24 avril 2015

Je voudrais dire le métier

Il est passionné.... Pas grand chose d'autre qui compte. Son père faisait déjà ce métier, tout comme son grand père, et surement plus loin d'autres encore. Il a évolué dans les systèmes, est passé du mode "chimie" au mode "plus réfléchi" et puis "sans chimie". Il en est fier. Mais pas question malgré tout de revenir à l'âge de pierre. Il a beaucoup de matériels parce que beaucoup d'hectares à faire. J'écris ce post car je viens de me rendre compte qu'il a dit oui pour une visite de quelqu'un pour voir une installation. Je suis pas sure qu'il soit capable de dire non. Parler de ce qu'il fait, il ne se lasse pas. Des heures et des heures de travail ne le feront jamais s'énerver. Il ne comprend guère ceux qui ne se plaisent pas à leur métier et alors il les plaint. C'est sa vie. Son loisir : le repos.

Posté par melancolie85 à 19:23 - Commentaires [5] - Permalien [#]


la discrétion

Pourtant, j'aime plutôt me faire discrète. Mais dans google je me rends compte que j'apparais dans plein de sites. Pourquoi cela ? je n'ai rien demandé. Quelle est la solution ? moi et l'informatique cela fait deux. Faut pas que ce soit trop compliqué. Par moment, j'ai presque envie d'annuler ce blog, peur d'être retrouvée..... Je tape d'autres noms et très peu de sites sortent, et moi c'est le pompon. Est ce qu'il y a ici une informaticienne ou un informaticien pour me dire comment ça se passe. Là on est loin de la poésie, ce truc commence à me faire peur. J'apparais même sur un site que je ne veux pas citer, j'ai reçu un jour un mail de quelqu'un que je connaissais et j'ai du répondre, et me voilà maintenant connue alors que je ne fréquente pas ce site. Tout cela est mystère pour moi.

Posté par melancolie85 à 15:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 avril 2015

Au bord

J'ai écrit à Celestine que moi aussi je me sentais souvent au bord comme elle l'exprimait dans son beau texte si bien écrit, elle a une plume cette Celestine..... et de me répondre que cela concernait surement les hypersensibles, je suis bien d'accord. J'écris dans ma tête très souvent, sans rien noter sur un papier, je trouve ça bien, et puis j'oublie. Aussi me sera t il impossible de retranscrire le début d'un texte, éphémère de surcroît, commençant par "assise au bord du ciel".

Depuis que je vais à l'atelier d'écriture, j'ai découvert combien de mots et d'expressions étaient magnifiques à écrire, à dire, tellement belles que cela m'émeut.

Je suis donc souvent "au bord des larmes" quand j'écris.

Je suis "au bord de la crise de nerfs" quand je suis trop fatiguée de mes douleurs d'épaules, et que tout m'agace, et que j'envoie tout promener.

Je suis "au bord du précipice" quand je me sens couler et anéantir, que les idées trop grises sont envahissantes.

Je suis "au bord de la vie" quand parfois je vois les autres s'activer tellement et que moi parfois je n'ose pas, par peur de leur regard.

Je suis "au bord du ciel" quand je me promène et que finalement c'est lui, le ciel, que je regarde le plus, tant ce bleu m'hypnotise.

Je suis "au bord du malaise" quand j'attends à la caisse de la grande surface ou dans une fête, si je dois rester debout.

Je suis "au bord de l'eau" pour prendre de très jolies photos.

Je suis "au bord de la vieillesse" même si on me dit que c'est faux.

Je suis "au bord de l'amitié" avec certaines personnes dont je ne sais si je peux les nommer amis ou pas encore.

Je suis "au bord du temps" car j'aime le passé, autant que le présent, un peu moins l'avenir, tout se mêle et je passe vite d'un à l'autre car j'aime à m'y promener.

Je suis "au bord du désespoir" quand je vois ce monde si malmené, tant de cruautés, tant de lâchetés, tant d'inhumanité.

Je suis "au bord de la poésie" pour l'avoir découverte il y a si peu de temps, alors qu'enfant je n'y ai jamais rien compris, juste appris, sans jamais chercher plus, c'est elle qui peut changer le monde.

Je suis "au bord de la résilience" comme le dit Boris C., je sais que c'est possible, mais je traine encore un peu les pieds.

Je suis "au bord de la colère" que j'essaie d'enfouir, ils ne changeront plus d'avis maintenant, nous n'irons pas à ce mariage dont je ne connais pas la date.

Je suis "au bord du jardin" à regarder pousser les plus beaux légumes du monde.

Je suis "au bord du monde", je me fiche des frontières, il n'est question que d'humains.

Je suis "au bord de la confusion" parce que je me suis servie d'une idée de Celestine pour mon billet car parfois je n'ai plus d'idée et je pioche chez les autres. Pardon Celestine.

 

 

 

 

 

Posté par melancolie85 à 10:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 avril 2015

une décision !

Aujourd'hui, ils ont ôté le toit en verre. Cela fait 3 ans que cette veranda a été installée, 3 ans que le trop de lumière par ce puits de lumière me fatigue, la chaleur qui passe par là aussi l'été, et le froid qui passe par là l'hiver n'étaient pas confortables. Nous avons pensé à tout : stores, etc. Pas facile à adapter vu la forme "chapiteau" avec des côtés, je ne sais comment je pourrai nommer cette forme, rien n'a été prévu pour s'installer dessus. A force de parlementer, la boite en question nous a enfin entendus et a proposé d'ôter l'objet de notre mécontentement. C'est fait. C'est rebouché. Demain, quelqu'un viendra pour l'étanchéité par dessus. Cela ressemble maintenant à un toit plat. La lumière, nous en avons assez car tout le tour est en baies vitrées. Nous n'avions pas mesuré dans le show room les inconvénients. Sommes nous les seuls à avoir du mal à supporter ça ? Nous sommes placés plein sud. La décision a été quand même dure à prendre mais elle a été prise, ainsi nous passerons l'été beaucoup mieux, je le pense. Reste du placo à mettre au plafond à l'endroit du puits.

Posté par melancolie85 à 21:27 - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 avril 2015

au fil d'avril ....

Je viens de mettre mes liens à jour, j'en ai ajouté de nouveaux, des blogs que j'aime lire, je n'ai pas demandé la permission, j'espère que ça ne gênera personne.......

Hier, j'ai pris ma énième séance de CNV. Je n'avais pas très envie d'y aller. Cela demande des efforts pour un dimanche matin. Mais j'en suis revenue contente, les autres personnes sont très agréables, je pense qu'on cherche dans les mêmes interstices de la vie, et je ne sais pas si on trouvera. Apprendre à mieux communiquer, ce n'est pas si simple. Je ne veux pas me prendre la tête avec ça. De petites techniques sont intéressantes, il en restera ce qu'il en restera, il faut surement des années avant de pratiquer la CNV couramment. C'est presque aussi difficile que d'apprendre une autre langue. Tant d'habitudes de langage .... inappropriées. J'ai passé un bon moment, cela oscille souvent entre rires et larmes. Parce que si on est là, c'est qu'on cherche, et si on cherche, c'est qu'on a eu quelques soucis avec la vie....

L'après midi, nous n'avions rien de prévu, ou plutôt si, mais ça ne me disait rien. Alors on s'est affairé dehors, entretien..... il y avait tant à faire et il reste à faire. J'ai aussi fait un gâteau, le gâteau magique, pas mal ! il cuit et on distingue bien les trois couches comme je voyais sur les photos. Il est bon, la recette contenait beaucoup de sucre, à revoir peut être pour la prochaine fois. Pour faire ce gâteau, j'ai trouvé plein de recettes toutes différentes, j'ai pris celle qui pouvait se faire avec mon robot. Et la personne disait que c'était la "vraie" recette sans beurre, celle que faisait sa mère. Pas de beurre peut être, mais trop de sucre je crois.

Puis pour terminer la soirée, un couple est arrivé pour nous voir, sans avertir. C'est rare, moi je fais rarement cela car je pense que c'est impoli. Et j'ai peur d'arriver là où il y aurait déjà plein d'invités. Ils ont osé et je les ai remerciés. C'était agréable de finir la journée comme cela. C'était la première fois qu'ils venaient chez nous, je cotoie la dame dans une association. Nous avons pris le temps de montrer autour de la maison les arbres, les plantes et puis on a pris une boisson ensemble, tout simplement.

Tout simplement, j'aimerais que cela devienne mon mode de fonctionnement. Je suis contente de ne pas avoir eu les pensées du genre, il n'y a que nous qui sommes à travailler un dimanche, tout le monde est entre amis, ou en famille, etc etc, ces pensées parasites qui nous gâchent la vie.

Devenir nous mêmes, enfin......

Posté par melancolie85 à 18:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]