16 mai 2015

Quand fera t il tiède ?

A l'instant où j'écris, la pluie tombe, fine et froide. Hier aussi il faisait gris. Et avant il y avait eu ces jours si chauds. Rien ne me va. Le froid me crispe et mon coeur est transi. Le chaud me ramollit et mon coeur se pame.

Je veux du tiède, je le veux parmi les fleurs, les chemins, au coin du ciel et de la forêt.

Je veux du tiède dans mes idées et dans mon coeur.

Le tiède, le plus confortable, on est bien, on est juste là, on vit à l'aise.

Je n'aime pas les chauds et froids, c'est ce qui rend malade.

Posté par melancolie85 à 10:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]


15 mai 2015

ces jours ci

Après avoir fêté mon anniversaire agréablement, car entourée, et gâtée, les jours ont suivi, les vases pleins de fleurs, me rappelant que c'était bon la vie. Il manquait seulement les voeux de ceux qui furent si chers à mon coeur pendant des années. Nous sommes connectés et aujourd'hui c'est facile, car on est même prévenu de l'évènement, alors si on n'y répond pas, c'est qu'on se passe de F.B. pendant quelques jours, ce qui est très normal voire très sain, ou alors c'est qu'on décide de ne pas se manifester, et comme je vois qu'ils sont régulièrement sur le réseau, je sais qu'ils ont donc choisi de ne pas intervenir. Ils le font en connaissance de cause.

J'ai eu atelier lundi, l'écriture c'est moins souvent, planning léger à cause des vacances scolaires, pourtant j'y trouve tant ma place, même si mes mots sont balbutiants, mais comme guérisseurs pour je ne sais quelle maladie.

J'ai raté un rendez vous. Quand je m'en suis rendu compte, j'avais le ventre tout tourneboulé, ça ne m'arrive jamais ça. Je n'ai pas encore osé rappeler ma dentiste.

J'avais pensé aller voir A. D u l e r y en spectacle, je me l'étais promis, et j'ai vu dans l'agenda qu'une réunion était programmée pour le même soir. J'ai opté pour la réunion de bureau. Cette association m'a aidée et m'aide encore. Je ne veux pas la laisser tomber.

Je suis allée au grand magasin pour peu de choses. Un pantalon, un classeur. J'étais déjà allé dans un autre avant, ce qui explique peut être cela. Déjà dans le premier, j'avais eu du mal à passer à la caisse. Dans le deuxième, beaucoup de monde, trop. Pas une seule caisse libre vite. Je vais de long en large pour en détecter une, je fatigue, j'ai chaud, je suis mal à l'aise, tellement mal à l'aise que je décide de déposer mes achats à l'une des surveillantes de caisse automatique, je lui dis que j'ai besoin de prendre l'air..je prends l'air... Je reviens, ce n'est pas mieux. Je lui dis que je veux régler mes achats mais qu'elle trouve une solution car je ne veux pas faire la queue. Grosse interrogation, je n'ai pas de réponse. Je dois retourner m'asseoir. Je m'assois en attendant de trouver une solution quand je vois un couple passer devant moi, je les reconnais, eux de même. Je leur explique ce qui m'arrive. Elle me propose de régler mes achats et lui reste avec moi. Je lui confie mon porte monnaie. A cette fille là, j'aurais même pu lui donner mon code bancaire. On se connait, on se voit peu, mais j'ai totale confiance, c'est drôle les gens. Elle s'explique, elle doit faire la queue. Elle revient avec mes achats. Je les remercie et leur annonce qu'ils sont mes anges gardiens. On se quitte, heureux. Ce matin, j'avais un mail d'elle pour demander de mes nouvelles. Elle dit combien elle apprécie quand on se voit. C'est quand même agréable, malgré le malaise que j'ai eu. Cà ressemble à l'agoraphobie, mais c'est juste le passage aux caisses, la chaleur, le piétinement.

Et puis le moment délicat est arrivé. Une fête. Un rassemblement. Je leur avais demandé auparavant s'ils y allaient aussi. Oui. Alors bien sur, on devra faire avec. Aux  rassemblements d'avant, on était en bon terme. Et là rien ne va plus. On n'échange que par messagerie. Et sur presque un seul sujet. Celui qui nous relie encore. Ma mère.

Faire comme si tout allait bien.... c'est difficile. Elle, à peu près.... un visage correct, quelques mots. Lui un visage glacial. Presque un rejet. Ou alors c'est le malaise. On ne sait pas. Plongés dans le groupe, on fait comme si, en s'évitant au mieux. Ce n'est pas confortable.

Moi, nous, les hypersensibles, il ne faut pas nous traiter n'importe comment. D'ailleurs, il ne faut traiter personne n'importe comment.

Oui, chacun fait ce qu'il veut, oui. Mais celui qui ne s'en remet pas, comment se débrouille t il ?

Je sais qu'à certains de mes lecteurs, ça paraît dérisoire, qu'ils ont vécu la même chose sans aucun problème.

Je sais aussi qu'il y a moyen de faire mieux que ça quand on connait les gens autour de soi, quand on veut qu'ils soient heureux. Je pense qu'on a toujours besoin de faire le bien autour, c'est ce qu'on apprend depuis tout petit.

C'est du ressassage du verbe ressasser, tout ça. Ne serais je pas un peu répétitive ? qu'en pensez vous ?

Posté par melancolie85 à 12:40 - Commentaires [6] - Permalien [#]

13 mai 2015

je ris pas

Faudrait il rire de ce qu'ils ont décidé de rire ? la plupart semble convaincus, ils "aiment" sur le réseau social bien connu. Je suis étonnée. N'a t on pas un peu trop pris l'habitude de liker sans réfléchir ? Il y a peu, il y avait un truc qui faisait pas rire, article dans le journal et tout et tout, fallait effacer les mots du graffiti, parce qu'ils aimaient pas. Là ils lancent une campagne avec une image hyper gnan gnan, ça a été soit disant validé par les gens de la profession (le journal dit des hommes) et où étaient les femmes, je me demande qui est cette pouf qui s'est fait prendre en photo dans cet accoutrement (oreilles de lapin et carottes à la main), l'argent achète tout. Ben moi j'aime pas.

Les gens de pouvoir aiment, alors les moutons aiment. Heureusement, quelques unes ont fait savoir qu'elles n'aimaient pas.

Les gens de pouvoir aiment pas, alors les moutons aiment pas. Faut pas toujours être mouton sous prétexte qu'elle a dit, elle a raison.

C'est pas parce qu'elle est d'ici, que tout le monde la connait, qu'il ne faut pas se faire ses propres opinions. Et notre métier ne mérite pas d'être ridiculisé. Dès que j'ai vu cette affiche, j'ai réagi intérieurement. Là je le dis.

 

Posté par melancolie85 à 16:58 - Commentaires [4] - Permalien [#]

10 mai 2015

c'est le bon jour !

 


Posté par melancolie85 à 10:26 - Commentaires [15] - Permalien [#]

08 mai 2015

filent les années

Bientôt un an de plus.... je me souviens de l'anniversaire de l'an dernier un peu particulier, comme si c'était hier ! c'était une surprise ! je n'étais du tout en forme moralement, ça m'avait fait du bien, ça m'avait boostée. Bon, ce n'est pas à faire tous les ans non plus.

Je ne suis pas très à l'aise avec ces moments là. Je ne me réjouis pas. Quand j'étais enfant, on devait me dire "bon anniversaire" à la maison et basta, pas de gateau, pas de cadeau, j'apportais des bonbons à l'école, je ne m'en souviens guère. Le premier que j'ai fêté un peu mieux que les autres, ce sont mes 18 ans avec une copine, on avait juste quelques jours d'écart. C'était dans un vieux grenier : à boire, à grignoter, et de la musique, pas une seule photo de ça, à peine le souvenir ! il y avait des gens que je ne vois plus du tout aujourd'hui. Et puis après, rien d'extraordinaire !

C'est bizarre de réagir ainsi, je n'ai pas fêté ni les 30, ni les 40 ..... un peu mieux les 50  et   beaucoup mieux les 55 !

J'ai un problème avec le temps qui passe, je peux encore me sentir très petite fille, ado, jeune adulte, même si le miroir m'indique que j'ai tout faux.

Et puis, qui va venir ? je n'ai pas envie de cuisiner. Je crois que je vais commander chez le patissier, à l'aveugle. Parfois, personne ne vient. C'est pas grave, je mangerai tout.

Posté par melancolie85 à 12:41 - Commentaires [11] - Permalien [#]


06 mai 2015

la robe rouge

Il y avait eu les mariages des grands cousins, j'étais petite fille. Je pense que j'avais une robe blanche, la robe de communion peut être, peu de souvenirs. Et puis il y eut les mariages des cousins/cousines plus proches en âge, quelques années d'écart seulement. C'était la mode des robes longues, comme autrefois, ça faisait rêver. Avec ma soeur, nous étions parties à la grande ville pour m'acheter une robe longue pour le prochain mariage. Je crois avoir essayé les robes fatales qui sur moi n'étaient pas du tout fatales, il fallait avoir ce qu'il fallait à mettre dedans, et moi je n'avais rien. Une planche à repasser. Je crois qu'avant je ne m'en étais pas vraiment rendu compte. Soudain, la vendeuse me présenta une robe en coton indien rouge avec des volants... Il n'y avait que celle là qui pouvait aller, elle n'était pas trop près du corps, il y avait des froufrous. Je l'ai portée à plusieurs mariages, il fallait rentabiliser, on s'en fichait de se montrer avec la même tenue.... Comme j'étais très brune aux cheveux longs, la robe rouge m'allait assez bien. Ainsi je restais encore un peu petite fille. Je n'avais pas vraiment le corps d'une femme. 45 kg à cette époque. Plus tard, nous l'avons transformée en jupe mi-longue, je l'ai encore bien portée, ça s'appelle du recyclage....

Disparue la longue robe rouge .... je me demande comment on faisait pour danser avec ça.

 

Posté par melancolie85 à 17:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 mai 2015

Suis je seule ?

Cà y est ça me reprend. J'ai l'impression de m'isoler, sous prétexte d'une épaule défaillante, je sors moins, il m'arrive de ne pas sortir de la maison pendant une journée. Faire les magasins, je ne m'en sens guère capable. Cet après midi, j'aurais du aller à une sépulture, finalement j'ai renoncé. J'ai lu que la solitude n'était pas bonne du tout pour la santé. Si je ne rumine pas, ça me va assez bien la solitude. Pas besoin d'être au top, jogging moche, pas maquillée, je fais juste ce que j'ai à faire et puis la journée passe, et je la termine par une petite soirée télé sympa. Je ne suis pas stressée. Cà a donc des avantages. Depuis quelques jours, le soir, je me remémore qui j'ai vu dans la journée. Finalement je n'ai jamais été complètement seule, déjà parce qu'on vit à deux, et que chaque midi, nous sommes 4 ou 5 à table. Mais ce sont les habitués. Alors je cherche un peu si j'ai vu d'autres gens. Finalement il est rare que je ne vois personne. Ce serait, au contraire de beaucoup, plutôt le week end qu'il se pourrait qu'on ne soit pas dérangé. Parce que les passages dans la journée en semaine sont surtout liés à notre activité, aux travaux à la maison qui s'éternisent. Et le week end, tout s'arrête. Bon, finalement, je ne suis pas si seule que ça.

Quand je pense que quand j'étais gamine, il m'arrivait de me cacher pour ne pas voir les filles qui venaient me voir..... Et ma mère me couvrait.

Et vous, qu'en pensez vous ? Aimez vous être seul(e) ? un peu, beaucoup ........ pas du tout ?

Posté par melancolie85 à 15:32 - Commentaires [7] - Permalien [#]

03 mai 2015

les yeux mouillés

Samedi, il a tellement plu, je ne suis pas sortie de la journée. J'ai fait la cuisine, pas  compliqué, une blanquette et un crumble. L'ami est arrivé et dès le premier regard, les yeux se sont mouillés. Autour de l'apéro, nous avons reparlé de ce qui était arrivé, si brutalement. C'était elle surtout que nous connaissions bien. Parce que j'étais allée à l'école avec elle, parce que bien plus tard, moi et mon mari, nous avions oeuvré chacun à notre tour dans des associations avec elle. Et puis, elle venait l'été chez nous cueillir car elle était amatrice de bonne choses à manger. J'aurais souhaité passer plus de temps avec elle, mais de mon côté, j'avais du travail tandis qu'elle était déjà en retraite. Je pensais que dans quelques années, on se retrouverait plus car je serais dégagée. Elle n'aimait pas les jeux de cartes, moi non plus, je m'étais dit qu'on trouverait autre chose si on prenait du temps en commun. Elle aimait mes photos sur FB, moi j'aimais son travail d'artiste.....

Je lui ai écrit récemment, à lui, des mots sincères, comme je ne savais pas bien faire avant. Avant, quand il arrivait quelque chose à quelqu'un, je n'osais rien ou si peu. Je ne trouvais pas les mots, je ne trouvais pas ce qu'il fallait faire. J'ai souvent raté cela, peut être étais je trop émue aussi pour me bouger et la peur de ne pas bien faire.

Il a osé répondre, et rappeler. C'est bien, je sais qu'il est très invité, très entouré. Sa vie est complètement chamboulée.

Nous avons parlé de tout, des enfants, de politique, et que sais je encore, et de temps en temps bien sur c'est elle qui revenait, et nous avions de nouveau les yeux mouillés.

 

Posté par melancolie85 à 09:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 mai 2015

Tristoune

On imagine un premier mai sous le soleil avec du muguet qui brille au fond des bois. Helas il n'en est rien. Parfois j'aime le mauvais temps car il nous permet de faire plein de choses à l'intérieur. Mais là je peux faire si peu de choses et le temps qu'il fait n'y est pour rien.

Jeudi soir, c'était le moment phare du week end, si je faisais un post sur ce seul sujet, je ne l'aurais pas appelé tristoune, c'était magique. Laurent et Alain sur scène, c'est du grandiose, ça vous transporte votre coeur et votre âme, ça les emmène haut, bien haut ..... et on voudrait surtout pas redescendre. Nous sommes partis à la ville sous la pluie, tous les deux, je nous avais offert ça pour Noel. J'avais appris par une personne de mon entourage que ce spectacle avait lieu à la ville d'à côté, qu'elle voulait y aller, et que déjà il n'y avait plus de place, alors elle avait déjà réservé dans une autre grande ville, plus loin. J'ai fait ma curieuse sur le net et une deuxième date dans ma ville d'à côté venait d'être programmée. Je n'ai pas cherché à embarquer d'autres personnes avec nous. On ne nous avait pas embarqués non plus. Je suis grande, on peut y aller tout seuls. J'ai stressé, peur d'arriver en retard, ça bouchonne à l'arrivée. Nous voilà installés un quart d'heure avant l'heure. Et puis on s'envole pour plus de deux heures. Je chante avec eux ! c'est absolument génial. Et puis ça se termine après quelques rappels. Et là, comme un soufflé, tout retombe. Avant je me disais, il y a ce concert, il y a ce concert. Maintenant c'est fini.

Depuis je suis un peu amère. Je m'ennuie. Je suis allée voir ma mère hier. Croisé personne. Hier soir, le moral était bas. Cela fait un an que je ne vois pratiquement plus ma famille à cause d'une connerie d'invitation. Ils me laissent là, ils savent ce qu'ils font.....

Aujourd'hui j'ai invité l'ami, qui est seul maintenant, il vient déjeuner. Nous reparlerons d'elle, des espoirs que j'avais fondés pour les années à venir, aurait elle voulu m'inclure dans ses habituées ? tout ça s'est terminé.

Cela fait un an que je cherche des soeurs de substitution. Cà ne se remplace pas comme ça une soeur.

Posté par melancolie85 à 10:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]

28 avril 2015

le rendez vous

Aujourd'hui j'avais rendez vous chez la rhumato. Après avoir fait une capsulite rétractile de l'épaule gauche en 2012 qui s'est à peu près résorbée fin 2014, je trainais une tendinite épaule droite, avec de plus en plus de symptômes semblables, et depuis fin 2014, mon médecin généraliste me prescrit des séances de kiné pour capsulite à droite. J'ai quand même pris rendez vous avec la rhumato car je n'avais pas de diagnostic de spécialiste et parfois, c'est important, si on a besoin de mettre en route des assurances.

C'était ce matin le rendez vous. La dernière fois que je l'avais vue, elle n'était pas aimable et on s'était accroché. Alors je redoutais ce rendez vous. J'aurais aimé ne pas y aller seule. Elle a un collègue médecin qui est beaucoup mieux, soit disant, mais le délai pour les rendez vous est trop important. Dès que je suis rentrée, j'ai senti que ça n'allait pas. Elle me posait une question, je répondais, elle n'attendait pas et me coupais la parole sans arrêt. A un moment, j'ai riposté et elle m'a presque proposé d'interrompre le rendez vous. Apparemment j'était fichée comme patiente pas facile, elle le lisait sur son écran. Je n'ai pas perdu mon sang froid même si je pense que la tension a du sérieusement monter. Je lui ai dit que j'étais là pour un réel rendez vous et que je n'avais jamais vu une telle situation par ailleurs. Elle s'est calmée, et ça s'est plutôt bien passé après. Elle a changé de comportement.

Après m'avoir auscultée, il s'avère que c'est bel et bien une capsulite rétractile, que seule la patience et les séances de kiné en viendront à bout, que cela surgit particulièrement chez les personnes anxieuses, que si l'on a trop mal on a recours aux anti inflammatoires, ou aux infiltrations, ou dans le pire des cas à l'arthroscopie. Dans mon cas, j'arrive à gérer. Le plus dur, c'est le moral, c'est la fatigue qui va avec cet état. C'est de voir tant et tant de choses à faire que l'on ne peut pas faire. Là elle m'a laissé m'exprimer. Elle m'a proposé de consulter aussi pour l'anxiété.

A la sortie, je lui ai dit : et bien on s'est compris. Elle a dit oui, il suffit de discuter.

Je ne sais pas ce qu'elle a noté dans son dossier.

La prochaine fois, comment m'abordera t elle ?

Nous ne sommes pas des mannequins, nous arrivons dans leurs cabinets avec des douleurs, des faiblesses, des émotions, des déséquilibres, des morals je vous dis pas dans quel état, et ils voudraient nous traiter n'importe comment. Ne nous laissons pas faire ! Réagissons avec nos émotions.

Posté par melancolie85 à 15:58 - Commentaires [6] - Permalien [#]