23 décembre 2008

je n'arrive plus à m'émerveiller !

Noël n'est plus ce qu'il était pour moi. Et chaque année, c'est pire. Je pensais faire mes achats plus tôt. J'ai fini hier soir. Et encore je pense bien être complètement à côté pour l'ami de ma fille. Je me demande si je ne vais pas changer. Je suis molle, envie de dormir. Il y a quelques jours, une amie m'appelle, elle a quelque chose d'important à me dire, j'ai peur : sa fille qui devait se marier l'été prochain a tout annulé et ne se marie plus. Ils vivent ensemble, ils ont un enfant, et ils vont se séparer. Je me dis finalement que mes enfants ont bien raison de ne pas aller trop vite, de prendre le temps, de penser encore qu'ils ne sont pas surs d'eux. Je console mon amie comme je peux. Et hier avant d'aller faire mes achats, je passe la voir. Elle est très anxieuse comme moi et assez pessimiste de nature (comme moi parfois aussi). Nous prenons un café. Et nous parlons. Le temps passe vite, je pars et commence par la librairie, quelques livres pour neveux et nièces. Il y avait longtemps que j'avais acheté dans une librairie. Je pensais avoir du conseil. Personne n'est venu vers moi et je n'ai pas osé demander. J'ai pris un peu au hasard. Et c'est là que j'ai pris un livre sur le foot pour l'ami de ma fille mais franchement je suis sure de m'être plantée, je crois que c'est un livre pour un gamin, alors qu'il a 30 ans. C'est le bêtisier 2008 du foot. Dites moi ce que vous en pensez. Puis j'ai filé au magasin de sports : achat de vêtements pour mes fils. Voilà, j'espère que ça leur plaira. Ensuite la grande surface pour 2/3 trucs qui manquent et encore quelques jouets, un dvd pour mon homme. Je reviens à la maison, j'ai un mal de tête épouvantable, il faisait chaud dans ces magasins, horrible. Je n'aime vraiment pas ça. Je me demande si un jour j'ai aimé faire les magasins. Et surtout choisir des cadeaux. Aujourd'hui, j'ai fait mes carreaux. Et maintenant je glande comme vous le voyez. Reste du ménage à faire encore. Faut que ça soit propre pour toute la famille qui vient jeudi midi. Nous serons entre nous mercredi soir : petit repas tout simple. Le lendemain, c'est la famille élargie qui sera là. Ma soeur et sa famille, ma mère, et nous. On sera 20. J'angoisse un peu.

Dimanche dernier, c'était bien. A la maison de retraite de ma mère, il y avait un petit concert. Des hommes de la commune (ou originaires de la commune) jouent du folk irlandais. Les familles sont invitées. On arrive avec mon mari. Que les résidents, la plupart dans leur fauteuil roulant. Et ma mère déjà installée. Pourvu que d'autres gens viennent. Je me sentais mal. Les musiciens ont du retard. Les familles viennent plus tard aussi. C'était super. Musique entrainante. Moment de gaieté dans cet établissement qui en a bien besoin. Ma mère n'a pas arrêté de taper dans ses mains. Il y avait aussi quelques handicapés qui résident dans un foyer pas loin. Ils sont prêts de nous. Cà me fait un peu peur. Je n'ai pas l'habitude. J'admire l'éducatrice. Elle les fait danser. Je suis bien, entourée par toute cette différence. Là c'est peut être mon Noël à moi comme j'aime. Pas de jugement, pas de bouffe, pas de cadeau, juste savourer un moment de partage. Et ma soeur et son mari sont là aussi. Et c'est très rare qu'on se retrouve ensemble dans cet endroit.

Bon Noël à vous, je vous embrasse.

 

Posté par melancolie85 à 15:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]