Je parle beaucoup de moi ici. Je raconte ma vie, mes états d'âme, mon passé. Un peu moins mon futur.

Je craignais, il fut un temps, de ne pas voir assez de monde, et je me rends compte que, malgré l'arrêt du bénévolat, j'arrive à rencontrer. Certes, différemment, plus de gym, plus de yoga, à cause de mon épaule défaillante, mais ces rencontres là étaient très furtives, un sourire, un mot..... Nos derniers week ends ont été assez denses : spectacle, repas de famille, repas chez des amis, finalement je vis.....

Samedi dernier, nous étions aussi chez les amis qui partiront bientôt avec nous, il fallait finaliser le projet. Et dimanche, visite rapide sur le chantier de la maison de notre fille, puis visite à ma maman, pour terminer chez des amis pour une livraison de commande. C'est le soir, je me dis qu'on va prendre l'apéro et partir vite. Helas, nous sommes pris en otages, il faut regarder les photos de voyage de mon amie et de sa soeur, oui, oui, mais c'est très long.... il faut rester dîner, euh non, mais si, mais si.... Bon, on est coincé.   Et là je rêve de mon feu de cheminée, et de mon tricot à commencer, oui une petite brassière toute bleue, toute mimi, dont j'ai trouvé le modèle sur le web.

Voir du monde, oui, mais à bonne dose.

Une amie m'appelle hier pour me proposer une rando cette semaine. Non, je suis désolée, je n'en ai pas vraiment le temps.

Voyez l'ambivalence, entre la peur de ne pas être assez entourée, et la peur d'être débordée, c'est compliqué.

J'ai eu tant de fois peur d'être oubliée, je suis même parfois en rage d'être laissée de côté, mais point trop n'en faut. Je ne peux pas être submergée par les gens, ça m'est impossible .....

Et pourtant je rêve d'avoir plus d'amis.

Comment trouver la bonne dose ?

Ah, j'ai acheté des cuillères récemment qui sont parfaites pour se servir la bonne dose dans l'assiette, mais l'amitié ne se sert pas à la cuillère.

J'ai besoin de moments calmes, rien qu'à moi.

Mes amies, dimanche, m'ont saoulée de leurs (trop) de photos de voyages, au bout d'un moment, on décroche....  et ne m'ont même pas demandé comment j'allais..... 

Je suis rentrée, il était trop tard pour commencer le tricot.