03 mai 2008

j'ai tellement eu honte

que j'en bave encore à 49 ans. Depuis ce matin, je cherche comment écrire ce post. Oui, il faut que je vous le dise. J'ai grandi avec mon père et ma mère, et ma soeur. Mon père avait ce qu'on appelle des TOC. A l'époque on pensait plutôt "folie" et le mot savant était "névrose obsessionnelle". Vous savez ce que c'est les TOC. Maintenant on en parle facilement. Moi à l'époque je pensais que sur la terre entière il n'y avait que mon père qui était comme ça. Alors, il parlait tout seul, il avait des rituels, il mettait des heures et des heures à faire presque rien,  on attendait beaucoup beaucoup beaucoup   qu'il soit prêt.   On était parfois pris à partie dans ses rituels (surtout ma mère). Et puis des fois, il était tellement pris dans ses problèmes qu'il explosait de colère pour un oui, pour un non,   pour une remarque de notre part, pour notre impatience. Et puis il y avait le regard des gens. Comme on ne disait à personne ce qu'il avait vraiment, on cachait comme on pouvait. Mais parfois il parlait tout seul et des gens s'en rendaient compte. J'ai vu les moqueries, les rires.   J'ai géré cela comme j'ai pu,   avec mes amies aussi ce n'était pas facile. J'arrangeais les choses de façon à ce qu'elles le voient peu donc on allait surtout courir dans la campagne. On ne restait pas à la maison. Enfin je ne veux pas faire trop long mais ces conditions de vie m'ont très mal construite.

Aujourd'hui encore j'ai honte pour un rien. Honte de moi, honte même parfois pour les autres. Je crois que je suis encore dans mon corps de petite fille avec son papa.

Depuis j'en ai bien parlé autour de moi mais hélas, je crois que c'est impossible de comprendre pour quelqu'un qui n'a pas vécu ça. Toute la souffrance que cela donne, cette souffrance qui m'étouffe encore. On a beau dire, le passé c'est le passé il faut regarder devant. Le passé m'a construite bancale. Moi même aujourd'hui je suis très très anxieuse.  Les TOC sont la phobie la plus grave.  J'en ai été imprégnée.

Je crois que ce dont j'ai le plus peur c'est du regard des autres. Et cette vague impression qu'on va se moquer de moi.

Voilà c'est dit. Merci de m'avoir lue jusqu'au bout.

Posté par melancolie85 à 12:25 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


02 mai 2008

ce texte est magnifique,

J'aimerais pouvoir l'appliquer tous les jours de ma vie. Aujourd'hui, je vous l'offre. Il n'est pas de moi, je l'ai trouvé sur un site qui s'appelle quelque chose comme "bonheur pour tous".

Le bonheur est le chemin

On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure après s'être marié, après avoir eu un enfant et, ensuite, après en avoir eu un autre. Plus tard, on se sent frustré, parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et on pense que l'on sera mieux quand ils le seront. On est alors convaincu que l'on sera plus heureux quand ils auront passé cette étape.

On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour notre conjoint, quand on possèdera une plus belle voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite.

La vérité est qu'il n'y a pas de meilleur moment pour être heureux, que le moment présent. Si ce n'est pas maintenant, quand serait-ce ? La vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer. Il est préférable de l'admettre et de décider d'être heureux maintenant qu'il est encore temps.

"Pendant longtemps, j'ai pensé que ma vie allait enfin commencer. la vraie vie ! Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, un problème qu'il fallait résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une dette à payer. Et alors, là, la vie allait commencer ! Jusqu'à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement ma vie".

Cette perspective m'a aidé à comprendre qu'il n'y a pas un chemin qui mène au bonheur. Le bonheur est le chemin. Ainsi, passe chaque moment que nous avons et, plus encore, quand on partage ce moment avec quelqu'un de spécial, suffisamment spécial pour partager notre temps, et que l'on se rappelle que le temps n'attend pas. Alors, il faut arrêter d'attendre de terminer ses études, d'augmenter son salaire, de se marier, d'avoir des enfants, que ses enfants partent de la maison ou, simplement, le vendredi soir, le dimanche matin, le printemps, l'été, l'automne ou l'hiver, pour décider qu'il n'y a pas de meilleur moment que maintenant pour être heureux.

LE BONHEUR EST UNE TRAJECTOIRE ET NON PAS UNE DESTINATION.

Il n'en faut pas beaucoup pour être heureux. Il suffit juste d'apprécier chaque petit moment et de le sacrer comme l'un des meilleurs moments de sa vie :

  • Tomber amoureux,

  • Rire jusqu'à en avoir mal au ventre, ou des crampes aux mâchoires,

  • Trouver un tas de nouveaux mails sur sa boîte quand on revient de vacances,

  • Conduire vers des paysages magnifiques en terre inconnue,

  • Se coucher dans son lit en écoutant la pluie tomber dehors,

  • Sortir de la douche et s'essuyer avec une serviette toute chaude,

  • Réussir son dernier examen,

  • Avoir une conversation intéressante,

  • Retrouver de l'argent dans un pantalon que l'on n'a pas porté depuis des lustres,

  • Rire de soi-même,

  • Rire sans raison particulière,

  • Entendre accidentellement quelqu'un dire quelque chose de bien sur soi,

  • Se réveiller en pleine nuit en se rendant compte que l'on peut encore dormir quelques heures,

  • Écouter une chanson qui nous rappelle un moment chéri,

  • Se faire de nouveaux amis,

  • Voir contents les gens que l'on aime,

  • Rendre visite à un vieil ami et se rendre compte que les choses n'ont pas changé entre vous,

  • Admirer un coucher de soleil,

  • Se faire tranquillement masser le dos et s'endormir paisiblement,

  • Sentir un vent doux et frais nous caresser la joue,

  • Entendre dire que l'on nous aime et vivre paisiblement tous les petits moments qui nous réchauffent le coeur et l'âme.

Les vrais amis viennent dans les bons moments quand on les appelle et dans les mauvais moments, ils viennent d'eux-mêmes.

Après ça, une bonne réflexion s'impose.

Anonyme

Posté par melancolie85 à 09:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 avril 2008

morose comme le temps !

le soleil n'a pas eu le temps de s'installer comme je l'espèrais. Aujourd'hui temps horrible, pluie et vent,  j'ai vraiment pas le moral. En plus, cette semaine, ma fille et mon fils sont repartis et je me sens très seule. Mon Dieu, comment retrouver un peu de goût à quelque chose. Comme je n'aime pas ces moments où je suis vide. Heureusement qu'il y a internet pour m'évader un peu. J'aimerais tant créer de vrais liens d'amitié ici, j'en ai tellement besoin.

Posté par melancolie85 à 19:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]