10 janvier 2019

DIVIN

Vin !

Non je ne te demande pas de dire vin.

Je parle de ce qui est DIVIN, comme je l'ai commenté chez Celestine hier. J'étais contente : pour une fois j'arrivais à poster chez elle car dernièrement ce n'était pas la joie, il me fallait voir défiler des tas d'images de voiture, de vélo, de feux de circulation, cocher, cocher, et cocher, sans aucune fin. Alors je n'essayais même plus. Et puis quand j'ai lu son post, je ne pouvais pas ne pas commenter. Et c'est ce mot là qui m'est venu. Je ne voulais pas en écrire plein, comment décrire mieux qu'elle cet état de grâce.

Oui cet état de grâce que je ne connais guère. Mais je ne peux pas dire jamais. Cela m'arrive parfois.

Mais pas en ce moment. 

Non, pas en ce moment, malgré que je sois à l'abri, au chaud, derrière mon ordinateur, malgré que je ne manque quasi de rien.

Et bien, est ce mon rhume, est ce les GJ, est ce l'après fête ?

Est ce plutôt ma nature qui revient toujours au galop ?

Je crois que c'est plutôt ça.

Je suis fade à l'intérieur. Pas loin du dégoût. Je n'ai envie de rien.

J'ai reçu un sms qui m'a fait plaisir, pourtant cet après midi, l'amie d'une amie m'a envoyé ses voeux. J'aime beaucoup cette femme que je connais peu.

Il me manque quelque chose.... 

De l'amitié, de la pure, de la vraie, de l'idéalisée.... De celle qu'on pense qui n'existe pas ou seulement dans les livres et les films.

Certes j'en ai des amis, mais il me manque ceux qui me comprendraient en un instant et qui me diraient : o toi, ça va pas fort, mets donc tes godillots et viens marcher avec moi....

Si je vous connaissais en vrai, si vous n'étiez pas loin, vous me le diriez vous ?

Posté par melancolie85 à 17:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]


06 janvier 2019

2019

Je vous souhaite de belles choses pour 2019 : de la douceur dans vos vies, dans votre santé, dans vos amours, dans votre travail, dans votre évolution.

Comme les années passent vite, 2019 sera pour moi une année à chiffre rond. Cela ne me ravit pas de vieillir. Peut être est ce pour cela que depuis deux jours, je fouille dans la grande boite de photos jaunies, qui regroupe de très vieilles photos de ma famille, puis celles de ma jeunesse, pas tant que cela en fait. J'aimerais en retrouver plus, retrouver tous mes souvenirs. 

Revenons à la fête. Nous avons fait réveillon comme d'habitude à six amis. Dans un restaurant avec piste de danse. L'un de nous l'avait proposé, j'ai fait profil bas car l'an dernier, ils n'avaient pas aimé ma proposition. On a eu peur au début : il ne faisait pas bien chaud, le service était très lent, les plats bons mais l'un fut servi froid, la musique de fond pas agréable. Puis après minuit, on a pu danser sur nos musiques de fête. Et là, tout s'est arrangé. Et on a convenu que chaque année avait ses péripéties et ses ratés, on en a ri, et j'ai aimé qu'on en rit. Nous nous sommes couchés fort tard et j'ai eu du mal à m'en remettre. Le jour de l'an, nous sommes allés voir mon beau père comme chaque année. Et les jours d'après, je Jme suis laissée vivre en laissant de côté tout le programme prévu. Et puis me suis retrouvée toute enrhumée, et mon mari aussi. Alors, on n'a guère bougé de la maison. Juste un soir chez des voisins pour les voeux. Et c'était difficile pour moi. 

Pas de résolution pour cette année. Je ne vise rien de grandiose. Je voudrais que les choses s'arrangent, que le monde soit différent, je comprends ce qui se passe et en même temps, je ne le comprends pas. Je ne suis pas une militante, je ne l'ai jamais été. Ma famille non plus. Je suis surprise par toute cette violence. J'ai connu la violence de la maladie de mon père, la violence de ses colères, la violence de nos attentes, la violence de nos manques, la violence des non-dits, la violence de son mal être, la violence de nos difficultés de vie, la violence de notre solitude. Aujourd'hui, je trouve que je suis privilégiée, sans l'être vraiment. Mais par rapport à mes jeunes années (pourtant je les aime tant mes jeunes années), je suis sauvée. Alors tout le reste ....... je m'en fous. Je sais je ne devrais pas, je devrais penser aux autres. 

 

 

Posté par melancolie85 à 16:08 - Commentaires [11] - Permalien [#]

28 décembre 2018

Entre les fêtes

Je ne vous ai même pas souhaité un bon Noël, c'est dire si les fêtes ne m'inspirent guère. Je dis ça tous les ans. Et ça ne change pas. J'aimerais tellement retrouver la magie d'autrefois, du temps où l'on se contentait de peu. Helas, c'est impossible. J'espère que tout s'est bien passé chez vous.

D'abord quelques vracs : 

Avant Noël, il y eut cette réunion d'association animée par une nouvelle personne que je connais. Aucun animateur habituel n'étant disponible, j'ai proposé quelqu'un avec qui j'ai travaillé il y a quelques années en développement personnel, méthode Lise Bourbeau. Notre thème était : le bonheur de donner. J'aime son enthousiasme, son ton léger et joyeux, sa positivité. Elle m'a fait du bien et cela a confirmé une fois de plus ma vision de la vie aujourd'hui. Nous n'étions que 6 personnes présentes hélas. Dommage.

Dernier entrainement chorale de l'année :

Il s'avère que notre dernier concert n'était pas bon. Même pas entendable soit-disant. Pour le telethon, nous nous sommes déplacés dans une autre commune pour chanter, invités par une autre chorale qui maintenant est dirigée également par notre chef. J'ai beaucoup de mal à me rendre compte de ce que ça donne. Je m'entends moi et mon groupe, stressée et concentrée. A priori, on était souvent décalé et je ne sais quoi d'autre. Est ce que c'est ça qui nous a empêchés de chanter ou l'humeur gilets jaunes, bref, après la répétition, nous avons pique niqué dans notre salle et même pas chanté. J'ai regretté d'avoir annulé mon atelier d'écriture ce soir là pour une soirée plus festive qui ne le fut pas.

Noël :

Des cadeaux tous faits en dernière minute. Mais bien gérés quand même et appréciés c'est le principal. Pour les filles, des stages couture et poterie. Pour les gars, une sortie à faire avec un engin articulé électrique. Pour les enfants, des jeux et livres. Pour nous, des pantalons (faut des paquets sous le sapin). Notre vrai cadeau c'est une nouvelle table de salon. Nouvelle, c'est peu dire. Trouvée sur le bon coin, la dame refaisait tout son intérieur et bazardait la table du grand père. Nous lui avons fait couper les pieds (non pas au grand père, à la table !) et un resserrage, un bon nettoyage, un cirage ! elle est très grande et pleine d'histoire, et j'adore ça. Noël chez nous c'était le 23. Pour avoir tout le monde, il faut faire des concessions. J'ai un peu raté mes pommes de terre que je voulais cuisiner comme ma mère autrefois. A part ça, les buches étaient bien bonnes et faites maison cette année. Le canard était juste à réchauffer. L'entrée, pain d'épices et foie gras,  crevettes et avocats, pamplemousses, oranges. J'ai oublié de sortir les chocolats. Du stress quand même pour dix personnes. Nous avons reçu des places pour un concert gospel à venir. La veille de Noël, nous avons retrouvé mon beau père, ma belle soeur et beau frère et leurs jeunes enfants pour souper et passer un moment avec eux. Pas de messe cette année. Le jour de Noël, chez ma fille, avec une partie de sa belle famille.

Et depuis, je rousine (vous ne savez pas ce que ça veut dire ?). Et bien, je ne fais pas grand chose. Je dors beaucoup. Je vois peu de monde. J'hiberne. J'accepte tout cela. Les jours coulent tout seuls. Le téléphone sonne peu. Le courrier arrive peu. C'est le repos hivernal. Et c'est bien comme cela.

 

Posté par melancolie85 à 10:44 - Commentaires [10] - Permalien [#]

04 décembre 2018

Que dire ?

Je n'ai quasiment jamais manifesté. Une fois au lycée, je ne sais même plus pour quelle revendication. On avait je crois sécher les cours, je suivais le mouvement sans conviction. Cà avait du se calmer bien vite.

Que dire ? que ça me dépasse totalement. Que je n'aime pas la violence. Que je n'aime pas ce qui se passe comme ça se passe. Que bien entendu ceux qui le font le font pour tous et nous en bénéficierons comme cela fut par le passé. Je n'y connais rien en politique. Jamais eu d'engagement de cet ordre, même petit.

Que dire ? que je sais d'où je viens et j'ai progressé. Que j'ai connu la misère (enfin presque), je n'ai pas manqué de nourriture, mais j'ai manqué d'hygiène, d'intimité, de confort, ça oui. Qu'aujourd'hui, je suis heureuse d'avoir ce que j'ai, je trouve même que j'ai beaucoup, et pourtant bien sur c'est si peu par rapport à d'autres qui ne s'arrêteront jamais de vouloir avoir.

AVOIR ne rend pas plus heureux. Mais bien entendu, il faut AVOIR le nécessaire.

J'espère que tous ceux qui manifestent sont vraiment crédibles. Je ne le sais pas.

Quant à désenrichir les riches, y a sans doute du boulot.

Mais méfions nous, en devenant riche, ne deviendrions nous pas comme eux ?

C'est l'histoire de l'homme. Il oublie trop souvent d'où il vient.

Tout ce que j'écris ne vaut pas grand chose, c'est bien entendu tellement plus compliqué que ça.

Finalement les communistes ont raison de vouloir tout partager, et pourtant ça ne marche pas non plus.

Alors qu'est ce qui pourrait bien marcher ? peut être l'intelligence, et la tolérance. Peut être ?

Posté par melancolie85 à 17:35 - Commentaires [19] - Permalien [#]

28 novembre 2018

en vrac

Le cadeau : ben quand on est en panne d'inspiration et qu'on approche de décembre, et bien on offre des chocolats ....

La rando : encore le tour de forêt avec une amie et une amie de celle ci. C'était promis. Nous l'avons faite sous la pluie. J'adore mes chaussures de rando qui ne craignent vraiment pas l'eau.

Le week end :

- vendredi : théatre dans ma commune où je ne mets plus beaucoup les pieds depuis que je ne suis plus dans aucune association. Thème : la guerre 14 18. Cà m'a demandé un effort. Je suis contente de l'avoir fait. Bizarre cette histoire de n'être pas à l'aise, c'est là où je ressens encore de la phobie sociale.

- samedi : cinema les chatouilles. On en sort la gorge nouée, pas indemne. Film très bien fait, poignant sur un sujet tellement délicat. J'y suis allée parce que j'avais quelques raisons d'y aller. Contente.

- dimanche : visite chez mon oncle. Il est malade, veuf. C'est le plus jeune frère de ma mère. Je n'ai plus d'autre oncle. Nous avons passé un bon moment à discuter autour d'une table, avec sa fille et son gendre. L'impression d'avoir revu un peu ma mère à travers lui.

Puis lundi, c'était chorale suivie de l'atelier d'écriture où nous ne sommes plus que deux à écrire. Je ne comprends pas. Il y a atelier l'après midi et tout le monde s'y précipite. Enfin quand je dis tout le monde, c'est une dizaine de personnes. Pour l'instant, je préfère le soir car j'ai du travail en journée.

Et oui, j'ai toujours bon nombre de factures à traiter, à classer, à payer, à faire refaire, des courriers à envoyer, des factures à faire, des suivis de stocks, un bureau qui ne désemplit pas beaucoup.

Nous n'avons pas de nouvelle de l'assurance concernant l'accident. Pas très sereine par rapport à ça.

Noël s'affiche dans les rues. Cà ne me fait aucun effet. Je me répète tous les ans.

Je ne vous parlerai pas des gilets jaunes. Je n'ai rien d'intéressant à dire à ce sujet.

 

Posté par melancolie85 à 18:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]


21 novembre 2018

Un cadeau

J'en ai un à trouver pour demain, pour un anniversaire ... pas beaucoup d'idée.

D'autres à prévoir rapidement pour Noel,   sans grande idée non plus.

Par contre, nous en avons reçu un. Comme ça fait plaisir un cadeau que l'on n'attend pas. Je vous ai raconté notre escapade en Bretagne avec l'amie qui devait organiser le séjour. Et bien l'amie a eu une super idée. Pour l'anniversaire récent de mon mari, elle a fait un petit album photos du séjour, avec quelques petites notes rigolotes et aussi des notes d'amitié. C'est vraiment réussi et inattendu.

 

Posté par melancolie85 à 18:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 novembre 2018

Petit blog

C'est un petit blog caché au fond des bois ....

Mon père disait : pour vivre heureux vivons cachés. 

Mon petit blog n'a pas d'éclat, il perd ses lecteurs. Il raconte ma vie uniquement, ne prend pas partie sur de grands sujets. Il manque de piment. Helas je ne peux le nourrir autrement. Il s'agit d'une petite vie de rien.

Va t il pouvoir se maintenir en forme ? Je le sens qui se lasse, qui se courbe, je le sens bien fébrile ! Ou est le docteur ? Ben oui, même les docteurs, y en a de moins en moins au fond des bois .... 

Si vous passez par là, dites lui quelques mots doux, il en a bien besoin ....

Des mots simples, comme le chante Vanessa, car ce sont les seuls qu'il comprenne et qui lui font du bien.

Posté par melancolie85 à 11:13 - Commentaires [43] - Permalien [#]

15 novembre 2018

La forêt

Hier j'ai textoté une amie en lui faisant part de mon désir d'aller marcher en forêt. Dès le matin, le temps paraissait clair. Puis le midi, hélas, le soleil se montra moins présent. L'amie a répondu oui. J'en ai averti deux autres qui auraient pu se joindre à nous, elles n'étaient pas libres. J'ai pris mes gros godillots tandis qu'elle s'était moins bien chaussée. Le soleil manquait mais il faisait doux. Elle avait déjà fait ce chemin avec moi il y a quelques années mais semblait ne plus se souvenir.

Explosion de couleurs juste pour nous deux, nous n'avons croisé personne. Des jaunes d'or, des jaunes pâles, des ocres, des rouges, des bruns, des encore verts, des roux, des ..... multicolores. Sur l'étang, les canards semblaient rire de nous. 

C'est ma balade idéale, celle que j'ai fait seule la fois d'avant. Celle qui revigore, qui nettoie, qui sublime le beau, qui inquiète quand parfois on hésite entre deux chemins, celle qui vaut la peine, celle qui isole, celle qui rassure, celle qui vivifie, celle qui allège, celle qui dit que la vie est belle.

Je voudrais la faire régulièrement, 2 bonnes heures de marche. A toute saison, la nature est belle. Je continue à joindre des personnes qui éventuellement seraient libres pour marcher avec moi. Je m'y prends souvent au dernier moment car je vois mieux mon planning de travail. Je tente. Cà fonctionne ou pas. Si j'attendais qu'on me propose (oui ça arrive quelquefois), j'attendrais souvent.

Suis je donc faite pour donner ? Peut être. On ne m'a pas appris à donner. Pourtant aujourd'hui je pense donner pas mal. Pas autant que certains. Je ne suis pas bénévole aux restaus du coeur, ni dans les écoles, ni oeuvres. Je suis bénévole dans mon association : tenir les comptes. Ce n'est pas extraordinaire. Par contre je donne mes idées, mes propositions......, peut être que pour Noël je vais donner un calendrier inversé : je ne sais pas encore et à qui le donner. Cà court sur facebook ce principe. Intéressant : chaque jour, au lieu de consommer un petit cadeau, placer un petit cadeau dans une boite ou un sac. Et remettre le tout à la fin de l'avent à quelqu'un dans le besoin. Objets utiles non périssables. L'idée est intéressante. Joindre le secours catholique ou l'asso des migrants pour savoir s'ils prendraient ma boite ?

Le thème d'une prochaine réunion de notre asso sera sur "le don".

Ma mère donnait mes vêtements, mon vélo dans la famille. Ils donnaient au denier du culte sans hésitation. Sinon rien.

Aimez vous donner ?

Hier j'ai donc donné du temps à la forêt et à mon amie. Elles m'en ont donné aussi.

Posté par melancolie85 à 15:09 - Commentaires [7] - Permalien [#]

13 novembre 2018

Un repas

Chaque année, nous organisons un repas au restaurant pour notre association. Egalement un pique nique fin de saison mais cette année il n'y en a pas eu. Le repas était donc la seule possibilité de nous voir hors réunion. J'avais oublié de nous inscrire, c'était au moment de l'accident. Puis je l'ai fait pour qu'on sorte un peu de chez nous. 

Ce restaurant, nous le connaissons, on l'aimait bien au début, mais je me lasse... trop de monde, trop de bruit. Peu de restaurant sont intimes pour qu'on puisse discuter tranquillement. 

Cinq couples étaient inscrits. Mais seulement quatre étaient à l'heure. Je ne sais jamais où me placer. Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas suivi mon mari, je l'ai regretté toute la soirée. Je me suis assise à la suite, et lui est parti de l'autre côté de la table. Il restait en bout de table deux places vides. Allaient ils venir à la soirée ou non ?

De longues minutes sont passées, j'espèrais qu'ils ne viennent pas car je savais qu'ils seraient mes voisins. C'est horrible d'écrire ça mais je ne voulais pas les avoir comme voisins.

Elle, je la connais peu. Vu une seule fois. Discrète, semble gentille, mais c'est lui qui fait partie de l'asso.

Lui, bourré de tocs. Parle énormément. M'a gêné plus d'une fois en réunion.

Je ne peux pas lui en vouloir de venir aux réunions puisque moi aussi j'y vais, et que nous en avons besoin.

Ils sont arrivés en retard au restaurant, ils s'étaient perdus. Je l'ai eu toute la soirée à mes côtés. Totalement inintéressant. J'en ai eu le tournis. Se répétant sans cesse. J'ai revu les scènes avec mon père. La différence, c'est que mon père je l'aimais quand même. 

Qu'aurais je pu faire ? Rien, j'étais dans le piège.

Posté par melancolie85 à 17:31 - Commentaires [3] - Permalien [#]

10 novembre 2018

Novembre

Avant novembre, il y eut fin octobre avec quelques jours de dépaysement en Bretagne. Un jeu avait eu lieu lors d'un repas d'anniversaire. J'avais orchestré ce jeu avec une chose à faire par mois tout au long de l'année. Il s'agissait d'un tirage au sort d'enveloppes contenant un précieux message ayant un rapport avec la première lettre du prénom de mon mari. Certains avaient un message sans suite, et 12 avaient quelque chose à faire. L'amie-ancienne-voisine avait tiré celui là. Mais je pense qu'elle a mal compris. C'était à elle d'organiser mais rien n'y a fait. C'était prévu quelques mois plus tôt mais notre agenda ne le permettait pas. Elle s'est plue à nous dire : il faut que ça lui plaise, alors moi je ne sais pas. Finalement elle nous a accompagnés sans rien décider, organiser, choisir. Inutile d'insister. J'ai choisi la forêt de Broceliande pour une journée, puis Vannes les deux autres jours avec la balade sur l'Ile d'Arz, et la visite de Vannes. Nous avons tout aimé. Un grand bol d'air, du dépaysement, un hotel simple mais accueillant, des gens accueillants. 

Après notre retour, nous avons vécu un évènement difficile. L'accident de quelqu'un que nous connaissions un peu. Mais nous nous sommes trouvés mêlés à cet accident car c'est arrivé avec un matériel de chez nous. Quelqu'un que nous connaissons bien nous l'a emprunté. L'accident est arrivé et hélas un ami de cette personne est décédé sous les décombres. En l'écrivant, je suis glacée. Cet évènement nous a bouleversés. Il y a eu les formalités administratives, la visite au funérarium, la sépulture, avec ce poids de culpabilité. Le dossier est en cours. Mais nous avons du mal.

J'ai repris la chorale lundi, et l'atelier d'écriture en espérant retrouver un peu de sérénité. Je n'ai pas envie de grand chose. Juste de calme, de sérénité, de bon feu de cheminée. Envie d''être protégée dans ma maison.

La vie est ainsi faite : de joyeux évènements et d'autres dramatiques.

Posté par melancolie85 à 11:37 - Commentaires [8] - Permalien [#]