21 juin 2009

ce qu'elle veut !

Ne plus penser à moi, juste penser à "elles". Vendredi soir, avec elle, je suis allée voir la représentation de danse avec L. C'est magnifique, un boulot de fou. Elle, c'est ma fille. L. c'est sa prof d'avant, la prof de l'asso dont je suis trésorière.

Hier, avec mon mari, je suis à l'AG pour elle. Elle, c'est ma mère. On y va avec le pique nique, tous les résidents sont là et les familles qui le souhaitent. Ma soeur ou moi, tous les ans, on est présent. Ils nous ont placé tous les 3 en bout de table. Pas super placés, à côté de celle qui ressemble à Tatie Danielle, tant pis pour nous, mais juste de l'autre côté, d'autre personnes sympathiques. Cà va, ça se passe bien. Après il y a réunion extraordinaire, puis ordinaire. Puis vin d'honneur. Quelques figures connues. Quelques mots échangés.

Nous rentrons. Le soir, je repars avec elle, ma fille, elle a une piste d'emploi pour l'an prochain dans cette asso. C'est leur gala. Je l'accompagne à sa demande pour aller voir anonymement. C'est bien. L'asso est importante. Au retour, elle est à cran. Elle attend de moi des choses que je ne peux lui dire. Elle a vu plein de défauts que je ne sais voir. Elle exprime son stress pour mardi. Elle passe son diplôme mardi et se dit que si elle ne l'a pas, tous ces projets de boulot seront revus, donc c'est un moment très difficile pour elle. Moi, je parle comme si c'était fait, sans doute j'ai du mal à mesurer tout ça. Elle a besoin de mots, mais lesquels. Je suis perturbée. J'ai confiance en elle. On l'a toujours soutenue. Croisons les doigts pour mardi. TU VAS L AVOIR, TU ES TELLEMENT MOTIVEE, TU VAS L'AVOIR et TU POURRAS ENFIN CONCRETISER TON REVE.

Posté par melancolie85 à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 juin 2009

les idées s'emmêlent

Ne pas dire il faut. Ne pas dire je dois. Ce sont les conseils de la sophrologue.

Donc il me reste à faire :

les paiements de facture, les écritures de compta, le ménage très mal suivi, le linge à repasser, les confitures, les récoltes aux jardins, les courses, aller acheter aussi du tissu, des nappes et serviettes en papier, aller chez le coiffeur, aller chercher un document dans l'ancienne école de mon fils,  réunion vendredi pour mon fils, samedi A.G. maison de retraite avec pique nique avant, dimanche pique nique souhaité par un couple d'amis, lundi réunion pour la prochaine fête, faire les décos (serviettes et compo pour cette fête), des démarches administratives aussi...................

Mon cerveau va exploser.

Hier, rendez vous l'ostéopathe avec mon homme. J'arrive à Nantes avec mal à la tête, en effet, nous sommes partis un peu tard, et avec la circulation en ville, on ne sera pas à l'heure. Mon stress est intense. Voilà, dès en arrivant, y a matière à discuter sur le stress. Il me dit ce que je sais déjà, mais que j'ai besoin de réentendre tout le temps. Puis, quelques manipulations sur tout le corps, une ventouse, des respirations, des conseils. Après c'est le tour de mon homme. Puis il nous préconise quelques compléments alimentaires, tout ça pour se refaire une bonne santé physique et psychologique, tout étant lié. Nous repartons et là, j'ai toujours très mal. J'arrive et je me couche. Je me relève, j'ai faim. Puis on se couche chacun de notre côté, pour bien dormir, car depuis quelques nuits, ça ne va pas, je dors mal, lui aussi, il ronfle, je n'entends que ça, malgré mes boules quiès. Je suis seule dans mon lit, et je ne dors pas avant 1 h, 1 h 30. Mon cerveau est actif, il rumine tout ce que j'ai noté au-dessus, ce que j'ai à faire. J'ai peur de ne pas y arriver, ça c'est sur. Le pire, c'est cette putain de fête où si je ne suis pas à la hauteur, j'ai l'impression qu'elle sera complètement ratée. Alors que je ne suis pas toute seule, alors que ça ne dépend pas de moi. Mais mon cerveau voit ça autrement. Se calmer, bon sang, respirer, respirer, respirer .........

Posté par melancolie85 à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2009

Spécialement pour vous phobiques sociaux

Mon but quand j'ai créé ce blog, c'était de partager avec d'autres gens comme moi. Vu mes statistiques et les mots clés de recherche, je pense que vous passez par là mais vous laissez peu de commentaires, voire pas. Je suis très contente d'avoir des commentaires de toute part, bien entendu, de ceux qui n'ont pas ces problèmes là, qui en ont d'autres certainement, mais j'aimerais échanger aussi avec vous. Alors, écrivez, ça me ferait plaisir, témoignez. Merci.

Posté par melancolie85 à 11:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

où j'en suis !

Je me demande bien ce qui me pousse à raconter ma vie sur ce blog. Mais je ne peux m'en passer, c'est sur. Le thérapeute que j'ai vu hier me dit que c'est bien, que d'écrire ça peut aider.

Dimanche, nous avons fait un pique nique avec un couple d'amis et deux amies seules (une divorcée et l'autre dont le mari s'était fait mal la veille donc impossible de venir). Premier pique nique de la saison. C'était sympa. On a fait une ballade après et on est repassé chez le mari indisponible. Pour prendre un dernier verre. Voilà, j'ai donc une vie sociale, pas comme je le souhaiterais mais c'est mieux que de rester enfermée comme certains.

Hier, rendez vous chez le thérapeute. Truc bizarre. J'attends dans la salle d'attente. Il y a une mère et sa petite fille. Dans mon sac, j'ai un livre pour patienter : celui d'une journaliste : Memona x (je me souviens plus du nom). On me l'a prêté dimanche. Je commence et n'arrive pas à lire car il me faut le silence et elles parlent. La mère interpelle la fille qui sort de la salle pour aller téléphoner dehors. "..... Memona    " je crois entendre. J'interviens "comment s'appelle votre fille ?"   "Memona". Je lui montre mon livre. C'est bizarre. Il y a tant de prénoms. Ce prénom là est rare. Je trouve ça curieux. Cà m'interpelle. La maman ne connait pas ce livre et s'empresse de noter le nom car justement c'est son mari qui a choisi le prénom par rapport à cette journaliste. Je n'ai pas eu peur de lui parler, pas du tout. Ma phobie sociale à moi est particulière.

Avec le docteur, il me fait parler, comme je lui dis que je vais un peu mieux, des choses positives : je relate le gala de ma fille, le restau pour la fête des mères. On décortique. Les bons évènements me donnent confiance en moi et c'est très bénéfique. Est ce que j'ai rougi ? Non pas lors de ces évènements ou bien alors ça ne m'a pas gêné. Quand est ce que je rougis ? Surtout quand il y a connotation sexuelle, le midi même j'ai rougi chez moi à table pour une petite réflexion. Mais j'ai laissé passer comme il me l'a appris. On parle de tout ça. Il y a des faits dans mon histoire qui déclenchent ceci. Je n'en parlerai pas ici. Puis il me demande de faire des exercices : dans ma commune, là où j'ai le plus de mal. Est ce que je pourrai aller m'y ballader à pied ? Non sans but, c'est impossible. A vélo ? avec quelqu'un d'autre. Peut être, mais sans but, c'est difficile. Aller poster une lettre, à vélo. Je ne sais pas.

Si les gens savaient le malaise que j'ai parfois, je crois que c'est impossible pour eux à comprendre.

Bientôt, il y a cette fête, comment je vais faire pour m'en sortir, je sais que ça va être une torture.

Et pourtant, je n'arrive pas à décliner. Je pourrais leur dire : c'est au-dessus de mes forces. Mais je n'ose même pas. Je veux penser que je suis comme tout le monde. Je veux penser que j'ai le droit d'être parmi tout le monde. A quel prix, mon dieu ?

Posté par melancolie85 à 11:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]