20 décembre 2015

Après la poésie ....

J'ai presque pensé à ne plus écrire ma vie, à ne plus écrire que de la presque-poésie.... Mais je sais que je le regretterais, car j'aime venir me relire des semaines, des mois ou des années après, venir me surprendre de ce que j'ai pu écrire ou de voir les hauts et les bas.

Le sapin est fait, la crèche est en cours, tout cela sans conviction. J'aurais aimé créer mais comme la plupart du temps, je n'ai pas anticipé, et maintenant c'est trop tard. J'ai eu mes années "pâte à sel" ou "couronnes en tissu", je prenais un plaisir fou. Et cette année, rien, vraiment rien. Je ne sais pas pourquoi, manque de stimulation, sans doute parce que je me sens seule pour tout cela, et que ce serait mieux si c'était partagé. Pour le sapin, j'ai racheté un synthétique, c'est moins joli qu'un vrai, mais le vrai tient si peu de temps, il est tout de suite flagada, et je n'aime pas ça. Et puis je n'ai aucun ménage à faire, les aiguilles ne tombent pas. Moi et le ménage avec mes épaules pas en forme, ça fait deux.

Vendredi, il y avait réunion de l'association, avec l'échange de petits cadeaux, c'est un rituel maintenant. Nous étions peu : 9 avec l'intervenant. Les gens n'aiment pas recevoir de cadeaux ? ou n'aiment pas en faire ? J'avais choisi un mini livre sur l'amitié. Et j'ai reçu un mug plein de papillotes. Le thème des fêtes revient chaque année, et cette fois tout spécialement sur le fait de savoir offrir et recevoir. Tout cela renforce les liens, c'est fait pour. Bon, quand je vois le si petit nombre, à croire que personne n'a trop envie de renforcer les liens. Et ceux qui étaient présents ont il envie de renforcer le lien ? j'ai un peu de mal à y croire, voyant que d'une réunion à l'autre, c'est à dire une fois par mois, nous ne communiquons quasiment pas.

Hier nous sommes allés au grand spectacle de Noel au fameux Puy, nous y étions il y a deux ans, peu de changements, après le grand spectacle, nous pouvions découvrir pas mal d'attractions dehors tout autour. Mon fils aîné était avec nous, les autres n'étant pas libres, il n'avait jamais vu et a cru bon de me dire oui car je lui demande chaque année. Je ne sais même pas s'il a vraiment aimé. Il est contre les grandes attractions qui attirent les foules. Il préfère les endroits plus neutres. Il est contestataire de nature.

Je vois donc Noel arriver à grands pas, mes cadeaux ne sont pas tous achetés, ça met la pression. Il me manque cette année l'occasion d'aller à la maison de retraite, je découvrais parfois des bricolages nouveaux. Il me manque ma mère qui vivait depuis 10 ans Noel là bas, j'y vivais un peu Noel avec les personnes âgées, comme je ne l'avais jamais vécu avant. Personne ne sait à quel point elle me manque. De l'écrire, les larmes viennent. Qui peut comprendre. Autour de moi, les anciens meurent. J'ai une tante (belle soeur de ma mère) qui est décédée dimanche dernier, je suis allée à sa sépulture mardi. J'ai vu ses enfants plutôt sereins à l'idée qu'elle ne souffre plus, cela faisait quelques mois que ça n'allait plus du tout.

Les salariés sont en vacances. Le rythme régulier est interrompu. J'ai peur de m'ennuyer. Je ne vois pas grand monde, à part mes très proches. Noel sera en famille chez ma fille. La veille nous pensons aller à la messe  avec un couple d'amis, et dîner léger juste après. J'aimerais être plus joyeuse, plus festive. J'ai du mal.

Et vous ?

Sinon la poésie, est ce que ça vous dit qu'on continue. J'avoue que ça me plait beaucoup, et que lorqu'un texte est en cours, ça me tient en haleine.

Posté par melancolie85 à 09:47 - Commentaires [5] - Permalien [#]


17 décembre 2015

Orange et chocolat

Les Noel d'autrefois

se contentaient de peu

Orange et chocolat

On ne faisait pas mieux

Dans les yeux il y avait

les étoiles manquantes

Et le coeur chaleureux

On priait dans l'attente

d'un messie qui viendrait

un jour nous rassurer

sur la valeur de vivre

sur la valeur d'aimer

 

 

Posté par melancolie85 à 17:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

15 décembre 2015

une autre, une autre ....

Prêts pour une autre écriture à plusieurs mains ?

Cette fois, vous pourrez écrire un seul vers (si possible 12 pieds), donc vous reprenez les vers écrits avant vous et vous complétez avec le vôtre.

 

Les matins d'hiver j'ai le coeur qui chemine

 

Nous sommes le 18/12, voilà où nous en sommes (après quelques modifications de ma part) - qu'en pensez vous ? Etes vous d'accord avec ? les vers ne font pas tous 12 pieds -

 

Les matins d'hiver j'ai le coeur qui chemine


Vers des quais d'espérances qui luminent mon coeur


 Je ne veux revoir dans le froid qui me serre


Que le passage d'un temps qui gèle et qui se terre


Sous mon gros pullover je ressens de la joie


En croyant ma demeure celle d'un grand bourgeois


Je gambade, je ris, je crie, mon bonheur est grand 


Rien ne peut toucher l'instant de plénitude


Dès que j'ouvre mon long manteau de solitude


Des milliers de fleurs viennent embaumer mon coeur


Répandre leurs fragrances qui m'entourent de bonheur


L'été, le printemps, et l'automne à toute heure


Tourbillon, rébellion , l'instant n'est que saveur

 

 

 

Posté par melancolie85 à 19:55 - - Commentaires [34] - Permalien [#]

14 décembre 2015

Un samedi soir sur la terre

En me rendant chez eux, j'avais quand même une appréhension. Mais j'étais fière que pour une fois, cette invitation était du côté de l'homme. Il avait cotoyé cette femme dans une asso il y a quelques années. Ils s'étaient toujours bien entendus. La fille de ce couple est une amie de notre fils, elle a travaillé quelques étés chez nous en coup de main. Une fois, en discutant, nous comprenons que nous avons dans nos relations un couple commun. Elle annonce qu'elle nous rassemblera, et je pense négativement que comme bien des fois, ça ne se fera pas. Sauf que je reçois un mail d'invitation peu de temps après. Donc pour résumer, avant d'entrer dans la maison, je connais le couple qui nous reçoit, et l'autre homme invité mais pas sa femme. Mon homme connait tout le monde.

Et là comme par miracle tout devient facile. On prend l'apéro, et on discute comme si l'on se connaissait presque depuis toujours. On passe à table, ils ont mis les petits plats dans les grands, et c'est succulent. Toujours autant de discussion et de rire. Chacun y va de ses bons mots et de ses pensées parfois plus profondes. Comme c'est agréable !

Et là je me demande si je suis toujours phobique sociale ou pas. Suis je guérie ou pas ? Pourquoi là ça fonctionne si facilement et à d'autres endroits beaucoup moins ?

L'autre dame semble apprécier que je lui parle de ma sensibilité et de ma non-confiance, sans en abuser, juste quelques éclats de vie. Elle se livre un peu aussi. Et l'on en déduit qu'on est sans doute nombreux à ne pas oser dire, et que sous des surfaces bien émaillées, si on grattait un peu, que trouverait on ?

Je suis contente d'avoir vécu cette soirée, de me dire que je peux encore avancer, tout en pensant que je n'ai pas tant changé mais que j'assume davantage.

Peut être aussi que la lumière, le décor, les sourires participent. Il y avait tout cela.

 

Posté par melancolie85 à 10:38 - Commentaires [7] - Permalien [#]

11 décembre 2015

écrire pour Noel

Si on s'essayait à quelque poésie de Noel à plusieurs ?   j'écris les deux premiers vers, vous continuez ?  rime ou pas de rime comme vous voulez, nombre de pieds : comme vous voulez,    accordez vous la liberté ...   on verra bien le résultat

L'ange assis dans le ciel

N'en revenait toujours pas

 

Voilà où nous en sommes ce soir,  ce serait bien encore quelques vers :

l'ange assis dans le ciel


n'en revenait toujours pas


des centaines d'hirondelles


A l'horizon là bas


formaient une immense ronde


Murmurant entre elles tout bas...


" Dites-moi,


que se passe t'il donc tout en bas?"


Une multitude de souliers dépareilles


se mettaient à danser


autour des sapins. dorés.


L'ange un peu inquiet se gratta la tête


sont-ils devenus fous ?


Mais quelle est donc cette fête


de joie de guirlandes et de houx ?


Il se souvint qu' il allumait les étoiles, 


l'échelle était tombée.


Sur qui pouvait t'il compter


pour ne pas ternir sa renommée ?

Posté par melancolie85 à 14:43 - Commentaires [14] - Permalien [#]


un air de fête

Alors que mes cadeaux ne sont toujours pas tous trouvés, j'ai des envies de vin chaud, de chocolat chaud, de jeux de cartes (tiens, tiens !), de randonnées gros pull et bottes, de voir du monde.... oui oui j'ai soudain envie de voir du monde !!!! Les fêtes se passeront en famille, jour de Noel et dimanche sans doute, avec les amis pour le réveillon du nouvel an, puis plus tard pour les familles élargies. En attendant, j'aimerais inviter pour jouer, ou pour juste une pause..... J'ai l'impression de ne plus connaître les codes. L'impression que l'agenda de tous est totalement rempli. Si je n'arrête pas d'essuyer des refus, comment je réagirai ? j'ai peur de moi même, de mes réactions. Pourtant c'est surement au moment des fêtes où l'on est le plus disposé à partager, c'est bien l'esprit du moment. C'est bizarre, je ne suis pas totalement à l'aise avec ça. Je n'ose pas.

Posté par melancolie85 à 14:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 décembre 2015

Commencer par le début

Etre plutôt triste, ne pas ressentir la joie des fêtes ....

Faire un atelier d'écriture, et se rendre compte qu'on aime vraiment la poésie.... l'animatrice nous demande d'écrire 4 fois un mot qui parle de la plage, les mots sont déposés dans une boite. Nous aurons par la suite une feuille avec quelques phrases et des trous, beaucoup de trous. Nous nous passerons la boite et choisirons 4 fois un mot qui nous servira pour édifier ce texte. Et puis le texte terminé, nous découperons chaque phrase. Elle nous donnera encore un texte où nous relèverons chacun un morceau poétique qui nous plait. Nous referons un poème avec nos phrases découpées et les morceaux collectés.  Ce sera magnifique au final. Avoir apporté pour chacun un petit cadeau de sa production des champs.

Aller enfin dans les magasins et choisir pour son petit fils un jouet tout simple, sans pile. Le jouet ne parle pas, ne s'éclaire pas. Se dire que décidément on est vieux jeu.

N'avoir fait encore une décoration.

Se sentir un peu mieux.

 

Posté par melancolie85 à 11:33 - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 décembre 2015

les jeux

Enfant, j'ai joué comme tout le monde aux petits chevaux, aux cartes (la bataille surtout), au jeu de l'Oie, au jeu de Loto, au jeu de nain jaune... je n'ai pas joué au Monopoly, ni à d'autres jeux de société, nous n'en avions pas. Je n'avais pas beaucoup d'enthousiasme, je m'en fichais de perdre.... J'ai très peu joué dans mon adolescence.

Quand les enfants étaient petits, j'ai joué avec eux aux jeux les plus simples. Je ne suis pas joueuse, voilà tout.

Hier j'ai joué à un jeu de cartes pour leur faire plaisir, ils ont insisté, d'habitude je m'abstiens prétextant autre chose à faire. J'ai mis du temps à comprendre la règle, j'avais l'air bête. Pourtant je me débrouillais pas si mal en maths à l'école, je parle de la petite école. Je n'ai aucune stratégie, je joue sans aucune prétention. Les jeux très connus, tels la belote, le tarot, je ne sais pas y jouer. Cà supprime des occasions de convivialité. Parfois, les autres sont impatients quand on joue mal ou qu'on est paumé. C'est souvent pour ça que je renonce.

Hier j'ai compris, mais j'ai perdu.

 

Posté par melancolie85 à 14:42 - Commentaires [5] - Permalien [#]

04 décembre 2015

les grandes choses du monde

Je ne sais ni parler ni écrire sur les grandes choses du monde. La politique m'est imbuvable, je n'y comprends pas grand chose, ils veulent tous notre bien, mais peu y parviennent, ils veulent surtout le pouvoir. A plus petit niveau, les hommes aiment aussi avoir le pouvoir (les femmes aussi d'ailleurs). Le thème des religions m'est bien trop inconnu pour m'y risquer. Les grands sujets d'actualité, je n'ai pas la maîtrise ni suffisamment d'éléments pour les commenter, je n'aurais jamais pu être journaliste. Parmi vous, il y a vraiment des gens qui savent écrire sur ces sujets là et je suis ravie de les lire. Alors je crains vraiment de ne pas écrire grand chose d'intéressant et de tourner autour de mon nombril.

Est ce qu'en écrivant sur soi on écrit sur le monde ? sans doute un peu. Parce que nos vies, une à une, font le monde. Ce n'est pas très étonnant qu'il y ait la guerre à grande échelle, quand on voit comme il est difficile de s'entendre au sein d'une famille, d'une école, d'une entreprise, d'une association. Il faut y mettre du sien. Et il y a l'orgueil, celui qui fait qu'on n'accepte pas d'échouer, ou de se tromper, de devoir s'excuser. Il y a tant de sentiments qui se mêlent à nos actions.

Faisons notre part, même la plus petite ....

Posté par melancolie85 à 14:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 décembre 2015

J'ai fait un rêve

C'est rare que je me souvienne de mes rêves, de plus en plus rare. Cette nuit, j'ai rêvé, je conduisais la voiture, ma mère était à mes côtés, je la déposais au stop, elle devait descendre ici et m'attendre, le temps que je passe de l'autre côté du carrefour et que je gare la voiture, c'est ce que j'ai fait, et quand je suis revenue, elle était disparue, je l'ai cherchée, cherchée, sans jamais la retrouver...... Ce n'était pas absolument tragique, c'était comme ça, elle n'était plus là.

Posté par melancolie85 à 10:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]