08 juin 2008

On a fait les roses...

aujourd'hui pour le mariage prochain de la fille d'un ami. Connaissez vous cette tradition ? pour décorer les voitures, les invités sont conviés à faire les roses quelque temps avant. Y avait les mamies, les parents, les oncles et tantes, cousins, cousines, bébés, amis des mariés, amis des parents des mariés. Nous avons accepté cette invitation qui commençait aujourd'hui, puis le jour du mariage et le lendemain (et oui, ça continue encore et encore).  J'ai toujours caché à mes amis ce que j'étais vraiment et ils ne savent pas l'effort que ça va me demander. Je porte un masque selon avec qui je suis. Bien sur, ils savent que je suis quelqu'un d'instable, qui rit, ou qui pleure, qui est souvent patraque,  mais ils ne savent pas le fond de l'histoire. Je n'ose pas leur dire. Encore une fois, j'ai honte ou bien je suis trop orgueilleuse. Et je me dis qu'ils ne comprendraient pas, que pour eux je ne suis pas celle là car parfois je joue un tout autre personnage avec eux, mais seulement avec eux. Là faudra que j'affronte tous ces gens : la mairie, l'église, le repas, le bal. Et puis ça me remue car chez moi, mes enfants ne sont pas du tout dans ces traditions : ils sont devenus des gens de la ville (enfin ce que m'a dit ma fille : maman, en ville, ça ne se fait pas !). Est ce vrai, sommes nous si différents gens de la ville et de la campagne. J'aimerais savoir....

Posté par melancolie85 à 22:38 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


07 juin 2008

DU JARDIN DU JARDIN ET DU JARDIN

La semaine prochaine, je dois faire du jardinage, du jardinage et encore du jardinage. Il le faut. Et aussi du ménage !   Soutenez moi dans ces projets !

Posté par melancolie85 à 23:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mon samedi

Ah, je ne suis pas inventive. J'aimerais écrire des poèmes, des beaux textes qui veulent en dire long mais non, ça ne vient pas. Du moins je ne désespère pas mais il faudrait au moins une baguette magique. Je lis de si belles choses ici.

Donc ce soir, ce sera le récit de ma journée, c'est ce qui me vient à l'idée et puis c'est tout. Ce matin, travaux ménagers habituels, mon jeune fils partait pour une journée de foot, mon grand fils était là mais se lève très tard quand il est chez nous, et mon mari qu'est ce qu'il faisait, et bien comme d'habitude : il travaillait. Déjeuner. Ensuite, je suis allée PAYER mes dettes, ce que je n'avais encore pas réussi à faire de la semaine : fleuriste, boulangerie et superette. Ouf c'est fait. A la superette, la gérante était charmante, on a un peu discuté et pourtant, qu'est ce que ça me gêne, je ne fais que très rarement mes courses là bas. Pourquoi ? Et bien parce que je crains de rencontrer trop de gens que je connais, donc je zappe. D'ailleurs, le temps que j'ai été là bas, il y avait peu de monde mais tout de même parmi : une tante de mon mari. Bon ça va, je l'aime bien. C'est bête hein ! Après je suis partie voir ma maman et là, ce fut le "pompon". Un sac de voyage bien prêt dans sa chambre. Je lui demande : c'est quoi ce sac. Elle "On devait partir à ... cet après midi, c'était pour çà et en fait non, on n'y va pas aujourd'hui". Moi bêtasse, qu'est ce que je fais, je défais le sac, je range, pensant qu'elle a un peu "disjoncté". On va se promener ds les couloirs et là je rencontre des soignants. Je demande si quelque chose était prévu comme elle me disait et là c'est non mais "c'est LUNDI qu'ils partent en vacances". Et bien, voilà, c'est comme ça que j'apprends que ma mère part en voyage la semaine prochaine ! Oui je savais que c'était organisé. Ils nous l'avaient proposé et ma mère ne voulait pas. Donc on n'avait pas voulu la contrarier. Mais les soignants nous en avaient reparlé et disaient qu'elle avait tout à fait sa place. Alors c'était convenu que si eux savaient la persuader, on n'y voyait pas d'objection. Seulement, nous n'avions eu aucune nouvelle et pour moi, c'était clos. Et bien voilà, elle est sur la liste, j'ai du refaire le sac (oui habituellement on était convié à faire le sac) et avaler le fait de ne jamais être au courant de rien de ce qui se passe de cette maison de retraite. Ils ont vu que je n'étais pas contente. En rentrant chez moi, j'ai appelé ma soeur qui était passée ce matin, elle avait vu le sac et s'était dit : tiens, ils l'emmènent en voyage. Pas regardé ce qu'il y avait dans le sac, pas pensé à me prévenir non plus. J'étais outrée. C'est bizarre quand même que d'un humain à l'autre les réactions soient si différentes. Pourquoi me suis je sentie offensée ? Pour faire court, c'est quand même souvent que je me sens offensée. Mais là je me dis que c'était simple pour eux de nous prévenir qu'elle était décidée et qu'elle partait avec eux. La communication, toujours le même problème.

J'ai l'impression de m'être trompée de planète. Je fonctionne si peu comme les autres.    Et vous ?

Posté par melancolie85 à 22:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 juin 2008

une journée

J'essaie de me lever un peu plus tôt depuis quelque temps. C'est pas encore ça, c'est ce fichu comprimé du soir  (1 tout petit quart). Petit déj, douche, et hop, suis allée préparer une commande, mettre en sacs... On a déjeuné tard car nous avons eu des visiteurs du Pas de Calais, ils avaient téléphoné une fois pour des renseignements et se trouvaient de passage ds notre région. J'ai eu en même temps qu'eux aussi la visite de ma voisine, on ne s'était pas vu depuis le mois de mars. Quand je dis voisine, c'est quand même à 300 m de chez moi mais c'est la plus proche. On s'est un peu raconté nos vies du moment. Cet après midi, j'ai fini de tondre la pelouse, et les allées du jardin (c'était urgent). Je suis allée finir la commande : fermer les sacs, mettre les étiquettes. J'ai donné un coup de main au stagiaire pour préparer des semis. C'est très très actif autour de moi en ce moment. Vu le temps instable, pas facile de gérer les semis. J'avais l'intention d'aller faire les règlement des petites factures du spectacle. Je n'ai pas réussi à me décider. Pas envie de voir des gens autre que chez moi. Hier soir j'avais réussi à aller à la gym. Mais bon pour les commerçants, c'est raté ! ils n'auront pas eu leur chèque aujourd'hui. C'est comme ça, je suis comme une voiture, si le frein est serré, elle n'avance pas. Parfois, mon frein est mis. J'ai eu des nouvelles de ma fille : ça y est, ces partiels sont finis. Apparemment, c'est pas trop mal. Demain, là c'est prévu que je sorte, je la rejoins à Nantes pour faire nos achats. Voilà, y a des jours comme ça....  Je suis assez contente quand même, j'ai fait des choses.....

 

 

Posté par melancolie85 à 19:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 juin 2008

voilà, c'est terminé !

Le deuxième soir s'est passé comme le premier, tous les regards pour ma voisine de table des entrées, tous les mots également, ce qui m'arrange bien sûr (et me dérange bien sûr). Le spectacle était réussi. Il a fallu tout ranger après, on s'est couché à 3 h. Le lendemain, ça allait. Moi qui habituellement, dès que je me couche tard, ai mal à la tête, ben non. No problem. Et dimanche, j'avais du monde autour de la table : tous mes enfants + 2 copains.  Voilà, la pression est tombée. Ma petite vie a repris.

Ambivalence : j'aime pas tant que ça ma petite vie (mais bon avec elle j'ai pas mal), j'aime pas tant que ça quand il se passe des évènements dans ma vie (ouïe ça fait mal). Comment être bien ? Je lis tous vos conseils : s'en fiche des autres, faire ce qui me plait, etc. etc.   Mais les autres, ils existent quand même ? On ne fait pas sans eux.   En fait, je voudrais être quelqu'un d'autre : une fille qui est à l'aise en société, que l'on écoute, que l'on regarde, elle, elle ne rougit pas, non, non, elle parle, elle s'active, elle a plein d'idées, elle est super !   hélas je ne suis pas cette fille là.  S'accepter, facile à dire, mais je ne voulais pas être ce que je suis.

Allez, arrêter de s'apitoyer, voir devant : ma fille passe des exams, penser à elle, mon fils passe également des exams, penser à lui. Ecouter de la musique classique. Finir de tondre la pelouse. Se mettre à faire du ménage (bien délaissé depuis longtemps moi la maniaque d'autrefois). Aller voir ma mère. Finir la compta. M'acheter une tenue pour un mariage prochain. Boucler les papiers pour ce spectacle qui m'a bien sonné. Bientôt aller se coucher.

 

Posté par melancolie85 à 21:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]