11 janvier 2019

Jour gris

Oh que les jours sont gris en ce moment. Gris dehors, gris dedans. Hier soir, j'ai explosé. Cette détresse que je ressens me bouffe complètement. Il suffit d'un ou deux détonateurs. Toujours ces petites contrariétés qui s'immiscent et me font tomber. Et quand je tombe, je retrouve tous les décombres de ma vie. Je tombe dans un amas de décombres. J'ai mis du temps à m'endormir.

Ce matin, je suis allée faire des courses, et je n'avais surtout envie de voir personne. J'allais d'abord chez un comptable mais là j'étais tranquille, il n'allait pas me faire la conversation. Il parle si peu celui là. Puis quelques courses dans la grande surface. Depuis quelque temps, je fais mes courses sans rencontrer personne. Et là bien sur, j'ai rencontré du monde et j'ai un peu discuté. Mal à l'aise bien sur. L'impression que je suis transparente et qu'on voit tout le désordre à l'intérieur. Est ce que ça se voit le désordre à l'intérieur ?

Je suis paniquée à l'idée d'être toujours cette fille là. Tout le travail sur moi n'a pas abouti. Je serai toujours cette fille en colère. Si les choses ne vont pas comme je veux, je ne le supporte pas. Et puis parfois c'est le même état sans raison.

Oh ce cerveau, ces neurones, cette chimie, ces habitudes, cette violence.................

Mon week end à venir est chargé, je vais chanter, est ce que ça va me faire du bien ? Cà va me demander beaucoup d'énergie. Je vais devoir cohabiter. Tout un programme. Vais je bien me contrôler ? Je me fais peur parfois.

 

 

Coeur sombre

Aux vieilles ombres

Tu sombres 

Dans les décombres

Et tu t'encombres

 

Posté par melancolie85 à 16:43 - Commentaires [5] - Permalien [#]


10 janvier 2019

DIVIN

Vin !

Non je ne te demande pas de dire vin.

Je parle de ce qui est DIVIN, comme je l'ai commenté chez Celestine hier. J'étais contente : pour une fois j'arrivais à poster chez elle car dernièrement ce n'était pas la joie, il me fallait voir défiler des tas d'images de voiture, de vélo, de feux de circulation, cocher, cocher, et cocher, sans aucune fin. Alors je n'essayais même plus. Et puis quand j'ai lu son post, je ne pouvais pas ne pas commenter. Et c'est ce mot là qui m'est venu. Je ne voulais pas en écrire plein, comment décrire mieux qu'elle cet état de grâce.

Oui cet état de grâce que je ne connais guère. Mais je ne peux pas dire jamais. Cela m'arrive parfois.

Mais pas en ce moment. 

Non, pas en ce moment, malgré que je sois à l'abri, au chaud, derrière mon ordinateur, malgré que je ne manque quasi de rien.

Et bien, est ce mon rhume, est ce les GJ, est ce l'après fête ?

Est ce plutôt ma nature qui revient toujours au galop ?

Je crois que c'est plutôt ça.

Je suis fade à l'intérieur. Pas loin du dégoût. Je n'ai envie de rien.

J'ai reçu un sms qui m'a fait plaisir, pourtant cet après midi, l'amie d'une amie m'a envoyé ses voeux. J'aime beaucoup cette femme que je connais peu.

Il me manque quelque chose.... 

De l'amitié, de la pure, de la vraie, de l'idéalisée.... De celle qu'on pense qui n'existe pas ou seulement dans les livres et les films.

Certes j'en ai des amis, mais il me manque ceux qui me comprendraient en un instant et qui me diraient : o toi, ça va pas fort, mets donc tes godillots et viens marcher avec moi....

Si je vous connaissais en vrai, si vous n'étiez pas loin, vous me le diriez vous ?

Posté par melancolie85 à 17:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]