26 mai 2012

déception

Hier soir c'était l'AG de l'asso des anxieux. Seulement, elle a été annulée, faute de personnes. Je suis arrivée après le président et la secrétaire, nous ont rejoint le médecin qui nous accompagne puis une psychologue, ils font également partie du bureau. Et, comme public, nous avons eu 2 personnes. Alors ce n'était pas possible de la faire. Le président avait stressé depuis plusieurs jours par rapport à ça, c'était difficile pour lui d'animer sa première A.G., et là, il faut recommencer, nous l'avons repoussée, et nous envoyons une convocation à chaque adhérent. A la place de l'AG, nous avons pris le temps quand même de discuter et d'échanger sur nos peurs. Alors qu'à nos réunions habituelles nous avons toujours bon nombre de participants, là personne, est ce que c'est parce qu'il fait beau, est ce que c'est parce que c'est un long week end ? allez savoir. Je suis revenue avec une grosse part de brioche prévue pour la fin d'AG.

Aujourd'hui, je suis allée à la sépulture d'une tante, soeur de mon père, 96 ans, pas d'enfant, veuve. C'est triste de vieillir sans enfant. Mais la plupart de ses neveux et nièces étaient là. Je n'ai quasiment ressenti aucune émotion.

Puis nous avons fêté l'anniversaire de ma fille, chez elle, autour d'un goûter pour l'occasion. Je lui acheté une grosse potée de fleurs. Et là je suis fatiguée. Il fait froid, il fait très chaud, il fait chaud, il fait froid, faut vraiment s'adapter.

 

Posté par melancolie85 à 21:19 - Commentaires [6] - Permalien [#]


21 mai 2012

gris.

On se croirait en automne. Pourtant ce week end ne m'a pas déplu. Peut être que le gris me va bien.

Samedi soir, nous étions invités chez une cousine. Nous devions lui apporter du bois et restions diner. Lorsqu'elle m'a téléphoné, elle ne me parlait pas de mon beau père avec lequel elle s'entend très bien. J'ai osé lui suggérer "veux tu qu'on l'emmène" ? elle m'a dit qu'elle y avait pensé mais qu'elle craignait sa réponse car il n'aime pas sortir le soir. Elle m'a chargé de lui demander. Mon mari a proposé donc à son père qui ne s'est pas fait prier. Nous voilà partis tous les trois avec notre petit chargement de bois dans la voiture. Cette cousine est la deuxième femme d'un cousin de mon mari. Il est décédé maintenant. Il avait racheté la maison des grand parents (parents de ma belle mère) et l'a remis à son goût. Donc B. continue à venir ici à chaque vacance et ouvre facilement sa porte à la famille. Elle vient maintenant avec sa mère vieillissante qu'elle ne veut pas laisser seule en Normandie. Y séjourne également souvent sa belle soeur F. qui est célibataire. Je crois même qu'elle y vient quasiment chaque week end depuis qu'elle a déménagé de Paris. La semaine, elle vit chez une tante qui est seule, elle a son travail dans la ville où elle habite. Le feu dans la cheminée rendait l'atmosphère conviviale et nous avons eu du plaisir, après avoir rentré ensemble le bois, à prendre l'apéritif et à dîner simplement dans cette maison d'autrefois. J'ai senti que le moment était agréable, qu'il ne provoquait aucune mauvaise émotion, juste partager quelque chose ensemble, sans aucune prétention. Je me suis sentie soudain très vivante et requinquée.

Dimanche, je me suis levée tard. Il y avait quelqu'un dans la cuisine avec mon homme. Je n'osais avancer, dans ma vieille robe de chambre bleue. Il m'appelle en me disant c'est D. Alors si c'est D. je peux venir c'est sûr. Il ne fait pas attention. J'assume, je suis une dodo. Je n'ai pas quitté la maison de la journée. J'ai fait mon poulet/pommes de terre nouvelles dominical. Nous avons également allumé la cheminée, je me suis installée là à classer des papiers de l'asso qui traînaient depuis longtemps et que je devais renvoyer à la fédération. Puis j'ai regardé la télé : 7 à 8. Nous avons même dîné dans le salon, pas super confortable, mais un petit côté rigolo, et nous avons regardé "un prophète". Dur, dur à regarder. Et pas tout bien compris. Mais poignant.

Finalement, je me suis bien reposée, j'ai ressenti un bien être. De plus en plus, je pense comprendre qu'il ne faut pas chercher bien loin pour se sentir heureux. Etre conscient. Apprendre à le devenir.

 

Posté par melancolie85 à 11:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]