Je reviens mais les mots sont difficiles à trouver.

Il y a eu cette déception un dimanche, de faire l'effort d'aller retrouver la belle famille, sans qu'elle s'intéresse à nous du tout, on était venu pour la galette, il y avait la télé, le foot qui prenait toute la place, aucune cohésion.... on est vite parti, on était d'accord tous les deux, ce n'était pas agréable, ils pourraient faire quelque effort, mais ce n'était pas la première fois que ça se produisait, on s'est dit que nous, nous n'avions plus très envie de faire des efforts.

Puis il y a eu l'attentat, les prises d'otages, tout ce que vous savez, et là, on s'est dit que vraiment le monde n'était pas beau. On a été scotché à la télé, aux infos. On est allé samedi à un rassemblement, dans la petite ville d'à côté. Dimanche, on n'a pas bougé, toujours devant la télé.

J'ai pensé à toutes ces religions qui prônent l'amour et le respect, et j'ai pensé que le monde devrait tourner sans religion.  On devrait croire en l'homme, seulement en l'homme....

J'ai lu, entendu, à la télé, autour de moi, de tout.

Je ne sais plus trop où j'en suis. Je rêve d'autres choses.

J'ai attrapé un bon rhume qui me fatigue tellement, et puis j'ai mon épaule qui déconne vraiment.

Alors pour l'instant, je m'occupe de moi et rien que de moi.

Il y a si longtemps que ce monde ne me va pas.

Seul bon moment récent, samedi après le rassemblement, un film : la famille Bélier. Super film. Et j'y ai rencontré deux cousines en plus, ça fait du bien. 

Comme je suis malade, je ne visite pas ma mère de peur de lui filer le virus. J'attends d'aller mieux. Je stoppe aussi la gym, trop dur pour mon bras droit. 

Je commence à espérer la naissance de mon petit-fils ou fille, espérer que le monde soit meilleur dans l'avenir.

Il parait que les gens sont en train de prendre conscience, il paraît ......