06 novembre 2014

phobie sociale (article de wikipedia)

La phobie sociale, ou anxiété sociale (DSM-IV 300.23), est un trouble de l'anxiété caractérisé par une crainte (appréhension, inconfort émotionnel ou inquiétude) persistante et intense[1] causant une détresse considérable et une capacité diminuée de quelques fonctions dans la vie quotidienne. Elle est causée par la crainte, pour un individu, de se trouver face à une situation sociale durant laquelle il s'expose à une interaction avec d'autres individus. Ces gens ont peur de l'embarras ainsi que la peur d'être détesté par les autres[2].

Les personnes affectées par cette pathologie savent que leurs craintes sont irrationnelles. Pourtant, elles appréhendent énormément les situations dans lesquelles elles sont confrontées au regard des autres. Ainsi elles font tout pour les éviter. Lorsqu'elles sont dans les situations redoutées, les personnes atteintes de phobie sociale ont tendance à croire qu'elles sont jugées négativement. Celles-ci craignent d'être vues comme anxieuses, stressées, bizarres, distantes, folles ou stupides. De facto, elles s'isolent.

 

 

Posté par melancolie85 à 19:51 - Commentaires [9] - Permalien [#]


05 novembre 2014

Avant d'aller dormir .....

Je me rends compte qu'en ce moment, c'est le soir que je préfère. Nous dinons tous les deux d'un potage et souvent des restes du frigo, et puis c'est canapé-télé, et donc ça c'est douceur-bonheur car je suis calme. Plus de téléphone, plus personne. Je viens de regarder des racines et des l, j'ai voyagé sans bouger, j'ai vu la Bretagne dans toute sa splendeur, je n'ai pensé à rien d'autre.

L'été, on regarde moins la télé, car il y a à faire dehors, et c'est agréable d'être dehors à la fraîche. Maintenant, nous hibernons. Il a encore beaucoup de travail, à cette heure, il est reparti surveiller, mais je suis sereine chez moi, protégée.

Il est important que je me sente protégée.

En fin d'après midi, je suis allée à la gym, cela faisait 2 semaines que je n'y étais pas retournée. J'y vais avec une voisine. Avec les autres personnes, je n'échange presque pas, c'est comme ça, ou alors si je le veux, il me faut faire de grands efforts, les autres ne viennent pas vers moi ou si peu. Pourquoi ? et la prof, avant je la cotoyais beaucoup parce que j'étais trésorière, et que nous avions à voir des choses, maintenant une autre m'a remplacée, c'est normal, c'est donc vers elle qu'elle se tourne, normal, je croyais à une amitié, normal, ce n'étais sans doute que du business, pas normal.

Les relations, c'est du business ?

Sur cela, je vais rejoindre mon lit que j'adore, car le matelas est trop confortable. Dormez bien. Se chouchouter, je crois qu'il n'y a que ça de vrai.

 

Posté par melancolie85 à 23:26 - Commentaires [5] - Permalien [#]

souvenir

J'allais souvent au jardin de ma tante, dans la commune voisine. C'était le jardin hérité de la belle famille de ma tante, il y avait aussi une maison. Dans la maison, vivaient des locataires. Je ne sais pas ce que nous étions à faire dans ce jardin, c'était sans doute l'été, et chez les locataires, il y avait une fille en vacances, je ne me souviens pas de grand chose de plus, je crois juste qu'elle s'appelait Anne et qu'elle habitait au Havre. Le Havre ? je crois bien que je n'avais jamais entendu parler de cette ville jusqu'à ce jour. Je ne comprenais pas bien que cette petite fille ait fait tant de chemin pour venir en vacances ici. Je ne l'ai donc vu qu'une fois et je ne l'ai pas oublié quoique je ne me souviens pas de son visage. J'avais du passer un moment à jouer avec elle, j'aimais bien les nouvelles rencontres, ce n'était pas fréquent, j'avais du être très intimidée au départ. Cela faisait partie des surprises de la vie. Sans doute, Anne vit quelque part, ou bien ne vit plus.

Ces gens qu'on ne voit qu'une seule fois et qu'on n'oublie pas, c'est curieux.

Plus tard, pendant des vacances, nous avons aussi croisé des gens intéressants qu'on aurait aimé revoir mais qu'on ne revoit pas, à cause de la distance et puis la demande n'est pas toujours réciproque. J'entends souvent dire ceux qui rentrent de voyage : ils avaient noué contact pendant le voyage et puis à la fin ne se sont même pas échangé les coordonnées.... ça me fait toujours un peu rager.

 

Posté par melancolie85 à 16:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 novembre 2014

inadaptée

Il faudrait qu'il se passe quelque chose. J'ai eu envie d'appeler des gens ce matin. Mais à la seule question, ça va ? que pourrais je répondre ? un mensonge bien sur. Hier soir, des amis sont passés, et j'avais hâte qu'ils partent. Ils étaient dans leur monde, dans leur vie, ne me regardant pas, ne voyant pas mon coeur, blaguant de souvenir blessant dont je ne parlerai pas, parce que ça n'a pas de sens, parce que 35 ans après, il y a encore cette écorchure due à mon manque de confiance. Je sais profondément que c'est ridicule et débile mais c'est comme ça. J'ai passé une très mauvaise nuit.

Est ce que c'est la saison qui m'entraîne vers le gris ? peut être.

Je pourrais téléphoner c'est vrai mais déverser sa peine, ça n'a pas de sens.

Je voudrais hiberner, m'enfuir, j'y pense.

Je pourrais choisir d'écrire sur ce qui va bien, et non le contraire. Les mots m'entrainent toujours vers ma mélancolie régulière.

Reprendre une thérapie ? reprendre des medocs ?  

Il me manque du lien, du vrai, je me sens loin de tout.

 

 

Posté par melancolie85 à 11:18 - Commentaires [7] - Permalien [#]

02 novembre 2014

Constat

J'ai une soeur.

Maman n'avait que des frères, papa n'avait que des soeurs.

J'ai un fils, une fille, un fils.

Ma fille vit avec quelqu'un qui n'a que des soeurs. Mon jeune vit avec quelqu'un qui n'a que des soeurs.

Mon mari n'a que des soeurs.

Pourquoi regarder tout ça ? problème avec les femmes ? toutes des chieuses ? non.....

Mon père a souffert avec ses soeurs, il était le dernier de la famille, elles étaient bien spéciales.

Mon mari a souffert avec ses soeurs "jeunes filles trop bien rangées" et lui là dedans qui ne s'y retrouve pas.

Je n'ai pas beaucoup d'amies. Peut être parce que ma mère n'en avait pas non plus. Enfin, je pense qu'elle en avait avant de se marier, et puis après ..... niet.

Je peux pas dire que je n'en ai pas, mais bon, ce ne sont pas les vraies grandes "meilleures amies du monde". Enfin est ce que ça existe ? dites le moi.

Cà parle chiffons, cuisine, enfants, tout le temps ..... Je voudrais parler poésie, oui il y en a qui aime ça, mais pas chez moi, ni autour de moi, ou parler d'autre chose.....

Cà parle boulot, que puis je dire, moi, je travaille chez moi, à mon compte... je n'ai pas (ou si peu) de collègues. J'ai des clients et des fournisseurs. J'ai des comptables, de l'administration en veux tu, en voilà ..... Je n'ai pas les dernières cocasseries des filles de l'usine ou du bureau....

Bref, avec elles, je préfère être seule, et sans elles, je préfère qu'elles soient là.......

Ma fille n'a pas toujours eu la vie facile aussi avec les filles.

Est ce un gène chez nous ?

Quand je les vois en bande organisée, en longue promenade familiale, en procession, en magasinières, en sortie d'école, en réunion "tupeuvoir", elles ont l'air d' "ETRE" et moi je ne SUIS pas.

Posté par melancolie85 à 17:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]


les jours se suivent ....

En fin d'après midi, je me suis dit que ça me changeraitd'aller voir ma mère, et j'ai envoyé un sms pour savoir si elle était déjà allée. Non, elle m'avait laissé la place.

J'y suis allée. J'ai eu de la chance. Ma mère n'était pas trop mal. Quand je suis arrivée, elle était dans le noir, personne ne lui avait mis ni la lumière, ni la télé. Je l'ai emmenée se promener dans les couloirs. Ce n'est pas une super promenade, mais je me dis qu'au moins elle a d'autres sensations. Puis j'ai mis la télé, et je lui prends les mains, je lui caresse, je lui masse. Elle était calme et plutôt sereine, j'ai eu quelques sourires et quelques paroles compréhensibles. J'ai eu de la chance.

Avant de partir j'avais réussi à ranger ma salle à manger, il y avait de la paperasse qui trainait partout. Le meuble bas est parti chez celle qui va le relooker. Avant, j'aurais pensé le faire toute seule. Je n'ai plus confiance en moi pour ça. Je ne veux pas qu'il soit raté. La semaine dernière, je l'avais tout débarrassé, tout ce tas de vaisselle que j'ai logé dans l'armoire, celle qui est là pour l'instant, et qui sera remplacée bientôt par une moins grande, mais toujours ancienne. Finalement je ne peux me passer de vieux meubles.

Hier soir j'ai regardé "échappées belles" sur la Réunion et Maurice. Ah la Réunion, ce voyage de 2009 qui est resté comme une lumière dans ma vie, comment j'ai fait pour faire 12 h d'avion, je m'en sens incapable aujourd'hui, et puis ces gens, ces paysages, cette sensation d'extraordinaire .......    

Finalement je ne me suis pas occupée de mes fleurs. Ce sera sans doute pour aujourd'hui, il faut que je me motive.

Lui est très occupé à gérer le séchoir, c'est le grand moment de l'année, pas de dimanche, pas de jour férié...... quand ça tourne, ça tourne, c'est comme ça, je le dis, mais je l'accepte mal, parce que je vois tous ceux qui se promènent. Mon téléphone n'a pas sonné du week end, personne n'a pensé que je pouvais me sentir un peu seule.

C'est sans doute ce que connaissent beaucoup de personnes seules, vraiment seules, les célibataires, les veufs, les divorcés, se sont il habitués ?

Mais on peut être en couple et avoir ce genre de moment à cause du travail.

Le monde est égoïste. C'est juste un constat, pas un jugement, car moi aussi je suis sans doute égoïste quand je vais bien et que je ne pense pas forcément aux autres.         

Posté par melancolie85 à 10:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 novembre 2014

en ce jour !

On a l'habitude de dire, quand le temps est moche, c'est un temps de Toussaint. Cette année, ça ne se vérifie pas. Il fait doux. J'ai eu trop chaud cette nuit, j'ai mal dormi. Après les réunions, ce n'est pas toujours facile de s'endormir. Cà remue des choses. On est d'accord avec plein de choses dites, et puis parfois, ça vous titille un peu.

Je me suis vue coupable hier soir de réagir comme je le fais, dans mon problème de famille. Savoir respecter, se respecter. J'ai entendu aussi des avis qui m'ont fait mal. On comprend que parfois, certains tendent la main, par pitié, et que l'autre en face, il ne veut pas faire la charité.

En ce moment, je me sens encore très vide, vide de sens. Je me sens seule. Je ne veux pas parler de ça avec mes enfants. Ils ont leur vie. Je leur fais déjà trop supporter mes humeurs variantes, j'essaie de cacher. Mon homme travaille énormément, je ne peux pas non plus l'innonder de mes tracas. Alors qui ? personne. Personne n'a besoin d'être innondé des soucis des autres. Eventuellement les professionnels. J'en ai vu et revu. Bien sur, je vais en revoir. Mais ils ne sont pas là au quotidien.

La Toussaint, on pense à la mort, bien sur. Je ne pensais pas que ma mère serait encore là. Elle ressemble à une poupée de chiffon, mais parfois elle se rebiffe, parle fort. Est ce qu'elle se bat pour moi, parce qu'elle voit que je vais mal, parce qu'elle ne peut rien faire pour moi, parce que si elle était comme autrefois, elle me demanderait d'être indulgente, parce qu'elle s'est toujours soumise, parce qu'elle n'a jamais osé dire, parce qu'à mon avis, elle a subi bien plus qu'elle ne l'a dit, parce qu'elle s'est arrangée de cette vie, parce qu'elle a confié tout ça à son soit-disant Dieu, parce que finalement elle avait la force ?

Je rêve de relations illusoires, vous le savez, j'en rêve et j'en crève.

Aujourd'hui, personne n'a parlé d'aller aux cimetières. Ce n'est pas grave. C'est même plutôt mieux d'y aller un autre jour, ça va ressembler à une foire, tant de gens à déambuler et s'écrier ......

Aujourd'hui, si je veux, j'ai plein de trucs à faire : rentrer les fleurs, bien les hiverner, j'ai des idées pour faire mieux que d'habitude, ranger la maison, ou aller marcher, je ne sais pas encore.

J'aimerais juste que ces idées disparaissent de ma tête, ces idées tristes qui s'amusent à me dépiter.....

Je ne cherche pas l'apitoiement, croyez le. Je cherche juste à comprendre et tenter d'avancer, mon chemin ressemble à celui de mon père, il n'arrivait pas à être heureux.

Posté par melancolie85 à 10:54 - Commentaires [4] - Permalien [#]

31 octobre 2014

le coucher de soleil

J'ai conservé des dessins, des peintures, c'est au fond de cartons, là où j'ai gardé plein de souvenirs d'école, j'aurais bien envie de les ré-ouvrir, de relire les rédactions, de feuilleter les cahiers, je n'ai rien du primaire, mais j'ai tout du collège au lycée.

Je pense souvent à ces peintures. Je crois avoir fait ça deux fois : sur une grande feuille, peindre de jaune à rouge toute la feuille façon coucher de soleil. Puis dans un papier déjà noir, dessiner et découper des formes, ce que l'on veut. Une fois, j'avais pris une haie, des arbres.... puis une autre fois des taureaux qui s'affrontent. Les formes noires sont collées sur la peinture coucher de soleil, et le tour est joué.

C'est beau un coucher de soleil.

Souvent, je l'observe, je le prends en photo, jamais la même photo, toujours autant de mystère..... c'est beau, c'est poétique, c'est apaisant, c'est romanesque, ça vous remplit. Le plus beau que j'ai vu, c'est au Maroc, dans le désert, il était à couper le souffle.

Je me revois presque faire ces peintures, alors que la plupart des gens ont oublié ce qu'ils faisaient à l'école.

Je ne sais pas pourquoi car je n'ai aucun talent de peintre. C'était fait, les consignes totalement respectées, j'étais contente de l'avoir fait. Le souvenir est intact.

Oui, je respectais les consignes, comme je les respecte à l'atelier d'écriture. Jamais je ne suis à côté tandis que d'autres s'y retrouvent, souvent involontairement, parfois volontairement.

J'obéis.

Ce soir je vais apprendre à dire NON, en effet, le thème de la réunion sera celui ci.

Parce que, souvent, par peur de blesser ou de déplaire, on dit oui, on s'engage dans des trucs qu'on ne veut pas forcément, mais on dit oui, et on regrette aussitôt.

J'ai su dire non parfois et je m'en réjouis. Non à des gens qui voulaient venir pique niquer chez moi, soit disant pour nous distraire, surtout ma mère, tandis que mon père était hospitalisé. Il a fallu que je monte le ton pour dire NON et NON, pour qu'ils ne viennent pas, ma mère était bien trop fatiguée. Quel souvenir celui là ! c'était ma belle famille qui s'invitait chez moi. J'ai dit NON aussi parfois à des demandes en bénévolat parce que je ne le sentais pas.

Apparemment, il y a des gens qui ne savent pas du tout dire NON.

 

Je reviens au coucher de soleil, j'en ai vu un cette semaine. J'essaie de me traiter avec douceur. Aussi j'ai répondu OUI à la demande d'une amie pour partir une journée, elle était en vacances. Direction LA MER....... Cet endroit que j'apprécie, le même que les deux dernières fois.  Sandwich dans le sac, nous avons marché d'un pas tranquille. Il y avait un peu de monde mais pas trop. Il faisait doux. Pique nique sur un banc. Puis balade dans le centre, hélas la mercerie que j'avais envie de découvrir était fermée, "fermé le mercredi". Nous avons bu un chocolat chaud en terrasse, bon il n'était pas terrible, sans doute de l'eau et de la poudre. Puis nous sommes rentrées.

Je rêve toujours d'aller seule à la mer, parce que j'ai encore eu l'impression de louper quelque chose, parce que deux femmes ensemble, ça parle trop.

 

Posté par melancolie85 à 15:42 - Commentaires [3] - Permalien [#]

28 octobre 2014

on est si différent.

Avant le post d'aujourd'hui, je voulais vous dire que tout s'est bien passé pour moi samedi, là où nous sommes allés (au Nord de la Loire) il faisait juste mauvais temps, alors qu'en rentrant le soir, retraversant la Loire, le soleil était bien là, il n'avait pas voulu venir avec nous. Tout ça pour ça. Je me suis tracassée pour rien, même si j'ai eu quelques moments de flottement, ne sachant pas trop vers qui me tourner, l'ambiance fut bon enfant, plutôt simple, les visites animaient la  journée et le soir, un buffet avec karaoké presque improvisé cloturait la fête. Ils ont pris des photos, des films, qu'ils ont montrés avant de partir. Cà j'ai moins aimé. Je n'aime pas me voir, me sens ridicule.

 

-------------------

Hier soir, choix d'un film sur canal (à la demande) : avant l'hiver. Je le regarde, j'aime bien ce genre de film, un personnage, une famille, un intrus, des intrigues, je ne m'ennuie pas, j'ai un peu de peine à comprendre parfois. Ce n'est pas rigolo. C'est une histoire de couple, de malaise. Ce n'est pas mon film préféré, mais j'aime bien. Tout à l'heure je regarde le net pour voir un peu ce qu'on en disait. Dans les commentaires, il y a des gens qui trouvent ce film super tandis que d'autres se sont ennuyés profondément. Les goûts et les couleurs ! D'une personne à une autre. La vie, comme on la voit, comme on la vit. Les instants, les fêtes, les joies, les peines, personne ne vit les choses pareilles. De s'en parler après, de se comprendre, ce n'est donc pas si simple.

Posté par melancolie85 à 15:26 - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 octobre 2014

demain je tente

En ce moment, je n'ai pas envie de moisir. Alors je tente encore quitte à avoir bien peur.

Il y a quelque temps, je reçois une  invitation à un banquet. Dans notre région, tous les 5 ans à partir de 20 ans, on festoie. Je suis invitée dans ma commune d'enfance et aussi dans celle où j'habite aujourd'hui et comme j'habite dans deux, dans une administrativement parlant, et dans l'autre socialement parlant, ça me fait trois banquets possibles.

Demain il s'agit de celui de ma commune où nous vivons socialement (plus beaucoup maintenant mais il y a eu le temps de l'école de nos enfants, des engagements associatifs, sportifs) et c'est aussi la commune où a vécu mon mari avant qu'on soit marié.

C'est la première fois que nous irons. Avant je n'étais pas invitée. Il y a 5 ans, j'étais invitée parce que quelqu'un avait mentionné que je n'étais pas sur la liste, mais cette fois là je ne pouvais pas, j'étais à celui de ma commune d'enfance.

Demain, nous partirons en car tout le groupe pour faire quelques visites et déjeuner ensemble, puis le soir on se retrouvera par ici pour un buffet.

J'étais contente d'être invitée, enfin reconnue, vous savez tous bien mon besoin de reconnaissance. Alors on s'est inscrit.

Depuis, je regrette à moitié. J'ai peur. Comment je vais m'intégrer dans ce groupe ?

Voyez vous comme c'est compliqué quand on cherche la reconnaissance, l'amour des autres, et qu'on a si peur de se montrer et d'exister, d'être tout simplement. Je me dis que je vais bien y arriver mais j'ai quand même un doute, je me dis que finalement je ne me serais pas inscrite, je n'aurai eu peur de rien et j'aurais passé une journée toute ordinaire.

De plus j'apprends que mon grand fils arrive. Je le verrai seulement dimanche.

A mon âge, me tracasser pour ça, c'est dingue.

J'aime les groupes, et pourtant j'ai toujours cette même difficulté à aller vers eux.

 

Posté par melancolie85 à 22:28 - Commentaires [3] - Permalien [#]