11 février 2011

Il faut

que j'aille à Paris bientôt. Cà devrait me réjouir. Sauf que l'homme y sera avant moi. Et je dois le rejoindre toute seule en train. Mais j'ai jamais pris le train toute seule. J'en transpire à l'avance. Voyons : comment je fais pour le billet ? Il est où mon train à prendre ? Une fois dedans, ça devrait aller. Mais quand j'arrive - c'est par où que je vais ?

Je sens que ça va être coton. Mais en même temps, ça me changera de mon ordinaire.

Oui, j'y vais pour une grande foire agricole, et surtout les machines parce que l'homme veut voir plein de trucs. Ouais ça va pas me passionner, mais peut être qu'on va se faire une petite soirée théatre. Bon, le programme n'est pas établi. On verra bien.

L'homme part pour une autre grande foire en Allemagne dès la semaine prochaine. J'aurais pu l'accompagner. Cà a été vite décidé. Trop vite pour moi. Et de plus, un autre grand gaillard l'accompagne. Et je sens bien qu'ils m'auraient vite largué ces deux là. Et j'aurais couru derrière. Pourtant, Nuremberg, ça m'aurait plu. Je leur ai trouvé un hébergement hier. Pourtant même les agences de voyage, l'office de tourisme, disaient que c'était complet. J'ai fouiné sur internet, j'ai trouvé. Et même qu'ils seront très bien situés. J'étais fière de moi. Plus forte que l'office de tourisme, c'est dingue ça.

Posté par melancolie85 à 10:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]


09 février 2011

loupé

Je devais reprendre la gym ce soir, pas été une seule fois en janvier, d'abord la santé, puis le décès, puis maintenant la trouille de reprendre. Ce matin, c'était sûr : je reprendrais ce soir. Et dans l'après midi, mon homme me dit qu'il doit partir avec la voiture, je ne dis rien, ne riposte même pas. Quel bel alibi pour ne pas reprendre ce soir ! Je n'ai pas de voiture, ce n'est donc pas possible. Et loin de moi l'idée d'appeler des personnes qui pourraient m'emmener. Je suis très bien là, j'ai fait plein de travaux en retard dans mon bureau. Et je suis tellement à l'abri. Aucun mot ne me blesse, aucun regard ne me croise. J'oublie vite que des mots auraient pu me réconforter, des regards auraient pu être si compatissants. Quand on voit gris, on voit gris, n'est ce pas. Le gris l'emporte fatalement. C'est donc repoussé d'une semaine.

Posté par melancolie85 à 18:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]

fioriture

D'abord, j'aime ce mot, puis l'autre soir, elle me dit que j'ai écrit sans fioriture. C'est vrai, comme j'ai peu de vocabulaire, je ne m'éternise pas avec de longues tirades. J'écris court et fort. Je n'ai jamais connu les fioritures.

Je n'ai pas connu les bijoux

seules les médailles religieuses

la gourmette, l'alliance

Pas bien connu le maquillage

sujet tabou,

ma mère jamais vue maquillée

Si peu connu la mode,

pas de sous,

Juste des habits de bon goût

Alors je suis sans fioriture

Chez moi, la déco ne change pas souvent

Et moi, victime de mes émotions,

Je me présente, brute,

Comme mes mots

Sans fioriture.

Posté par melancolie85 à 18:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]

s'y remettre petit à petit

Pas d'énergie. J'essaie pourtant de voir le verre à moitié plein. J'avais promis d'écrire des messages plus légers. C'est un exercice difficile quand c'est lourd à l'intérieur. Oui c'est lourd. Lourd d'émotions. Je repousse l'heure du lever au maximum car je suis bien dans mon lit, si protégée de tout.

Dimanche, c'était la messe du souvenir et revoilà les larmes. Repas partagé avec la famille. Je me suis sentie toute la journée en dehors, comme pas de la famille. Personne n'y a rien vu. L'après midi, les plus vieux ont joué aux cartes et ont semblé oublier un temps leur chagrin. Je ne sais pas jouer aux cartes, ainsi je ne peux oublier mon chagrin et tout ce qui va avec.

Lundi, je me trainais. Mais j'ai eu quelques éclaircies : un coup de fil de C., un coup de fil de O. et un de R. Cà n'arrive pas souvent, trois amies la même journée qui s'inquiètent de mon sort. Cela me rassure. Ainsi donc j'existe quand même un peu. Et le soir, j'ai rejoint le groupe de l'écriture pour mon plus grand bonheur. J'avais peur de reprendre mais ça s'est bien passé. Ce groupe est vraiment apaisant.

Mardi, E. est venue me rapporter un foulard prêté. Nous avons fait une petite marche autour de chez moi, le soleil s'était invité aussi. Puis un café - madeleines nous a réconfortées. E. connaissait bien ma belle mère, nous en avons reparlée.

Voilà, je me rends compte que j'ai des petits moments douceur comme j'aime, qui font se sentir exister.

Niveau boulot, je ne suis pas motivée. Cà s'accumule. Je procrastine.

Mon beau père ne viendra plus faire le jardin. Il nous faut rechercher quelqu'un pour le faire. Cela m'inquiète. Trop de choses dans la tête.

Posté par melancolie85 à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2011

envie d'un échange

Il y a plein d'échanges sur la blogosphère. J'ai connu ça il y a quelques années sur un site de déco de maison. Pour Noel, il y avait un tirage au sort et on s'envoyait des petits cadeaux. J'adorais ça. J'ai reçu de cette façon un petit cadre brodé, un tableau pour ma cuisine, des bols, des dessous de plats, et surement d'autres bricoles encore. Et moi j'ai envoyé de l'apéritif de coing, un tableau en pâte à sel, un service à café, et j'ai oublié le reste.

Là, comme ça, d'un coup, je vous propose de finir mon écharpe et de l'échanger avec qui voudra bien jouer. Bon, elle est un peu colorée, dois je en dire plus ? pas envie. Echange de trucs faits main. Cà me plairait. Qui va oser ? Et dire que moi pour une fois j'OSE ........ J'attends vos propositions. Si j'ai plusieurs candidats, comment je vais faire ? J'ai le droit de choisir ? oui je m'accorde le droit de choisir. On va dire que ce sera un troc.

Tiens ça ressemble au S E L, je m'y suis inscrite. Cà démarre doucement près de chez moi .......... J'ai déjà listé ce que je pouvais offrir, et lister ce que j'aimerais trouver.

Posté par melancolie85 à 16:26 - Commentaires [4] - Permalien [#]


02 février 2011

planer encore

Je suis dans ma bulle. J'avance peu. Le matin je me dis, aujourd'hui je vais faire ça, ça et ça.Et le soir arrive, l'objectif n'est pas atteint. Et je ne culpabilise même pas. Je me donne le temps. Nous recevons des petits mots qui nous font du bien, des mails, des coups de fil. J'ai eu aussi une visite : celle avec laquelle je pensais avoir des difficultés à renouer, mais j'ai renoué quand même. Elle n'a jamais su à quel point je l'avais haïe à un moment donné. S'en est elle aperçu ? Je n'en sais rien. Je pensais quand même un jour lui en reparler, est ce que j'oserai ? Pour ne avoir mis de côté. Etait ce mon interprétation ? Me suis je trompée ? Et puis hier soir, la voisine nous avait invités, on avait accepté car c'était sympa de sa part et on a pensé qu'une occasion de sortir nous ferait du bien. J'avais oublié que l'hiver chez elle, c'est "glacial". Chez nous, on chauffe normalement, la température est agréable partout. Chez elle, c'est une maison ancienne et le chauffage a vraiment été laissé pour compte. J'avais envie de garder mon manteau sur moi. Mais je n'ai pas osé. J'ai passé une soirée très crispée à me battre contre le froid. La cheminée fonctionnait mais on ne sentait pas de chaleur. Son amie et sa petite étaient là. Personne n'a parlé de cette fichue température. J'ai tenu bon mais vraiment je me demande pourquoi. La personne qui vivait là avant (une amie également) vivait aussi avec ce froid. Cà n'aide pas à la détente. De plus, on a eu des conversations où elles n'ont pas arrêté de se prendre le chou, ça m'a agacé. Finalement, j'aurais été mieux chez moi. Le grand sujet : c'était "pour ou contre la peine de mort". Chacun s'exprimait mais M. monte vite sur ses grands chevaux. J'en ai eu vite marre. On est rentré glacé. Sacrée soirée ! L'intention était pourtant belle. Nous sortir, nous faire plaisir.

Posté par melancolie85 à 10:52 - Commentaires [3] - Permalien [#]

30 janvier 2011

écharpe

tricot_2

voilà une écharpe faite de mes dix doigts, c'était une des premières.

Posté par melancolie85 à 10:31 - Commentaires [8] - Permalien [#]

27 janvier 2011

l'envie de créer

Je me suis balladée sur des blogs où les personnes activent leurs petites mains. Je suis scotchée, autant d'inventivité, ça m'étonne toujours. J'aime ça pourtant, mais depuis quelque temps, je me sens vide. Je me souviens, petite fille, j'aimais quand on bricolait à l'école, sans être douée ça je le sais, mais en tout cas je prenais du plaisir pour les petits cadeaux de Noël ou la fête des mères.

Puis au collège, il y avait les cours de travaux manuels : entre les pots de yaourts recouverts de ficelle, les cuillères en bois ornées, les tableaux noirs pointés et ornés de fils de couleur, puis la découverte des carrés en crochet, je me délectais. J'avais ainsi pu apprendre à ma mère le crochet, elle connaissait les aiguilles, mais le crochet pas trop. Et c'était le temps des carrés. C'était dur, je n'y arrivais pas bien. J'avais aussi découvert un peu la couture, c'était difficile aussi pour moi. Je n'ai jamais bien réussi. Il m'aurait fallu de bons et vrais cours. Je serais preneuse même aujourd'hui.

A l'adolescence, j'avais toujours quelque chose en chantier : tricot ou crochet, pull, cadeau pour mes petits neveux. Il y avait eu aussi la période "fleurs en collants teints". Plus tard, j'ai connu la pâte à sel, à l'école de mes enfants. On en faisait pour les vendre aux petites fêtes. J'étais passionnée. J'en ai beaucoup fait avec mes enfants petits.

Il y a quelques années j'ai découvert les écharpes tricotées sur les doigts, ma dernière n'est pas finie, je voulais l'offrir à Noël, raté.

J'aimerais me remettre à bricoler, l'envie est là naissante, mais je ne sais quoi. L'envie n'est peut être pas assez forte. Ma belle mère avait des doigts de fée, en cuisine, en créations florales, en bricolage. Moi, je peux faire, mais ce n'est jamais aussi bien fini. Comme j'aimerais retrouver ça !

Posté par melancolie85 à 17:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]

comme ça vient

Je n'ai plus de voix,re belote, fatigue.

Il est au cimetière, c'est fou les démarches qu'il y a à faire.

Elle a trouvé une maison à louer et tout comme elle souhaitait, comme quoi il faut savoir attendre.

Je ne suis pas retournée à la gym, je suis vraiment en stand by.

Ma pile de linge s'épaissit.

Mon ménage sait attendre.

Je n'ai pas gout à grand chose.

Nous avons fouillé les papiers et remis de l'ordre chez eux.

J'ai vu le compte rendu de la dernière réunion. Je m'y sens presque étrangère. J'ai eu peu de signe de leur part ce week end et j'en suis consternée. Pas de fleur. Alors qu'elles ont afflué des connaissances de mes belles soeurs. Pas de reconnaissance. Je suis si transparente que je ne compte pas. L'histoire de la reconnaissance : ne rien attendre, mais moi je vois bien que j'attends, et qu'il faut que je guérisse de cette attente des autres. Tant de chemin à faire encore. Comment je vais me sortir de cette impasse. J'ai besoin d'aide.

Posté par melancolie85 à 11:08 - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 janvier 2011

mamy

DSCF3427

Ce bouquet pour ma fille, reçue à ses 25 ans, je vous l'offre. J'espère votre aide pour nous consoler, j'espère que de là où vous êtes vous nous voyez. J'ai si peu été présente, me débattant avec mes propres démons, je le regrette tant. Je veux continuer la route avec vos valeurs que je n'ai pas toujours comprises. Belle mère, belle fille, pas simple, ferais je mieux ? La foi était votre force, l'amour inconditionnel, alors que moi je me perds dans des broutilles. Merci pour tout.

 

Posté par melancolie85 à 10:42 - Commentaires [3] - Permalien [#]