediscuter avec mon mari. Nous avons décidé de ne pas faire de repas, parce que l'un comme l'autre, nous n'en avons pas envie, nous sommes malheureux, et ne voulons pas affronter ceux qui nous ébranlent. Ils sèment la discorde même chez nous, parce que lorsqu'on est mal dans sa tête, on est mal n'importe où, avec tout le monde.

Hier, il est allé le dire de vive voix, et calmement, sans moi. Nous sommes trop malheureux, nous n'organiserons pas de repas pour l'instant.

Ce n'est pas très glorieux de notre part. C'est très certainement de l'orgueil. On pensait être important, on ne l'est pas. Je suis contre l'orgueil, je ne pensais pas être orgueilleuse, et tout me dit que je le suis.

Il paraît que nous sommes les seuls à réagir comme ça, que les autres familles n'ont rien dit, qu'ils se réjouissent. Ils sont bien plus forts que nous sans doute.

Même mon grand fils est malheureux, il l'a dit. Il ne comprend pas.

La main tendue, c'est celle qui nous apaise, nous fait du bien. Faut il avoir connu de grands précipices pour être à son tour la main tendue pour quelqu'un d'autre ? Mon amie a connu les grands précipices, c'est heureux qu'elle n'y soit pas tombée.

J'ai envie aussi d'être la main tendue quand je suis forte pour quelqu'un qui tombe.

Je voudrais que 2015 soit l'année de l'apaisement, celle où je noue de nouveaux contacts tout neufs et beaux et enrichissants, certes il y aura la naissance attendue, ce sera peut être le nouveau contact qui me fera passer à autre chose.

Je vous souhaite beaucoup de mains tendues et beaucoup de joie et d'entraide à recevoir et à donner.

Posté par melancolie85 à 09:27 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

29 décembre 2014

les fêtes

Ah cette période, celle que je veux me persuader d'aimer et que je n'aime pas, surtout cette année. Je n'aime que le souvenir que j'en ai. Le 24 au soir, on se rassemblait avec mes enfants, c'était le seul moment possible, nous avons beaucoup trop mangé, ils souhaitaient une table copieuse, nous l'avons fait pour les satisfaire, mais ce n'était pas de mon goût. Et il y a eu l'échange de cadeaux. Mais je n'avais pas vraiment le coeur à ça.

Quelques jours avant j'avais consulté mon médecin, j'avais de plus en plus mal à l'épaule droite. Depuis j'ai passé une radio. Verdict : calcification tendon. Et voilà l'histoire qui recommence. J'ai connu la même chose il y a deux ans, de l'autre côté, qui a évolué en capsulite, qui m'a gâché la vie pendant deux ans. J'en suis à peine sortie. Et boum. Non ce n'est pas une maladie grave, c'est juste invalidant.

Depuis Noel, j'ai aussi eu une nuit gastro-ennuyeuse. Et l'homme avec. Et une journée sans rien manger, avachis dans le canapé à regarder la télé. Et hier aussi. J'ai passé ma journée à textoter afin de me sentir relier au monde.

Et hier soir, j'avais le moral en berne, nous reparlons de cet éventuel repas de famille qui n'arrive pas à se fixer, parce que le goût n'y est pas, parce que j'ai tenté de fixer une date qui ne colle pas pour un seul de mes neveux qui a daigné me répondre tandis que les autres restent muets. Parce que dès que j'ai fixé cette date, j'ai senti la douleur revenir, la douleur morale, celle qui est incomprise de la plupart des gens, parce que c'est pas grand chose pour beaucoup, et parce que pour d'autres, çà les brise.

Et voilà quand tout scintille autour, quand ça brille sur FB, que les mots sont joyeux, gentils, pleins de paix, moi je me retrouve le coeur en miettes. Et dans deux jours, je suis de réveillon.

 

Posté par melancolie85 à 10:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 décembre 2014

pensées en vrac

Je n'ai pas l'impression d'être à Noel, il est loin de mes Noel d'antan, je ne retrouve jamais cet état malgré la joie qui sera présente. Ce soir, nous serons réunis, ce n'est pas l'habitude mais on s'adapte selon l'évolution de la vie des autres. Cette année, les cadeaux sont plutôt utiles, chacun a fait savoir ce qu'il souhaiterait avoir. Ils sont pour certains bien volumineux, je vais avoir du mal à trouver du papier pour emballer. Nous ferons la cuisine à plusieurs, ils se sont proposés. Cà me stresse un peu, la peur de rater.

Hier soir, j'ai vu un bout d'émission "hommage à J. Chancel". Il part, comme tout être humain. Même les artistes ne sont pas éternels. J'aime bien ce qu'on en dit, il paraissait attachant. Je regrette, en son temps, de n'avoir pas trop regarder ses émissions, le grand échiquier à l'époque me paraissait trop culturel pour moi, je ne m'y attardais pas. Aujourd'hui, ce serait bien sur avec grand intérêt que je regarderais. Question d'âge et d'éducation sans doute. J'ai bien aimé entendre parler de la curiosité comme d'une grande qualité. Je me sens souvent un peu curieuse, pas cultivée, mais curieuse de l'autre, et parfois je sens poindre le défaut ressenti par ceux que j'ai en face.

Je pense au jeune homme qui est mort dans la grande ville de la région à cause d'un "malade" sans doute. Les mots sont durs. Pourquoi avoir fait ça ? Cà ne risque pas de soulager le tueur bien au contraire. Il y a tant de gens en souffrance morale, mentale, qui finissent par faire n'importe quoi, se venger peut être de ceux qui paraissent heureux, je ne sais pas. Et ce jeune qui paie de sa vie. Tout cela n'a pas de sens. N'oublions pas ceux qui vont mal, ça peut être moi parfois, mais quand même pas à ce point, jamais je ne pourrais faire autant de mal. Mais j'ai parfois l'impression de comprendre "un peu" ces troubles......sauf que là, c'est trop grave. Faut il les comprendre vraiment ?

Il paraît que ma mère chantait hier après midi à la soirée anniversaire. J'ai du mal à y croire. Tant mieux si elle chante. Il y a quelques semaines, on ne pensait plus jamais entendre le son de sa voix. La vie est parfois un miracle.

A cette période, c'est très calme. L'activité est au plus bas. Les salariés sont en repos. Cela fait bizarre. Les jours sont si courts qu'on a l'impression de ne faire quasiment rien. Bientôt, certains de mes très proches partent vers d'autres régions. Je ne sais pas trop ce que nous allons faire. Aurons nous le courage de faire ce qui attend depuis longtemps ? peut être ou pas, ce n'est pas grave.

 

 

 

 

 

Posté par melancolie85 à 10:04 - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 décembre 2014

petite frayeur du soir

Rentrer de faire des courses et presque arrivés, voir surgir un renard avec dans sa gueule un faisan ou autre, le voir le lâcher sur le milieu de la route dans sa surprise et le voir repartir d'où il venait pour échapper à nos roues. Jamais vu ça depuis tant d'années à circuler le soir sur cette route. Est il revenu rechercher sa proie ? sans doute.

Posté par melancolie85 à 22:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 décembre 2014

petit bonheur du jour

Recevoir par la poste les livres qu'on a commandés, merci... bonheurdujour   d'avoir écrit tout ça

Ne pas savoir encore à qui on va les offrir, peut être même que j'en garderai un de chaque

La poste a bien fonctionné, j'ai commandé ailleurs aussi deux livres pour des enfants à gâter

Penser que j'aurais aimé en commander encore d'autres et les lire parce que je suis encore une enfant.

Posté par melancolie85 à 18:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]