27 mai 2016

Réaliser vraiment ....

Que ce qui nous est le plus cher, c'est notre famille proche : son mari, ses enfants et leurs amis, son petit enfant, pourquoi chercher plus loin ?

Que ce qui nous empêche d'avancer, c'est de toujours attendre......

Que pour être heureux faut il être entouré de plein de gens... ? non sans doute, il faut s'aimer SOI.

Que l'on ne peut pas faire de fête de voisins.... parce qu'on n'en a pas, enfin ils sont assez loin, peut on dire voisins ? et personne n'a rien proposé.

Qu'aller en réunion une fois par mois ne nous apporte pas du tout ce que l'on espère : l'amitié, alors ce soir on décide de ne pas y aller.

Que ce qui importe, c'est la santé. Cette semaine, on a eu connaissance de trois décès. Le dernier, c'est une dame d'à peu près mon âge, on l'a connue étant jeune, et après un peu aussi, c'est la soeur d'un ami, c'est si triste. Demain on ira à sa sépulture, pour le repos de son âme, pour son mari, pour ses filles et puis pour nos amis.

Que ce qui importe c'est de vivre le moment présent, même si on n'est pas dans le moule, même si on vit isolé, on a ses livres, on a sa forêt, on a ses pieds pour marcher, on peut être heureux comme ça.

Que demander l'aide à l'univers, ça fonctionne souvent bien, alors une fois de plus on va demander l'aide.

Que si on se retape bien comme il faut, on pourra se proposer aux petits frères des P., sans doute il y a des besoins, des gens en quête d'amitié, et de relations, qui le font savoir, alors on sera utile et on nourrira également son besoin.

Posté par melancolie85 à 21:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]


25 mai 2016

Aujourd'hui j'ai menti

Quand S. m'avait appelée, elle n'était pas très bien non plus, regrettait de ne pas aller marcher ensemble, finalement on avait programmé un moment puis déprogrammé, j'avais oublié le rendez vous kiné, et en plus il faisait mauvais temps. C'est elle qui avait proposé aujourd'hui, sans être sure, car elle avait une petite en garde, mais ça semblait pouvoir se faire. Entre temps, je l'avais rappelée pour son anniversaire, et puis annoncer le décès de la dame dont j'ai parlé car elle la connaissait aussi. Nous n'avions pas reparlé de la rando. Aujourd'hui, n'ayant pas de nouvelle, je lui envoie un sms en l'interrogeant sur cette rando ? Elle ne répond pas par sms, elle appelle.... et finalement elle avait pratiquement oublié sa proposition, dépassée par la garde de la petite. Je l'avais compris avant qu'elle me le dise. Et puis elle a dit : j'espère que tu ne m'en veux pas, elle se perdait dans ses mots. J'ai dit que NON. Et bien aussitôt j'ai pensé que j'avais menti. Mais si je lui avais dit que j'étais vexée, comment l'aurait elle pris ? J'ai préféré faire sobre et dire qu'on reportait. Cà m'aurait fait le plus grand bien de prendre l'air, j'ai pensé sortir seule et puis non, je suis restée au bureau. J'aurais pourtant besoin de ne pas être seule. Je suis encore mal. Je le dis à mon mari, mais je crois que depuis le temps, il n'y fait plus attention, ou bien alors il pense que j'exagère, ou bien il ne sait pas quoi faire. Quand j'ose le dire un peu autour de moi, ça me donne l'impression de faire fuir les gens. Il faut donc garder son mal-être, ne compter sur personne. Comment faisait ma mère ?

Tout à l'heure, j'ai tenté d'appeler A. Elle doit être au travail. A elle, je lui aurais dit que j'étais encore mal. Elle n'aurait pas pu faire grand chose pour moi mais elle m'aurait écoutée. Quand on est dans cet état, on se sent seul au monde. D'un coup, j'ai l'impression de ne plus avoir personne autour de moi. Et puis, on ne peut pas parler de cela à n'importe qui. La plupart me répondrait que je ne manque de rien. C'est sans doute vrai. Mais c'est bien autre chose.

J'ai menti, tant pis. C'est pour elle que j'ai fait ça.

Posté par melancolie85 à 19:13 - Commentaires [5] - Permalien [#]

24 mai 2016

écrire ensemble

V'là le début - à vous .....    écrire à la suite ou à l'intérieur - si possible avec rimes.... en reprenant le message d'avant et tout cela en passant par les commentaires.

 

Le ciel est un mystère

A s'en rouler par terre

A partir en enfer

 

Rien reçu depuis le 24 mai, je considère le poème terminé.

 

 Le ciel est un mystère
A s'en rouler par terre
A partir en enfer

Le ciel est un mystère
A trop chercher, notre âme s'y perd
Vite, retrouvons la source qui nous désaltère !


Prenons le bleu, le blanc

Prenons notre temps


Les yeux dans le bleu
Les yeux dans le gris
Les yeux dans la vie
De ce ciel changeant

Posté par melancolie85 à 19:43 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Prendre son temps ....

La bataille n'est pas encore gagnée. J'ai pesté encore ce week end contre rien, contre tout. Sauf quand j'ai reçu un pèlerin. Ils me mettent en joie, ils portent la joie les pèlerins. L'homme seul d'un certain âge aimait la conversation, ça tombait bien. Le matin, je ne l'ai pas revu, il partait trop tôt, je suis restée dormir. Le temps n'était pas non plus de la partie, du gris, de la pluie, forcément ça n'aide pas. Nous sommes allés voir nos enfants, le petit aussi me met en joie. La séance de CNV qui devait avoir lieu dimanche toute la journée a bien été annulée.

J'ai pris suite à l'intervention que j'ai subie des hormones comme prescrit, peut être que ça m'a détraquée. Franchement, un moral aussi bas, tout à coup comme ça ! ça m'arrive, c'est vrai mais j'émets des réserves sur ce traitement. Ou alors est ce le temps ? J'attends que ça passe.

Hier, j'apprends un décès, celui de la maman d'une connaissance, cette dame vivait depuis très longtemps à la maison de retraite où était également ma maman. Cette dame était si gentille, agréable. Elle avait des yeux rieurs et doux, je l'aimais beaucoup. Je ne l'avais pas revue depuis l'été dernier. Moi qui habituellement n'aime pas faire de visite, la question ne se posait pas, j'avais la force d'y aller seule, c'était évident. J'y suis allée, j'ai vu les proches, les ai embrassés, j'ai vu aussi quelques soignantes que j'ai également embrassées, j'aurais aimé leur dire combien elles me manquaient, elles et ma mère. Je ne l'ai pas dit mais je pense qu'elles ont compris. L'instant était émouvant.

Puis juste après, j'ai enchaîné avec chorale où trois personnes nouvelles rejoignaient le groupe. Pas facile, facile ! je ne sais pas lire les notes, je pensais que ce n'était pas très important mais je pense que ça aide. Mais quand ça fonctionne, que je reste dans ma voix et que j'arrive à entendre les trois voix mêlées, je trouve ça magnifique. Il faudra travailler et se sentir à sa place. Nous entamons l'apprentissage de nouveaux chants.

Et puis j'ai terminé avec une séance d'écriture, un atelier très intéressant où nous étions 6. Après nous avons papoté dehors, j'avais froid, avec deux autres écrivantes, ça m'a fait du bien, mais j'avais quand même très froid. L'une d'elles m'a reparlé du moment qu'elle avait passé chez moi quelques semaines plus tôt, avec son mari. Je les avais invités un dimanche, et puis je n'avais plus eu de nouvelle. Elle m'en a reparlé avec tant de chaleur et d'amitié que j'ai un peu moins douté sur mes capacités à échanger. Elle m'a dit qu'elle nous réinviterait dans leur nouvelle maison. J'avais eu peur d'être nulle car ils sont très érudits. On leur avait fait visiter notre environnement, ils étaient conquis par l'endroit et par nous semble t il.

Cela m'a rassurée.

Je doute beaucoup trop de moi.

 

Posté par melancolie85 à 18:53 - Commentaires [2] - Permalien [#]