10 septembre 2015

les pommes

Le pommier sur la pelouse, nous avons pensé à le couper, il y a quelques années. Il donnait quelques pommes, petites, qui tombaient les unes après les autres, sans qu'on y fasse attention. Elles étaient tellement petites, ça ne valait pas le coup de se pencher. Ou alors on tapait dedans, les garçons surtout. Toujours l'esprit un peu footballeur. Déjà les dernières années, les pommes étaient plus belles. On n'allait pas le couper, maintenant il donnait enfin de belles pommes. Je les ramassais au début, les pommes pourrissaient, je les oubliais.

Cette année, encore, elles sont belles et grosses. Je les ramasse. J'ai déjà fait deux fois de la compote, j'ai ajouté quelques poires. La compote maison, c'est bien meilleur que celle qu'on achète. Je ne la sucre pas. Je la fais dans une casserole pour en avoir beaucoup ou bien dans le robot, celui qui fait tout tout seul, mais la quantité obtenue est inférieure.

Quand je ramasse mes pommes, je pense à ma mère. Elle nous faisait de merveilleuses compotes quand j'étais enfant. Parfois, sur la cuisinière, la compote prenait un peu au fond de la gamelle, elle n'en était que meilleure, comme un peu caramélisée. J'en mangeais sur une tartine de beurre, en rentrant de l'école, même si elle était chaude, comme c'était délicieux. Elle ramassait la moindre petite pomme, même celle bien abimée. Elle prenait soin de les couper en tout petits morceaux, et on retrouvait les morceaux cuits, car elle ne la mixait pas.

Vivre tous ces instants, tous ces bonheurs, comme le narre si souvent et si bien bonheur du jour, c'est un véritable enchantement !

Lorsqu'on prépare les pommes, on est bien dans le ici et maintenant, et pas dans le mental....  un exercice de méditation, presque, j'oserais dire .....

Posté par melancolie85 à 18:04 - Commentaires [8] - Permalien [#]


09 septembre 2015

doucement

D'abord, j'ai proposé quelques paires de chaussures à une amie (pour sa belle mère) elle les a prises puis me les a rendues, elles étaient trop grandes. J'ai donc à nouveau les chaussures.

Puis j'ai pris quelques vaisselles qu'elle avait gagnées à des lotos organisés là bas, à la maison de retraite, 2 mugs, 2 coupes de fruits, que j'ai lavés et rangés dans l'armoire.

Je vais prendre le gros flacon de gel douche corps-cheveux que je lui avais acheté récemment. Il en reste plein. Ma soeur lui achetait toujours un produit pour le corps et un autre pour les cheveux. Un jour j'ai écrit : je m'en occupe. Et j'ai pris un seul flacon, j'ai pensé que ce serait bien plus pratique pour les filles qui faisaient la douche.

Bientôt je sortirai les photos, les agendas, les objets. Pas tout de suite.

Elle, ma soeur, s'occupe des vêtements, elle a déjà proposés, elle propose encore.

Et puis il y a le cadre là haut sur le buffet, elle me sourit tout le temps.

 

Posté par melancolie85 à 16:55 - Commentaires [5] - Permalien [#]

06 septembre 2015

pour le plaisir !

 

A la radio, récemment, entendre que Sheller va sortir un nouveau C D, en entendre un morceau si beau, et puis rechercher sur le net toutes ces compositions, et se dire,   c'est quelqu'un ce monsieur.... c'est du bon, c'est du pur,   ça transporte .....

Sur le site, réécouter le nouveau morceau, encore une pépite, mais pas possible de le mettre ici.   Voir que bientôt il jouera à Paris,  se dire que ce serait bien d'y aller, parce que je ne l'ai jamais vu de ma vie, et que j'adorerais.... 

Peut être tenter d'y aller ????

Vous aimez ?

 

 

 

Posté par melancolie85 à 09:53 - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 septembre 2015

L'automne arrive !

Il fait beaucoup moins chaud. Ce matin, en ouvrant la grande baie, j'ai senti l'odeur de l'automne, le sous bois, le champignon, l'humidité sur la pelouse. Bref, une saison se termine et l'autre qui arrive à grands pas. Hier j'ai fait de la confiture de pêches, j'ai préparé des haricots verts, le jardin est encore plein. Les grosses récoltes des champs vont arriver : haricots et pommes de terre, ça ne rigole pas, faut pas les rater. Si bien qu'hier nous avons à peine évoqué notre énième anniversaire de mariage, trop de préoccupations. Pas eu de vacances cet été, pas maintenant non plus. Nous devions pourtant prendre deux jours pour aller voir le barrage en Bretagne, celui qui est vide occasionnellement. Y arriverons nous ? Je ne suis pas au même régime qu'eux. Si j'ai envie de prendre un peu de temps, je le peux mais je culpabiliserais bien vite d'en prendre trop.

Cà fait longtemps que je ne vous ai pas parlé de mes épaules. Toujours des douleurs, même à gauche, celle qui normalement est sortie d'affaire. Et la droite, encore un grand, grand manque d'amplitude. Si bien que par moment je serais bien tentée d'essayer autre chose. J'ai entendu parler de myothérapie. J'ai l'adresse d'un kiné qui s'est orienté dans ça. Qu'est ce que je risque ? le travail est différent, c'est plus basé sur les muscles. Je me suis habituée à ces douleurs et pourtant, je ne devrais pas. Je suis beaucoup plus fatiguée qu'avant à cause de ça et je fais beaucoup moins de choses. J'ai eu le résultat du médecin conseil, ils vont m'indemniser pour une période, jusqu'à la date de visite. Depuis ils considèrent que je suis guérie. Ah bon, s'ils le disent ! Quand on est administrative, sans doute qu'on ne travaille pas vraiment d'après eux. Je ne me battrai pas.

Et de la phobie sociale, avez vous remarqué que je vous en parle de moins en moins ? Cela veut dire qu'en effet je suis moins gênée, même si ça peut encore arriver parfois. Je pratique encore l'évitement certaines fois. Mais j'arrive à avoir une vie assez variée, grâce à mes différentes actions. Cette évolution ne s'est pas faite sans remise en cause, sans travail, sans la rencontre avec des personnes qui sans le savoir peut être m'ont beaucoup aidée. Quel dommage de ne pas avoir compris plus tôt que c'était à moi de changer. Mais parfois on est paralysé par les situations. Tout n'est pas encore rose. J'ai des peurs, pas que sociales. J'ai peur de l'avion, je viens de refuser l'invitation pour un voyage avec des amis, parce que trop d'heures d'avion. Pourtant je l'ai déjà pris. Mais en ce moment, de ce côté là, c'est blocage complet. Je me dis malgré tout que je peux voyager autrement, moins loin, mais avec autant d'intérêt.

Bientôt, l'écriture va reprendre. Retrouver ses bonnes habitudes des lundis soirs une fois tous les 15 jours. Pas de gym encore, impossible vu ma santé. Peut être un peu de yoga, mais rien de sur encore. J'aimerais aussi chanter ou faire du dessin, ou les deux. Je suis trop gourmande de tout. De plus, je n'ai aucun talent dans ses disciplines, mais j'en rêve quand même, comme si j'avais tant perdu de temps avant.

Rattrapper le temps perdu, est ce possible, vu mon âge ?

Posté par melancolie85 à 10:03 - Commentaires [11] - Permalien [#]

31 août 2015

Qu'avons nous fait ?

Ce week end, j'ai laissé tomber une invitation pour la présentation d'un livre. Je n'ai pas vraiment laissé tomber, j'ai juste oublié. Je n'aurais sans doute pas été très à l'aise dans cet endroit. Samedi, nous voulions aller dans un lieu où se mêlent balade et spectacle, sauf que le spectacle est le dimanche seulement alors on ira une autre fois. A la place, sur sa proposition à lui, nous sommes allés en forêt. Il faisait une chaleur presque insupportable, nous avons pris le temps. J'ai fait des photos et j'ai marché en admirant les endroits. C'est à deux pas de chez moi, mais j'avais l'impression d'être loin, ailleurs, spectatrice de la nature si belle et si bienveillante pour nous remonter le moral. Quand on prend des photos, on est à l'affût des effets de couleurs, des reflets dans l'eau, de détails qu'on ne voit guère si on marche sportivement. Nous sommes rentrés tout transpirants de cette heureuse balade, et après nous étions invités chez les nouveaux voisins pour un apéro. Nous y sommes allés avec une autre voisine et nous avons pu rester dehors toute la soirée, avec la superbe lune comme invitée de dernière minute. Ce fut une soirée paisible, amusante, captivante et riche des savoirs des uns et des autres, avec de la bienveillance, et plein de petits trucs à grignoter et à boire sur la table. Je suis contente de mon voisinage, il fut un temps où entre voisins, nous nous ignorions complètement. Ce n'était pas ceux là.

Hier nous avions pique nique entre amis. C'était le deuxième de l'été pour nous deux, les autres ont plein d'occasions. Il n'est pas fan des pique niques. Mais nous avons passé une bonne journée dans un lieu très fréquenté justement pour les pique niques et les baignades, et les jeux. Je n'en revenais pas de tout ce monde. Pas de grande conversation, pas de prise de tête, juste manger et se laisser vivre. Les autres ont raconté leurs vacances. Ils ont aussi pesté sur leur feuille d'impôt. Une balade a fait la digestion et nous avons remis le couvert pour le soir. Nous sommes partis les derniers, il faisait quasiment noir. Pas sur qu'il y ait d'autre pique nique désormais. Nous n'en faisons pas en famille, aucune proposition de ce côté là. C'est pourtant ce qu'on voit le plus : des grandes tablées familiales. Pas pour nous.

Voilà, de quoi moins penser, de quoi avoir l'esprit distrait et continuer notre route.

Et vous qu'avez vous fait ?

DSCN2351

Posté par melancolie85 à 14:55 - Commentaires [10] - Permalien [#]


28 août 2015

je plane

C'est drôle, en ce moment, j'ai peu d'attente. Je sais que je vis une drôle de période, celle d'un deuil. Je ne me souviens plus trop comment j'avais vécu celui de mon père. C'était différent, j'étais enceinte et j'avais déjà deux enfants. Et puis surement qu'à ce moment là, quand ça n'allait pas, j'appelais ma mère ou ma soeur. J'avais 32 ans. Et puis il avait tellement réclamé de mourir. Quelques mois après mon troisième enfant était né et j'avais beaucoup à faire.

Pour ce deuil ce n'est pas pareil. Nous ne sommes plus que tous les deux à la maison. Je suis grand mère et je vois mon petit fils régulièrement.

Qui appeler pour parler de tout ça ? pas envie d'embêtter les gens.

Je suis entre deux eaux. Je ne suis pas complètement dépitée, mais je n'ai guère d'envie. Je me laisse vivre. Je fais le minimum. Je n'ai pas plus envie de sortir que ça. D'ailleurs je sors beaucoup moins vu que je n'ai plus ces visites à faire qui finalement me faisaient sortir de chez moi et croiser tant de regards : le sien, les autres. Je me couche assez tôt, car je me sens très vite fatiguée le soir. Je lis quelques pages du livre d'Alexandre Jollien : vivre sans pourquoi. Ce livre me va bien en ce moment. On dirait qu'il est un peu écrit pour moi.

Toutes ces attentes que l'on peut avoir, qui sont si fatiguantes : l'autre qui n'a pas fait ça, qui n'a pas dit ça, qui n'a pas pensé à moi.... etc etc etc

Et dire qu'on peut tout simplement vivre l'instant présent, sans se soucier de rien d'autre.

Et dire que ça fait si longtemps que je sais que c'est ce qu'il me faut.

Peut être est ce le début d'une vie différente.

 

Posté par melancolie85 à 15:17 - Commentaires [12] - Permalien [#]

26 août 2015

j'ai failli oublier

Le temps passant, ma mémoire me jouerait t elle des tours ? Avant, même si c'était noté nulle part, je me souvenais de mes rendez-vous, de mes obligations. Mon mari s'en offusquait car il disait que c'était risqué et que du coup, lui ne pouvait pas savoir vu que c'était marqué nulle part. Récemment, j'ai loupé un rendez vous chez le dentiste (en plus il était noté celui-là), un rendez vous chez le kiné (noté aussi), mais si je ne regarde pas mes petites notes, hein !

Hier en fin d'après midi, après une séance chez l'esthéticienne (et oui, je m'y colle une fois par mois, je ne me pose plus de questions, ils m'en ont fait trop voir ces poils autrefois), je me suis souvenue qu'il y avait réunion de rentrée le soir même. J'avais reçu l'invitation, mais je ne l'avais pas imprimée. Mon cerveau a rattrapé le coup (pas tout à fait "out" le cerveau). Donc je vérifie et c'est bien ça, il y a réunion. Je ne sais pas dans l'instant si j'ai très envie ou pas d'y aller. Mais elle est importante. Il y a vote du bureau. Et puis au moins, je ne chercherai pas de programme de télé pour le soir.....

Nous voilà réunis presque au complet. Nous rediscutons du programme de 1er trimestre. Beaucoup de thèmes avaient été soumis, il y a le choix. Le programme est fait, les dates sont calées. Pour le bureau, à force de discussion, chacun prend ou reprend sa place. Quelqu'un est parti l'an dernier, c'était ça le plus compliqué. L'une de nous a bien voulu reprendre le flambeau. Moi je garde le comptage des sous. Nous rions beaucoup à ces réunions de préparation, parce que chacun y va de sa petite histoire, parce que nous nous connaissons assez bien depuis le temps, et parce que à force de parler d'anxiété, nous faisons beaucoup de dérision. J'ai ri hier soir comme je n'avais pas ri depuis longtemps, et c'était bon. Je me suis dit que c'était donc encore possible.

En sortant, j'ai évoqué le fait que pour moi, cela manquait de piment. Que nous ressassions beaucoup les mêmes choses, les mêmes problèmes aux réunions, et que parfois je doutais. J'aimerais y voir entrer l'art. Déjà depuis quelques années, une fois dans le programme, nous faisons un atelier d'écriture, il y a peu de monde, mais ceux qui le font en sont très contents. Et pourquoi pas le théatre, le dessin, le chant, la danse ???? Tout cela est une autre histoire à faire et à écrire. Pour ma part, quand je vais mal, c'est vers là que je me tourne.

Alors je croise les doigts pour que ça évolue.

Posté par melancolie85 à 10:35 - Commentaires [6] - Permalien [#]

25 août 2015

A quoi j'aspire ?

A plus de sérénité, bien sur.

Non, c'est pas de ça qu'on parle. Aujourd'hui c'est une question pratique : avec quoi j'aspire moi, vu que mon bon vieil aspirateur a rendu l'âme ?

Dites moi TOUT sur vos aspis. SAC ou PAS DE SAC. Cher ou pas cher. Comment dénicher celui qui va me soulager moi et la femme de ménage ? Celui d'avant était lourd, tout en un, moteur, sac et tout et tout dans le balai, rien à traîner derrière, mais si lourd !

Lâchez vos aspirations sur les aspirateurs ici même. Et je ferai le tri.

Posté par melancolie85 à 18:52 - Commentaires [9] - Permalien [#]

23 août 2015

suite

Cette nuit, j'ai dormi. Mais ce matin au réveil, j'ai encore mal partout. Est ce à cause du rhume, ou à cause de la séance d'ostéo, il m'a bien prévenue que je serai k o un à deux jours ?

Hier soir, après un après midi à rien faire, j'ai proposé une petite balade à pieds histoire de me forcer un peu. Nous l'avons faite, lentement. Puis j'ai proposé une sortie en voiture pas très loin afin de pouvoir admirer un feu d'artifice. Certes, il aurait été préférable d'être sur place pour le voir, mais là je ne me sentais pas du tout avoir les jambes pour. Nous y sommes allés à l'heure annoncée, et sommes restés au bord d'une route pas très loin du site. D'autres aussi ont fait comme nous. Sans doute ne voulaient ils pas non plus être dans la foule ou peut être payer l'entrée ? C'était beau, j'étais contente de le voir.

Mais ce matin, je suis déçue de me sentir aussi mal. Du coup, l'homme est parti seul à cette fête sur deux jours, qui comprenait le feu d'artifice : une fête de notre métier mais nous n'y sommes pas du tout impliqués. Cela représente notre métier, mais par le biais d'un syndicat auquel nous ne sommes pas affiliés. Autrefois, mon mari y avait sa carte. Puis il a jugé que rien n'y était intéressant, que leurs idées n'étaient pas les siennes, que c'était magouille et compagnie. Aujourd'hui, nous n'avons pas d'étiquette syndicale. Nous voulons être libres. Il y est parti ce matin faire le tour des stands où il croisera sans doute des têtes connues. Il faut savoir être sociable, même si l'on se sent avoir des idées différentes. La plupart des gens y sont affiliés de génération en génération, sans trop se poser de questions, à cause de l'ambiance (bonne parfois, pour les fêtes par exemple) malheureusement beaucoup moins bonne parfois par les prises de décisions ou les manipulations....

Ne pas en faire partie n'est pas forcément la situation la plus sociable. C'est se mettre en marge et cela peut susciter des critiques. Mon homme a toujours été un peu en marge, dès l'enfance je pense, par ce qu'il a vécu. Il n'a pas envie de faire comme tout le monde pour leur plaire. Il y a un truc qui le caractérise : c'est qu'il ne lésine pas sur le travail, qu'il a toujours plein d'idées novatrices, et qu'il s'en fout de ne pas avoir que des amis. Une remarque également : la semaine, son téléphone sonne sans arrêt : cela va du simple coup de fil de travail au coup de fil de l'autre bout de la France pour prendre des renseignements sur comment il travaille, car untel a dit que ..... il pourrait l'aider. Le week end (hormis le travail), il reçoit beaucoup moins de coups de fil (voire aucun) car là il n'y a personne. Du coup, c'est plutôt moi qui gère comme je peux ou pas.

Posté par melancolie85 à 10:58 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 août 2015

Coup de mou

Je n'arrive pas à sortir de mon rhume, je n'ai vraiment rien fait en début de semaine. J'ai même passé du temps dans mon lit en journée. J'ai cédé ma place prise pour une petite rando nature, j'étais incapable d'y aller. Hier je me suis décidée à appeler un ostéopathe. Le remplaçant m'a proposé un rendez vous ce matin. J'y suis allée.

Apparemment, du côté des cervicales, c'était le vrai fouillis. Et aussi les trapèzes. Sans doute normal avec mes capsulites. Une bonne séance sur le crâne devrait m'aider à évacuer ce rhume. Pour le reste, je crois que je suis toujours en vrac, beaucoup trop stressée, avec toutes les conséquences sur le corps. D'ailleurs, les capsulites ne sont surement pas venues par hasard. Il dit que c'est plus long à guérir avec ce genre de tempérament.

Bref, je suis vidée, ko, pas d'énergie, pas d'envie. En revenant du rendez vous je me suis allongée. Puis j'ai déjeuné. Là je vous écris. Et après c'est sieste. Heureusement que ce week end, rien n'était prévu.

Et puis aussi, peut être que le corps relâche. Le décès de ma mère remonte a plus d'un mois maintenant. Peut être que j'accuse le coup maintenant. J'avoue ressentir le vide. Ne plus prendre la route pour aller la voir, ça fait vraiment bizarre.

Va vraiment falloir me ressaisir.

Pour l'instant, j'essaie de laisser passer et de ne pas culpabiliser, ce qui n'est pas si simple vis à vis de l'entourage.

Posté par melancolie85 à 14:20 - Commentaires [6] - Permalien [#]