20 décembre 2014

ce matin, je me laissais couler ....

J'ai très mal dormi, la machine à penser était en route, bien trop en route. Finalement ces fêtes à venir ne me ravissent pas. Pas encore pris de décision pour inviter ou non ma famille, ma soeur et ses enfants. Quelques mois que nous sommes en froid. C'est moi qui ai installé le froid. Même si dernièrement nous nous sommes revues, elle et moi, suis je prête à ça ? non bien sur que non. Mes enfants réclament, ils sont moins susceptibles que moi, beaucoup moins, heureusement pour eux. Il faut ranger ma rancoeur dans le tiroir. J'ai écrit bon anniv à ma nièce en question, déjà j'ai mis du temps à cliquer .... 

Les fêtes serviraient t elles à mettre son orgueil de côté, alors que d'autres pensent que les fêtes sont tout orgeuil ?  Hier soir, cette réunion, ça a remué plein de choses..... Les familles .... les rancoeurs .... les cons .....  les trop de cadeaux, trop de bouffe, trop de sapin, trop de crèche, trop de chocolat, trop d'ennui, trop de tout.

Ce matin, je me suis levée du mauvais pied et ça a duré toute la matinée. Je me suis recouchée cet après midi au lieu d'aller faire des achats.

Et cette épaule droite qui défaille .... ça je ne voulais pas vous en parler mais je sens doucement venir s'installer la même chose que j'ai eu à gauche. Je vais devoir reprendre rendez vous. Mes séances de kiné étaient terminées depuis peu.   L'épaule gauche a à peu près retrouvé ses fonctions.   Et la droite me joue un tour, il parait que c'est fréquent.  La ménopause ne m'aura pas épargnée car je mets tout sur ce compte là, désordre. Cà me met cruellement de mauvaise humeur.

Et puis cette période où tout s'arrête, un peu comme l'été, juste pour la fête. Ben, moi c'est le 24 au soir la petite fête et puis après le 31 (la fête obligatoire). C'est tout. Et puis dans un mois un repas de famille élargie au restau.

Et moi qui n'ose rien entreprendre avec ma famille car mon coeur est encore si fragile.

Posté par melancolie85 à 12:34 - Commentaires [7] - Permalien [#]


le retour

Je ne m'endors pas assez pour rejoindre mon lit. Je rentre de cette réunion "spécial Noel" pour nous les gens de l'association. Cet après midi, j'ai fait des courses pour cette soirée, de quoi boire, de quoi faire un gateau, puis les timbales, les cuillères, le petit cadeau et un autre petit cadeau, parce lorsqu'on est anxieux, on devine que quelqu'un n'emportera pas son cadeau, et qu'il en manquera un..... pourquoi j'ai pensé ça ?    parce que je pense trop....   J'ai fait aussi quelques courses pour la maison, pour ma mère. Je suis rentrée claquée, trop de monde, trop de bruit, trop de lumières    et hélas, il faut que j'y retourne demain car j'ai encore de nombreux achats à faire.

Bref, en rentrant, j'ai fait le gateau. J'avais mal à la tête. Et je suis partie, les bras chargés, pour cette réunion. Le sujet était les fêtes. Et puis le partage des cadeaux anonymement.  Chacun a pu s'exprimer sur ce qu'il vivait, ce qu'il espérait, j'ai bien vu qu'on vivait un peu tous les mêmes choses, les repas de famille compliqués, ceux qu'on a du mal à supporter pendant ces retrouvailles, ceux qui craignent d'être tout seul pendant les fêtes. On s'exprime, c'est le but. Tenter de chasser nos angoisses, tenter d'y arriver bien pour une fois, ne pas dramatiser ....

C'est le retour qui m'est le plus difficile. Chacun reprend sa voiture. On se reverra, si on le veut, dans un mois. Entre temps qui fera signe ? certes il y aura sans doute les échanges de voeux, par mail. Je ne sais pas si tous ont un réveillon de prévu. Finalement je ne sais rien. Et les autres ne savent rien de moi non plus.

Même en se parlant, on ne se dit rien. 

Posté par melancolie85 à 01:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2014

les jours qui passent

Je viens un peu moins ici.... mais ce soir j'y reviens quand même. Ce rituel n'est pas encore terminé.

La semaine dernière fut trépidante : une soirée entre filles au restaurant, 4 du même âge, du presque même endroit, c'était promis, on irait manger ensemble, c'est fait, c'était sympa. Je n'aurais jamais pensé réussir ça un jour. Et puis une première pour une autre soirée, entre collègues de travail, un restau, et un bowling.... ça change du boulot quotidien. Bien réussi aussi.

Deux soirs occupés dans la semaine, et ho doucement.... je n'ai pas la cadence ! Le samedi et le dimanche, rien n'était prévu, je devais me reposer. Samedi, juste une balade dans la ville voisine et son animation de Noel qui ne faisait pas trop Noel, déçue. Et puis un simple coup de fil le dimanche matin qui fait que ce dimanche devient convivial avec presque tous les enfants, et on improvise le menu, et on fait le sapin l'après midi, et ça coule tout seul tout ça !

Les jours sont très courts, j'ai l'impression de faire si peu de choses.

Ma mère va vraiment mieux. J'ai plaisir à la revoir et à l'entendre dire quelques mots.

Mes achats ne sont pas encore faits, ça c'est moins cool.....

Et chez vous, ça va ?

 

Posté par melancolie85 à 19:38 - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 décembre 2014

parfois envie de ....

Et si tout à coup l'agenda se vidait, qu'il n'y avait plus rien, sauf les habitudes, et que même les habitudes je n'en faisais rien....

Et si je me taisais, ne postais plus sur F. B. ni ici, n'envoyais plus de mail à mes quelques amis, à mes proches, à ma belle-famille comme je le fais souvent

Et si je ne proposais plus à personne de sortir avec moi, avec nous, d'aller voir machin, ou machine, au super concert, au cinema

Et si seule la forêt comptait pour me divertir, la forêt, la télé aussi

Et si jamais je ne pensais à aucun d'eux, ceux que l'on voit, avec lesquels on sort

Et si je laissais faire, je laissais s'installer le silence

Je saurais ce que vivent plein de gens sans doute, ceux qui se terrent chez eux, et qui se contentent de ça

Je saurais qu'on peut survivre malgré tout

Je saurais qu'on peut devenir transparent et qu'on peut s'habituer

C'est presque la vie qu'a eue ma mère

 

J'ai si peur d'être transparente,    il m'arrive des faits qui m'y font trop croire     comme des épreuves, et des tests que je dois passer

 

Parfois, j'ai envie de couper les ponts avec cette vie que je nous fais.   Est elle bien faite pour moi ?    Ne devrais je pas essayer l'autre formule ?

Parce que celle que je vis me demande tant d'efforts que c'en est épuisant.

 

De temps en temps, c'est une pensée qui me traverse l'esprit.

Que se passerait il ?    Nous laisseraient ils nous enfermer ?

Posté par melancolie85 à 16:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]

06 décembre 2014

rien d'intéressant à dire .....

Et oui, que pourrais je vous dire qui vous retiendrait un peu ? rien. Le blog est fébrile en ce moment.

Ce sont mes petites histoires uniquement. Je n'entrerai pas dans de grands débats philosophiques qui d'ailleurs, parfois, ne mènent pas à grand chose. Hier soir, j'ai regardé "ce soir où jam...." sur l'école, et bien malgré les discours des uns et des autres, je n'ai pas réussi à me forger la moindre opinion sur l'avenir de l'école. Et pourtant ils ont tous sorti leur plus grand et faste vocabulaire mais RIEN. Pourtant le sujet m'intéressait car j'ai une jeune nièce qui est en difficulté à l'école et qui doit rentrer en 6ème, après un redoublement de CM2. On propose aux parents une entrée en S e g p a, ce qu'ils ont du mal à accepter. Ils nous demandent notre avis. Je ne sais quoi leur dire. Après avoir visionné cette émission, je n'étais pas plus avancée.

Donc j'en reviens à mes petites histoires qui, moi, me font j'espère avancer.

Hier nous partions pour un rendez vous. Le gps ne connaissait pas l'adresse, on pensait trouver tout seuls mais on tournait en rond. On a demandé à quelques personnes, hélas sans résultat. Et puis une dame qui sort de la mairie. Elle nous explique. On est déjà en retard. Ses explications ne sont pas suffisantes. Nous approchons du but, et là nous la voyons en voiture qui nous a suivis. On s'arrête, elle nous dit de la suivre, elle nous emmène. Et voilà, nous sommes arrivés. Je la remercie sincèrement.  J'ai fait moi même il n'y a pas si longtemps dans ma campagne pour un livreur. Son beau sourire m'avait largement remercié.  Et voilà que c'est moi maintenant qui remercie cette dame.   

La vie n'est que relations, on donne, on reçoit, on n'attend rien (ça c'est le plus difficile) parce que, en tout cas pour moi, j'ai tendance à ne pas être patiente et à vouloir recevoir très vite. Un peu comme un enfant qui attend Noel.

Ma mère va mieux, beaucoup mieux. C'est incroyable. Bon elle ne court pas pour autant. Elle est toujours dans son fauteuil. Nous avons eu rendez vous avec le médecin coordinateur. Ils ont revu son traitement. Je me demande d'ailleurs si ce ne sont pas les médicaments qui étaient en cause. Elle est beaucoup moins démente. Elle parle peu, très bas, tout doucement, mais c'est compréhensible. Elle est paisible. Et le mot "pneumonie" a je pense été galvaudé. Il n'y a pas eu de radio pour confirmer. Je pense qu'il s'agissait d'une bonne laryngite. Tout cela reste fragile avec un coeur à tout petit régime, des calculs biliaires bien présents, et un état de démence fluctuant. Mais ça fait quand même du bien de voir cette évolution.

Et puis pour finir, pour le teleth.n, j'ai fait cuire une cocotte de haricots pour garnir les grillées hier soir au concours. Nous n'y sommes pas allés. Je ne sais pas jouer à la belote. J'ai participé de cette manière là.

Et puis, parce que je vous aime bien, je vous envoie quelques clichés d'automne. N'hibernez pas trop, je m'ennuie sans vous sur ce blog.

DSCN9874

DSCN9878

DSCN9908

DSCN9922

DSCN9972

 

 

Posté par melancolie85 à 12:22 - Commentaires [9] - Permalien [#]


01 décembre 2014

je suis allée à la mer

La mer l'hiver, enfin l'automne, c'est agréable. Il n'y a pas cette foule, ces gens pressés, non. Il y a d'autres gens comme nous, qui prennent le temps pour une journée, ou plus, je ne sais pas leur programme. La semaine dernière, je les ai emmenées, toutes les quatre nous avons visité les magasins de la rue commerçante, je suis pas très fan des magasins, j'ai fait un effort, je n'ai même pas envie d'acheter, pourtant il le faudrait, mais là pas question de retarder tout le monde à essayer des robes et des manteaux. J'ai regardé, il y a de belles choses, d'où proviennent elles ? je n'ai pas demandé, du bout du monde surement. Nous avons choisi une petite brasserie pour déjeuner, j'aime ça les restaurants, moi qui cuisine tous les jours, ouf enfin un jour où on me sert. Puis nous avons fait la ballade entre port et plage, celle que j'ai repérée cet été, et dont je ne me lasse plus. J'y suis allée 4 fois depuis l'été. C'est idiot de retourner au même endroit, mais quand on aime, on ne compte pas. Et puis on a parlé chacune de notre vie, de choses et d'autres, de futilités aussi. Un temps pour soi.

Puisqu'elle m'a appelée, alors j'ai fait un pas moi aussi, je l'ai invitée à me rejoindre pour un théâtre dans la ville d'à côté. On s'est donc revu. Et on a parlé de rien, on a fait comme s'il ne s'était rien passé. Je n'étais pas si à l'aise que ça, mais comme il y avait cette animation dans la rue, ça nous a occupées, et puis ma fille était là aussi. Nous sommes allées boire un chocolat, comme on ne le faisait jamais avant. Et puis elle est repartie. Le soir, j'étais au cinéma, ça fait beaucoup de sorties, peut être bien assez, je fatigue. Est ce que je veux trop vivre ? tandis que la mort rôde. Ma mère va pourtant mieux, elle se requinque. C'est incroyable cette force de vie.

Je n'ai pas envie de préparer Noel, comme d'habitude. Rien ne me stimule. Faut chercher dans les caisses. Pas envie. L'an prochain, sans doute, je serai plus stimulée car dans quelques mois, je prendrai un grade. Vous devinez ? et oui c'est mon tour, je n'arrive pas vraiment à y croire. Cà ne me rajeunit pas, peut être ai je un peu peur.

Mes semaines sont fournies en rendez vous, réunions, visites à ma mère, yoga, écriture, balades que j'ose faire maintenant, sorties diverses. Par contre, je n'invite pas, du moins pas pour l'instant.

Posté par melancolie85 à 20:27 - Commentaires [3] - Permalien [#]

25 novembre 2014

en vrac

Je reviens de voir ma mère, ça ne va pas fort. De plus, il y a eu deux décès dernièrement à la maison de retraite et ce soir j'apprends que la voisine de ma mère est décédée ce matin à l'hopital, le corps est arrivé ce soir, dans sa chambre. Cà plombe le moral. Ma mère a développé une pneumonie depuis la semaine dernière, elle est sous anti biotique, chaque jour compte, parfois elle a l'air apaisé, beaucoup mieux et parfois, elle est vraiment très sombre. De ce fait, ma soeur m'a appelée un jour pour me dire que le docteur l'avait appelée lui annonçant la pneumonie. Nous avons seulement parlé d'elle, des jours qui sont comptés, quoique depuis des années, elle nous a tant surpris. L'infirmière me dit qu'il faut qu'on soit prête. Je ne serai jamais prête, hélas. Mais la vie, c'est aussi la mort, et elle viendra bien entendu.

Malgré tout, je continue mes activités. Nous avons assisté l'avant dernier week end à un banquet, oui encore un, le dernier, concernant ma commune d'avant. Tout le monde n'était pas présent, c'était plutôt sympathique, mais comme d'habitude, l'apéro trop long. Je n'ai pas réussi à aller vers tout le monde, je me suis même vue avec des difficultés à approcher les gens, j'ai fait ce que j'ai pu. J'ai eu droit à un jeu où avec trois autres, j'ai du affronter les regards mais ça s'est bien passé, pourtant je n'aime pas ça, j'ai passé cette épreuve.

Ce dernier week end, samedi c'était le deuxième stage mêlant l'écriture et le théâtre. Comme j'avais décidé de ne pas jouer nos textes, je n'y suis allée que samedi, juste pour voir, je n'avais rien à faire, mais j'ai pu observer l'évolution de la mise en scène avec un professionnel. Je les ai quittés avant de dîner. Dimanche, je commençais ma session de CNV communication non violente. Il y avait déjà eu une date que j'avais loupée, nous étions deux à commencer dimanche. Petit groupe. Que des femmes. J'espère y trouver quelques outils pour être plus sereine. J'ai compris que je n'étais pas seule à être hypersensible. Le problème n'est pas d'être hypersensible mais comment améliorer nos relations avec les autres, les mots sont importants. L'animatrice est très agréable et douce. Je sens qu'on va progresser, à raison d'un dimanche matin par mois. Et puis l'après midi, après avoir déjeuner chez mon fils (jeune) qui aime bien faire la cuisine, je suis allée voir ce petit spectacle et je me suis bien amusée. Voir naître les textes, les entendre, les voir jouer, belle aventure.

Finalement je n'arrête pas. J'ai ce besoin immense de liens. Je me nourris au contact des autres. Ou bien je masque ma peur, la peur qu'elle me quitte et je perçois déjà son absence. Alors je me tourne déjà vers les autres.

Posté par melancolie85 à 19:48 - Commentaires [6] - Permalien [#]

19 novembre 2014

quand on n'est pas content

Cela fait longtemps que je n'ai pas parlé des travaux de chez moi, cela fera bientôt 2 ans qu'ils sont faits et ce n'est pas le top.

La veranda qui s'est construite pour agrandir la maison, venant se juxtaposer à la partie déjà en place, avec démolition du mur, ne donne pas satisfaction. Elle a un grand puits de lumière au plafond et de nombreuses vitres autour. L'été c'est un four. Et toute la maison devient un four. L'hiver, elle ramène le froid. Bref, grand regret de n'avoir pas fait une extension en dur, bien solide. Il fallait intervenir au niveau charpente ou faire un toit plat. Comme on nous a tant vanté cette veranda extension de pièce de vie, on y a cru. Depuis j'ai rencontré d'autres gens mécontents de ce produit. Depuis j'ai entendu parler du vendeur qui soit disant serait capable de vendre sa mère. La veranda chez nous est plein sud. Il aurait du nous prévenir. Il nous a fait miroiter la belle vie la dedans, la vitre intelligente qui gérait tout ça. On n'a pas assez réfléchi.

Et puis l'autre, celui qui a mené le projet de réaménagement de la maison..... Nous avons abattu deux autres cloisons à mi-hauteur, l'une a été remplacée par une verrière pour laisser passer la lumière dans l'autre pièce. L'autre est restée à mi hauteur donnant sur l'escalier qui va au sous sol. Et qu'est ce qui se passe ? cela résonne. J'ai cru m'y faire, hélas non, je ne m'y fais pas.

Comment pouvait on prévoir tout ça ?

C'est très désagréable. Je m'en veux de m'être fait avoir à ce point là.

On faisait les travaux pour être mieux, on est moins bien. Comment réagir ?

Posté par melancolie85 à 16:14 - Commentaires [5] - Permalien [#]

14 novembre 2014

après la réunion

Une réunion entre voisines, pour des produits divers et variés, une occasion de se voir quoi !!!!!

des conversations aussi à l'occasion. Toutes ces peurs qui nous envahissent : la peur des voleurs (c'est arrivé chez une d'entre elles, je comprends que ce soit un traumatisme) mais aussi attention à nos sacs, jamais dans les caddies, attention dans le métro, attention partout, partout, partout .... et puis les arnaques sur internet, par mail, par téléphone, et tout le monde y va de ce qu'elle a entendu, ou reçu, ou autre délire.

LA PEUR EST LA PARTOUT, PARTOUT, PARTOUT.

Et puis après ça parle politique, finances, etc. Et pourquoi que ça change les allocations ? c'est pour tout le monde ça. Faut pas que ça change. Tout le monde y a droit.

JE ME TAIS. JE N ENTENDS PLUS RIEN.

Ce sont les hommes et les femmes qui me font peur.

 

Posté par melancolie85 à 21:46 - Commentaires [8] - Permalien [#]

13 novembre 2014

récentes conversations

elle : "j'étais toute seule, j'avais rien à faire, alors j'ai pris ma voiture et je suis allée faire un tour....."

moi : "Quand tu n'as rien de prévu, tu peux me le signaler, et si je n'ai rien, on peut voir ....."

elle : "oh non, je ne veux pas te déranger" ...

moi : "mais si, pas de problème...."

elle : "oh non, je ne veux pas déranger "

-----------------------------------------------

elle : "il faut ranger ta fierté et faire le premier pas"

moi : "ça m'est impossible, j'en suis incapable"

elle : "mais si il le faut, il faut être plus intelligente..."

moi : "c'est trop me demander et pourquoi eux ne bougeraient pas ?"

elle : "parce qu'ils ont aussi trop de fierté...."

 

Ces deux conversations n'ont rien à voir l'une avec l'autre. Elles me sont restées dans les oreilles, l'une et l'autre. C'est du genre : "dialogue de sourd".

 

 

 

 

 

 

Posté par melancolie85 à 19:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]