19 mai 2012

il pleut !

encore aujourd'hui. Heureusement, il a fait suffisamment beau dernièrement pour que les travaux des champs urgents se fassent en bonnes conditions. Il en reste à faire mais c'est moins pressé. Le maïs est semé.

J'ai pris le temps de faire deux grandes balades, deux fois la même, celle habituelle dans la forêt, jeudi toute seule, j'ai apprécié les chants d'oiseaux, la nature, j'ai eu un peu peur en croisant un jogger une première fois, puis quelques minutes après,  entendant du bruit derrière moi, je me retourne, c'était encore lui. On me dit tellement que je ne devrais pas faire cette balade seule, mon coeur a battu plus fort le temps qu'il me dépasse en me faisant un grand sourire. Ouf. Pas un seul chevreuil. Rien. Que les oiseaux pour m'accompagner. J'avoue que marcher seule est totalement différent. Hier j'ai donc refait la balade en compagnie d'une amie, comme prévu : nous avons bavardé tout le long. Je n'ai rien vu du paysage, rien entendu. Elle ne s'est pas exprimé là-dessus. J'avais tout vu la veille alors ça ne me dérangeait pas. Mais elle ? 9 km deux jours de suite, j'ai tenu. Aujourd'hui il pleut donc je ne marche pas. Mais demain peut être. Je me teste et aussi je vise quelques kilos en moins, enfin peut être.

En ce moment, je suis spectatrice d'une histoire qui semble s'effilocher. Celle de mon jeune fils et de sa petite amie. J'ai juré ne pas me faire avoir une nouvelle fois par les ruptures de mes enfants. Il ne dit rien. Mais je pressens. Je le vois s'éloigner. Malgré tout, je sens que je suis sensible. Je voudrais que ça se passe loin de moi. Mais ils vont et viennent chez moi. Peut être je me fais des idées. Ils font leur sortie chacun de leur côté, surtout lui. Presque deux ans. Même chose qu'avec l'ex. Deux ans et je pense qu'il se lasse. Trop jeune bien sûr. Et elle tellement sérieuse. Trop sérieuse pour lui. J'aimerais vraiment ne pas assister à ça. J'ai le coeur trop sensible, ça me fait mal pour elle. Pourquoi j'ai cela à vivre ? mes 3 enfants ne m'ont pas épargnée sur ce plan là. Est ce pour m'endurcir ? Ce n'est pas calculé bien sûr mais il paraît que la vie nous envoie les situations à dépasser. Quel est donc le message pour moi ? Que rien n'est jamais acquis. J'ai souhaité étant enfant, quand ça allait trop mal, que mes parents se séparent. J'aurais vécu ça comment ? peut être pire. Je suis bien trop sentimentale. Et tout cela me perturbe.

Pourtant dernièrement, j'ai eu des moments de grande conscience de ma vie telle qu'elle était et de ses bienfaits. Avec ma fille, un soir, nous avons parlé des difficultés par rapport aux groupes parce qu'il était question encore une fois du gala et de l'attitude des gens. Elle me disait que c'était partout pareil et que finalement on pouvait voir ça autrement : c'était les groupes qui étaient fermés puisqu'ils se complaisaient entre eux et n'avaient aucune ouverture vers le monde extérieur. Ainsi les gens comme moi, on sortait du lot, on avait cette conscience des autres. C'est beaucoup plus intéressant vu comme ça. De toute façon, je ne pense vraiment pas que tout va changer pour moi désormais. Je dois faire avec.

Posté par melancolie85 à 16:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]