04 janvier 2016

écrire encore !

Sans que je cherche, il me vient des bribes de texte dans la tête, du coup, ça me donne envie d'écrire, alors

 ON S'Y REMET ?  

 pas de nombre de pieds, pas de rimes imposées, faites ce que vous voulez, en toute liberté, je ne modifierai rien. Je m'accorde juste de commencer le poème. A chaque nouveau commentaire, vous recopierez en copier-coller le début et vous y ajouterez vos mots. Allez y, soyez joueurs .... 

Soleil immense, petite abeille, et le vent, et le vent,

qui m'a couché par terre, en riant, en riant,

 

 

Voilà où on en est le 6/01, merci de continuer soit en ajoutant à la suite soit en insérant où vous voulez de nouveaux mots (copiez collez en commentaire avec vos mots en plus)

Soleil immense, petite abeille, et le vent, et le vent,
qui m'a couché par terre, en riant, en riant,
dans les rais de lumière
Soleil intense, petite fille, sous la pluie, et puis et puis
qui m'a fait lever les yeux vers le ciel,en dansant, en dansant

 

le 15/01 voilà ce que ça donne, l'écrit est terminé :

Soleil immense, petite abeille, et le vent, et le vent,
qui m'a couchée par terre, en riant, en riant,

dans les rais de lumière

et pourquoi aujourd'hui, dites-moi, dites-moi

cette tempête qui gronde au delà, au delà

de mes frontières sages, pourquoi dites-moi ?

Soleil intense, petite fille, sous la pluie, et puis et puis

qui m'a fait lever les yeux vers le ciel,en dansant, en dansant,

J'ai vu s'enfuir ma colère

Au retour d'un long voyage

J'ai croisé cet enfant sans âge

Au regard profond et solaire.

M'a relevé de terre, le sait-il seulement, le sait-il seulement.

Je n'irai ni lui dire, ni lui écrire.

Je ne nierai rien

Mais désormais, c'est à lui que s'adresseront mes prières

Quand au soir de ma vie doucement doucement

Viendront virevolter mes souvenirs

comme des papillons

je le verrai toujours courir sur cette plage

comme un enfant sans âge.

 

Posté par melancolie85 à 12:05 - - Commentaires [16] - Permalien [#]


Le passage ....

Nous avons réveillonné comme chaque année désormais dans un restaurant avec 300 convives, un orchestre, un bon repas, mais du bruit, tellement de bruit.... des cotillons (c'est curieux, ça ne m'amuse pas beaucoup les cotillons). Les mets étaient parfaits, les voisins des autres tables charmants, il y avait des tables de 4, de 6, de plus, et de 2. Je les ai trouvés courageux ceux qui sont venus à deux. Enfin c'est que moi je pense que je n'y arriverais pas, pour eux ce n'est sans doute pas un gros effort. Nous avons dansé avec peine car la piste semblait trop petite pour tous ces quinqua-sexa qui avaient envie de se déhancher. On s'est fait une toute petite place. Cà s'est terminé très, trop tard. J'ai payé cher le lendemain, j'avais l'impression d'avoir une bouilloire à la place de la tête.... et ça a duré quelques jours.

J'ai trouvé difficile de ne pas aller à la maison de retraite cette année. Je ressens le manque mais je n'en parle à personne, sauf ici.

J'avais pensé envoyer des voeux par courrier, je ne l'ai pas fait. Incapable de tenir les promesses que je me fais. C'est pourquoi je ne prends aucune résolution cette année. On verra bien. J'ai donc pour l'instant au fur et à mesure envoyé des mails et posté sur le grand réseau.

Pendant 2 semaines, nous n'avons pas fait grand chose comme si le temps était si court qu'on n'avait pas le temps de se retourner et démarrer quoi que ce soit. Il est urgent de se reprendre et se remettre à la tâche.

La semaine dernière, j'ai reçu un appel pour nous inviter à un anniversaire. C'était hier. Alors qu'il y a quelques années, je pense que j'aurais refusé, j'ai accepté. C'est un ami de longue date, du temps de mon premier emploi, nous avions commencé le même jour. Nous avons co voituré quelques années. Il est toujours dans cette même boite, moi j'ai quitté il y a déjà si longtemps. Nous nous sommes toujours bien entendus. Il me faisait tellement rire. Il a organisé vite fait son anniversaire important en proposant à famille, amis de se retrouver chez lui autour d'un petit buffet. Pas de chichi. Pas de déco. Pas d'animation. Nous avons bu et mangé sur le pouce. Je ne pouvais pas refuser cette invitation, pourtant j'ai du prendre sur moi. Nous connaissions un peu sa famille, mais presque pas ses amis. Avec l'une d'elle, j'étais allée au collège. Après s'être croisé parfois en s'ignorant de part et d'autre, nous avons discuté un peu. Avec un autre couple, nous avons des connaissances communes. Bref, en cherchant bien, nous avons trouvé quelques conversations. Mais c'est fatiguant. Sans doute parce que j'y consacre trop d'importance, trop d'énergie. J'étais contente d'avoir relevé le défi, mais j'étais contente aussi de rentrer chez moi hier soir. J'ai pu me rendre compte que mon ami et sa femme avaient de nombreux amis et qu'ils en étaient très heureux, par contre ils voient peu leurs enfants qui sont éloignés, et je pense qu'ils en souffrent.

 

 

 

Posté par melancolie85 à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]