30 mai 2015

isolement

Hier soir, là où j'étais, on était ensemble pour parler de l'isolement. Je n'ai pas trouvé de réponse. On a parlé de bulle, d'être dans sa bulle quand on est comme nous....  à une fête par exemple, avec les autres, mais "isolé" parmi les autres, dans nos pensées.

Je n'avais pas pensé à cet isolement là. Je pensais à l'isolement, le vrai. Le sentiment d'être très seul, d'abord géographiquement, puis les quelques amis que l'on a ne surgissent pas tous les jours à notre porte, ou au téléphone. Certaines personnes présentes à cette réunion ont déjà plein d'amis mais souffrent de quelques problèmes, n'en parlent pas forcément à leurs amis.

Je pense qu'à l'origine, ce qui m'a empêché d'avoir beaucoup d'amis, c'est que je ne pouvais les recevoir à la maison, comme je l'aurais souhaité, quand je vivais chez mes parents. Trop de honte. J'ai gardé cette honte en moi. Et pour recevoir, il aurait fallu que tout soit toujours parfait. Moi y compris. Je ne me sens pas parfaite loin de là. J'ai très peur de ne pas être à la hauteur. Quand je reçois, j'ai souvent des angoisses avant, pour la cuisine, pour le ménage, pour ma tenue..... c'est épuisant !

Est ce que c'est pour ça que j'ai choisi quelqu'un qui a peu d'amis aussi, beaucoup de relations, mais peu de vrais amis ? Et il ne s'en plaint pas, lui. Est ce que c'est pour ça que j'ai choisi quelqu'un qui travaille énormément, comme ça on a un alibi la plupart du temps, enfin on avait un alibi. Tout cela s'est fait sans doute sans que je m'en rende compte au début.

Je ne confie pas cela à mes amis, quand je les vois, on parle de la pluie et du beau temps, des enfants, eux nous parlent de leurs vacances, leurs voyages. Ils n'ont sans doute pas conscience de mes manques.

Un sms, un coup de fil, une proposition, une visite, ça devrait être beaucoup plus naturel .....  J'essaie souvent de faire ma part, même plus. Des mails, F.B. réseau social où je suis en lien avec pas mal de monde (vive le net), des propositions de temps à autre pour des spectacles, des pique nique l'été, des voyages. Oui je fais ma part, c'est sur.

Ne pas être en attente, travailler sur cela : ne pas être en attente car voyez vous je suis dans l'attente .....  hier soir, je n'ai pas eu de réponses à mon attente.

 

Posté par melancolie85 à 10:21 - Commentaires [5] - Permalien [#]


28 mai 2015

héberger

Un appel cet après midi pendant mon absence. Je lis un petit mot sur le bureau : un nom un numero et samedi et Compostelle. Zut, il sait bien qu'on ne pourra pas samedi.... Je lui en parle : pourquoi as tu écrit cela puisque c'est impossible. Ben, j'ai pas voulu la décevoir, des fois que t'aurais des numeros à lui refiler.... Cà m'agace, ils appellent tous pour des dates où je ne peux les recevoir, c'est mal parti cette année.

Et puis je vais la rappeler quand même. Je vais lui donner l'adresse d'une chambre d'hote, c'est sur le chemin, et la dame souhaite accueillir des jacquets. Je l'appelle, elle n'a rien trouvé pour demain soir et prévois dormir pratiquement à la belle étoile. Je lui donne le tuyau. Elle me dit que ça ne sera pas possible une chambre d'hote, elle peut pas, elle est partie plusieurs mois et pas question de s'offrir une chambre d'hote au tarif qu'on leur connait. Je lui conseille d'appeler quand même et d'expliquer, peut être le tarif sera spécial. Et je m'excuse pour samedi, je lui indique un camping.

Ah je les aime ces pèlerins, ça me vexe quand je peux pas, ça m'inquiète quand ils trouvent pas. C'est dingue de s'inquiéter pour des gens qu'on ne connaît même pas. Mais c'est plus fort que moi. Et puis après j'oublie.

Quand je pense à ce chemin, je me dis que si c'était moi, je voudrais absolument trouver un hébergement, je ne me verrais pas dormir à la belle étoile, non. Elle m'a dit qu'elle n'avait même pas de toile de tente. Et dire que pendant ce temps, il y en a qui se prélassent dans des lits de 2 m sur 2....  Peut être que chez elle, elle a un lit de 2 m sur 2 et qu'elle en a marre de ce lit, c'est peut être pour ça qu'elle est partie.

En plus mes chambres sont en bazar, pas encore bien facile pour moi d'accueillir.....

Dans la vie courante, je ne reçois pas beaucoup à dormir, c'est arrivé pour des neveux. Les Compostelle, ils sont pas difficiles, ils ne vous reprochent jamais la poussière ou le désordre, c'est différent pour les non-compostelle. Et puis la salle d'eau est complètement moche, mais eux ils s'en foutent, c'est ça qu'est bien. Si seulement on était tous des marcheurs de Compostelle, ça faciliterait les relations..... enfin je dis ça, y a peut être des chieurs, j'ai de la chance, je ne les ai pas encore vus.

Bon en tout cas c'est encore raté.

Posté par melancolie85 à 22:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]

mauvais souvenir

Elle avait voulu me faire parler, la voisine. J'étais allée voir la petite avec laquelle je m'entendais bien, nous avions trois ans de différence. Tout à coup, elle me demanda si je savais ce qui c'était passé la nuit précédente, les maisons étaient distantes de quelques dizaines de mètres.... J'ai menti, j'ai dit que je n'avais rien entendu. Pourtant c'était chez nous que ça se passait. Mon père était en crise comme d'autres fois, souvent la nuit. Cà criait fort. Je ne sais plus quel âge j'avais.

Etait ce malin de demander à une enfant ce qui se passait chez elle ? elle avait bien du comprendre ce qui se passait.

J'ai appris à mentir trop tôt et je n'ai jamais oublié ces questions à elle.

Posté par melancolie85 à 14:06 - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 mai 2015

ils reviennent

Qui revient ? eux, mes démons..... ah oui dès qu'il y a un peu de place dans ma tête, ils attaquent. Faudrait surtout qu'il n'y ait pas de chemin pour eux. Que je sois enjouée tout le temps, avec plein de projets, plein de sorties, plein de musiques, plein d'idées.... Oui mais c'est fatiguant à la fin, je peux pas être au taquet tout le temps. Alors ils arrivent comme s'ils n'étaient jamais partis. Ils connaissent bien la maison, on dirait. Et voilà que je te mets tout ça bien en gris foncé, que je te fais battre le coeur, que je te mets le sourire en berne, que je t'embêtte un peu pour dormir, que je te mine quoi ! Va falloir que je bataille dur dans les jours à venir pour les faire fuir. Et si j'arrive pas à les faire fuir, va falloir que je cohabite. Ce ne sera pas la première fois. Je sais bien qu'au bout d'un moment, ils en ont marre, qu'ils finissent par partir, parce que pour eux, je ne tombe pas assez bas. Je me ratatine un peu, certes mais je ne tombe pas par terre. Je refuse. J'ai toujours mené ces combats. C'est ma vie.

Pourquoi sont ils à ma porte ? Je me doute que le mariage est d'ici peu, celui auquel je ne suis pas invitée, je ne connais pas la date, on ne me l'a pas donnée, mais on chuchoté le mois à mon mari. Juin. Ainsi, à la différence de l'autre même situation d'il y a 9 ans où je savais la date, où j'ai tenu le coup jusqu'au jour J et où je me suis écroulée après, cette fois il me faut tenir le coup avant. Finalement peut être que c'est après que je serai libérée. Mais comme à l'autre fois, j'osais il y a encore quelque temps espérer un revirement de situation. Une prise de conscience. Ils savent tous qu'ils me font mal, très mal. Je me demande comment on peut vivre en sachant qu'on fait si mal à quelqu'un. Ils y arrivent, on dirait.

Mes pensées sont toujours là dedans, même si j'essaie de m'évader vers ailleurs.

Dehors les démons, fichez moi la paix !!!!!!!

Posté par melancolie85 à 09:32 - Commentaires [8] - Permalien [#]

25 mai 2015

Pentecôte

Nous n'aurons pas profité des ponts du mois de mai pour partir ailleurs. Non, ce n'est pas le moment pour nous. Vendredi soir, je suis allée à mon cours de CNV. C'est difficile à intégrer, mais j'essaie. Les personnes qui sont avec moi sont agréables, nous nous entendons bien. L'une d'elles m'a confié quelque chose qu'elle a vécu il n'y pas si longtemps dans une association, ça me ressemble au niveau du ressenti. Elle s'est trouvé terrassée par la situation. Je crois que je n'avais jamais entendu tel témoignage, cela me rassure sur mes émotions. Je ne suis pas un cas extraordinaire. Nombreux sont surement les gens qui sont dominés par leurs émotions. Et ça peut bouleverser des vies. Nous avions apporté chacune quelque chose à manger. J'avais fait les petites verrines au fromage blanc de chèvre, avec des miettes de sablé, et des fraises, et la feuille de menthe qui chapeaute le tout, c'est bon et apprécié.

Nous y avions pensé à partir, malgré le travail qu'il y avait à faire au niveau des semis, ça pouvait se risquer, c'était peut être juste pour me faire plaisir, quand nous avons été sollicités pour garder le petit bonhomme une journée. Pas ou si peu d'hésitation. Il remportait tous les suffrages. Nous allions l'avoir pour nous tout seuls toute la journée, et cela s'est même prolongé pour la nuit. Super ! fatiguée à la fin car mon bras droit n'est pas costaud à cause de l'articulation de l'épaule très défaillante, hier soir j'étais k o. J'ai l'impression de n'avoir rien fait d'autre que d'être dans les biberons, les couches, les petites conversations, les endormissements, les réveils, les promenades...... et les rots, les petits chagrins, les bisous..... toute une histoire quoi ! Cette nuit, par contre, je n'étais pas tranquille, la peur.... je me suis levée pour voir. Rien, il a dormi toute sa nuit.

Aujourd'hui il est reparti après le biberon. Il était charmant, cette aventure ne semble pas l'avoir traumatisé.

J'en suis déboussolée dans mes occupations. Fallait que je vous raconte.

 

Posté par melancolie85 à 11:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]