16 août 2008

mon plus jeune

Il se dirige vers le même métier que nous. Travailler la terre. Il s'est cru à un moment obligé, les autres ayant choisi une autre voie, il pensait que c'était obligatoire. Il faut dire que même les deux grands lui mettaient un peu la pression, du genre, faut continuer ce que papa a fait. Ce serait nul s'il fallait vendre. Je lui ai dit un jour qu'il avait pourtant le choix, que ce serait bien si c'était lui mais il fallait que ça lui plaise, sinon ce n'était pas grave, il y aurait toujours un repreneur. Pour l'instant il s'accroche, sera en alternance à la rentrée : nouvelle école et travail chez nous. C'est un métier difficile, même si beaucoup ici pensent que nous avons d'énormes avantages par rapport à eux dans la même profession. Mon mari est un vrai bosseur, rien ne lui fait peur, il entame des chantiers dont les professionnels ne voudraient même pas. C'est un passionné. Il ne pense guère à autre chose, hélas pour moi parfois. Il a pris la suite de son père et a beaucoup changé les choses. Une ferme, uniquement des céréales, en conventionnel pendant des années, c'est à dire, utilisant tout ce qui se vend couramment : produits chimiques surtout. Ici dans notre région, ce sont surtout des éleveurs. Donc déjà nous sommes différents. Puis il y a quelques années, cà devient difficile, il en a marre, il fait un grand virage, décide de se mettre en "agriculture biologique". Il y a une opportunité, des aides. Il y pensait bien avant mais comment faire ? Il passe le pas. Toujours le même travail sans emploi de produit chimique. Il est content même si c'est difficile à gérer. Nous sommes montrés du doigt, encore trop différents ! Derrière notre dos, on pense que c'est l'appât du gain, qu'on va vite se casser la gueule. Non, on est encore là. On dérange. Et pourtant tout le monde va devoir faire des efforts, même ceux qui ne sont pas convaincus, il faut qu'ils changent bien des façons de faire. Nous sommes dans la bonne voie. Ils pensent, les éleveurs, que nous avons beaucoup de temps libre par rapport à eux car pas d'animaux à nourrir tous les jours. C'est de la jalousie. Mon mari, une fois le travail dans les champs passées, entretient tous les matériels, crée à l'atelier, construit des batiments, pour améliorer. Il y a peu de temps libre. Est ce que mon "plus jeune" voudra consacrer sa vie à son métier ? Aura t il la force de résister aux tentations du salariat "35 heures" avec congés payés ? Il n'a que 17 ans. On verra.

Posté par melancolie85 à 11:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


l'été passe...

Il fait froid, c'est pas top. Hier 15 aout, nous aurions pu pique niquer mais j'avais décliné l'invitation. Une voisine et amie réunissait sa famille et m'avait invitée à nous joindre à eux. Dans un premier temps, j'espérais qu'on se serait échappé ce week end du 15 aout, petites vacances d'été, alors je lui avais dit qu'on serait surement absent. Puis j'ai bien du me résoudre à l'idée qu'on ne partirait pas. Mais en revanche, il y avait encore tant de travail que si je le disais à mon mari, il n'oserait peut être pas refuser pour me faire plaisir mais je comprendrais après que le travail en aurait pati. Et puis les grands enfants étaient encore là, et finalement je voulais profiter encore un peu d'eux. Elle n'est pas fâchée, elle comprend. C'était gentil de sa part. Elle sait combien je trouve les gens parfois si égoïstes et son geste me touche.

Donc, j'avais raison : travail à gogo pour mon mari le 15 aout (binage, arrosage, etc.). C'était donc bien de n'avoir rien de prévu. Je lui ai dit ce matin. Il a bien vu que c'était une bonne intention de ma part. Et moi, ce vendredi, j'ai tondu, et me suis affairée au linge, cuisine et compagnie. Pas eu de visite. Ma fille est partie dans l'après midi pour une semaine en Bretagne (stage + bon temps). Elle l'a bien mérité. Elle a énormément travaillé depuis le début de l'été chez nous. Mon grand fils est en vacances chez nous mais travaille encore un peu ici (portable et internet). Lui aussi bosse dur. Un peu en décalé : lever tard et coucher tard.

J'ai terminé ma soirée en regardant "faut pas rêver" seule au salon étendue de tout mon long dans le canapé. C'était le "Québec". Super ! J'ai rêvé malgré l'interdiction du titre.

Oui, l'été chez nous, c'est boulot, boulot et encore boulot. J'essaie de ne plus reprocher cela à mon homme. Je lui ai tant reproché qu'on n'ait pas la même vie que la plupart des gens qui nous entourent. Toujours l'histoire des normes. J'essaie de voir au jour le jour. Ce n'est pas facile. Prendre les petits bonheurs par ci par là et s'en contenter.

Posté par melancolie85 à 11:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]