16 janvier 2016

sans R

 

Ah l'hiver, le froid, le blanc, la neige, la glace .... de quoi écrire un peu de poésie....sans R

Allez je vous attends, vous pouvez écrire à la suite du texte ou n'importe où dans le texte, dans un commentaire, copiez coller le texte d'avant et insérez vos mots sans R - il peut y en avoir mais on ne doit pas les entendre -, on essaie ????

 

J'aime les matins blancs

Qui soudain se dessinent

avec un ciel de laine

 

le 25/01 - voilà le texte final :

 

J'aime les matins blancs
Qui soudain se dessinent
avec un ciel de laine
Monticule blanc
L'oiseau gît sous le manteau
neigeux d'un matin.
Tout est mou, livide
Et l'homme s'en va flânant
jusqu'au tas de bois
comme un vieux badaud
Dans une bise matinale
où le temps n'a plus d'influence
s'envolent ses pensées
Au loin, il s'en va seul
De peines en plaines
Sous ses yeux se dessinent à nouveau de beaux paysages
Le ciel est à lui, le monde est en lui.
Et soudain il tombe
Sous un poids inouï
Qu'est-ce qui fait qu'il vacille ?
L'écho d'une confession aux essences d'un ange
Qui tel un jaillissement, l'éblouit soudainement
Et l'homme se lève à nouveau et va, l'âme apaisée
la vie lui a fait un signe
et il l'a accueilli.

 

 

 

Posté par melancolie85 à 12:50 - - Commentaires [16] - Permalien [#]


15 janvier 2016

essai

Deux fois que je lui dis oui. Elle me propose une visite à notre tante pour les voeux. Je réponds oui. J'aime bien cette tante. Elle a toute sa tête. Elle a accepté de nous recevoir. J'apporte une boite de gâteaux secs, elle me dit que ce sont des bons, ceux là. Elle s'y connait. Elle suit les actualités. On parle un peu de tout, j'aurais aimé parler davantage du passé, mais j'ai peur de trop la déranger. Nous passons donc quelques heures avec elle. Son petit appartement dans cette maison de retraite est coquet et propre. Elle est très âgée et semble de plus en plus fatiguée. Elle nous propose un café, de l'eau et un sachet, c'est plus facile pour elle. Nous repartons et elle me suggère d'aller rendre visite à l'autre tante une semaine après. J'accepte. C'était hier. Cette tante est plus perdue, elle est parfois incohérente, mais nous savons ce que c'est. Lorsque nous arrivons, la porte est fermée à clef, nous la pensons partie, après recherche elle est juste enfermée dans sa chambre, elle fait ça parfois. Elle regarde beaucoup la télé, calée dans son fauteuil, elle fait beaucoup de réflexions sur les gens qu'elle voit à la télé puis revient à notre conversation, c'est plus difficile avec elle, elle se mélange un peu les pinceaux.

Nous avons fait ces deux visites ensemble, ce n'était pas gagné il y a quelques mois. Nous n'arrivons pas à reparler du sujet qui a fâché, faut il même en parler ? Nous faisons comme s'il ne s'était rien passé.

Je me rends compte que finalement on ne s'est jamais vraiment parlé.

Posté par melancolie85 à 16:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]