Oh qu'elle est grise la rentrée ! j'en veux encore du soleil ! J'ai remis les chaussettes, les chaussons, et le soir je me pelotonne sur mon canapé devant la télé. Mais qu'est ce que c'est que ça ?

Je pensais : la belle arrière saison. Celle où je vais enfin prendre le temps.... J'en ai profité un jour avec mon amie A., un jour au bord de la mer à déjeuner dans un bon petit restau tout simple et très bon, à se balader le long de la mer sur les sentiers, à s'asseoir sur un banc à admirer l'océan, à refaire le monde, à se dire une nouvelle fois que nous nous sentions "décalées". Ouf, je me sentais moins seule tout à coup.

Depuis, c'est tout gris. Il a fallu rentrer les récoltes dans des conditions plus que moyennes. Ce fut gris aussi dans ma tête, sans trop savoir pourquoi. Peut être la fatigue, et le blues de changement de saison.

La reprise des activités finalement me stresse, après tout ce temps, je dois me remettre en mode "sociable" et pour moi ce n'est pas une mince affaire. Peu de monde dans mon groupe au démarrage de la chorale lundi. Où étaient elles donc ? A part deux nouvelles, il y avait moi même. Tandis que l'autre groupe était au complet.

Je pense à tout ce qui n'est pas fait : le grand rangement (rien de fait), les sorties prévues dans l'été (ratées).... pfff....

Le sport : tandis que les impromptus nous proposent un thème cette semaine "sportez vous bien", je me demande bien où aller frapper. Si ça se trouve, je vais frapper nulle part. Je ne veux plus de cette gym intensive que je faisais avant que mes épaules me lâchent. Je voudrais du plus doux, pour l'âme et pour le corps, peut être du yoga..... mais même le yoga, il y a plein de propositions que je ne connais pas et j'ai peur d'embarquer n'importe où.

La rentrée, je n'aimais pas trop ce moment quand les enfants étaient petits, il fallait faire ces fameuses courses avec les longues listes d'objets introuvables parfois. Pourtant aujourd'hui je suis sure que c'était le bon temps, que je n'ai pas su le comprendre à ce moment, car à l'époque je n'avais jamais entendu parler de "vivre le moment présent", je croyais que plus tard ce serait mieux. Me voilà plus tard et c'est loin d'être mieux.

J'espère qu'à l'école ils apprennent aujourd'hui aux enfants à vivre le moment présent sereinement.