Quand j'ai lu ce matin Bonheur du Jour, j'ai eu 10 ans. Oui oui 10 ans, d'un coup d'un seul, j'ai grimpé sur la pierre, crapahuté sur le toit du clapier à lapins, le lilas tout près sentait bon, les poules caquetaient tout autour, le soleil était tiède. Je n'étais pas si loin que ça du monde, mais j'étais dans le mien, j'oubliais tous les autres. J'avais apporté avec moi ce qu'il me fallait. Une vieille clé qu'on avait bien voulu me laisser, elle ne servait sans doute plus à rien, la boite de conserve qui trainait par là, et puis l'eau savonneuse. Je ne me rappelle plus comme on la faisait. Juchée sur le toit, je passais des heures à envoyer des bulles, à personne, juste les voir voler, s'envoler, dans mon petit monde. Cà durait, je n'embêttais personne. Il ne valait mieux pas car ils n'aimaient pas m'entendre dire "je sais pas quoi faire".... vu que je n'avais pas d'enfant de mon âge autour sauf la petite voisine mais je la voyais peu, chacun chez soi, les deux familles ne s'entendaient pas.

Ainsi les bulles sans doute libéraient mon esprit pour un temps, et de relire ça ce matin, l'effet fut magique.

 

P5240281 (2)