Encore tant à apprendre, sur moi même. Les réflexions des unes et des autres m'ont remise en question. Je le savais pourtant qu'il ne fallait rien attendre des autres et j'en suis encore là. A vouloir que les autres fassent ceci ou cela pour moi. Quelle leçon ! jamais ils ne feront ce que je souhaite comme je le souhaite. Non jamais. Je m'en rends malade de cette connerie. Depuis ces échanges, je me dis que c'est moi qui mène la danse de ma vie. C'est vrai, pourquoi toujours attendre ? L'une de vous m'a dit que du jour où elle avait compris cela, elle avait été enfin libérée.

Cette semaine j'ai raté le yoga, je recevais des pèlerins ce jour là. Je me suis dit au début : que vont elles dire de mon absence qui se cumule de semaine en semaine ? Elles ne se sont sans doute même pas aperçu de mon absence. Alors pourquoi penser cela ? Pour tout dire, le yoga ne me dit plus grand chose. Je vais vers l'abandon. Pas assez d'explication, ambiance froide, saine mais trop froide pour moi. Je me questionne.

Il est clair que rien attendre est reposant pour le cerveau. Et même si je le savais, je me comportais autrement.

Etre heureux par soi, avec soi, sans attendre. Je vais y arriver.