Le travail est toujours aussi intense, voire plus intense. Il y a encore des travaux de récolte, en partie la nuit. La fatigue se fait sentir.

Le week end dernier était chargé : visite de famille, garde du petit, également deux jeunes neveux. J'ai voulu faire de la cuisine, difficile avec un enfant, comment je faisais avec les miens ? j'ai oublié ? j'ai fait simple. Repas avec grande tablée, heureusement dehors. Puis visite d'un beau jardin comme je les aime. Mais je manquais d'attention avec la fatigue. Je me suis pris un super gadin. En voulant faire une photo, j'ai reculé et derrière moi il y avait un bout de bois, j'ai donc basculé et me voilà complètement à la renverse de tout mon poids. Ma tête a évité de justesse un banc. Sinon je crois que j'aurais été assommée. Mon derrière s'en souvient encore. La nuit les neveux dormaient chez nous. Mais ça n'a pas été simple. L'un d'eux ne voulait pas rester chez nous. Il a fallu convaincre. Nous avons du gérer une crise d'angoisse. J'étais au bout. Le lendemain, ils auraient pu rester mais voyant le peu d'enthousiasme, c'est ma belle soeur qui les a repris, cela faisait déjà une semaine qu'ils étaient chez elle.

Cela m'a beaucoup tourmentée. Pourquoi chez nous ? Pourquoi chez les autres membres de la famille, ça se passe bien. Des questions dont je n'ai vraiment pas besoin, qui me font perdre confiance en moi. "je ne sais pas m'y prendre" "je ne suis pas une bonne personne" "j'aurais du faire comme ci, ou comme ça". Des questions qui deviennent obsédantes chez une sensible.

Alors qu'avec les pèlerins tout se passe bien et que je ne reçois que de bons avis. Mais les pèlerins ne sont pas des enfants ? Ainsi je ne serais pas douée pour les enfants. Cà se peut bien, ça. Impatiente, intolérante. Sans doute.

Quelque peu déstabilisée quand même.

Cette semaine je ne fais que mon travail. J'ai même annulé une sortie prévue avec une amie. Je ne me sentais pas disponible. En plus du bureau où je dois reprendre la tâche sérieusement, les gars ont parfois besoin de moi pour diverses manutentions qui ont lieu à cette saison avec les récoltes. J'aime ça. Cà me change un peu. Et quand on est très occupé manuellement, au moins on ne pense pas. Moi qui ai toujours le cerveau en surchauffe, c'est plutôt bénéfique.

Je ne vois pas grand monde, à part ceux qui passent sur l'exploitation. Cà me va pour un moment.