15 août 2015

presque un mois

Bientôt un mois qu'elle est partie.... Je pense à elle presque tout le temps. Elle m'apparait. J'ai même l'impression d'être plus avec elle qu'avant qu'elle ne parte. Je cherche dans tous mes souvenirs sa trace, ses mots, ses cheveux, ses yeux. Je voudrais lui ressembler. Je lui ressemble déjà, mais je voudrais encore plus. Je n'ai pas son calme, je n'ai pas sa maîtrise. Je n'ai pas son humilité. Je n'ai pas sa foi.

J'ai souvent pensé que sa vie était détestable, mais qu'est ce que j'en sais ? Elle a manqué de confort, a connu cela à l'automne de sa vie. Elle a eu si peu de vie sociale après avoir épousé mon père. Je pense qu'avant elle avait été une petite fille plutôt obéissante, un peu timide, mais les photos de sa jeunesse la montrent très souriante. Elle n'est jamais allée travailler chez les autres comme la plupart des jeunes filles de l'époque. Pourquoi ? était elle préservée ? Sa mère avait elle même peut être souffert de cela et n'avait pas voulu que sa seule fille vive ce temps là ? Elle travaillait avec sa famille, au sein de la ferme.

Détestable pourquoi ? parce que mon père lui avait imposé une vie pas très confortable.

Mais qu'est ce qui me prouve qu'elle ne s'en était pas accommodée ?

Comment juger si les autres sont heureux ou pas ?

J'aimerais prendre le temps de retrouver les photos, j'en ai rapportées, j'ai rapporté aussi d'autres choses.

Tout est en sac, je n'ai pas encore ouvert.

Posté par melancolie85 à 09:33 - Commentaires [4] - Permalien [#]


12 août 2015

de doux souvenirs : la petite robe bleue

La perte de nos parents nous ramène en arrière et nous retrouve sans cesse des souvenirs enfouis.

Je ne me souviens pas du fait, mais je me souviens de la robe, qui hélas est disparue, sans doute donnée à une de mes cousines, c'est ce qui se passait la plupart du temps, quand le vêtement était devenu trop petit.

Je pense que c'est ma soeur qui m'avait raconté ça. Ma mère était à l'hopital, j'avais si peu d'habits. Mon père était allé m'acheter une robe, je pense que je n'étais pas avec lui. Elle était un peu grande au départ, bleue, à petites fleurs, et en nylon. Jusqu'à ce jour, mes robes étaient sans doute plutôt en coton. Cette robe avait surpris, je crois que ma mère ne l'avait pas trop aimée au début, justement parce qu'elle était en nylon. Je l'ai beaucoup portée, je m'en souviens, elle n'était pas salissante.

Ce qui me plait dans cette histoire, c'est que mon père avait pris soin de moi. C'était sans doute la première fois qu'il faisait un achat pareil.

Ah, cette petite robe bleue, comme j'aimerais la revoir, comme j'aimerais me revoir avec elle, si peu de photos et pas avec cette robe.

Comme elle était un peu grande, je l'ai beaucoup portée ! peut être que je l'ai usée ...

Posté par melancolie85 à 10:17 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

11 août 2015

laissez moi respirer !

Je n'aime pas être dépassée et pourtant je le suis. La paperasse s'amoncelle, le jardin déborde, et je vois trop de gens d'un coup. L'hiver prochain, ce sera bien différent. Quand je serai bien seule au coin de la cheminée, je rêverai d'été avec tous ces programmes.

Là, ils viennent cueillir parce qu'on le propose (tout discrètement) car justement on ne veut pas y passer tout son temps. Mais ils discutent aussi. Ah ils aiment discuter avant de retourner chez eux. Moi aussi d'habitude j'aime discuter mais là, je n'en peux plus.......

Et puis je suis retournée à une sépulture, la femme d'un cousin, l'aîné des cousins. Après que ma mère ait refermé le livre de cette génération, la génération (celle dont je fais partie) vient d'être endeuillée aussi. Quel temps nous reste t il ? Nous sommes allés seulement à la cérémonie, pas le courage de faire une visite. La défunte avait choisi presque les mêmes chants et lectures que nous, elle avait eu dans les mains la feuille que nous avions faite, ça lui avait plu, elle avait choisi et donné ses consignes, car elle savait qu'elle pouvait partir, et elle est partie. C'est émouvant, j'ai eu les yeux bien mouillés une fois de plus. Il y avait peu de famille, la plupart est en vacances.

Je n'arrive plus à faire ma promenade du soir. Cà n'a pas duré longtemps.

D'ailleurs je ne sais pas très bien à quoi j'arrive, encore un peu à vous écrire, parce que je me dis que peut être vous passez par là.

J'ai reçu un mail de quelqu'un qui me suivait sur ce blog. Un jour, comme je n'avais plus de nouvelle, je lui avais écrit. Elle me répond longtemps après et sa réponse est si touchante parce qu'elle est étonnée qu'on s'inquiète d'elle, elle pense n'intéresser personne.

Alors si mes écrits peuvent aider quelqu'un, si le fait de lui faire signe lui donne un peu d'élan, alors je suis contente, et tant pis pour le fait que je me sente dépassée, ça passera !

Posté par melancolie85 à 16:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 août 2015

vivre...

Nous sommes allés tous les 5 au concert de Liane, endroit sublime, petite cité de caractère, j'aime ces lieux, j'ai déjà envie d'y revenir car nous n'aurons pas le temps de visiter. Nous arrivons tôt pour bien nous situer, flâner un peu autour du lieu du concert, puis pique nique, et hop nous serons assis pas trop loin de la scène. C'est la troisième année que je participe à ce festival. Je trouve que les gens qui sont là sont un peu guindés, ce n'est pas le même public que celui de l'autre festival, je ne sais pas à quoi ça tient. Liane chante magnifiquement bien, ces musiciens sont super, les lumières ajoutent de la magie dans ce lieu, et puis elle a de l'humour, ça ne gâte rien. Nous en sortirons une heure et demie plus tard enchantés. Elle chante ses chansons et puis des reprises de Salvador, de Daho....

La nuit sera courte....

Et ce qui n'était pas prévu, c'est que notre fille nous sollicite pour une autre sortie le lendemain, donc hier soir. Elle cherche du monde pour l'accompagner à un autre festival sur la côte, spectacles de rue. J'hésite, j'hésite même beaucoup, je sens encore la fatigue de la veille. Et puis, en moi, quelque chose (ou quelqu'un ???) me dit vas y.... il ne faut pas trop se poser de questions.... IL FAUT VIVRE !

Nous nous décidons tous les deux, nous passons la prendre, et nous voilà partie pour quelques heures, nous ne verrons même pas la mer, car ça se passe côté bois. Un spectacle d'un homme avec un cheval, nous arrivons c'est la fin.... un spectacle d'acrobates déjantés très rigolos mais très pro..... de la danse, de la musique.... et une bonne barquette de porc caramel..... C'est court, mais c'est VIVANT !  Nous reprenons la route et nous sommes bien fatigués.

Aujourd'hui nous recevons un couple et demain nous pique niquerons.

Nous sommes vivants.

Posté par melancolie85 à 08:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 août 2015

ne pas sombrer....

Je n'ai pas de pèlerins, pas d'appel, pas de réservation. Peut être que ça s'arrêtera là pour cette année.

Depuis ma balade du soir avec la pèlerine, je suis retournée plusieurs soirs pour marcher et être en communion avec la nature. Le calme impressionnant du soir me fait le plus grand bien, j'aimerais bien aussi le partager avec d'autres, mais je voudrais qu'ils soient aussi pris par la beauté du lieu et ce qui s'en dégage, je ne voudrais pas bavasser tant et plus à ce moment là.

Hier soir je n'ai pas fait cette balade et elle m'a manquée. J'ai mal dormi cette nuit, je me suis réveillée et j'ai pensé à elle. J'ai pensé à tout ce temps que je lui avais consacré depuis onze ans. Peut être pas assez. J'ai pensé à cet endroit où j'allais, cela m'a permis de connaître l'univers des maisons de retraite, avec plein de choses à dire sur le fonctionnement, des choses plutôt négatives, mais aussi de belles choses avec leur partage, leurs fêtes, leurs sourires, les bénévoles qui font de leur mieux, c'est un réel univers qui commence déjà à me manquer. Que vais je faire de ce manque ?

Demain j'irai au concert de L. Foly, j'aime beaucoup cette chanteuse. Apparemment beaucoup ne la connaissent pas. Pourtant elle a eu de belles heures de gloire et ce n'est sans doute pas fini. Elle a une très belle voix jazzy. Le concert sera en plein air à presque une heure de chez nous. J'y vais avec mes amis de l'association, comme l'an dernier nous étions allés voir Maxime Leforestier.

Posté par melancolie85 à 11:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]


02 août 2015

un mois qui commence .....

Hier, nous avons finalement décidé de faire une visite au funerarium, avant d'aller faire nos courses. Depuis quelques mois, mon mari m'accompagne pour faire les courses, c'est vite fait à deux, je prends toujours les mêmes choses et à la caisse, c'est plus rapide aussi. C'est aussi une façon de croiser un peu de monde, ça ne lui fait pas de mal de le sortir de son milieu.

Je disais donc que nous avons fait une visite : j'ai été très émue de voir sa femme et ses filles très éplorées, je me suis sentie mal dès le début, heureusement je me suis assise. J'ai suggéré à l'épouse un temps pour elle un de ces jours à la maison, aux filles dit quelques mots  qu'elles ont  appréciés. Je sais comme cela compte d'être entouré et de recevoir des mots doux, des gestes, cela apaise, et dans ces moments là on en a besoin. Mon mari est allé à la sépulture, moi non, il y avait la foule.

Après les courses alimentaires, nous sommes passés dans un autre magasin, avons pris 2 chaises longues pour siester dehors et des boites pour du rangement. J'ai aussi jeté un coup d'oeil aux jolis tissus parce que je m'imagine reprendre ma machine à coudre, quand ? je ne sais pas.

L'après midi, nous avons reçu la pèlerine prévue. Très sympa et dynamique. Encore un beau partage. Une femme très vivante qui dit aimer les gens "vivants". Nous avons abordé beaucoup de sujets ensemble. Pour la première fois, j'ai osé lui proposer une balade après le repas, évidemment pour cela il ne fallait pas traîner à table, et comme l'homme voulait travailler encore après, nous avons mangé vite. Puis, nous sommes allées à pied là où il y a un peu d'histoire, des bâtiments anciens, ainsi qu'au bord de l'étang. Nous avons poursuivi en longeant l'étang et les pêcheurs. Il faisait un calme incroyable et la lune énorme reflètait majestueuse. Je me suis dit qu'elle avait bien fait de venir, la pèlerine, parce que sinon je n'aurais pas fait cette balade là, et elle était bien agréable cette promenade du soir. Il faisait noir quand nous sommes rentrées.

Ce matin, elle est partie. C'était encore une belle rencontre.

Posté par melancolie85 à 10:21 - Commentaires [8] - Permalien [#]

31 juillet 2015

Un été pas comme les autres ....

Non, ce ne sera pas un été comme les autres. Je n'ai plus à me soucier d'aller la voir, de m'inquiéter pour elle parce qu'il ferait trop chaud, parce que le personnel n'arrêterait pas de changer, parce que ceci ou cela, plus rien....

Je suis encore dans la brume, peu d'envies, peu d'énergie, peu de motivations....

Hier j'ai appris encore une triste nouvelle, un homme avec lequel j'ai été bénévole dans une association est mort brutalement. Je n'avais plus aucun contact avec lui mais je pense à sa famille. Je n'ai jamais compris pourquoi nous n'avions pas gardé de lien. J'étais secrétaire de l'association, j'ai toujours pensé qu'il ne m'appréciait pas, j'étais sans doute trop anxieuse à son goût et ça devait l'enquiquiner, alors que lui menait son rôle de président sans trop se tracasser. Toujours est il qu'une fois tout cela bazardé, on se disait à peine bonjour.

Hier soir, C. m'avait proposé une marche. Elle n'était pas là quand ma mère est partie. Je pense qu'à sa manière elle a voulu marquer l'évènement. Comme j'ai peu d'énergie, nous avons fait plutôt une promenade entre bois et étang, en discutant. Elle s'intéresse à beaucoup de choses que j'aime aussi, nous nous sommes connues à l'écriture. Elle est beaucoup plus jeune que moi mais cela ne semble pas du tout la gêner. Je pensais à une époque que les amitiés étaient du même âge, mais j'avais tout faux. J'ai apprécié qu'elle me tende la main. Beaucoup de ceux que je connais davantage ne se sont aucunement manifestés depuis le décès.

Je reviens aussi sur l'hébergement des marcheurs mercredi : la dame s'était annoncée et j'ai reçu un autre coup de fil le soir même, un autre marcheur me demande aussi l'hospitalité. Ils marchaient ensemble, s'étaient déjà rencontrés plus tôt sur le chemin, et se sont retrouvés. Comme finalement elle était partie vraiment à l'aventure, elle a beaucoup apprécié l'aide d'autres marcheurs. Nous avons passé ensemble un très bon moment, comme la plupart du temps. Autour de la table, nous avons parlé de nos vies le plus simplement du monde autour d'un repas très simple. Ceux ci étaient particulièrement attachants. Samedi, nous recevons à nouveau une femme seule.

Ma soeur est passée chercher les petites cartes. Elle n'avait pas mis les pieds ici depuis si longtemps. Mais malgré tout, cela reste fragile même si je n'ai plus aucun ressentiment. Je pense juste que nos chemins, nos aspirations, sont différents, malgré l'évènement.

Qu'est ce que je cherche maintenant dans la vie ? de l'amitié, l'amour je l'ai de mes très proches. Du beau à voir, du bon à entendre. Du serein. Du partage. Les bonnes personnes pour partager. Les bons chemins à prendre.

J'ai toujours peur de m'ennuyer.

Posté par melancolie85 à 10:11 - Commentaires [7] - Permalien [#]

29 juillet 2015

Ce jour mercredi

Hier soir nous nous sommes couchés très tôt, fatigués, très fatigués. Nous nous étions promis pourtant de regarder sur A r t e les documentaires sur les juifs et musulmans, sujet qui nous intéresse tous les deux car nous aimerions vraiment comprendre, et bien c'est la télé qui nous regardait au bout de 20 minutes.

La journée se passe tranquillement, j'ai du mal à me remettre à la tâche, je procrastine sérieusement..... Je vis, je ne me soucie pas trop du lendemain. On verra bien. S'annonce une pèlerine pour ce soir, une autre pour samedi, ça va me changer les idées.... Comment font elles pour marcher seules sur le chemin ? En serais je capable ? Ici les femmes ont peur de faire une toute petite marche autour de chez elles toutes seules, elles pensent qu'elles vont se faire attaquer, parce que c'est arrivé à une il y a quelque temps, mais le gars n'était sans doute pas vraiment net. Cà s'est bien terminé. Ces femmes là n'ont pas peur, et je n'entends pas dire que cela arrive sur le chemin de Compostelle.

Je pense à des sorties éventuelles que l'on pourrait faire, il y a des tas de beaux sites à visiter pas bien loin. En ai je le courage ? Avec qui ? Si je lui demande, il va se sentir obligé alors qu'il a autre chose à faire et qu'il a plaisir à faire.

La semaine prochaine, nous aurons le temps d'un soir un concert à 1 h de chez nous. Nous avons les billets. Peut être cela me suffira pour l'instant.

J'ai reçu les cartes de remerciement, c'est très vite fait par internet. Je les trouve jolies, avec ces petites fleurs sauvages, ma mère était sans doute un peu sauvage aussi. Elle est passée les chercher, elle n'en a rien dit. Ils sont passés tous les deux. Nous avons renoué, sans parler du passé, simplement par la force de l'évènement. Toutes mes rancoeurs sont disparues, je n'ai rien fait pour ça, ma mère a tout emporté. C'est mieux ainsi. Ce n'est pas pour autant que tout va revenir comme avant. C'est sans doute impossible. Nos vies sont désormais très différentes. Pas les mêmes attentes.

J'ai envie de poésie, de silence et de lumière, ou de gris,

Surtout de poésie, c'est ce qui peut nous sauver.

Posté par melancolie85 à 17:06 - Commentaires [5] - Permalien [#]

28 juillet 2015

Quand même le ciel devient triste !

Il est poétique ce ciel devenu gris, il me va bien, je n'aime pas beaucoup les grandes chaleurs, j'aime quand il fait juste chaud comme il faut. L'autre jour, au cimetière, ça nous tapait dur sur la tête à l'heure de midi. Et puis depuis quelques jours, le ciel aussi est devenu triste.

Et moi ? moi je me traîne, je ne suis pas très motivée au travail. Certains matins, je me lève très tôt, comme jamais, du genre 6 h. D'autres beaucoup plus tard. Je vais volontiers me coucher le soir et je m'endors très vite avec un sommeil bien lourd. Je n'ai guère de sensations, je me sens linéaire, ni trop, ni moins, je vis, c'est tout. Peu d'aspiration non plus. Les autres sont partis en vacances, ou partent, je m'en fous. Je n'ai pas envie de foule. Je me sens plutôt bien seule.

Quelques personnes m'ont fait signe depuis la sépulture, très peu. C'est pourtant là qu'on a besoin. Une de mes voisines qui a gentiment fait le déplacement pour un dernier hommage m'a fait promettre d'aller la voir quand j'aurai un coup de blues. Cà venait de son coeur et j'ai beaucoup aimé. Elle m'a dit que les gens ne pensent jamais (ou bien on va dire pas souvent) à soutenir avant et après l'évènement. Pourtant cette personne n'est pas de mon entourage immédiat mais j'ai bien entendu et j'irai, ce n'est pas loin, je peux même aller à pied.

J'ai reçu deux cartes de condoléances, c'est tout. C'est vrai qu'aujourd'hui avec les mails et les réseaux sociaux, ça ne fonctionne plus comme avant. J'avais beaucoup alerté mes proches par ces moyens là, je ne savais pas trop si je devais le faire. Il y avait eu l'annonce dans le journal mais tout le monde ne lit pas le journal. Alors j'ai osé les sms, les mails, et F.B.  Je l'ai fait le plus délicatement possible. Comme ça fait du bien de recevoir aussitôt des mots chaleureux.

Ma soeur a récupéré la plupart des vêtements, on avait proposé à la maison de retraite de les garder pour d'autres résidents, le personnel nous a dit qu'ils n'acceptaient plus cela. J'ai eu l'idée d'appeler une personne dont la maman est résidente. Je ne connaissais même pas son nom car c'est en nous promenant chacune avec notre mère que nous pouvions échanger, je sais qu'elle était très gentille avec ma mère. J'ai eu ses coordonnées et ai osé l'appeler pour lui proposer. Elle a accepté de passer voir.

Je ne ferai plus ce chemin si parcouru pour aller la voir, non je ne le ferai plus pour elle. Je pourrais éventuellement le faire pour d'autres personnes, je ne sais pas encore, je n'ai pas décidé.

Tiens ! le ciel pleure et moi aussi.

Posté par melancolie85 à 17:55 - Commentaires [5] - Permalien [#]

26 juillet 2015

Une semaine déjà !

C'est dimanche dernier qu'elle est passée de l'autre côté. Le coup de fil tant redouté est arrivé. J'avais pensé le scénario tant de fois que je ne m'y attendais plus. On s'était habitué à ses hauts et ses bas, et elle bataillait tellement. Mais là, c'était l'ultime bataille, elle n'en est pas revenue, elle a lâché son dernier souffle avec le personnel soignant, ils voulaient nous appeler, ils n'ont pas eu le temps.

Après le coup de fil, nous sommes partis là bas, et je l'ai vue, belle, reposée. Puis tout s'est emballé, les pompes funèbres, les paperasseries.....  nous ne l'avons pas revue avant le lendemain matin. Elle était différente, l'expression du visage m'était devenue étrangère, heureusement nous avions mis une photo sur la petite table et c'est vers la photo que je me suis souvent tournée. Elle était déjà partie.

Deux jours se sont succédés avec des visites et des échanges, la préparation de la cérémonie, tout cela est si fatiguant. Ici, les gens se déplacent beaucoup pour faire une dernière visite, certains passent très discrètement, tandis que d'autres s'installent et discutent car ils sont bien contents de retrouver des personnes qu'ils n'ont pas vues depuis longtemps, et ça finit même par faire un peu de bruit dans ce salon funéraire.

La cérémonie fut très belle, faite par un laïc, à défaut d'un curé parti en vacances,  je crois bien que je préférais. La chorale a bien chanté et l'homme a bien parlé. C'était l'hommage qu'il lui fallait. Une petite assemblée nous entourait, on aurait pu imaginer même beaucoup moins de monde vu le peu de vie sociale de ma mère.

Ensuite, nous sommes partis en procession au cimetière et ce fut le dernier adieu. Après, comme cela se passe maintenant, les proches pouvaient se réunir pour échanger et boire un café, ou un verre de vin. Nous, la famille proche, nous sommes même restés déjeuner dans ce petit restaurant. Et puis nous sommes rentrés, fatigués, moulus.

Depuis, nous avons du aller déménager la petite chambre, faire du tri, récupérer ce que l'on souhaitait.

Nous étions dans le mouvement, il reste encore des paperasses à envoyer, aussi les cartes.

Je me surprends à prendre tout cela du bon côté, comprenant qu'elle ne pouvait plus supporter autant de souffrance.

Maintenant, elle est là, en moi, tout le temps.

 

Posté par melancolie85 à 17:58 - Commentaires [4] - Permalien [#]