11 mars 2012

de tout, de rien, de rien du tout !

Ma mère est revenue à la maison de retraite. Pas la grande forme. Dernière visite : elle était couchée à 16 h, de son bon gré. Le traitement doit être fort, elle a quelques bleus, pas vu avant. Je sens que ça diminue. On verra la suite. Ma soeur, qui maintenant ne travaille plus, semble soucieuse aussi et assez présente, ça me rassure. J'irai le plus souvent possible désormais. Je pense 2 fois par semaine au lieu d'une.

Hier soir, sortie restaurant avec nos collègues producteurs comme nous de certains produits. Depuis le temps que ça devait se faire, voilà c'est fait, comme pour fêter ce nouveau groupement pour lequel je travaille (commerce, compta). Le restaurateur a bien joué : il a utilisé nos produits et innové, nous avons eu la surprise du menu tout à fait original, comme j'aime. Et délicieux. Légumes secs totalement revisités de l'entrée au dessert, scotchant !!!!

Aujourd'hui : RIEN pour moi et boulot pour lui. Quand je dis rien, c'est rien de prévu. Lever : 10 h pour tous les 2. Fatigués, on a dormi comme des loirs. Là, il est dans les champs, quand faut y aller, faut y aller. Et ça ne me dérange même plus. J'aime cette liberté d'un dimanche sans programme. Avant, j'en faisais tout un monde, car ne rien avoir signifiait : euh j'ai pas d'amis, j'ai invité personne et personne ne m'a invité. Ben tant pis, figurez vous, c'est un moment de paix intérieure incroyable. Je savoure. Je fais du ménage, je viens ici vous écrire, je retourne faire du ménage, et je vais marcher un peu, JE FAIS CE QUE JE VEUX.

Le week end prochain, ici est organisé un festival. Ma fille y participe dans une nouvelle compagnie. Nous faisons de la pub. Je me suis peu engagée dans l'organisation, ayant bien fait comprendre, comme vous le savez, à mes collègues que ça nuisait à ma santé. J'y travaille un peu dans l'ombre, quelques démarches administratives. Pourvu que le public soit là ! j'ai peur, les réservations sont pas terribles pour l'instant. Je serai spectatrice et non pas travailleuse, c'est ainsi, je choisis. C'est le samedi et le dimanche. Cà faisait longtemps que la prof d'ici désirait cela, et moi je n'entendais rien à cela. Maintenant d'autres personnes ont pris le relais et assument. C'est bien.

Et vous que faites vous ce dimanche ?

Tiens moi je vais prendre un petit café, là, tout de suite.

 

 

Posté par melancolie85 à 16:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]


08 mars 2012

divers

Comment font ils ou t-elles pour donner des noms aux billets qu'ils/elles écrivent ? J'essaie parfois mais là, ce sera "divers", car je n'ai pas de sujet précis, d'ailleurs je serais bien embêttée s'il fallait un sujet précis, à part le voyage où j'arrive à faire quelques lignes, ou bien mes états d'âme (et là j'ai bien assez donné quoique il y a de la réserve), je ne vous tiendrai pas en haleine sur un sujet sociétal, ou politique, ou religieux, ou philosophique. Pas assez douée pour ça.

Hier je suis allée voir ma maman à l'hopital. Lundi soir, la maison de retraite a appelé chez nous et chez ma soeur. Chez nous, on n'a pas entendu le téléphone, je m'en veux. Il est loin de la chambre, et dans la chambre, nous avons ôté celui qu'on avait, c'est enquiquinant parfois, le téléphone qui sonne. Ma soeur, elle, a entendu. Et après, elle a appelé chez nous aussi. Niet. Rien entendu. De plus, je porte des boules quiès depuis longtemps. Je ne peux plus dormir sans. Alors c'est vous dire. Quand je dors, je dors. Et les autres aussi sembleraient. Elle respirait mal, souffrait d'un côté. Direction hopital. 2 Jours et demi. Logiquement, elle revient cet après midi à la maison de retraite.

Il y avait longtemps que je n'étais pas allée à l'hopital. Il faut dire que la dernière fois c'était pour ma belle mère, la veille de son décès. Et c'était terrible. Cà m'a fait drôle d'y remettre les pieds, enfin ce n'était pas dans le même. Ma mère était dans une chambre avec une autre dame, qui elle discute beaucoup. J'ai su une partie de sa vie en peu de temps. Alors que ma mère planait : où suis-je ? Que fais je ici ? Apparemment, son coeur fatigue beaucoup. Les artères fatiguent aussi. Il faut adapter le traitement : c'est là où je me suis rendue compte qu'elle a une sacrée liste de médicaments...... mais bon, difficile de faire autrement à son âge. J'ai remarqué combien je lui ressemble physiquement, les mêmes rides, le même grain de peau. Elle était très calme. Il paraît que la veille elle s'inquiétait à ma soeur de savoir si j'étais au courant qu'elle était là, à l'hopital. Comme quoi, elle perd pas complètement le Nord. J'espère que ça va aller. L'autre dame était plutôt déprimée avec plein de problèmes. C'est difficile de trouver les bons mots.

Finalement, ce billet j'aurais pu l'appeler l'HOPITAL vu que je ne parle que de ça. Tant pis ! ce sera DIVERS.

Posté par melancolie85 à 16:11 - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 mars 2012

3ème volet

 

2012 janvier 2372012 janvier 2562012 janvier 2832012 janvier 2732012 janvier 2862012 janvier 2962012 janvier 3812012 janvier 3912012 janvier 3302012 janvier 3282012 janvier 3192012 janvier 3522012 janvier 3542012 janvier 3582012 janvier 3572012 janvier 3652012 janvier 3462012 janvier 4132012 janvier 4222012 janvier 450

 

J'espère ne pas vous lasser avec mes images, moi en tout cas, je ne m'en lasse pas. Voici l'étape vers la 3ème maison d'hote où nous avons passé deux nuits dans le Dadès. Ainsi nous cotoyons les dromadaires. Nous nous sommes arrêtés grâce à notre chauffeur dans une grotte de nomades où l'habitante du moment nous a offert le thé. Le paysage se décline de montagnes en vallée de jardins. Les fenêtres sont belles, la plus simple de chez l'habitant à celle de notre chambre d'hotes. La nomade vient chercher son eau, elle a monnayé sa photo, normal là bas. Et puis la table est toujours aussi colorée de légumes, de pains et de gâteaux. Bientôt nous serons carrément au désert.

 

Posté par melancolie85 à 15:29 - Commentaires [4] - Permalien [#]