10 juin 2017

un petit JUIN ?

Oh ! faudrait pas oublier JUIN.

Allez 5 lettres .... On écrit, on doit sentir qu'on est en JUIN ...

Qui commence ?

 

résultat :

J et d'eau fraîche sur la chaude margelle
U n chant d'hirondelle dans le ciel
I vresse des sens je m’allonge dans l'herbe tendre
N oyée de soleil et d'amour

 

Merci à Hyoutoko, Suzame et Celestine .....

 

Posté par melancolie85 à 09:53 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


08 juin 2017

des news

J'ai mis un peu de temps après cette dernière crise à me remettre d'aplomb. Toujours à penser que ça allait recommencer. Pour l'instant, les calculs se tiennent tranquilles. Je reste bien sage. J'ai envie d'essayer le magnétisme. Certains y croient, d'autres non. Tout cela est si mystérieux. Je ne vous cache pas que j'ai demandé de l'aide par message à quelqu'un qui pratique je ne sais trop quoi. Il m'a vite répondu que son amie allait me faire une séance de reiki à distance. Elle l'a fait plusieurs fois, aux deux crises. Et bien, à ces moments là, j'ai été soulagée !

Hier, j'ai réussi à aller à la sépulture de mon cousin (mari de ma cousine). Elle avait annoncé lors de la cousinade que la fin était proche. Mon mari très occupé, j'y suis allée seule, et là bas j'ai retrouvé mes cousins. La cérémonie en ville n'est vraiment pas la même qu'à la campagne. Beaucoup moins de monde. On arrive à l'heure et on a bien au moins cinq places chacun. Le prêtre a trouvé les mots et j'ai pensé qu'ils étaient d'un grand réconfort. Ma cousine n'était pas effondrée, je la pensais plutôt soulagée car voir quelqu'un se dégrader autant depuis tant d'années, ça devient insupportable. J'ai été touchée d'entendre mes cousines me dire à quel point j'avais bien fait d'organiser il y a bientôt dix ans la première cousinade qui se perpétue maintenant.

J'ai un bureau plein à craquer. Faut que je me booste ! Le soir, je suis ko, je n'ai même plus trop envie de regarder la télé, ça me fait ça à la belle saison. J'ai plutôt envie de lire. Hier soir j'étais seule, je suis allée au lit de bonne heure et j'ai pu lire plus de 10 pages du livre de Delphine de Vigan "D'après une histoire vraie". J'ai eu du mal au début et maintenant l'intrigue devient intéressante et j'ai envie de connaître la suite. Je suis incapable de dévorer un livre d'un seul trait. J'en connais qui le font. Non, moi je mets un temps fou à lire un livre. J'avais beaucoup aimé son livre "rien ne s'oppose à la nuit". J'aime son écriture, j'aime ses interrogations, hier soir, dans ce que je lisais, je me reconnaissais.

 

 

Posté par melancolie85 à 15:11 - Commentaires [6] - Permalien [#]

04 juin 2017

Récidive

Ce mal de dos n'était pas normal. Il arriva après une dure journée où pour une fois j'étais sur le terrain et fière d'y être. Aussi, le soir arrivant, ça pouvait être normal d'avoir mal au dos. Oui mais c'était uniquement d'un côté et pas de l'autre. Impossible de trouver une position pour rester tranquille. La nouvelle crise était là. Peut être que le travail effectué a favorisé la crise ? Nous avons appelé le numero de service de garde, attendu longuement qu'on nous indique quelque chose, puis nous sommes partis en voiture jusqu'à un cabinet médical à 30 mn de chez nous, je ne vous décris l'état dans lequel j'étais. Là bas, disant au docteur que j'avais déjà pris tous les medicaments pour la crise, elle hésite à me donner de la morphine car il faut de la surveillance après. Elle est sympa, elle m'en met un peu en sous cutané.... Elle nous dit de rejoindre un service d'urgences car il faut que je sois sous contrôle. Nous partons pour les urgences, pas celles de la dernière crise, un service dans une petite ville où on m'a dit que c'était moins la bousculade. Nous y arrivons, la morphine a déjà fait effet et j'ai beaucoup moins mal. On attend 5 mn, déjà ils m'installent : perfusion, prise de sang, analyse d'urine, hydratation, questions diverses et variées. Puis une radio. Jusque là j'étais dans une salle, seule, et on y a réduit la lumière. Plus tard, mon mari est parti, on m'installe dans une chambre et la douleur revient, on met quelque chose dans la perfusion. Puis je vais réussir à me calmer et à presque dormir jusqu'au matin. Je reste à jeun. Le médecin passe et me propose de partir. J'appelle mon mari, nous rentrons et je vomis en arrivant. J'ai encore un traitement. Les calculs sont toujours là et m'embêtent sérieusement. Je dois consulter un urologue.

Je suis fatiguée, nous annulons la sortie prévue. Un anniversaire d'ami où nous devions rester dormir.

C'est la pouasse ....

Jusqu'à quand ?

Posté par melancolie85 à 19:15 - Commentaires [8] - Permalien [#]

31 mai 2017

dans le vent

Hier soir j'ai pris mon velo pour aller porter des invitations banales autour de chez moi. Ce vélo qui passe sa vie dans le garage.... J'ai eu envie de filer dans le vent. Les épaules sont redevenues plus fortes, le temps est beau. Je ne savais plus le faire fonctionner, il a l'assistance électrique. C'était un cadeau des Noel passés, justement par rapport à mes ennuis d'épaule. On m'a réexpliqué. Et là c'était génial. On pédale, on pédale mais ça force beaucoup moins et je peux régler l'aide, plus ou moins, selon ma forme, selon l'endroit, selon le dénivelé... Magique !

Je me suis crue petite fille sur le petit vélo bleu de ma soeur, ou sur le grand gris de ma mère, cheveux au vent, libre comme l'air. J'ai eu un peu mal aux cuisses, ça fait si longtemps que je n'avais pas pédalé....

J'aimerais en faire plus souvent mais où aller ? je ne veux pas circuler sur les routes importantes, non il me faut trouver des parcours à petites routes.

A cette impression de jeunesse retrouvée, c'est revigorant. Oui, je sais, je sais, ce n'est qu'une illusion....

Posté par melancolie85 à 18:45 - Commentaires [6] - Permalien [#]

29 mai 2017

des mots

J'ai regardé passer le temps,

de nuage en nuage, de bleu en blanc,

de blanc en gris, jusqu'à la pluie,

jusqu'à la nuit, brune,

sans lune, aucune

 

Posté par melancolie85 à 10:31 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


27 mai 2017

du calme..

Tandis qu'ils sont nombreux sur les routes, sur les plages, au soleil ou à l'ombre, tandis qu'ils ont largué jardins et maisons, enfants, grand mères et grand pères, chiens, boulot, métro, dodo, nous sommes restés chez nous. Pas complètement mais au moins deux bonnes journées qui me font un bien fou. Aucune contrainte, aucune obligation. Je savoure, d'ailleurs comme cela je peux vous écrire ce post.

Jeudi, nous étions au restaurant entre cousins (les miens), c'est pas qu'on a grand chose à se dire, mais on est ensemble et à moi, ça me fait du bien. Je suppose que s'ils viennent, ça leur fait pareil, mais trop de pudeur pour se dire cela.Certains ne viennent jamais, d'autres de temps à autre. On était un peu moins qu'il y a deux ans. Les cousines ont tardé à mettre la journée en route, sans doute quelques uns ont prévu autre chose ne voyant rien venir. Pourtant, c'est tous les 2 ans à la même date. Elles ne voulaient rien faire, alors elles ont demandé si le restaurant ça nous allait. Mais bien sur que ça nous va, à notre âge. J'avais moi même initié cette cousinade en 2009, j'avais loué une salle, préparé l'entrée, commandé un plat chaud et un dessert. Et je leur avais parlé généalogie. On avait chanté. C'était plus festif. Depuis, on se retrouve sobrement autour d'un repas, selon ceux qui sont aux commandes. Nous étions au bord de la rivière, nous avons pu faire une jolie balade, tandis que d'autres ont joué.

Hier, j'avais mon petit fils en garde, c'était super, il est joueur et rit de bon coeur, c'est bon pour le moral.

Aujourd'hui grand calme pour moi, ça ne m'empêche pas de m'affairer aux lessives, etc. Mais pas de téléphone qui sonne, pas de salariés, du calme, enfin du calme.

Demain, ce sera repas de Communion dans ma belle famille, celle d'un neveu. Ah, ces repas de communion, ça me mettait dans tous mes états quand c'était chez moi. Ouf, je n'ai plus ces tracas.

Je dois aimer la slow life, moi .....

 

Posté par melancolie85 à 16:41 - Commentaires [6] - Permalien [#]

24 mai 2017

M A I on est en retard !

Alors, alors, on a rien écrit sur MAI ?

Allez trois vers, c'est pas grand chose,   enfin trois vers, trois vers,  ça suffira   car après bonjour les dégâts :

Qui s'y colle ? je ne commence même pas. Je dirais même que des fois que ça se bousculerait au portillon, ce qui changerait bien de l'ordinaire, on pourrait en faire plusieurs ....

M

A

I

 

Voilà le résultat :

M atin embrumé
A ube aux dix mille parfums
I dylle printemps

de Hyoutoko

M ille lueurs d'une
A ube naissante
I lluminent notre printemps

de Agnès

M erveilleuse lumière
A grémente nos jours
I nvite à la prière

de Manoudanslaforet

 

M erci, merci,

A vec vous on ne s'ennuie jamais

I l est si doux d'écrire de jolis vers

de Mel

 

Posté par melancolie85 à 15:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

23 mai 2017

Quelques nouvelles.....

Hé, mais ça fait longtemps que je ne suis pas venue par ici. Non faux, je viens de temps à autre voir si ça cogne à la porte. Et puis je repars sans rien dire, sans inspiration.

Depuis le 8, il y a eu mon anniversaire fêté simplement avec quelques voisines et amies le jour même, et le lendemain avec ma petite famille à la pizzeria (bof pas terrible, on n'y retournera pas, la fille s'est gourée à 3 reprises dans nos commandes en plus). Et oui encore un an de plus.

Il y a eu ce bel atelier d'écriture d'un samedi entier dans la mega grande ville de presque à côté. Une ville d'eau, c'était le thème. Ah j'ai aimé la ville, pour une fois. Vue de cette façon, sans faire les magasins, juste pour le plaisir de découvrir et d'écrire, à 5 personnes. Pique niquer en plein coeur de ville, rire.... )  prendre le transport en commun que je n'avais jamais pris, quelle aventure ! il y a eu quelques couacs dans notre périple avec A. pour arriver là où on devait arriver, mais finalement ça s'est fait. Et même que je dirais "à refaire".

La semaine dernière, c'était beaucoup moins bien. En fin d'après midi, je suis atterrie aux urgences pour coliques néphrétiques. Il y avait longtemps que je n'avais pas été embêttée avec ça. Et paf ! c'est revenu. Je suis restée jusqu'au lendemain soir, avec des douleurs affreuses calmées par la morphine. Après diverses radios et scanner, ils n'ont rien trouvé de grave qui demandaient hospitalisation. Aussi je suis repartie avec panoplie de médicaments. Je ne suis pas encore en pleine forme, ça vous vide ce genre de truc.

Aussi je mène une petite vie depuis, un peu comme d'habitude, mais en encore plus petit.

J'espère que vous allez bien.

            

Posté par melancolie85 à 21:54 - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 mai 2017

Nous sommes tous pèlerins

J'ai déjà reçu 3 pèlerins depuis avril, j'en attends un cet après midi. Pour l'instant ce sont des marcheurs solitaires. Parmi eux, une seule femme. Helas, ce ne fut pas la meilleure rencontre. Du genre à donner des leçons. A me balancer toute sa vie, et toutes ses agressions en 5 minutes. Il n'en faudrait pas trop des comme ça pour que j'arrête.... Tolérance oblige ! ce fut le cas le plus éprouvant. J'en ai été très fatiguée.

Je me suis dit que, marcheurs ou pas, nous sommes tous en chemin. Que cherchent ces gens ? Une solution, une idée, de la paix, de l'occupation, de la clarté, de l'éloignement, de la convivialité, du paysage, de la fatigue, un but, un défi ...... Tout et son contraire.

Nous sommes en marche, oui le chemin on va le faire.

Je suis heureuse que la vampire n'ait pas gagné, si heureuse ! J'ai vu tant de gens s'engoufrer là dedans, tête baissée. Je sais profondément que ce n'était pas le bon chemin.

J'ai très envie de croire en la jeunesse... et qu'on soit en marche, comme nos randonneurs qui cherchent le bon chemin.

Il ne sera pas parfait, qui oserait se dire parfait ?

Pourquoi ne pas avoir l'espoir ?

L'espoir fait vivre.

 

Posté par melancolie85 à 09:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]

01 mai 2017

Gris

Oui le week end est gris, même si de temps à autre le soleil pointe le bout de son nez.

Dimanche, nous avions été invités puis décommandés pour raison de santé de la part de nos hôtes. Cà a fini de m'assombrir.

Déjà vendredi, je n'ai pas aimé la réunion de notre association. Ce soir là il n'y avait pas de thème comme c'est prévu dans le planning, ce qui laisse la parole libre... Helas, l'animateur a cru bon d'arriver avec de la matière et a de suite imposé ses dires. C'est bizarre comme je me suis sentie privée de liberté. Certes, vu le but de l'association, nous tournons toujours autour des mêmes sujets. Mais là c'en était trop. J'aurais aimé quelque chose de plus positif, et ne pas ressasser le sujet des tocs. On en a déjà tant parlé. Je n'ai même pas réussi à reparler de mon père. Finalement, si j'adhère à ce groupe, c'est certainement à cause de ses tocs qui m'ont fouttu la honte toute ma vie. La honte, il en a parlé l'animateur. Sujet galvaudé. Bien sur qu'avoir honte si puissamment étant petit, ça laisse des traces. Je n'avais pas besoin de ça vendredi soir. J'étais déjà en baisse de moral. J'aurais du partir.... impossible, collée à ma chaise, le coeur battant à toute allure, ayant envie de crier et de taire à la fois cette douleur. Le passé qui remonte en quelques secondes.... Se faire du mal.... alors que logiquement c'est fait pour faire du bien.

Depuis j'ai mal partout, des crispations sans doute. Et le moral éteint.

Dimanche, si j'avais vu ces gens que j'aime beaucoup, ça m'aurait sans doute changé les idées. Helas, rien n'est allé dans mon sens.

Et là, je n'ai envie de rien. Même pas d'un brin de muguet.

 

Posté par melancolie85 à 12:21 - Commentaires [9] - Permalien [#]