02 juin 2013

s'offrir une parenthèse

samedi, atelier. Je m'étais inscrite. J'arrive, nous sommes 6. Une personne a un problème de chaussures, elle perd ses semelles alors il faut lui trouver une autre paire, du coup nous perdons une demi heure. C'est trop drôle les chaussures qui se délitent juste avant la marche-écriture. Nous voilà parties à travers la ville à pieds, nous devons glaner quelques mots que nous lisons n'importe où. Nous en ferons un texte quelque temps après. Nous traversons le bois, puis arrivons dans un lotissement exemplaire avec des constructions contemporaines intégrées dans une nature généreuse, il règne un calme malgré les habitations, j'aimerais bien habiter là, à deux pas de la ville. Nous faisons quelques consignes par ici toujours liées à l'observation du lieu. Puis nous pique niquons. Moment simple de vie, convivialité. Nous reprenons le chemin qui va nous entraîner vers la colline, c'est magnifique, il fait beau, ça sent bon les herbes folles. Les vaches nous saluent en passant. Et nous continuons nos consignes, le derrière assis dans l'herbe, nous prenons le temps. Nous redescendons par le même chemin, toujours le cahier à la main, encore quelques exercices. Et c'est la fin d'une belle journée d'écriture dans la nature. Chacune est satisfaite, nous avons apprécié. C'est simple, efficace, et c'est un lâcher prise total. Marcher, dans de si beaux endroits, découvrir les arbres fous, les arbres morts, les points d'eau, le ciel et les nuages, le soleil qui transperce. Respirer. Se sentir vivante.

Posté par melancolie85 à 23:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


02 avril 2013

parfois

J'ai envie de fermer les portes

ne plus répondre au téléphone

ne plus inviter

ne plus être invité

pour me protéger

pour me couper du monde

juste moi avec lui

et un peu avec eux

Ne plus souffrir

de leurs mots, de leurs non-mots, de mes maux,

de leurs façons de voir, de faire

qui ne me vont pas

Juste le ciel, la terre et moi

Juste les fleurs, les chemins, et mes pas...................

Posté par melancolie85 à 10:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 mars 2013

J'ai quel âge dans ma tête

Petite fille à l'infini

ou vieille toute endolorie

rêveuse devant l'éternel

opprimée d'un monde cruel

la musique pour meilleure amie

le miroir comme grand ennemi

je ne sais plus l'âge que j'ai

je ne sais plus tous mes secrets

combien de temps me reste t il

pour devenir encore un peu

quelqu'un de mieux

quelqu'un de vieux

 

Posté par melancolie85 à 10:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

12 mars 2013

paix intérieure

Faudrait que je la trouve la paix intérieure !

Parfois, j'y arrive, je me dis je la tiens

Mais elle s'enfuit bien vite, balançant des horreurs !

Et si c'était demain ?

Je me réveillerais tout en douceur

Je serais de parfaite humeur

Je rirais de bon coeur

Ce serait le bonheur

 

Posté par melancolie85 à 16:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 mars 2013

la poésie

hier soir, je suis vite allée me coucher car jeune fils avait invité ses collègues de foot (après l'entraînement) à dîner. Tous les vendredi soir, ils se retrouvent pour manger ensemble. Je trouve ça chouette pour lui cette bande de copains. Il a fait des lasagnes, 2 plats, parce que ça mange bien à cet âge là. Et j'ai fait les crèmes au chocolat. Donc je suis partie dans ma chambre et j'ai regardé la télé. Depuis les travaux, on a mis la petite télé de la cuisine dans la chambre. Ce n'est pas que j'aime trop ça. Mais là c'était la solution pour hier soir. J'ai regardé un film TV pas terrible du tout qui se terminait. Puis en zappant je suis tombée sur une émission littéraire sur la poésie, très bien, j'ai adoré entendre ces gens parler de la poésie comme d'une façon de vivre autrement.... Oui c'est bien ça. Ce ne sont pas que des mots, c'est la façon de voir les choses, de voir la vie, de ne plus rien craindre. Je ne saurai pas bien retranscrire, je vous invite éventuellement à regarder cette émission qui est sur une chaîne que je ne regarde jamais d'habitude public senat, bibliothèque medicis, on peut revoir les émissions. C'était si bon à écouter. C'est à l'occasion du printemps des poètes.

De plus, dernièrement, j'ai envie d'écrire des mots partout dans ma maison. Comme je vais devoir inventer un décor, relooker des meubles, je voudrais voir des mots, des mots sur le buffet, des mots sur les murs. Va falloir que je me calme. Mais il y en a de si beaux : je me disais un par lettre, et dans ma tête, me voilà avec : AMI - BLEU - CERISE - DELICE - ENFANT - FETE - ...................... en recouvrir un buffet avec de jolies lettres ! je suis pas sure que ça plaise. Moi ça me plairait bien en tout cas.

Prenez le temps de regarder cette émission ! ça vous fera du bien. Sachez que je n'y connais rien en poésie. Juste fait quelques découvertes à l'atelier d'écriture, juste écrit quelques vers avec des consignes, juste que c'est agréable.

 

 

Posté par melancolie85 à 12:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


22 mars 2012

PERLE

Atelier de lundi :

Papiers à choisir sans regarder où sont notées des perles retrouvées dans des courriers administratifs ou même genre.

J'en choisis une que je dois intégrer dans ma lettre soit la lettre envoyée soit la réponse.

"Vous m'envoyez des formulaires avec des lignes trop courtes pour écrire ce que je veux. Que diriez-vous si je payais ma cotisation d'assurance sur des chèques trop petits pour écrire la somme entière ?"

Allez, c'est parti.

Monsieur l'assureur,

Je vous ai téléphoné la semaine dernière pour vous parler de mon gamin qui a cassé la baie vitrée et vous m'avez répondu qu'il fallait faire une déclaration écrite. Pourtant, je vous ai bien tout raconté en détail :

Que c'était l'anniversaire de ma femme, qu'on était 25 dans la salle  manger, que même Tonton Gustave était venu, qu'on a bien pris l'apéritif, un et deux et trois, peut être plus, je me rappelle plus, et que le gamin a mis la musique et que Tante Margot s'est mise à danser le charleston, puis tout le monde a essayé, et puis le gamin s'est pris un coup de talon, il a poussé la chaise en arrière et boum dans le carreau. Le gamin n'a rien eu mais le carreau est en miettes.

Vous le saviez tout ça, je vous l'ai dit. Vous m'envoyez des formulaires avec des lignes trop courtes pour écrire ce que je veux. Que diriez vous si je payais ma cotisation d'assurance sur des chèques trop petits pour écrire la somme entière ? Il faut écrire les circonstances détaillées que c'est marqué. Et bien, c'est impossible. Alors envoyez moi d'autres dossier pour que je puisse tout raconter.

Quand même, si c'est pas malheureux de rogner sur les bouts de papier à envoyer aux clients. Et tardez pas parce que j'ai mis du carton pour fermer la baie mais dans 15 jours, c'est la fête au papy et si c'est pas réparé, il va s'enrhumer, il va avoir 89 ans, faut faire attention.

 

 

                                                                                                                                      Pierrot Martin

 

 

Posté par melancolie85 à 11:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 janvier 2012

l'âme

L’âme en silence au bord du précipice

Soudain une main tendue avant qu’elle ne glisse

Surtout ne tombe pas

Je prendrai soin de toi

L’âme sauvée retrouve ses esprits

Merci à toi la main d’être là aujourd’hui

 imagesCAEDUUG7

Posté par melancolie85 à 16:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 janvier 2012

écriture d'un soir

Lundi soir, en compagnie de 5 autres personnes dont l'animatrice, j'ai écrit. J'ai beaucoup aimé cette soirée.

Elle nous demande d'abord, à l'aide d'étiquettes verbes qu'elle nous distribue, chacun choisit 6 étiquettes, de créer 6 expressions poétiques (juste compléter le verbe d'un C.O.D.)

Mes verbes : tailler - tondre - saluer - fouetter - rincer - ourler

Cela devient donc : tailler l'avenir, tondre le chagrin, saluer la mort, fouetter l'ennui, rincer la tristesse, ourler le jour.

Chacun donne ses expressions qui sont écrites au tableau.

Puis elle nous donne une liste commencée avec :

- un matin de printemps
- un temps de chien
- une peau de pêche
- un cri de guerre
- une tarte à la crème
- un été à la mer
- un regard de braise

et nous devons continuer la liste sur le même style, j'ajoute donc :

- une tête de chat
- des yeux en amande
- une robe à fleurs
- un champ de lavande
- une boite à gâteaux
- un livre d'images
- un dimanche à la campagne
- une tenue de soirée
- un bal de chasseurs
- un chemisier en soie

Elle nous demande de compléter toute ces expressions, celles données et celles juste trouvées, par de ..... quelque chose.
Cela devient :

un matin de printemps de cerises, un temps de chien de traineau, une peau de pêche ... ? rien trouvé, un cri de guerre du gentil, une tarte à la crème d'ennui, un été à la mer de glace, un regard de braise de cuisinière, une tête de chat de gouttière, des yeux en amande du Maroc, une robe à fleurs des villes, un champ de lavande de quenouilles, une boite à gâteaux d'armoire, un livre d'images de soi, un dimanche à la campagne du Président, une tenue de soirée de bistrot, un bal de chasseurs d'images, un chemisier en soie d'estime.

Ma dernière expression m'a bien plue, c'est à peine si j'ai osé la garder pensant que c'était nul, je l'ai gardée et elle a eu du succès.

Ensuite, à l'aide de tout ce qu'on avait déjà écrit, toutes les expressions à tout le monde, on doit écrire un texte poétique forme libre. J'ai écrit ce qui suit :

Un matin se lever,
Décider de fouetter l'ennui,
Et de rincer la tristesse,
Ourler ce jour bénit,
Du plus beau galon de sa vie.

Un matin de printemps de cerises,
Vite s'habiller du chemisier en soie d'estime,
Elle part ciseler le bonheur,
Elle part écouter les sourires,
Elle part épousseter les étoiles,
Elle part.

Elle veut rapiécer le temps, arroser les souvenirs, battre les peurs.

Elle voit l'invisible enfin et elle oublie.

Et même repriser le ciel maintenant qu'elle a des ailes.

 

 

ECRIRE

 

 

Posté par melancolie85 à 10:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

17 janvier 2012

ANGOISSE

Mes mains se glacent
J'ai chaud jusqu'à la face
Je ne suis pas à ma place
Je trépasse

Alors qu'ils me font face
Je ne trouve pas ma place
Je me glace
Je trépasse

Que faut il que j'y fasse
Absence de cuirasse
et je perds la face
Je trépasse

Vite dans ma carapace
Vite me cacher la face
Vite que l'instant passe
Vite sinon je trépasse

 

 

Posté par melancolie85 à 11:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 novembre 2011

Période écriture

Pendant que je le tiens, il faut que je l'écrive tout de suite, parce que après j'oublie :

La terre se lève

Le soleil ouvre les yeux

Le ciel s'étire

La lune regagne ses quartiers

les étoiles filent

La rivière refait son lit

La campagne déroule ses tapis

La montagne se grandit

Le vent fait les poussières

Les arbres s'ébrouent

Les oiseaux sourient

La ville s'émoustille

L'usine fume sa première cigarette

Tout est prêt

Morphée s'en va

La journée peut commencer

 

blog

 

Posté par melancolie85 à 16:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]