16 août 2017

L'été sent bon chez nous

Déjà mi aout.... Bientôt on parlera plutôt d'automne, voire vite de Noel et de ses fastes. Pourtant je voudrais bien garder l'été encore un peu. Je suis loin d'avoir fait tout ce qu'il me fallait faire pour passer un bel été. Aller ici ou là. Visiter untel. Ranger cet endroit. Marcher. Découvrir. Ecrire. Farnienter. Comme d'habitude, je n'en ai pas fait la moitié.

Samedi nous sommes allés à la sépulture de la mère d'une amie à 3 heures de route de chez nous. Parfois, on pense qu'il le faut, alors qu'on n'est pas du genre à faire tous les enterrements. Cette amie compte dans notre vie. Il nous fallait y être. C'est tout. C'est avec un autre couple que nous avons fait la route et puis après la cérémonie, nous sommes allés au cimetière, et puis on nous a conviés à déjeuner avec la famille. Voilà, c'est simple parfois. Juste être là pour le grand départ d'un être très cher à quelqu'un.

Dimanche, j'ai reçu quelques personnes de ma famille au goûter. Ce n'est jamais comme j'aimerais. Je sors frustrée de ce moment. Je dois l'accepter. Au soir, nous recevions une pèlerine. C'est beaucoup plus simple. C'est comme l'amie que j'aimerais tellement avoir. Sauf qu'elle ne reste qu'une nuit. Je suis sure que j'aurais eu beaucoup à partager avec cette femme.

Lundi soir, avec une amie, je suis allée voir un petit concert de musiciens rigolos. Un peu trop de monde connu quand j'y arrive, je me trouve une place pas très en vue pour éviter tous les yeux. Un petit reste de phobie sociale, sans doute. Le spectacle est superbe.

Hier, nous n'avons rien de spécial. Nous en profitons pour travailler au bureau à deux, pas de coup de fil, pas d'allée-venue. Ouf, on peut se concenter sur quelques travaux qui restaient à faire depuis un moment. Et pour finir la journée, une petite marche dans un endroit que nous ne connaissons pas, dans une commune voisine. A peine arrivés, nous croisons un couple que nous connaissons. 15 mn à parler. Puis la mini-rando dans un cadre charmant, où je me promets de revenir, marcher et faire des photos, quand j'aurais racheter un appareil.

Pendant ce temps là, ça sent la menthe qui sèche au séchoir. Nouvelle production de cette année. Je n'ai jamais senti rien d'aussi bon jusqu'à présent. Les effluves sont partout et c'est bien agréable.

Pour autant tout ce travail ne nous laisse pas beaucoup le temps de voyager. Mais c'est ainsi depuis tant d'années.

Il va y avoir les cueillettes, je vais voir plus de monde. En ai je vraiment envie ?

J'ai plutôt envie de poésie.

Posté par melancolie85 à 10:36 - Commentaires [4] - Permalien [#]


15 août 2017

Q U I N Z E

Puisque vous aimez bien, si en milieu de mois on s'en refaisait un ... avec QUINZE évidemment ?

Je démarre ....

 

Qu'elle est belle la vie quand on la dompte un peu

Résultat :

Qu elle est belle la vie quand on la dompte un peu
Unique et merveilleuse sachons la transcender
Illuminons notre chemin caillouteux
Nions le pessimisme et ses gris inquiétants
Zappons de notre esprit toute pensée morose
Et courons rattraper les rêves qui habitent notre sommeil

 

Posté par melancolie85 à 10:38 - Commentaires [6] - Permalien [#]

10 août 2017

A O U T

On lui fait sa fête à lui aussi ?

Allez 4 vers ça devrait pas être trop difficile ..... Je commence  (la rime sera en  "agne"  pour les 4 vers)

A érez bien vos têtes à la mer ou à la montagne

 

Résultat :

 

           A érez bien vos têtes à la mer ou à la montagne 
         O u alors testez le séjour à la campagne 
         U n ciel bleu et des plages en Bretagne 
         T out près de l'eau, n'oubliez pas d'ôter votre pagne

 

Merci aux participants .....

Posté par melancolie85 à 18:35 - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 août 2017

Belles rencontres

J'ai parlé dans le dernier post d'une bonne soirée chez une amie. D'autres invités étaient déjà là. Nous arrivions à 5. Nous avons salué les gens et j'ai trouvé une chaise libre auprès de gens parfaitement inconnus pour moi alors que mes amies se sont installées à l'autre bout ensemble. Cette chaise était surement là pour moi. Une fois assise, j'ai craint ne pas être à mon aise pour la discussion. Et de fil en aiguille, d'où êtes vous ? Que faites vous dans la vie ? Qu'est ce qui vous relie à M. ? Puis avec tous les morceaux, on commence à situer la personne. On connaît l'amie de son fils, qui est une grande copine du nôtre. On connaît les parents de celle ci. Alors on trouve plein de choses à se dire, car ces gens là sont en grand voyage en ce moment pour justement aller voir leurs enfants. Le Monsieur d'à côté est tout aussi charmant, il fait le même métier que nous. Et de parole en parole, on se dit d'où l'on vient. La dame près de moi a passé son enfance au bord de la même rivière que la mienne..... située sur une commune voisine de la mienne. Et le monsieur à ma gauche exploite des terres où passe cette même rivière.....

Fabuleux ! la rivière de mon enfance était parmi nous ce soir-là.

J'ai déclaré que l'an prochain ce serait bien de faire ensemble la randonnée organisée au bord de celle ci. Et ils ont semblé d'accord avec un élan particulier.

Posté par melancolie85 à 11:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 août 2017

suite de l'été

J'aimerais écrire un post qui ne relate pas la chronologie des faits, parfois quelques bribes arrivent dans ma tête. Et puis quand j'arrive là, je ne peux m'empêcher de reprendre en ordre le temps qui est passé. Je me demande toujours pourquoi ce besoin de relater en ordre ? Parce qu'un jour peut être je viendrai lire ici, si c'est encore possible, parce que ma mère n'avait pas de blog mais qu'elle avait commencé à noter quelques trucs, pas des textes, des noms, des adresses ici ou là, des numeros ou seulement des pense bêtes. Alors je viens soulager ma mémoire.

En parlant de ma mère, il y a eu le deuxième anniversaire de son décès. Comme je suis partie à Lyon, ça ne m'a pas pris tout mon espace. Bien sur, les images reviennent. Un de ces derniers dimanches, il y avait une messe pour elle que j'avais demandée. Puis, également sur ma demande, nous sommes allés pique niquer ensemble, nous quatre. J'ai porté une fleur au cimetière. Les rituels servent à alléger la douleur. Nous avons dans la soirée fait une rando dans sa commune d'origine, au bord de l'eau. C'était chouette. N'empêche qu'elle me manque tout le temps, son petit sourire jamais trop déployé, ses yeux doux, ces mots qu'elle n'osait dire ....

Il y a eu aussi cette virée avec nos amis et un couple d'amis de nos amis pour honorer un gage lors d'une fête. Nous les avons emmenés au bord de la mer, pour un pique nique et on a beaucoup joué aux boules, c'était bien, et plein de sympathie.

Ce dernier week end, une amie qui venait d'avoir son deuxième petit enfant nous a conviés en dernière minute pour fêter ça et aussi son anniversaire. Nous y sommes allés avec la petite équipe habituelle. Arrivés là bas, il y avait aussi d'autres personnes de son entourage que nous ne connaissions pas. Et cette soirée fut un bonheur, apéro dinatoire, conversations à tout va, rires, et chanson. Je suis sure qu'on les reverra, surement à une fête prochaine.

Dimanche, nous étions aussi invités chez une amie d'écriture. Elle a changé de lieu de vie avec son mari et cela faisait un an que nous ne nous étions pas vus. Tout s'est très bien passé, bien déjeuné, et conversé.

Je pense que depuis que je ne me lamente plus au sujet des invitations, sujet qui m'a beaucoup occupé, tout se passe mieux, légèreté !

Voilà l'été passe, je n'aurai pas eu de longues vacances, juste des petits bouts, mais ce n'est pas si mal.

Entre temps, j'ai toujours autant d'occupations. Le jardin, le bureau, les pèlerins, le petit....

Parfois je me surprends à penser : oh non, je n'ai pas envie de sortir... je suis trop bien ici !

J'ai oublié : deux jours la semaine dernière, des petites vacances quoi ! sur un festival d'arts de la rue, à une heure de chez nous, avec les filles de ma famille, et une amie. Un bémol : nous avons du aller à l'hotel la première nuit car un coup de fil nous a alerté que la maison prévue n'était pas libre. Pour la deuxième nuit, elle était libre. Toujours se méfier des maisons prêtées par les amis des amis.

Posté par melancolie85 à 18:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]


26 juillet 2017

Quelques jours en vadrouille ...

Ce n'était pas trop prévu, mais il a dit : ce serait bien d'être là bas à l'arrivée. Je n'y ai pas cru au début et puis les choses se sont mises en place. Enfin le jour de départ. C'est en route que j'ai réservé. Et puis nous n'avions pas prévenu l'intéressé. Mais comme ce n'est plus trop le genre à surprise, j'ai envoyé quelques photos et sms le long du parcours afin qu'il comprenne. Il a mis un peu de temps à piger qu'on était sur la route pour aller là bas.

C'est long l'autoroute .... En arrivant, comme on avait le programme, on a pensé aller à l'animation prévue dans une petite ville à côté de Lyon, mais on a su que cette animation avait été annulée. Nous avons quand même visité Trévoux. Joli endroit. Peu de monde le soir dans les rues. Une visite dans les vieilles ruelles. Un petit restau dans une rue d'escaliers au bord de la Saone. Endroit totalement inconnu pour nous.

Grâce au gps nous nous sommes rendus sans difficulté à l'hotel en pleine ville de Lyon. Euh nous et la ville, ça fait deux.

Hotel correct sans restaurant mais avec parking (un peu cher mais on était tranquille pour la voiture qui est restée bien garée jusqu'au départ). Chambre  studio mais pour 3 nuits nous ne cuisinerons pas sur place.

Premier matin, nous n'avons qu'une idée en tête : trouver l'endroit où arrive le rallye. Nous irons à pied au bord du Rhone. On attend sagement et ils arrivent, et il y a les officiels. Nous discutons avec les uns et les autres, tout en restant discrets. Puis nous les quittons, ils resteront encore entre eux jusqu'au lendemain. Nous partons immédiatement pour le Vieux Lyon, l'après midi nous réservons une visite guidée. J'adore ça. Nous connaissons maintenant les traboules. Le lendemain, nous visiterons Notre Dame de Fourviere et le grand Parc de la Tête d'Or.

Nous repartons le dimanche matin. J'ai très mal aux pieds, j'ai marché en sandales, et ce n'est pas l'idéal. Mais comme il faisait chaud, je ne me suis pas posée de questions. Les après midis étaient orageux.

Seul bémol : nous avons perdu notre appareil photo. Avec la fatigue, je pense qu'on l'a posé quelque part et oublié de le reprendre.

J'ai fait quelques recherches, mais infructueuses. J'ai eu du mal à digérer ça.

Mais c'était bien quand même.

Posté par melancolie85 à 11:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 juillet 2017

Non non, je ne suis pas partie

J'ai fait un peu silence, ça ne fait pas de mal. Aujourd'hui je n'ai rien de particulier, c'est pourtant le 14 juillet. Pas de fanfare, pas de feu d'artifice. Sauf si jamais ce soir .... rien d'affirmatif.

Je vis au jour le jour. Il y a les pèlerins qui passent, quatre personnes cette semaine. Tout d'abord un couple d'australiens super sympas. Beaucoup d'échanges même si à cause du monsieur qui ne parlait qu'anglais c'était un peu compliqué mais son épouse a fait l'interprète. Deux amies la nuit dernière bien fatiguées de leur étape. Et il y a ces comptes à finir au plus vite. Et les récoltes au jardin. Et le petit à garder de temps en temps. Et les passages des gens en vacances. Du coup, je les reçois plutôt à midi quand je peux. Un repas tout simple et ça ne traine pas trop car "certains" doivent reprendre leur tâche. Sinon le soir on ne s'en sortirait pas.... J'ai assez des pèlerins et maintenant je n'ai pas peur de dire qu'on n'aime pas trop traîner. 22 h 30  hop là au lit.... Ils ont besoin de se reposer. Et nous aussi.

Et puis je suis mon grand sur les routes de France avec son drôle de vélo. C'est captivant. Quel piment dans ma petite vie toute ordinaire ! Comme il n'y a plus chorale et écriture, je me réfugie dans la géographie grâce à ce périple très intéressant et innovant, du solaire, rien que du solaire.

Le week end dernier, nous étions invités le dimanche chez des nouveaux amis que nous apprécions beaucoup. Ils ont acheté une demeure et nous ont donc fait découvrir, et on a fait de la barque sur la rivière, et on a bien ri. Je n'en menais pas large quand même, moi qui ne sais pas nager, j'ai caché ma trouille comme j'ai pu. Et le samedi nous avions fait la fête de retraite d'un ami de longue date de mon mari.  Mais voyons c'en est trop pour une fille qui n'est pas trop fêtarde.

Demain, ce sera encore pique nique. 

Bon allez je m'en vais dans mon dossier de compta.

Et vous que devenez vous ?

Posté par melancolie85 à 17:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 juillet 2017

Parfois le silence s'invite

Ce matin je ne peux pas écrire de commentaire sur mon dernier post. J'ai mis un message au service pour corriger cela. Le silence alors s'invite. Je ne peux pas dire merci à mes douces participantes.

Les soirs chez nous en ce moment, ça bourlingue.... Souvent je suis seule, alors le silence s'invite. Même la télé n'est pas nécessaire.

Hier soir, nous avons marché avec de la famille de passage. Ils étaient venus mardi. Mais mardi, on partait au Mali.... (enfin presque, juste voir M au festival d'à côté). Je n'aime pas quand les gens ne préviennent pas. Voilà, ils sont arrivés, on partait. Hier soir, on les a rappelés pour les voir un peu. Nous étions libres. Nous avons marché. J'ai eu envie de discuter mais je n'étais pas entendue. C'est nul quand vous parlez et que l'autre soudain part sur un tout autre sujet alors que vous n'avez pas fini. Alors le silence s'invite un peu plus....

Merci au silence d'exister. Plus ça va, plus on entend parler du silence. Oui mais si on en parle, alors on ne fait pas silence.....

Posté par melancolie85 à 11:31 - Commentaires [6] - Permalien [#]

03 juillet 2017

JUILLET

Allons y pour JUILLET - Qui commence ?  formule habituelle ....

 

Voilà le résultat :

 

J oie des aurores chaudes et flamboyantes
U ltimes longues journées
I  rrésistible rosée sur la menthe douce
L' été s'installe, s'allonge et nous sourit
L' été végétal, se gorge et nous nourrit
E phémère douceur, chaleur réconfortante
T emps heureux de l'été

Posté par melancolie85 à 16:57 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

27 juin 2017

les jours se suivent et ne se ressemblent pas

Il me faut du temps maintenant entre chaque billet. Moins d'inspiration. Avant je vous gavais de ma phobie sociale qui peu à peu s'est éloignée. Ce qui s'est éloigné aussi, ce sont mes activités de bénévole au sein de l'association où justement je ressentais beaucoup la phobie sociale. Il s'agirait donc plutôt d'évitement que d'éloignement.

Enfin bref, y a moins à dire.

L'assemblée générale de la petite asso où je me sens bien est passée, nous étions vraiment en petit comité. Maintenant place aux vacances et reprise en septembre comme tant d'activités.

Samedi, j'ai gardé petit fils pour rendre service mais j'aime ça.

Dimanche, pique nique de la même petite asso, même chose, effectif restreint. Mais où étaient les autres ? Nous avons bien profité de ce joli endroit, marché dans les bois et joué aux boules. Cà faisait si longtemps que je n'avais pas joué aux boules. Je devais être bien jeune. J'avais tout oublié. Ce genre de jeux à une époque me provoquait de la phobie sociale. Je n'aimais pas du tout me mesurer aux autres, et surtout j'avais très peur d'être ridicule. Aujourd'hui, j'assume. On a beaucoup ri et cela m'a fait le plus grand bien.

Hier, j'avais deux propositions de fin de saison : celle de l'écriture et celle de la chorale. Après avoir remué cela dans ma tête, ce qui m'a bien occupée et fatiguée, j'ai opté pour la chorale. Nous avons fait nos exercices, et révisé presque tous nos chants. Et puis autour d'une grande table, nous avons mangé nos petits pique niques, et nous avons encore chanté, à qui mieux mieux. C'était vraiment bien. Je suis rentrée chez moi le coeur léger. Un bémol, plus d'activité maintenant d'ici septembre, j'ai bien peur de me sentir seule au monde.

Aujourd'hui, un pèlerin m'appelle ce matin, je dis oui, je prépare tout, et avec un coup de fil plus tard dans la soirée il me plante là. Il ne sera pas arrivé à l'heure car il s'est perdu, et du coup il a trouvé quelqu'un d'autre pour l'héberger. Je n'ai pu m'empêcher de lui dire qu'il était le deuxième à me planter comme ça, et j'avoue que ça me laisse songeuse. Le pèlerin deviendrait il moins sérieux ?  Surtout qu'aujourd'hui je me suis pris un peu la tête avec ma fille. Et j'ai trouvé que ça commençait à faire trop.

Je n'ai plus le coeur léger. Cà va passer.

Posté par melancolie85 à 19:39 - Commentaires [3] - Permalien [#]