14 mai 2016

Le calme serait il disparu ?

Le 6 mai, je parlais de calme et sérénité.... ce que j'apprécie profondément. Mais hélas ça ne dure pas. Il y a eu l'épisode "anniversaire" où je ne me suis pas appréciée dans ce que j'ai fait, je pense que ça m'a déstabilisée, car j'ai compris que je n'étais pas guérie !

Là c'est un grand week end une fois de plus, et je ressens le vide. Hier soir, je suis allée faire les courses et tout ce que je voyais dans le magasin parlait de voyage, de vacances, de grillades, de pique nique, de "foutez le camp de chez vous" .... Oui mais moi je reste ! Bien sur que ce n'est pas malheureux, bien sur qu'on est bien chez soi, je le dis si souvent. Mais un vent intérieur me dit qu'une fois de plus, je ne suis pas comme les autres. Les autres sont "presque" tous partis puisque c'est la vie d'aujourd'hui, puisqu'il faut aller voir plus loin si on y est.

Hier soir, mon moral était bas, j'aurais voulu des projets, je ne sais pas, un appel, que faites vous ? Peut on passer vous voir ? Voulez vous venir avec nous quelque part ? Bref, je ne sais pas. Me sentir reliée aux autres. Non, rien.

Tout à l'heure, une marcheuse arrivera. Ouf ! ce sera sans doute ma bulle du week end. Au moins, être utile à quelqu'un. Elle a réservé depuis déjà quelques semaines et j'avais hésité à dire oui, puis pensé que de toute façon rien d'autre n'était prévisible à cette époque. J'espère que ça va bien se passer.

Voilà le calme ne dure pas. Quand il est là, c'est vrai que ça fait du bien. Mais il part vite. Je finis par ne pas me sentir bien, oubliée, laissée pour compte, n'étant pas dans le coup.

Quand arriverai je à assumer d'être ce que je suis sans m'en vouloir ? 

Posté par melancolie85 à 14:10 - Commentaires [12] - Permalien [#]


12 mai 2016

J'ai honte !

Comme vous le savez, j'ai souvent eu honte dans ma vie, très tôt, honte de la maladie de mon père, de ce qui s'en voyait, de la maison insalubre où je vivais, et puis après, ça se décline en plein d'occasions d'avoir honte. Encore aujourd'hui, le déclencheur est très vite activé. C'est handicapant psychologiquement.

Mais là j'ai honte d'avoir quémandé des "bon anniversaire ma chère"....     Dans ma vie, je n'en ai pas eu beaucoup. Chez mes parents, juste quelques mots. Pas de gateau, pas de cadeau, pas d'invités. A mes 18 ans, j'avais fêté ça avec une amie, en équipe de jeunes, c'était la première fois que c'était marqué. Il y a eu celui de mes 55 ans, fait en surprise, qui m'avait créé une sacrée émotion. J'y ai pris goût.

Et puis à cause de ce fouttu réseau social où l'on sait tout, j'y ai pris goût également. C'est facile, tout le monde est averti et vous avez des dizaines de souhaits qui tombent le jour J d'habitude. Les amis en sont de près ou de loin. Au moins, ce sont quand même des gens que l'on connaît. Comme je l'ai évoqué dans mon dernier message, le jour J cette année, je n'ai rien eu. Je me suis sentie frustrée. Le lendemain, j'ai donc mis un message qui dit que c'est passé la veille avec une chanson sur comment vivre maintenant à un âge qui avance doucement. Je pense avoir fait ça assez délicatement, mais je n'avais qu'une envie c'était d'obtenir malgré tout des messages. Cà a marché.

J'ai mendié, oui j'ai mendié. C'est complètement fou.

Alain a raison de me dire que c'est du grand n'importe quoi. Mais malgré tout, cela me fait du contact et nourrit un peu mes besoins.

J'avais eu les voeux de ma petite famille, quelques amis, très peu, ma soeur. Je n'en avais sans doute pas assez.

Eternelle chercheuse de reconnaissance. C'est l'histoire d'une vie quand on pense qu'on a compté si peu, qu'on a été si peu entourée.

Voyez vous, je n'en suis pas encore sortie de cette histoire..... même si je vis.

 

Posté par melancolie85 à 19:43 - Commentaires [6] - Permalien [#]

11 mai 2016

Quand l'égo s'en mêle !

Hier, jour particulier, je regarde régulièrement sur le réseau bien connu si on m'adresse quelques petits mots sympas. A midi, rien. A 15 h rien. A 18 h, quelques personnes passent par ici, c'est à dire chez moi, dans ma maison, une amie chère, de la famille, et mes enfants sont là aussi. J'avais fait deux tartes et avec le reste de pâte quelques tartelettes. Cerises et prunes s'installent bien gentiment, sorties tout droit du congélateur. Quelques sms arrivent de part et d'autre : ma soeur, quelques amis.... Mon homme m'offre un beau livre sur Compostelle. Je parle à mon amie de ma nouvelle passion pour la chorale. Nous allons visiter le jardin. A 20 h, tout le monde est parti. Je suis un peu claquée, j'ai gardé mon petit fils toute la journée, j'avais la table complète à midi, et j'ai reçu ce soir. Mais quand même avant de me coucher, encore un petit tour sur le PC, F.B. a bien du se réveiller, d'habitude ça fonctionne ce truc là des anniversaires. A 22 h, pas un seul mot pour moi. Et bien mon égo était tout flagada, dis donc.....

Et c'est là que je me suis dit, avant F.B. n'existait pas, donc tous mes soi-disant amis ne me fêtaient pas mon anniversaire, et je m'en fichais pas mal. Oui mais là, FB existe, j'ai pas mal d'amis, FB prévient facilement des anniversaires, j'ai donc été oubliée.

Oubliée ? ou la malheureuse ! C'est pas top ça. Cà fait bobo.

Euh tu vas pas te laisser bouffer par ce truc là ? me dis je    Euh ben laisse moi respirer, je vais m'en remettre, me réponds-je

Ce matin, encore RIEN, des fois que les insomniaques auraient écrit cette nuit.

Du coup, ce matin, c'est moi qui écris. Je dis que j'ai changé d'âge et je mets une jolie chanson. Et soudain tout le monde rapplique. Décidément, FB n'en fait qu'à sa tête.

Un problème d'égo ? Oui un GROS. Consciente ? oui CONSCIENTE.

L'an prochain, je mettrai un mot la veille en disant que je vais vieillir demain.

Et dire que chez nous, on ne fêtait jamais les anniversaires !

 

Posté par melancolie85 à 14:41 - Commentaires [24] - Permalien [#]