05 mai 2015

Suis je seule ?

Cà y est ça me reprend. J'ai l'impression de m'isoler, sous prétexte d'une épaule défaillante, je sors moins, il m'arrive de ne pas sortir de la maison pendant une journée. Faire les magasins, je ne m'en sens guère capable. Cet après midi, j'aurais du aller à une sépulture, finalement j'ai renoncé. J'ai lu que la solitude n'était pas bonne du tout pour la santé. Si je ne rumine pas, ça me va assez bien la solitude. Pas besoin d'être au top, jogging moche, pas maquillée, je fais juste ce que j'ai à faire et puis la journée passe, et je la termine par une petite soirée télé sympa. Je ne suis pas stressée. Cà a donc des avantages. Depuis quelques jours, le soir, je me remémore qui j'ai vu dans la journée. Finalement je n'ai jamais été complètement seule, déjà parce qu'on vit à deux, et que chaque midi, nous sommes 4 ou 5 à table. Mais ce sont les habitués. Alors je cherche un peu si j'ai vu d'autres gens. Finalement il est rare que je ne vois personne. Ce serait, au contraire de beaucoup, plutôt le week end qu'il se pourrait qu'on ne soit pas dérangé. Parce que les passages dans la journée en semaine sont surtout liés à notre activité, aux travaux à la maison qui s'éternisent. Et le week end, tout s'arrête. Bon, finalement, je ne suis pas si seule que ça.

Quand je pense que quand j'étais gamine, il m'arrivait de me cacher pour ne pas voir les filles qui venaient me voir..... Et ma mère me couvrait.

Et vous, qu'en pensez vous ? Aimez vous être seul(e) ? un peu, beaucoup ........ pas du tout ?

Posté par melancolie85 à 15:32 - Commentaires [7] - Permalien [#]


03 mai 2015

les yeux mouillés

Samedi, il a tellement plu, je ne suis pas sortie de la journée. J'ai fait la cuisine, pas  compliqué, une blanquette et un crumble. L'ami est arrivé et dès le premier regard, les yeux se sont mouillés. Autour de l'apéro, nous avons reparlé de ce qui était arrivé, si brutalement. C'était elle surtout que nous connaissions bien. Parce que j'étais allée à l'école avec elle, parce que bien plus tard, moi et mon mari, nous avions oeuvré chacun à notre tour dans des associations avec elle. Et puis, elle venait l'été chez nous cueillir car elle était amatrice de bonne choses à manger. J'aurais souhaité passer plus de temps avec elle, mais de mon côté, j'avais du travail tandis qu'elle était déjà en retraite. Je pensais que dans quelques années, on se retrouverait plus car je serais dégagée. Elle n'aimait pas les jeux de cartes, moi non plus, je m'étais dit qu'on trouverait autre chose si on prenait du temps en commun. Elle aimait mes photos sur FB, moi j'aimais son travail d'artiste.....

Je lui ai écrit récemment, à lui, des mots sincères, comme je ne savais pas bien faire avant. Avant, quand il arrivait quelque chose à quelqu'un, je n'osais rien ou si peu. Je ne trouvais pas les mots, je ne trouvais pas ce qu'il fallait faire. J'ai souvent raté cela, peut être étais je trop émue aussi pour me bouger et la peur de ne pas bien faire.

Il a osé répondre, et rappeler. C'est bien, je sais qu'il est très invité, très entouré. Sa vie est complètement chamboulée.

Nous avons parlé de tout, des enfants, de politique, et que sais je encore, et de temps en temps bien sur c'est elle qui revenait, et nous avions de nouveau les yeux mouillés.

 

Posté par melancolie85 à 09:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 mai 2015

Tristoune

On imagine un premier mai sous le soleil avec du muguet qui brille au fond des bois. Helas il n'en est rien. Parfois j'aime le mauvais temps car il nous permet de faire plein de choses à l'intérieur. Mais là je peux faire si peu de choses et le temps qu'il fait n'y est pour rien.

Jeudi soir, c'était le moment phare du week end, si je faisais un post sur ce seul sujet, je ne l'aurais pas appelé tristoune, c'était magique. Laurent et Alain sur scène, c'est du grandiose, ça vous transporte votre coeur et votre âme, ça les emmène haut, bien haut ..... et on voudrait surtout pas redescendre. Nous sommes partis à la ville sous la pluie, tous les deux, je nous avais offert ça pour Noel. J'avais appris par une personne de mon entourage que ce spectacle avait lieu à la ville d'à côté, qu'elle voulait y aller, et que déjà il n'y avait plus de place, alors elle avait déjà réservé dans une autre grande ville, plus loin. J'ai fait ma curieuse sur le net et une deuxième date dans ma ville d'à côté venait d'être programmée. Je n'ai pas cherché à embarquer d'autres personnes avec nous. On ne nous avait pas embarqués non plus. Je suis grande, on peut y aller tout seuls. J'ai stressé, peur d'arriver en retard, ça bouchonne à l'arrivée. Nous voilà installés un quart d'heure avant l'heure. Et puis on s'envole pour plus de deux heures. Je chante avec eux ! c'est absolument génial. Et puis ça se termine après quelques rappels. Et là, comme un soufflé, tout retombe. Avant je me disais, il y a ce concert, il y a ce concert. Maintenant c'est fini.

Depuis je suis un peu amère. Je m'ennuie. Je suis allée voir ma mère hier. Croisé personne. Hier soir, le moral était bas. Cela fait un an que je ne vois pratiquement plus ma famille à cause d'une connerie d'invitation. Ils me laissent là, ils savent ce qu'ils font.....

Aujourd'hui j'ai invité l'ami, qui est seul maintenant, il vient déjeuner. Nous reparlerons d'elle, des espoirs que j'avais fondés pour les années à venir, aurait elle voulu m'inclure dans ses habituées ? tout ça s'est terminé.

Cela fait un an que je cherche des soeurs de substitution. Cà ne se remplace pas comme ça une soeur.

Posté par melancolie85 à 10:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]

28 avril 2015

le rendez vous

Aujourd'hui j'avais rendez vous chez la rhumato. Après avoir fait une capsulite rétractile de l'épaule gauche en 2012 qui s'est à peu près résorbée fin 2014, je trainais une tendinite épaule droite, avec de plus en plus de symptômes semblables, et depuis fin 2014, mon médecin généraliste me prescrit des séances de kiné pour capsulite à droite. J'ai quand même pris rendez vous avec la rhumato car je n'avais pas de diagnostic de spécialiste et parfois, c'est important, si on a besoin de mettre en route des assurances.

C'était ce matin le rendez vous. La dernière fois que je l'avais vue, elle n'était pas aimable et on s'était accroché. Alors je redoutais ce rendez vous. J'aurais aimé ne pas y aller seule. Elle a un collègue médecin qui est beaucoup mieux, soit disant, mais le délai pour les rendez vous est trop important. Dès que je suis rentrée, j'ai senti que ça n'allait pas. Elle me posait une question, je répondais, elle n'attendait pas et me coupais la parole sans arrêt. A un moment, j'ai riposté et elle m'a presque proposé d'interrompre le rendez vous. Apparemment j'était fichée comme patiente pas facile, elle le lisait sur son écran. Je n'ai pas perdu mon sang froid même si je pense que la tension a du sérieusement monter. Je lui ai dit que j'étais là pour un réel rendez vous et que je n'avais jamais vu une telle situation par ailleurs. Elle s'est calmée, et ça s'est plutôt bien passé après. Elle a changé de comportement.

Après m'avoir auscultée, il s'avère que c'est bel et bien une capsulite rétractile, que seule la patience et les séances de kiné en viendront à bout, que cela surgit particulièrement chez les personnes anxieuses, que si l'on a trop mal on a recours aux anti inflammatoires, ou aux infiltrations, ou dans le pire des cas à l'arthroscopie. Dans mon cas, j'arrive à gérer. Le plus dur, c'est le moral, c'est la fatigue qui va avec cet état. C'est de voir tant et tant de choses à faire que l'on ne peut pas faire. Là elle m'a laissé m'exprimer. Elle m'a proposé de consulter aussi pour l'anxiété.

A la sortie, je lui ai dit : et bien on s'est compris. Elle a dit oui, il suffit de discuter.

Je ne sais pas ce qu'elle a noté dans son dossier.

La prochaine fois, comment m'abordera t elle ?

Nous ne sommes pas des mannequins, nous arrivons dans leurs cabinets avec des douleurs, des faiblesses, des émotions, des déséquilibres, des morals je vous dis pas dans quel état, et ils voudraient nous traiter n'importe comment. Ne nous laissons pas faire ! Réagissons avec nos émotions.

Posté par melancolie85 à 15:58 - Commentaires [6] - Permalien [#]

27 avril 2015

Je me demande si ....

Je me demande si on peut penser qu'on a manqué d'amour quand on était bébé. Quand je vois tous ces bras qui veulent prendre bébé, tout ce temps à le cajoler, à lui sourire, à lui parler doux ? Cela participe sans doute à son épanouissement.

Et si on n'a pas eu cela ? pas de grand mère ni grand père sur place, les autres grand parents débordés d'autres petits enfants et pas très communicants en plus, pas d'amis des parents, pas d'oncles et tantes très proches, pas beaucoup de frères et soeurs, une soeur c'est tout.... un père en proie à la maladie, une mère dépassée. Qui m'aurait donc pris dans ses bras ? qui m'aurait assez cajolée ? qui m'aurait parlé ? des doutes, beaucoup de doutes sur mon vécu bébé.

Bien sur, d'autres ont vécu comme moi cette époque plus dure. Mais j'ai bien senti que dans ma belle famille, on parlait des bébés, même dans des époques lointaines, autrement, les bébés avaient une grande place pour l'affection.

Peut être qu'on a du mal s'il y a ce déficit. Peut être qu'on passera sa vie à chercher davantage de marques d'affection, on sera exigeant sur les relations, leur qualité, peut être qu'on n'arrivera jamais à être satisfait.... Peut être que ce déficit là sera toujours si présent ! Peut être que ça vous bouffera la vie car au lieu de vivre, on cherche encore et encore !

Un bébé, on craque devant lui, on le prend, on lui sourit, on lui parle, on le berce..... comme ça doit être agréable de s'imprégner de tant de gestes si bons et doux !

Posté par melancolie85 à 15:44 - Commentaires [9] - Permalien [#]


24 avril 2015

Je voudrais dire le métier

Il est passionné.... Pas grand chose d'autre qui compte. Son père faisait déjà ce métier, tout comme son grand père, et surement plus loin d'autres encore. Il a évolué dans les systèmes, est passé du mode "chimie" au mode "plus réfléchi" et puis "sans chimie". Il en est fier. Mais pas question malgré tout de revenir à l'âge de pierre. Il a beaucoup de matériels parce que beaucoup d'hectares à faire. J'écris ce post car je viens de me rendre compte qu'il a dit oui pour une visite de quelqu'un pour voir une installation. Je suis pas sure qu'il soit capable de dire non. Parler de ce qu'il fait, il ne se lasse pas. Des heures et des heures de travail ne le feront jamais s'énerver. Il ne comprend guère ceux qui ne se plaisent pas à leur métier et alors il les plaint. C'est sa vie. Son loisir : le repos.

Posté par melancolie85 à 19:23 - Commentaires [5] - Permalien [#]

la discrétion

Pourtant, j'aime plutôt me faire discrète. Mais dans google je me rends compte que j'apparais dans plein de sites. Pourquoi cela ? je n'ai rien demandé. Quelle est la solution ? moi et l'informatique cela fait deux. Faut pas que ce soit trop compliqué. Par moment, j'ai presque envie d'annuler ce blog, peur d'être retrouvée..... Je tape d'autres noms et très peu de sites sortent, et moi c'est le pompon. Est ce qu'il y a ici une informaticienne ou un informaticien pour me dire comment ça se passe. Là on est loin de la poésie, ce truc commence à me faire peur. J'apparais même sur un site que je ne veux pas citer, j'ai reçu un jour un mail de quelqu'un que je connaissais et j'ai du répondre, et me voilà maintenant connue alors que je ne fréquente pas ce site. Tout cela est mystère pour moi.

Posté par melancolie85 à 15:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 avril 2015

Au bord

J'ai écrit à Celestine que moi aussi je me sentais souvent au bord comme elle l'exprimait dans son beau texte si bien écrit, elle a une plume cette Celestine..... et de me répondre que cela concernait surement les hypersensibles, je suis bien d'accord. J'écris dans ma tête très souvent, sans rien noter sur un papier, je trouve ça bien, et puis j'oublie. Aussi me sera t il impossible de retranscrire le début d'un texte, éphémère de surcroît, commençant par "assise au bord du ciel".

Depuis que je vais à l'atelier d'écriture, j'ai découvert combien de mots et d'expressions étaient magnifiques à écrire, à dire, tellement belles que cela m'émeut.

Je suis donc souvent "au bord des larmes" quand j'écris.

Je suis "au bord de la crise de nerfs" quand je suis trop fatiguée de mes douleurs d'épaules, et que tout m'agace, et que j'envoie tout promener.

Je suis "au bord du précipice" quand je me sens couler et anéantir, que les idées trop grises sont envahissantes.

Je suis "au bord de la vie" quand parfois je vois les autres s'activer tellement et que moi parfois je n'ose pas, par peur de leur regard.

Je suis "au bord du ciel" quand je me promène et que finalement c'est lui, le ciel, que je regarde le plus, tant ce bleu m'hypnotise.

Je suis "au bord du malaise" quand j'attends à la caisse de la grande surface ou dans une fête, si je dois rester debout.

Je suis "au bord de l'eau" pour prendre de très jolies photos.

Je suis "au bord de la vieillesse" même si on me dit que c'est faux.

Je suis "au bord de l'amitié" avec certaines personnes dont je ne sais si je peux les nommer amis ou pas encore.

Je suis "au bord du temps" car j'aime le passé, autant que le présent, un peu moins l'avenir, tout se mêle et je passe vite d'un à l'autre car j'aime à m'y promener.

Je suis "au bord du désespoir" quand je vois ce monde si malmené, tant de cruautés, tant de lâchetés, tant d'inhumanité.

Je suis "au bord de la poésie" pour l'avoir découverte il y a si peu de temps, alors qu'enfant je n'y ai jamais rien compris, juste appris, sans jamais chercher plus, c'est elle qui peut changer le monde.

Je suis "au bord de la résilience" comme le dit Boris C., je sais que c'est possible, mais je traine encore un peu les pieds.

Je suis "au bord de la colère" que j'essaie d'enfouir, ils ne changeront plus d'avis maintenant, nous n'irons pas à ce mariage dont je ne connais pas la date.

Je suis "au bord du jardin" à regarder pousser les plus beaux légumes du monde.

Je suis "au bord du monde", je me fiche des frontières, il n'est question que d'humains.

Je suis "au bord de la confusion" parce que je me suis servie d'une idée de Celestine pour mon billet car parfois je n'ai plus d'idée et je pioche chez les autres. Pardon Celestine.

 

 

 

 

 

Posté par melancolie85 à 10:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 avril 2015

une décision !

Aujourd'hui, ils ont ôté le toit en verre. Cela fait 3 ans que cette veranda a été installée, 3 ans que le trop de lumière par ce puits de lumière me fatigue, la chaleur qui passe par là aussi l'été, et le froid qui passe par là l'hiver n'étaient pas confortables. Nous avons pensé à tout : stores, etc. Pas facile à adapter vu la forme "chapiteau" avec des côtés, je ne sais comment je pourrai nommer cette forme, rien n'a été prévu pour s'installer dessus. A force de parlementer, la boite en question nous a enfin entendus et a proposé d'ôter l'objet de notre mécontentement. C'est fait. C'est rebouché. Demain, quelqu'un viendra pour l'étanchéité par dessus. Cela ressemble maintenant à un toit plat. La lumière, nous en avons assez car tout le tour est en baies vitrées. Nous n'avions pas mesuré dans le show room les inconvénients. Sommes nous les seuls à avoir du mal à supporter ça ? Nous sommes placés plein sud. La décision a été quand même dure à prendre mais elle a été prise, ainsi nous passerons l'été beaucoup mieux, je le pense. Reste du placo à mettre au plafond à l'endroit du puits.

Posté par melancolie85 à 21:27 - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 avril 2015

au fil d'avril ....

Je viens de mettre mes liens à jour, j'en ai ajouté de nouveaux, des blogs que j'aime lire, je n'ai pas demandé la permission, j'espère que ça ne gênera personne.......

Hier, j'ai pris ma énième séance de CNV. Je n'avais pas très envie d'y aller. Cela demande des efforts pour un dimanche matin. Mais j'en suis revenue contente, les autres personnes sont très agréables, je pense qu'on cherche dans les mêmes interstices de la vie, et je ne sais pas si on trouvera. Apprendre à mieux communiquer, ce n'est pas si simple. Je ne veux pas me prendre la tête avec ça. De petites techniques sont intéressantes, il en restera ce qu'il en restera, il faut surement des années avant de pratiquer la CNV couramment. C'est presque aussi difficile que d'apprendre une autre langue. Tant d'habitudes de langage .... inappropriées. J'ai passé un bon moment, cela oscille souvent entre rires et larmes. Parce que si on est là, c'est qu'on cherche, et si on cherche, c'est qu'on a eu quelques soucis avec la vie....

L'après midi, nous n'avions rien de prévu, ou plutôt si, mais ça ne me disait rien. Alors on s'est affairé dehors, entretien..... il y avait tant à faire et il reste à faire. J'ai aussi fait un gâteau, le gâteau magique, pas mal ! il cuit et on distingue bien les trois couches comme je voyais sur les photos. Il est bon, la recette contenait beaucoup de sucre, à revoir peut être pour la prochaine fois. Pour faire ce gâteau, j'ai trouvé plein de recettes toutes différentes, j'ai pris celle qui pouvait se faire avec mon robot. Et la personne disait que c'était la "vraie" recette sans beurre, celle que faisait sa mère. Pas de beurre peut être, mais trop de sucre je crois.

Puis pour terminer la soirée, un couple est arrivé pour nous voir, sans avertir. C'est rare, moi je fais rarement cela car je pense que c'est impoli. Et j'ai peur d'arriver là où il y aurait déjà plein d'invités. Ils ont osé et je les ai remerciés. C'était agréable de finir la journée comme cela. C'était la première fois qu'ils venaient chez nous, je cotoie la dame dans une association. Nous avons pris le temps de montrer autour de la maison les arbres, les plantes et puis on a pris une boisson ensemble, tout simplement.

Tout simplement, j'aimerais que cela devienne mon mode de fonctionnement. Je suis contente de ne pas avoir eu les pensées du genre, il n'y a que nous qui sommes à travailler un dimanche, tout le monde est entre amis, ou en famille, etc etc, ces pensées parasites qui nous gâchent la vie.

Devenir nous mêmes, enfin......

Posté par melancolie85 à 18:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]