que j'aille à Paris bientôt. Cà devrait me réjouir. Sauf que l'homme y sera avant moi. Et je dois le rejoindre toute seule en train. Mais j'ai jamais pris le train toute seule. J'en transpire à l'avance. Voyons : comment je fais pour le billet ? Il est où mon train à prendre ? Une fois dedans, ça devrait aller. Mais quand j'arrive - c'est par où que je vais ?

Je sens que ça va être coton. Mais en même temps, ça me changera de mon ordinaire.

Oui, j'y vais pour une grande foire agricole, et surtout les machines parce que l'homme veut voir plein de trucs. Ouais ça va pas me passionner, mais peut être qu'on va se faire une petite soirée théatre. Bon, le programme n'est pas établi. On verra bien.

L'homme part pour une autre grande foire en Allemagne dès la semaine prochaine. J'aurais pu l'accompagner. Cà a été vite décidé. Trop vite pour moi. Et de plus, un autre grand gaillard l'accompagne. Et je sens bien qu'ils m'auraient vite largué ces deux là. Et j'aurais couru derrière. Pourtant, Nuremberg, ça m'aurait plu. Je leur ai trouvé un hébergement hier. Pourtant même les agences de voyage, l'office de tourisme, disaient que c'était complet. J'ai fouiné sur internet, j'ai trouvé. Et même qu'ils seront très bien situés. J'étais fière de moi. Plus forte que l'office de tourisme, c'est dingue ça.