24 novembre 2013

des moments

UN MATIN EN SEMAINE :

Le peintre qui travaille avec la coach déco est venu dès que je l'ai appelé. Il a l'air sympa, il a bien compris les problèmes, a pris les mesures, m'a conforté dans le choix des couleurs. Il a une période libre en janvier. Serait on sur le bon chemin ? Je pense que oui. J'avais un autre contact peintre, je pense qu'il va me falloir lui dire qu'on ne va pas plus loin. Je n'aime pas ça, toujours peur de faire mal...

 

VENDREDI SOIR :

mon mari a vu les pompiers et les gendarmes pas loin près d'une maison du hameau d'à côté. Il m'en fait part. Quelques heures plus tard, alors que je m'apprête à partir faire quelques courses, et ensuite aller à la réunion photo, un autre voisin passe et nous apprend la nouvelle : nous ne connaissons pas cette famille qui est locataire. Autrefois dans cet endroit on connaissait tout le monde, maintenant les maisons sont louées pour un temps et les gens ne semblent pas très curieux de leur voisinage. Bref, l'homme en a terminé avec la vie. Je m'en doutais car dès que mon mari m'avait avertie de ce qu'il avait vu, j'ai senti mon déséquilibre, j'ai eu des fourmillements, du chaud, du froid, le système émotionnel complètement en branle. Ce fut confirmé peu de temps après. Comme nous ne les connaissons pas, nous ne ferons rien. Comment aller proposer de l'aide à des inconnus ? difficile. La dame a été prise en charge, la famille est alertée. Nous resterons discrets mais très touchés par cet acte  tellement incroyable de choix et de courage, de peine et de douleur, de non retour............. l'absence que les autres vont avoir à vivre toujours........   Je suis partie faire mes courses et j'ai décidé de ne faire que mes courses, prendre le temps, ne pas m'affoler, je ne le pouvais pas, et j'ai donc raté le cours de photo mais c'est rien ça dans une petite vie comme la mienne par rapport à ce qui venait de se passer tout près. Et je devais me ralentir pour accepter que la vie soit celle là.

 

SAMEDI SOIR :

Avec tous ces soucis de maison, nous n'invitions quasiment plus. Et il y a eu aussi beaucoup de travail, donc pas de temps disponible. Si bien que dernièrement nous avions décidé de marquer l'anniversaire (quelques jours après) de mon mari en invitant les amis les plus réguliers : 3 couples. Nous les avions conviés à une heure précise dans l'après midi parce que nous avions prévu quelque chose de particulier. Et j'avais confirmé par un second mail. Sauf qu'ils sont arrivés un peu plus tard. Bon on a réussi quand même à embarquer tout le monde dans la carriole, c'est la jument qui a du attendre finalement, mais le soleil n'attend pas pour se coucher.

Nous avons fait une petite virée glaciale, mais sympa. Il y a l'ami qui dit rien, qu'a l'air content, l'autre qui gueule très fort, l'autre qui a toujours peur qu'on pousse trop loin l'animal voire qu'on le maltraite. Les filles sont plus cool. La jument nous fait le coup de la panne plusieurs fois, mais elle repart. On est 8 quand même, ce sera juste un petit tour, et nous avons droit au magnifique coucher de soleil. J'aime de plus en plus les couchers de soleil, je crois que plus jeune je ne les regardais même pas. Maintenant je ne vois que ça, la vie devient poésie à ces moments là et j'aime.

Au retour, apéro et repas sont presque prêts, j'ai bossé toute la matinée pour ça. J'ai même trouvé ça chiant à la longue. J'ai quasiment raté mes lasagnes. J'ai mis au menu une bonne soupe aux légumes du jardin qui est appréciée, bon les lasagnes, ils ne se reserviront pas et ne diront rien, elles sont trop chargées je le sais. Ouf le crumble coings/pommes/framboises + glace nougat a du succès.

Tout cela dans la pièce qui résonne, à minuit, je n'en peux plus, et tout le monde a l'air fatigué aussi : ça baille, ça baille. Et c'est le départ.

Aujourd'hui, à part mon beau père qui vient déjeuner, rien au programme, et ça ne me déplait pas du tout, j'ai besoin de calme.

 

Posté par melancolie85 à 10:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


20 novembre 2013

en finir avec ce chantier

Je n'en reparlais pas car si vous saviez comme ça m'énerve. L'an dernier à cette époque je me réjouissais du chantier qui se profilait. Depuis avril, je suis dépitée par le résultat. La résonnance dans une partie de la maison. Quoi y faire ? les avis des uns et des autres. Les deux peintres qui sont venus avec pas tant d'idée que ça.

Ma fille a croisé sur une foire une "coach" de déco, elle m'a convaincue de la faire venir chez moi. Je l'ai fait.

Elle est venue aujourd'hui. Elle est concrète : telle couleur serait bien là, et telle autre là ! etc etc.

Pour les couleurs, elle m'a convaincue. Pour l'aménagement c'est autre chose.

Dans la cuisine, elle voit du rouge sur les murs, un beau rouge, alors que les meubles sont blonds et la table en pierre noire. Puis un seul mur où il y a des placards récupérés de mon ancienne cuisine en gris. Dans l'entrée, il y a des pierres au mur, il reste une porte : gris foncé, propose t elle, nuance qu'on retrouve dans les pierres. Les poutres de la cuisine avec le même gris que les placards. Puis le salon : celui qu'on n'arrive pas à meubler. Et bien, elle me dit que la télé n'est pas à la bonne place. J'y avais pensé aussi mais n'osais y penser plus fort, vu que le premier gars il a tout planifié pour la télé ici, le meuble, etc. On n'arrive pas à mettre les fauteuils par rapport à la télé. D'où le changement d'endroit qui ferait qu'on optimiserait les assises. Faut il oser ? Les couleurs pour le salon : du gris clair, à gris plus foncé, voir taupe. Quelques idées de déco et d'aménagement.

Restait la salle à manger, et là je n'en pouvais plus, ça nous a pris tout l'après midi. Et cette salle, c'est elle qui résonne, alors ce sera pour un prochain rendez vous.

Quand on n'est pas doué pour agencer, il faut trouver de l'aide, je n'en suis pas fière.

Posté par melancolie85 à 20:19 - - Commentaires [6] - Permalien [#]