J'ai toujours eu beaucoup de mal avec les moqueries et avec les frustrations. Pas du tout blindée, la fille. Cette fois où je n'avais pas été invitée chez E. et que c'était parce que moi même je n'avais rien fêté, normal je ne pouvais rien fêter chez moi. Mes copines étaient invitées et pas moi. Ce fut une sacrée frustration à l'époque mais je m'en étais remise, et j'avais compris le sens de la réciprocité. Tout cela n'existait pas dans mon univers. Il n'y avait jamais d'invitation spéciale, la famille passait à la maison quand elle avait envie, autour d'un café-gâteaux secs, la simplicité absolue. Mes parents faisaient de même pour aller les voir.

Aujourd'hui, je vis une grande frustration dont je ne me remets pas. Ma fille m'a reprochée de ne pas faire d'effort, d'aller vers le clash avec cette famille. En bref, j'étais coupable. Alors que je patauge depuis plus de deux mois dans toutes ces émotions négatives, voilà qu'on me désigne coupable d'être comme je suis.

J'ai touché le fond aujourd'hui. Ils posent un acte et je deviens coupable de ne pas l'accepter. Leur décision me blesse. Décidément, tout cela est irréel.

Il s'agit de mon hypersensibilité qui est mise à l'épreuve. Tout le monde s'en fout qu'on soit hypersensible. Dans certaines occasions, on vous demande de ne plus l'être. Comme si on décidait de quelque chose.

C'est comme si je demandais à un diabètique de ne plus l'être sur le champ.

Elle me bouffe cette hypersensibilité, la vie est invivable quand on ressent tout multiplié par 1 000. Je n'ai pas choisi d'être comme ça, ça ne se gère pas si facilement. Apparemment ils en sont malades de l'autre côté. Je les embêtte, je le sais. Et cette situation s'est déjà produite il y a quelques années, ils ont osé recommencer.

Pourquoi suis je ainsi ? je ressens une immense frustration de ne pas vivre cet évènement avec eux parce qu'on a fait un grand bout de chemin ensemble où nous étions fusionnels et maintenant, ce ne serait plus comme ça.

Mon mari est le parrain, maintenant les jeunes s'en foutent des parrains, des marraines, ils veulent les COPAINS, c'est tout. Restez chez vous les vieux croutons.

Je sais, je ressasse sans arrêt les mêmes choses. Je souffre tellement. La douleur morale se transforme en douleur physique : oppression, boule dans la gorge et dans le ventre, envie de pleurer tout le temps.

J'avais besoin de l'écrire.

Parmi vous chers lecteurs, si certains sont hypersensibles, dites moi comment vous le vivez. La frustration actuelle me pourrit la vie. Je veux bien passer à autre chose mais malgré toute ma bonne volonté, je n'y arrive pas.