30 avril 2016

Comme j'aimerais !

Comme j'aimerais la renaître cette petite ! D'abord, ce ne serait pas un dimanche. Non le dimanche ne lui va point. Ce serait un mardi, tiens, pourquoi pas ! un jour neutre où on s'active, où le week end passé est déjà loin et celui à venir pas encore dans la tête.

Elle n'arriverait pas la deuxième (elle est en réalité la 3ème, le 2ème n'ayant pas vécu), ce n'est pas clair cette situation .... On lui trouverait un autre rang.

Et on lui donnerait un autre caractère, d'autres traits aussi, elle serait moins chétive, elle paraîtrait moins triste, tout serait différent, et en sensibilité on baisserait le degré, on a du se tromper de dose. Il en faut mais point trop n'en faut.

Et puis, il faudrait que très tôt, elle ait du monde autour, des grand parents aimants, des amis de parents, des oncles et des tantes sympas, il faudrait qu'elle n'ait pas peur des gens. Pour cela, en cotoyer le plus possible. Après elle aurait l'habitude.

Il lui faudrait des livres autour d'elle, des vacances en famille parce que ça fait du bien, que tout cela équilibre. Il lui faudrait de la stabilité, un père qui travaille, une mère qui soit heureuse, ainsi elle le serait aussi.

Il faudrait qu'elle apprenne à se défendre des loups parce qu'il y en a dans la vie, et des fois bien masqués, se défendre intelligemment, pas en étant agressive, en étant elle même, et sachant se faire respecter plutôt que de devenir une proie, c'est si facile de devenir une proie.

Il ne faudrait pas forcément qu'elle vive dans du coton, il lui faudrait apprendre à choisir un métier qui lui plait, une passion, qu'on n'ait pas constamment peur pour elle, qu'elle puisse voler de ses propres ailes et qu'elle ait ses idées.

Et surtout, surtout, qu'elle n'ait jamais honte, parce que ça, c'est le pire de tout !

Comme j'aimerais la renaître cette petite !

Posté par melancolie85 à 15:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]


où es tu ?

 

Où es tu ?

Dans le moindre frisson de l'arbre ou de la pierre

Dans le roulis de l'eau de la grande rivière

Dans le sourire soudain de ce bel inconnu

Dans la douce musique là au coin de la rue

Je te cherche partout

Mon coeur est en morceaux

Le temps passe, rien n'y fait,

Et personne ne sait

A quel point ce fardeau

pèse lourd sur mon dos

L'absence est une épreuve

Il nous faut continuer

Sur le sentier de vie

Où l'on ne fait que glisser

Tomber, se relever, chanter, pleurer, jouer,

Et puis un jour, on vole.....

Tu voles

DSCN0611

 

Posté par melancolie85 à 11:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 avril 2016

non non je ne suis pas repartie

Je suis ici. J'ai eu moins envie d'écrire. Raconter quoi ? Cette impression de n'avoir rien à dire d'autre que ma petite vie à la campagne, sans grand intérêt pour quiconque. Se dire à nouveau qu'on est vraiment seul, tout seul au monde, que les autres ne peuvent jamais savoir ce qui se passent dans votre tête, sauf si vous leur dites, et encore même si vous leur dites, le comprennent ils ? "Tu réfléchis trop", m'a t elle dit l'autre jour cette amie ! Ah bon, ben moi je préfère réfléchir un peu.....  bref là quand je vous écris, je me sens un peu bof !

Pourtant le week end dernier, j'étais à la fête, une belle fête, comme celles que j'aime, qui me font peur une semaine avant, parce que je pense ne pas pouvoir m'adapter à la situation, et puis dans le flot, ça fonctionne. Une fête de retraite et d'anniversaire d'un copain proche, mais il y avait aussi tous ses autres copains, et c'est de ceux là dont j'avais peur. Tout s'est bien passé, j'ai osé aborder quelques uns, avant  je n'osais quasiment pas. Tout était beau : la déco, la cuisine. L'animation était au top. J'ai pensé que pour en faire autant, ce serait dur, mais on n'en fera peut être pas autant, même peut être rien du tout. J'ai dansé, mes épaules ne me font presque plus mal. J'ai dansé le madison, j'adore danser le madison, le simple, ça me fait du bien à la tête....   

Les hommes travaillent très dur en ce moment, des horaires à rallonges. Je suis souvent seule, surtout le soir. Le moral en prend un coup, même si parfois j'aime être seule, mais là de toute façon je ne choisis pas.

Je vais aller rencontrer une (petite) chorale avec une autre personne. J'ai un peu peur aussi. On n'a jamais chanté dans une chorale. C'est d'abord juste une prise de contact. Je sais qu'ils cherchent plutôt des hommes.

Et puis j'ai froid, je me sens contractée.

J'ai regardé la Grande Librairie, plaid sur moi, chauffage en route. Dernièrement, je trouve que la barre est haute. Ils ne cessent de parler de tas de références en littérature, si on ne les a pas, on est un peu vite largué, c'est mon cas. Certains ici m'avaient encouragé à lire depuis le début, genre études de lettres. Je ne m'y suis pas attelée. Je pense qu'au fond je ne suis pas assez courageuse pour tout ça. J'ai l'impression que c'est bien trop tard déjà. Et puis ce serait sans doute mieux de s'y mettre à plusieurs pour le partage, et là je ne vois personne.

 

Posté par melancolie85 à 18:07 - Commentaires [6] - Permalien [#]