Je rêve de faire un joli post sur un seul sujet comme le fait si bien mon amie Celestine. Elle parle de la pluie comme personne dans ces derniers écrits. Quelle plume !

J'ai aussi envie de vous parler un peu de la pluie. Bien entendu qu'il faut se réjouir qu'elle tombe, bien entendu sans faire de dégât, ni trop d'innondation car là c'est une autre histoire. Bien entendu qu'elle n'est pas toujours responsable de notre mauvaise humeur, ce serait trop facile. La pluie peut être délicieuse sous un grand parapluie. Dans notre métier, nous la réclamons parfois à grands cris car elle est bien souvent le sauveur. A quoi cela sert il de se plaindre sans arrêt du ciel ? Nos parents n'avaient pas le temps de se plaindre je pense, ou alors ils étaient habitués à ne rien contrôler. Je n'ai pas de souvenir qu'ils se soient plaint d'un dimanche pluvieux qui les ait empêché de sortir. J'ai peut être entendu une légère plainte lorsque qu'un orage éclata sur des foins juste coupés. Peut être.

Moi même j'ai fait du vélo sous la pluie. J'avais un ciré que j'enlevais une fois arrivée à destination, pour prendre le car et partir au collège, ou au lycée.    

Dimanche dernier, il pleuviotait. Nous avons décidé de partir voir la mer. Les essuie glace ont fonctionné tout au long de la route. A peine arrivés, il ne pleuvait plus et nous avons marché le long de la mer, regardant les vagues et le ciel gris qui tentait quelques lumières. C'était beau. Beaucoup de gens marchaient aussi. Quelques chiens trainaient leurs maîtres. Le vent m'ébouriffait. Soudain, de nouvelles gouttes rafraichissaient nos visages. Le parapluie n'a même pas servi. Nous étions juste bien.

Tiens, je me suis trompée de titre de post.

J'étais partie avec plusieurs idées en tête et je pensais faire un pêle mêle.

Il n'est bien question que de pluie. Je ne voulais pas me mouiller pourtant.