Je n'ai pris aucune résolution pour 2018. Il m'était arrivé en d'autres débuts d'année d'en prendre, hélas je me suis vite aperçue qu'on faisait ce qu'on pouvait et que les bonnes résolutions s'endormaient rapidement.

Par contre, fin 2017, j'avais pris la résolution de m'inscrire à ce fameux week end chantant. Ma voisine souhaitant y participer, d'autres personnes de la chorale également, certains y sont fidèles, je n'ai guère hésité à remplir la fiche d'inscription. Puis il y a eu les fêtes, etc.

Le week end dernier était donc celui là.

Oh combien j'ai réfléchi à préparer mes sacs, moi pas habituée à partir sans lui. Un grand sac pour le couchage et le lendemain matin. Un plus petit qui me suivrait avec les documents, la bouteille d'eau, le téléphone, le gilet supplémentaire, des mouchoirs, etc.

Nous sommes partis avec un autre couple dans cette ville et nous avons rejoint un grand groupe de gens comme nous, certains ne faisant même pas partie d'une chorale. L'après midi fut intense : le chef nous avait concocté huit chansons. Quelques pauses bien méritées. Un pique nique pour le soir. Nous étions hébergées chez l'habitant. Pas l'habitude. Moi qui reçoit les pèlerins, j'ai pu me rendre compte de ce que donnait l'arrivée chez des inconnus, qui ne sont pas des pros, mais qui veulent rendre service. Ces gens étaient vraiment charmants. Bien sur, très mal dormi, encore toute pleine de notes, trop pour la nuit, et puis trop chaud, et puis dormir avec une autre personne, pas si évident.

Le lendemain, nous sommes repartis dans la grande salle après un petit déjeuner fort sympathique. Révision de tous les chants. Puis repas de midi organisé par le stage. L'après midi arrive avec son lot de stress. D'abord un enregistrement. Puis le concert. Je ne vous cacherai pas que j'ai eu un grand moment de flottement à ce moment là. Et j'aurais bien pu m'échapper..... mais j'ai résisté. C'est là que mon grand sac était resté dans la voiture, que dans mon petit sac, il n'y avait pas  le déodorant tant espéré, ni le maquillage pour rassurer. Il n'y avait rien. Tandis qu'autour de moi elles se pomponnaient. J'ai chopé un rouge à lèvres. J'ai eu peur, si peur de me sentir mal, de tomber. Pendant les chansons ça allait, mais les intermèdes étaient difficiles, très très difficiles.

Mais je l'ai fait..... et depuis toutes ces notes sont encore dans ma tête.